OnNousCacheTout  " LE FORUM " Forum Index

OnNousCacheTout " LE FORUM "
Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités...

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 



  
Inscrivez-vous , pour poster et re poster , donner vos avis , ici vous ne serez pas maudits
Contrôle de l'Internet
Goto page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Post new topic   Reply to topic    OnNousCacheTout " LE FORUM " Forum Index ->
Les forums
-> Contrôle des populations
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Webmaster1



Joined: 11 Mar 2014
Posts: 6,772

PostPosted: Sun 4 May 2014 - 00:34    Post subject: Contrôle de l'Internet Reply with quote

Previous post review:



Autre info :

Sous pression depuis les révélations d'Edward Snowden, Barack Obama a opté mardi pour une réforme du programme de surveillance de la NSA qui mettrait fin au stockage des données téléphoniques par l'Etat, comme le réclament les défenseurs de la vie privée.
Le président américain avait annoncé mi-janvier son intention de mettre un terme au système qui permet à l'Agence nationale de sécurité (NSA) de récupérer l'intégralité des métadonnées téléphoniques américaines, en temps réel, et de les stocker pour analyse pendant cinq ans.
Il avait fixé à vendredi la date-limite pour trouver une solution qui permette à la NSA de surveiller les numéros suspects tout en protégeant les libertés constitutionnelles des Américains et minimisant les risques de violation de la vie privée.
Plus de métadonnées
Barack Obama a décrit mardi quelle était son option favorite, lors d'une conférence de presse à La Haye. «Elle assurera que l'Etat ne détient pas ces métadonnées», a expliqué le président américain, une façon selon lui d'empêcher de futurs et hypothétiques abus.
Le contrôle des juges sera aussi renforcé. «J'ai confiance dans le fait que (cette réforme) nous permettra de faire le nécessaire pour répondre aux dangers d'un attentat terroriste, mais le fera d'une façon qui prendra en compte certaines des inquiétudes qui se sont manifestées». Le programme téléphonique, hérité de l'ère post-11-Septembre et secret jusqu'en juin dernier, est défendu depuis des mois par l'exécutif comme l'un des plus précieux de l'arsenal de surveillance américain.
En récupérant les données comme le numéro appelé, la durée et l'horaire des appels (mais pas les enregistrements), la NSA est capable de tisser, à partir d'un numéro spécifique, le maillage des relations d'un suspect terroriste étranger sur le territoire américain.
Ordonnance du juge
L'image utilisée par l'agence était celle de la recherche permanente d'une aiguille dans une botte de foin; pour que le système soit efficace, la NSA a besoin de la botte de foin. C'est cette botte qui devrait, selon les informations du New York Times, cesser d'être hébergée dans les serveurs de la NSA. Toutes les données resteraient au sein des opérateurs, qui ne les livreraient qu'une fois que la NSA aurait obtenu une ordonnance d'un juge, spécifique au numéro suspect.
L'annonce a été bien accueillie par plusieurs associations et élus réformateurs, notamment chez les détracteurs démocrates de la NSA. Mais l'Electronic Frontier Foundation (EFF) a souligné que le projet de réforme présidentielle ne concernait que les données téléphoniques et laissait de côté les métadonnées internet, de localisation et les relevés financiers. «L'administration Obama ne va pas au-delà des programmes téléphoniques, qui sont importants, mais ne représentent qu'une partie relativement petite de la surveillance de la NSA, ce qui en soi ne mettra pas fin à la surveillance de masse», a souligné l'EFF.
Tournant avec Snowden
Le programme téléphonique fut le premier révélé, en juin 2013, par Edward Snowden, et a fait scandale aux Etats-Unis, où une partie de la classe politique estime qu'il viole la clause de la Constitution qui protège les Américains contre toute fouille excessive.Toute réforme d'ampleur passe par l'approbation du Congrès. Plusieurs projets de réforme plus ou moins radicaux devraient être débattus dans les prochains mois.
Les responsables républicain et démocrate de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants ont présenté mardi les contours de leur propre réforme, «très, très proche» de celle du président. Leur texte ne prévoit cependant qu'un contrôle judiciaire a posteriori, de façon à préserver la rapidité de réaction de la NSA.«J'estime passionnément que ce programme a sauvé des vies américaines, et qu'il est légal», a expliqué à des journalistes Mike Rogers, le président républicain de la commission. «Mais c'est vrai qu'il a provoqué de la gêne chez les Américains».
Vantant les nombreux garde-fous judiciaires et parlementaires déjà en place aux Etats-Unis, le parlementaire a en outre comparé le système américain à la France, où le Parlement a récemment accru les pouvoirs des services de renseignement pour obtenir des données téléphoniques et informatiques hors cadre judiciaire.«Ne vous y trompez pas», a-t-il dit. «+Espionnage+ est un mot français». (ats/Newsnet)
Créé: 26.03.2014, 07h16


http://www.tdg.ch/monde/Obama-veut-arreter-la-collecte-massive-d-ecoutes-pa…
Back to top
Visit poster’s website
Publicité






PostPosted: Sun 4 May 2014 - 00:34    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Joseck
Modérateurs

Offline

Joined: 22 Apr 2014
Posts: 1,003
Localisation: Sospel
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
Point(s): 350
10: 2.88

PostPosted: Sun 4 May 2014 - 10:53    Post subject: Contrôle de l'Internet Reply with quote

La DGSI investie du pouvoir de surveiller les communications sur Internet


Créée ce vendredi, la nouvelle Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI) devra "contribuer à la surveillance des communications électroniques et radioélectriques" sur le territoire français, comme le faisait la DCRI.


Le Gouvernement a fait paraître ce vendredi au Journal Officiel le décret n° 2014-445 du 30 avril 2014, qui crée la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI), directement rattachée au ministère de l'intérieur. Issue de la réforme des services de Renseignement voulue par Manuel Valls suite à l'affaire Merah, la DGSI vient remplacer l'ancienne Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), qui était elle placée sous l'autorité de la police nationale.
Cette modification, qui n'a l'air de rien, permettra non seulement d'avoir une prise en main plus directe du politique sur le renseignement, mais aussi de ne plus confier le renseignement intérieur aux seuls fonctionnaires de police. Sortie de la direction de la police nationale, la DGSI pourra faire appel à des contractuels privés, comme le font nombre de services de renseignement étrangers.
Le décret qui détermine les missions et l'organisation de la DGSI indique que la direction est "chargée, sur l'ensemble du territoire de la République, de rechercher, de centraliser et d'exploiter le renseignement intéressant la sécurité nationale ou les intérêts fondamentaux de la Nation".
A cet égard, elle "contribue à la surveillance des communications électroniques et radioélectriques", c'est-à-dire qu'elle peut mettre en oeuvre une écoute des communications téléphoniques, mais aussi du trafic Internet d'un suspect ou de toute autre personnalité digne d'intérêt — c'était déjà le cas de la DCRI, qui avait surveillé l'activité de Mohammed Merah sur Internet, sans rien y trouver de particulier. Pour mettre en oeuvre ces écoutes, la DGSI devra en principe obtenir l'aval de la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS), laquelle ne se compose que de trois membres très politiques et manque de moyens pour réaliser ses contrôles.
Le décret précise que la surveillance des communications électroniques ne peut être faite par la DGSI que dans le cadre des missions qui lui sont confiées, mais qui sont vastes :
  • Assurer la prévention et concourt à la répression de toute forme d'ingérence étrangère ;
  • Concourir à la prévention et à la répression des actes de terrorisme ou portant atteinte à la sûreté de l'Etat, à l'intégrité du territoire ou à la permanence des institutions de la République ;
  • Participer à la surveillance des individus et groupes d'inspiration radicale susceptibles de recourir à la violence et de porter atteinte à la sécurité nationale ;
  • Concourir à la prévention et à la répression des actes portant atteinte au secret de la défense nationale ou à ceux portant atteinte au potentiel économique, industriel ou scientifique du pays ;
  • Concourir à la prévention et à la répression des activités liées à l'acquisition ou à la fabrication d'armes de destruction massive ;
  • Concourir à la surveillance des activités menées par des organisations criminelles internationales et susceptibles d'affecter la sécurité nationale ;
  • Concourir à la prévention et à la répression de la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication.

http://www.numerama.com/magazine/29260-la-dgsi-investie-du-pouvoir-de-surve…
Following members like this message:
Webmaster1 (04/05/14), (04/05/14)


Back to top
L'Ange Gardien
Modérateurs

Offline

Joined: 05 Apr 2014
Posts: 894
Masculin
Point(s): 160
10: 0.00

PostPosted: Sun 4 May 2014 - 15:27    Post subject: Contrôle de l'Internet Reply with quote

 
Quote:




Créée ce vendredi, la nouvelle Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI) devra "contribuer à la surveillance des communications électroniques et radioélectriques" sur le territoire français, comme le faisait la DCRI.





Rien de nouveau sous le soleil, si ce n'est que les agents qui surveilleront ne seront plus que policiers mais pourront aussi être privés.

C'était déjà le cas de la DGSE, comme cela a eu lieu en Grèce comme ailleurs (posté sur le blog):

Comment Orange et les services secrets coopèrent

On apprend souvent davantage de choses sur soi par des gens qui n'appartiennent pas à votre famille. Les Britanniques, un peu malgré eux, viennent de nous éclairer sur les liens hautement confidentiels qui existent entre les services secrets français, la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et l'opérateur historique de télécommunication France Télécom, qui a pris le nom d'Orangeen février 2012.
Selon un document interne des services secrets techniques britanniques (GCHQ), l'équivalent de l'Agence nationale de sécurité (NSA) américaine, la DGSE entretient une coopération étroite avec « un opérateur de télécommunication français ». L'ancienneté de leurs liens, la description des savoir-faire spécifiques de l'entreprise ainsi que l'enquête du Monde permettent de conclure qu'il s'agit bien de France Télécom-Orange.
Lire les autres éléments de l'enquête Les services secrets britanniques ont accès aux données des clients français d'Orange
Lire les autres éléments de l'enquête Les X-Télécoms, maîtres d’œuvre du renseignement
Lire les autres éléments de l'enquête Surveillance : « Les opérateurs n’ont pas les moyens de résister aux Etats »
Selon le GCHQ, la DGSE et l'opérateur historique français travaillent ensemble pour améliorer les capacités nationales d'interception sur les réseaux de communication et collaborent pour casser les cryptages de données qui circulent dans les réseaux. France Télécom est un acteur important du système de surveillance en France.
COLLECTE DE DONNÉES LIBRE DE TOUT CONTRÔLE
Cette note, extraite des archives de la NSA par son ex-consultant Edward Snowden, assure que la relation entre la DGSE et l'opérateur français constitue un atout majeur par rapport à ses homologues occidentaux. L'une des forces de la DGSE résiderait dans le fait qu'elle ne se contente pas des autorisations accordées par le législateur pour accéder aux données des clients de France Télécom-Orange. Elle dispose surtout, à l'insu de tout contrôle, d'un accès libre et total à ses réseaux et aux flux de données qui y transitent.
Cette collecte libre de tout contrôle, par le biais de l'opérateur français, portant sur des données massives, concerne aussi bien des Français que des étrangers. Elle est utilisée par la DGSE, qui la met à la disposition de l'ensemble des agences de renseignement françaises au titre de la mutualisation du renseignement technique et de sa base de données. Ces données sont également partagées avec des alliés étrangers comme le GCHQ. Enfin, l'opérateur français développe, en partenariat avec la DGSE, des recherches en cryptologie.
Au plus haut niveau de l'Etat, en France, on se refuse à tout commentaire, mais on indique au Monde que, si la puissance publique est devenue minoritaire (27 %) au sein du capital de France Télécom, le plus ancien opérateur français reste considéré comme « un délégataire de service public ». Le savoir-faire de l'entreprise, qui fut en premier lieu une administration, contribue, de manière essentielle, « aujourd'hui comme hier », à la sécurité du territoire et à l'autonomie de décision des dirigeants français.
« Le rapport entre France Télécom et la DGSE n'est pas de même nature que celui révélé dans le programme Prism de la NSA, qui a des liens contractuels avec les géants d'Internet, explique un ancien chef de service de renseignement français. En France, c'est consubstantiel. » Il n'existe pas de formalisation de cette coopération entre la DGSE et France Télécom-Orange. Elle est portée par des personnes habilitées secret-défense, au sein de l'entreprise, et pérennisée, depuis au moins trente ans, par des ingénieurs, qui font la navette entre les deux institutions.
« USAGE INTERNE ET NON OFFICIEL »
Au quotidien, dans l'entreprise, ce lien est géré par un très petit nombre de personnes au sein de trois services. La direction des réseaux, en premier lieu, gère, notamment, les stations dites « d'atterrissement », où accostent les câbles sous-marins France Télécom-Orange touchant la France et par lesquels transitent les flux massifs de données collectées. Un tri préalable peut aisément être réalisé en fonction des pays et des régions d'origine, puis tout est stocké dans des locaux de la DGSE.
« Le transit massif des données est stocké pour un usage interne et non officiel, détaille un cadre attaché à la direction des réseaux. Mais le point névralgique, c'est l'accès au fournisseur d'accès, comme ça, vous croisez la circulation de la donnée et l'identité de ceux qui l'échangent. C'estpour cette raison que la DGSE est en contact avec l'ensemble des opérateurs français. »
La DGSE s'appuie aussi sur la direction internationale de l'opérateur, qui gère les filiales de téléphonie mobile à l'étranger. Orange joue dans certains cas un rôle stratégique. Il a ainsi accompagné les opérations militaires françaises au Mali et en Centrafrique. Enfin, la direction sécurité, chasse gardée des anciens de la direction technique de la DGSE, est le principal interlocuteur des services secrets. Elle veille, avec Orange Business Services, sur les questions de protection de données et de déchiffrement.
Interrogé, le patron d'Orange, Stéphane Richard, a indiqué que « des personnes habilitées secret-défense peuvent avoir à gérer, au sein de l'entreprise, la relation avec les services de l'Etat et notamment leur accès aux réseaux, mais elles n'ont pas à m'en référer. Tout ceci se fait sous la responsabilité des pouvoirs publics dans un cadre légal ». La DGSE s'est refusée à tout commentaire.
Regarder notre vidéo explicative Comment la NSA vous surveille (expliqué en patates)
Lien

---------------------------------
    

Ce n'est pas un mal de savoir et de diffuser ces informations mais j'insiste pour dire que de se focaliser sur ce point de vue (comme le font tous les médias, "alters" compris) ne fait qu'intimider le lambda sur les fabuleuses possibilités que lui offre Internet (se passer des médias, partis,...).

Le JT est comme une messe moderne où on rappelle au téléspectateur "qu'il est surveillé et qu'on voit tout", un peu comme à l'église où on rappelle aux possibles pêcheurs "que ceci n'échappera pas aux yeux de Dieu".

À l'heure actuelle où n'importe quel quidam publie des photos privées sur fessebouc ou fait partager sa pensée (ou connerie) du moment sur Twitter, il n'y a pas besoin de quelque DGSI, DGSE ou DGSU ou d'accord avec des boites privées, puisque le travail est déjà fait ! C'est-il pas beau ? :)

Et n'oubliez pas que le nouveau Dieu, Big Brother nous voit tous...Amen


Last edited by L'Ange Gardien on Sun 4 May 2014 - 23:31; edited 2 times in total
Back to top
L'Ange Gardien
Modérateurs

Offline

Joined: 05 Apr 2014
Posts: 894
Masculin
Point(s): 160
10: 0.00

PostPosted: Sun 4 May 2014 - 16:26    Post subject: Contrôle de l'Internet Reply with quote

Qui gouvernera Internet ?
 

En France, le fournisseur d’accès à Internet Free reproche au site de vidéo YouTube, propriété de Google, d’être trop gourmand en bande passante. Son blocage, en représailles, des publicités de Google a fait sensation. Free a ainsi mis à mal la « neutralité d’Internet » — l’un des sujets discutés en décembre à la conférence de Dubaï. La grande affaire de cette rencontre a cependant été la tutelle des Etats-Unis sur le réseau mondial.


Habituellement circonscrite aux contrats commerciaux entre opérateurs, la géopolitique d’Internet s’est récemment étalée au grand jour. Du 3 au 14 décembre 2012, les cent quatre-vingt-treize Etats membres de l’Union internationale des télécommunications (UIT, une agence affiliée à l’Organisation des Nations unies) s’étaient donné rendez-vous à Dubaï, aux Emirats arabes unis, pour la douzième conférence mondiale sur les télécommunications internationales. Une rencontre où les diplomates, abreuvés de conseils par les industriels du secteur, forgent des accords censés faciliter les communications par câble et par satellite. Longues et ennuyeuses, ces réunions sont cependant cruciales en raison du rôle déterminant des réseaux dans le fonctionnement quotidien de l’économie mondiale.

La principale controverse lors de ce sommet portait sur Internet : l’UIT devait-elle s’arroger des responsabilités dans la supervision du réseau informatique mondial, à l’instar du pouvoir qu’elle exerce depuis des dizaines d’années sur les autres formes de communication internationale ?

Les Etats-Unis répondirent par un « non » ferme et massif, en vertu de quoi le nouveau traité renonça à conférer le moindre rôle à l’UIT dans ce qu’on appelle la « gouvernance mondiale d’Internet ». Toutefois, une majorité de pays approuvèrent une résolution annexe invitant les Etats membres à « exposer dans le détail leurs positions respectives sur les questions internationales techniques, de développement et de politiques publiques relatives à Internet ». Bien que « symbolique », comme le souligna le New York Times (1), cette ébauche de surveillance globale se heurta à la position inflexible de la délégation américaine, qui refusa de signer le traité et claqua la porte de la conférence, suivie entre autres par la France, l’Allemagne, le Japon, l’Inde, le Kenya, la Colombie, le Canada et le Royaume-Uni. Mais quatre-vingt-neuf des cent cinquante et un participants décidèrent d’approuver le document. D’autres pourraient le signer ultérieurement.

En quoi ces péripéties apparemment absconses revêtent-elles une importance considérable ? Pour en clarifier les enjeux, il faut d’abord dissiper l’épais nuage de brouillard rhétorique qui entoure cette affaire. Depuis plusieurs mois, les médias occidentaux présentaient la conférence de Dubaï comme le lieu d’un affrontement historique entre les tenants d’un Internet ouvert, respectueux des libertés, et les adeptes de la censure, incarnés par des Etats autoritaires comme la Russie, l’Iran ou la Chine. Le cadre du débat était posé en des termes si manichéens que M. Franco Bernabè, directeur de Telecom Italia et président de l’association des opérateurs de téléphonie mobile GSMA, dénonça une « propagande de guerre », à laquelle il imputa l’échec du traité (2).

Fronde antiaméricaine

Où que l’on vive, la liberté d’expression n’est pas une question mineure. Où que l’on vive, les raisons ne manquent pas de craindre que la relative ouverture d’Internet soit corrompue, manipulée ou parasitée. Mais la menace ne vient pas seulement des armées de censeurs ou de la « grande muraille électronique » érigée en Iran ou en Chine. Aux Etats-Unis, par exemple, les centres d’écoute de l’Agence de sécurité nationale (National Security Agency, NSA) surveillent l’ensemble des communications électroniques transitant par les câbles et satellites américains. Le plus grand centre de cybersurveillance du monde est actuellement en cours de construction à Bluffdale, dans le désert de l’Utah (3). Washington pourchasse WikiLeaks avec une détermination farouche. Ce sont par ailleurs des entreprises américaines, comme Facebook et Google, qui ont transformé le Web en une « machine de surveillance » absorbant toutes les données commercialement exploitables sur le comportement des internautes.
Depuis les années 1970, la libre circulation de l’information (free flow of information) constitue l’un des fondements officiels de la politique étrangère des Etats-Unis (4), présentée, dans un contexte de guerre froide et de fin de la décolonisation, comme un phare éclairant la route de l’émancipation démocratique. Elle permet aujourd’hui de reformuler des intérêts stratégiques et économiques impérieux dans le langage séduisant des droits humains universels. « Liberté d’Internet », « liberté de se connecter » : ces expressions, ressassées par la secrétaire d’Etat Hillary Clinton et les dirigeants de Google à la veille des négociations, constituent la version modernisée de l’ode à la « libre circulation ».

A Dubaï, les débats couvraient une myriade de domaines transversaux. Au programme, notamment, la question des rapports commerciaux entre les divers services Internet, comme Google, et les grands réseaux de télécommunication, tels Verizon, Deutsche Telekom ou Orange, qui transportent ces volumineux flux de données. Crucial par ses enjeux économiques, le sujet l’est aussi par les menaces qu’il fait peser sur la neutralité du Net, c’est-à-dire sur le principe d’égalité de traitement de tous les échanges sur la Toile, indépendamment des sources, des destinataires et des contenus. Le geste de M. Xavier Niel, le patron de Free, décidant début janvier 2013 de s’attaquer aux revenus publicitaires de Google en bloquant ses publicités, illustre les risques de dérive. Une déclaration générale qui imposerait aux fournisseurs de contenus de payer les opérateurs de réseaux aurait de graves conséquences sur la neutralité d’Internet, qui est une garantie vitale pour les libertés de l’internaute.
Mais l’affrontement qui a marqué la conférence portait sur une question tout autre : à qui revient le pouvoir de contrôler l’intégration continue d’Internet dans l’économie capitaliste transnationale (5) ? Jusqu’à présent, ce pouvoir incombe pour l’essentiel à Washington. Dès les années 1990, quand le réseau explosait à l’échelle planétaire, les Etats-Unis ont déployé des efforts intenses pour institutionnaliser leur domination. Il faut en effet que les noms de domaine (du type « .com »), les adresses numériques et les identifiants de réseaux soient attribués de manière distinctive et cohérente. Ce qui suppose l’existence d’un pouvoir institutionnel capable d’assurer ces attributions, et dont les prérogatives s’étendent par conséquent à l’ensemble d’un système pourtant extraterritorial par nature.

Profitant de cette ambiguïté originelle, les Etats-Unis ont confié la gestion des domaines à une agence créée par leurs soins, l’Internet Assigned Numbers Authority (IANA). Liée par contrat au ministère du commerce, l’IANA opère en qualité de membre d’une association californienne de droit privé, l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (Icann), dont la mission consiste à « préserver la stabilité opérationnelle d’Internet ». Quant aux standards techniques, ils sont établis par deux autres agences américaines, l’Internet Engineering Task Force (IETF) et l’Internet Architecture Board (IAB), elles-mêmes intégrées à une autre association à but non lucratif, l’Internet Society. Au vu de leur composition et de leur financement, on ne s’étonnera pas que ces organisations prêtent une oreille plus attentive aux intérêts des Etats-Unis qu’aux demandes des utilisateurs (6).

Les sites commerciaux les plus prospères de la planète n’appartiennent pas à des capitaux kényans ou mexicains, ni même russes ou chinois. La transition actuelle vers l’« informatique en nuages » (cloud computing), dont les principaux acteurs sont américains, devrait encore accroître la dépendance du réseau envers les Etats-Unis. Le déséquilibre structurel du contrôle d’Internet garantit la suprématie américaine dans le cyberespace, à la fois sur le plan commercial et militaire, laissant peu de marge aux autres pays pour réguler, verrouiller ou assouplir le système en fonction de leurs propres intérêts. Par le biais de diverses mesures techniques et législatives, chaque Etat est certes à même d’exercer une part de souveraineté sur la branche « nationale » du réseau, mais sous la surveillance rapprochée du gendarme planétaire. De ce point de vue, comme le note l’universitaire Milton Mueller, Internet est un outil au service de la « politique américaine de globalisme unilatéral (7) ».

Leur fonction de gestionnaires a permis aux Etats-Unis de propager le dogme de la propriété privée au cœur même du développement d’Internet. Quoique dotée, en principe, d’une relative autonomie, l’Icann s’est illustrée par les faveurs extraterritoriales accordées aux détenteurs de marques commerciales déposées. En dépit de leurs protestations, plusieurs organisations non commerciales, bien que représentées au sein de l’institution, n’ont pas fait le poids face à des sociétés comme Coca-Cola ou Procter & Gamble. L’Icann invoque le droit des affaires pour imposer ses règles aux organismes qui administrent les domaines de premier niveau (tels que « .org », « .info »). Si des fournisseurs nationaux d’applications contrôlent le marché intérieur dans plusieurs pays, notamment en Russie, en Chine ou en Corée du Sud, les services transnationaux — à la fois les plus profitables et les plus stratégiques dans ce système extraterritorial — restent, d’Amazon à PayPal en passant par Apple, des citadelles américaines, bâties sur du capital américain et adossées à l’administration américaine.

Dès les débuts d’Internet, plusieurs pays se sont rebiffés contre leur statut de subordonnés. La multiplication des indices signalant que les Etats-Unis n’avaient aucune intention de relâcher leur étreinte a progressivement élargi le front du mécontentement. Ces tensions ont fini par provoquer une série de rencontres au plus haut niveau, notamment dans le cadre du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI), organisé par l’UIT à Genève et à Tunis entre 2003 et 2005.

En offrant une tribune aux Etats frustrés de n’avoir pas leur mot à dire, ces réunions préfiguraient le clash de Dubaï. Rassemblés en un Comité consultatif gouvernemental (Governmental Advisory Committee, GAC), une trentaine de pays espéraient convaincre l’Icann de partager une partie de ses prérogatives. Un espoir vite déçu, d’autant que leur statut au sein du GAC les mettait au même niveau que les sociétés commerciales et les organisations de la société civile. Certains Etats auraient pu s’accommoder de cette bizarrerie si, malgré les discours lénifiants sur la diversité et le pluralisme, l’évidence ne s’était imposée à tous : la gouvernance mondiale d’Internet est tout sauf égalitaire et pluraliste, et le pouvoir exécutif américain n’entend rien lâcher de son monopole.

Revirement de l’Inde et du Kenya

La fin de l’ère unipolaire et la crise financière ont encore attisé le conflit interétatique au sujet de l’économie politique du cyberespace. Les gouvernements cherchent toujours des points de levier pour introduire une amorce de coordination dans la gestion du réseau. En 2010 et 2011, à l’occasion du renouvellement du contrat passé entre l’IANA et le ministère du commerce américain, plusieurs Etats en ont appelé directement à Washington. Le gouvernement kényan a plaidé pour une « transition » de la tutelle américaine vers un régime de coopération multilatérale, au moyen d’une « globalisation » des contrats régissant la superstructure institutionnelle qui encadre les noms de domaine et les adresses IP (Internet Protocol). L’Inde, le Mexique, l’Egypte et la Chine ont fait des propositions dans le même sens.

Les Etats-Unis ont réagi à cette fronde en surenchérissant dans la rhétorique de la « liberté d’Internet ». Nul doute qu’ils ont aussi intensifié leur lobbying bilatéral en vue de ramener au bercail certains pays désalignés. A preuve, le coup de théâtre de la conférence de Dubaï : l’Inde et le Kenya se sont prudemment ralliés au coup de force de Washington.

Quelle sera la prochaine étape ? Les agences gouvernementales américaines et les gros commanditaires du cybercapitalisme tels que Google continueront vraisemblablement d’employer toute leur puissance pour renforcer la position centrale des Etats-Unis et discréditer leurs détracteurs. Mais l’opposition politique au « globalisme unilatéral » des Etats-Unis est et restera ouverte. Au point qu’un éditorialiste du Wall Street Journal n’a pas hésité, après Dubaï, à évoquer la « première grande défaite numérique de l’Amérique (8) ».

Dan Schiller
Professeur de sciences de l’information et des bibliothèques à l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign.

Lien
Following members like this message:
Webmaster1 (04/05/14)


Back to top
Webmaster1
Administrateur

Offline

Joined: 11 Mar 2014
Posts: 6,772
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471
10: 4.01

PostPosted: Wed 7 May 2014 - 17:40    Post subject: Contrôle de l'Internet Reply with quote

 
Quote:

Et ceci aucune "autorité suprême" ne pourra le "contrôler".......Il est facile de "légiférer" sur le net par exemple des lois isolées sur la liberté d'expression (antisémitisme, homophobie), il sera par contre impossible de "contrôler" ce qui dépasse ces champs ridicules, pour une masse de personne donnée.

Ouille ouille ouille, ils n'ont pas tous les droits, mais ils les prennent,et ils  peuvent te pourrir la vie d'un internaute et ce, sans excuses, venir chez toi et te piquer ton disque dur et carrément ton ordi, tout dépend de la commande, et rassure-toi personne ne s'en vante, et c''est bien dommage de ne pas montrer à la face du monde que dès qu'on touche à une certaine élite, ça peut bombarder.

C'est ignoble ! mais ils sont ignobles!

des locaux peuvent bruler aussi.

http://allainjules.com/2014/04/01/scandale-medias-descente-de-police-pendan…

http://rmc.bfmtv.com/info/150633/web-police-a-desormais-acces-a-toutes-vos-…
Following members like this message:
(07/05/14), aja777 (07/05/14)


Back to top
Visit poster’s website
L'Ange Gardien
Modérateurs

Offline

Joined: 05 Apr 2014
Posts: 894
Masculin
Point(s): 160
10: 0.00

PostPosted: Wed 7 May 2014 - 21:17    Post subject: Contrôle de l'Internet Reply with quote

Quote:
 Ouille ouille ouille, ils n'ont pas tous les droits, mais ils les prennent,et ils  peuvent te pourrir la vie d'un internaute et ce, sans excuses, venir chez toi et te piquer ton disque dur et carrément ton ordi, tout dépend de la commande, et rassure-toi personne ne s'en vante, et c''est bien dommage de ne pas montrer à la face du monde que dès qu'on touche à une certaine élite, ça peut bombarder.
Qui "ils" ?


Le premier lien est ce dont je parlais, en relation avec une loi sur la liberté d'expression et le second lien "la police a accès à toutes vos données" je répondrais par un "et alors?" :)


Back to top
nemo44
Guest

Offline




PostPosted: Wed 7 May 2014 - 22:31    Post subject: Contrôle de l'Internet Reply with quote

et alors ???


tant qu "ils" considéreront" pour une raison ou une autre que tu es plus "ange" que "démon" ...tout vas bien ...


moi "ils" sont effectivement venus chez moi ..et pas que pour supprimer des données sur mon ordi ..
ça "ils" pouvaient le faire a distance ...


mais que fait la police !! (PV N° 1) ... dans la foulée visite de la maison ..


PV N° 2 :  j ai apporté mon ordi pour expertise scientifique en précisant que l on s était introduit chez moi sans effraction , que l on avait modifié mes mails et des courriers intimes (triage)dans le sens a me faire passer pour quelque un de suicidaire ...


on a refusé de prendre mon ordi et le mettre sous séquestre comme pièce a conviction.
 de remonter certaines  IP ..entre autre ..
et on a choisi d enregistrer une déposition qui n avait plus rien a voire avec ce que j étais venu faire a l origine ...
après de multiples interruptions 
..téléphoniques (briefing de supérieurs ?) ..bref j ai passé plus de 3 heures au commissariat .
et a la fin on ne savait même plus pourquoi j étais venu ...


 au final on  m a conseillé de garder mon ordi dans ma voiture ..comme ça si il y a effraction "ça se voit "
  et quid des preuves ?? . (effacées par la suite par une deuxième intrusion )


je me suis bien fait baiser ..du Grant art .grâce a nos amis poulaga . 


en plus a la lecture du PV;  au final je passe pour un con .


en bref ...
quant ça vient de haut nul n est a l abris et peut importe les raisons .on enregistre ce que l on veut . et comme on le décide .


mafia en cols blancs pour ma part + complicité ; gendarmerie et police donc RG et ou DGSE 
 malversations financières ; conflit d influence et j en passe . mon patron est un héro local ..
que de la daube ...du vent .
de la mascarade et bien sur des gros sous . des subventions indues . 
une façade "citoyenne " .






en certains domaines ne pas faire confiance ni a la gendarmerie... 
qui aurait bâclé l enquete en cas de "suicide" .
ni a la police qui a transmis en temps réel des informations qui on conduit a la visite de mon domicile ... 
puis a la disparition de documents compromettants pour certaines personnes bien placée et influentes ..
facilement identifiables en, toutes lettres sur des documents officiels .
dommage je n ai plus rien le ménage a été bien fait ..
et vu le temps impartis et le endroits ou j avais cachés ces documents (ce que seul moi savait ) oui effectivement c est inquiétant !!


comment ??
 avec quel moyens ?? posez vous la question  ou relisez mes post .


ça te vas comme réponse ?? 


 ou  tu veux les PV de gendarmerie et de police en copie ?? 
en ce cas dites adieu au forum..
donc réfléchit bien ..perso moi je m en fout , je connais leurs moyens et absolument tout ce que je fait sur le net leur est connu .


et alors ?? 


je suis passé de l autre coté ?? c est pas moi qui ai choisi .
j ai pas volé ni trahis .
 je ne suis ni un terroriste ni un espion industriel .
.juste un pauvre con d ouvrier qui n as pas voulu fermer sa gueule et qui a fouillé la  ou il ne fallait pas 
compris et mis en évidences certaines magouilles '(preuves a l appuis ) et on veut absolument me le faire payer 


c est si facile de me pourrir la vie grâce a mon N° de sécu !!
ou de tenter de me discréditer en modifiant a posteriori tous mes dossiers personnels (médecine du travail entre autre ) pour me faire passer pour un fou et me faire enfermer .


en premier "ils" ont raté mon suicide ..
en 2 Nd je ne suis pas prêt de finir en HP , j ai dégoutté les psychiatres désignés et  ils sont partis en pleurant ..


il reste la "crise cardiaque" mais mes données médicales sont excellentes ..
ou une "disparition" , mais pas mal de personnes sont au courant que cela ne "collerait" pas avec ma personnalité , mes enfants ..
 reste un "malencontreux" et fatal accident de voiture .. .


sur ce mes amis bien le bonsoir ..


N


Back to top
Webmaster1
Administrateur

Offline

Joined: 11 Mar 2014
Posts: 6,772
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471
10: 4.01

PostPosted: Wed 7 May 2014 - 22:38    Post subject: Contrôle de l'Internet Reply with quote

J'ai bien peur que dans l'avenir, ton expérience devienne quelque chose de courant, merci pour ton témoignage, il faut-être fort pour ne pas sombrer 


Back to top
Visit poster’s website
L'Ange Gardien
Modérateurs

Offline

Joined: 05 Apr 2014
Posts: 894
Masculin
Point(s): 160
10: 0.00

PostPosted: Wed 7 May 2014 - 22:50    Post subject: Contrôle de l'Internet Reply with quote

Quote:

 moi "ils" sont effectivement venus chez moi
Nemo, pas la peine de s'étaler sur de longs messages et de s'emporter, tentons d'être le plus concis possible.

D'abord il faudra annoncer ce que tu avais effectivement dans ces disques durs, je ne vois pas ce qui pourrait t'en empêcher.
Quote:

 J'ai bien peur que dans l'avenir, ton expérience devienne quelque chose de courant, merci pour ton témoignage, il faut-être fort pour ne pas sombrer 

Mais quelle "expérience" ? Celle de se croire "surveillé" par un pouvoir "tout puissant"? N'est-ce pas l'"expérience" de France 2 et d'Alterinfo ? N'est-elle pas déjà courante ?

Back to top
einstein42
Guest

Offline




PostPosted: Wed 7 May 2014 - 22:51    Post subject: Contrôle de l'Internet Reply with quote

je ne pensais pas que ça pouvais aller jusque la. maintenant que tu me dits ça je vais continuer a écrire ce que je penses mais j'ai une petite apréenssion. j’espère quand même que je ne vais pas me faire suicider avec une cartouche dans le dos. 

Back to top
L'Ange Gardien
Modérateurs

Offline

Joined: 05 Apr 2014
Posts: 894
Masculin
Point(s): 160
10: 0.00

PostPosted: Wed 7 May 2014 - 22:54    Post subject: Contrôle de l'Internet Reply with quote

Quote:
  je vais continuer a écrire ce que je penses mais j'ai une petite apréenssion.
Le résultat de France 2 + Alterinfos + ici = est obtenu par cette réaction.

Back to top
nemo44
Guest

Offline




PostPosted: Wed 7 May 2014 - 22:55    Post subject: Contrôle de l'Internet Reply with quote

tout ce qui devient facile devient courant ..  


ce qui met en évidence que les moyens définissent les possibilités ..
 il est plus économique de fliquer un pays tout entier que de cibler certaines personnes .
que l information numérique et automatisées ne pèse presque rien VS archives papier .
nous sommes dans un autre monde maintenant 
le pire comme le meilleur .....l enfer et le paradis . le net c est juste un outil .....






a l heure du numérique ....
les possibilités sont Stasi puissance  10


ce qu il faut retenir ?? 


 


relisez mes post!! une épée a toujours double tranchant 


Back to top
L'Ange Gardien
Modérateurs

Offline

Joined: 05 Apr 2014
Posts: 894
Masculin
Point(s): 160
10: 0.00

PostPosted: Wed 7 May 2014 - 23:01    Post subject: Contrôle de l'Internet Reply with quote

 
 
Quote:
 
relisez mes post!! une épée a toujours double tranchant


Je te lis depuis ONCT et je n'y jamais rien vu de "dangereux", comme pour n'importe quel autre membre et comme pour içi. Ce n'est qu'un forum de discussion.

Je ne vois toujours pas ce qui t'empêche de nous en dire plus sur ces "dossiers" que tu avais sur ces disques durs

Quote:

  je ne suis ni un terroriste ni un espion industriel .
.juste un pauvre con d ouvrier qui n as pas voulu fermer sa gueule et qui a fouillé la  ou il ne fallait pas 
compris et mis en évidences certaines magouilles '(preuves a l appuis ) et on veut absolument me le faire payer 


Back to top
f.didier
Guest

Offline




PostPosted: Wed 7 May 2014 - 23:02    Post subject: Contrôle de l'Internet Reply with quote

T'es courageux Némo :)
J'y arrive pas moi, je préfère pas me revolter, ni même fouiller la merde.

Je te tire mon chapeau.
Following members like this message:
L'Ange Gardien (07/05/14), (07/05/14)


Back to top
nemo44
Guest

Offline




PostPosted: Wed 7 May 2014 - 23:19    Post subject: Contrôle de l'Internet Reply with quote

einstein42 wrote:
je ne pensais pas que ça pouvais aller jusque la. maintenant que tu me dits ça je vais continuer a écrire ce que je penses mais j'ai une petite apréenssion. j’espère quand même que je ne vais pas me faire suicider avec une cartouche dans le dos. 







aucuns risques ...a moins que comme moi tu ai des ennemis qui pèsent plusieurs millions d euros ..font partie des "grandes familles " 
on des lignes téléphoniques "spéciales " et arnaquent le gouvernement ... les citoyens 
ont leurs entrées aux officines gouvernementales sous prétexte de grands patrons .... passent pour des héros ..
c est uniquement grâce a cette "position sociale" que ces personnes font la pluie et le beau temps .


quant ils "pompent" des millions d euros pour faire fructifier leurs intérêts sous prétexte de soutenir l économie locale voire nationale ..toi tu compte pour du beurre .
et pour cela "ils" sont prêts a tout . l image avant tout . c est pour cela que je ne donne pas de noms . 
ils  ont ce qui l faut pour arriver a leurs fin . 
 en ce cas ta vie et celle des tiens ne compte pas .je reste dans les "limites" je ne les nommerait pas .


c est pas une raison pour te laisser intimider ce que je ne fait pas .je leur fait savoir ce que je penses ....car je suis 


tant qu internet reste "libre" je continuerais a m exprimer . 


si je n arrive a convaincre ne serait ce qu une personne je peut bien mourir demain .


je n ai que du mépris pour "les puissants " car je reste fondamentalement humain .
Following members like this message:
L'Ange Gardien (07/05/14)


Back to top
L'Ange Gardien
Modérateurs

Offline

Joined: 05 Apr 2014
Posts: 894
Masculin
Point(s): 160
10: 0.00

PostPosted: Wed 7 May 2014 - 23:32    Post subject: Contrôle de l'Internet Reply with quote

Quote:

 c est pas une raison pour te laisser intimider ce que je ne fait pas .je leur fait savoir ce que je penses ....car je suis 


tant qu internet reste "libre" je continuerais a m exprimer . 


si je n arrive a convaincre ne serait ce qu une personne je peut bien mourir demain .


je n ai que du mépris pour "les puissants " car je reste fondamentalement humain .


Je partage à 200% ces mots, mais ma curiosité pour savoir ce que pouvait contenir ce qu'"ils" sont venus chercher persiste.
Quote:



  c est pas une raison pour te laisser intimider ce que je ne fait pas .je leur fait savoir ce que je penses ....car je suis 


tant qu internet reste "libre" je continuerais a m exprimer .




Je vois donc ici encore moins de raison pour ne pas divulguer ici sommairement ces "dossiers" et pourquoi pas faire des topics dédiés, ce forum semble avoir des aspirations associatives et une volonté d'informer ou de "vouloir faire connaître" des choses cachées ou étouffées et cherche des "investigateurs" ou des personnes intéressées pour promouvoir ces choses "obscures".... donc tes dossiers s'annoncent être ici de la dynamite, en exclusivité ici même. Wink

Quote:



 aucuns risques ...a moins que comme moi tu ai des ennemis qui pèsent plusieurs millions d euros ..font partie des "grandes familles " 
on des lignes téléphoniques "spéciales " et arnaquent le gouvernement ... les citoyens 
ont leurs entrées aux officines gouvernementales sous prétexte de grands patrons .... passent pour des héros ..
c est uniquement grâce a cette "position sociale" que ces personnes font la pluie et le beau temps .


quant ils "pompent" des millions d euros pour faire fructifier leurs intérêts sous prétexte de soutenir l économie locale voire nationale ..toi tu compte pour du beurre .
et pour cela "ils" sont prêts a tout . l image avant tout . c est pour cela que je ne donne pas de noms . 
ils  ont ce qui l faut pour arriver a leurs fin . 
 en ce cas ta vie et celle des tiens ne compte pas .je reste dans les "limites" je ne les nommerait pas .


Pendant ce temps tu viens de faire qu'Einstein ne s'exprimera "plus vraiment" et que Didier (comme une très grande majorité de la masse) restera toujours éloigné de ce genre de choses (France 2 à l'appui)....les gars, si je ne m'abuse ceci est un forum des plus libres qui soient, alors ne vous gênez pas !

Mais c'est qui "ils" ? Very Happy


Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    OnNousCacheTout " LE FORUM " Forum Index ->
Les forums
-> Contrôle des populations
All times are GMT + 2 Hours
Goto page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Page 3 of 7

 
Jump to:  

Portal | Index | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group