OnNousCacheTout... Index du Forum

OnNousCacheTout...
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La théorie du temps ajouté « Où est donc passé le Moyen-Âge ? »
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Les inventions sur l'histoire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Lun 17 Mar 2014 - 12:04    Sujet du message: La théorie du temps ajouté « Où est donc passé le Moyen-Âge ? » Répondre en citant

L'auteur nous apprend que le moyen-âge serait une invention de l'ère chrétienne, Est-ce possible ?

http://cerbi.ldi5.com/IMG/pdf/Ou_est_donc_passe_le_Moyen-Age.pdf


Dernière édition par Marine le Mar 4 Nov 2014 - 13:34; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 17 Mar 2014 - 12:04    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Sam 5 Avr 2014 - 06:06    Sujet du message: La théorie du temps ajouté « Où est donc passé le Moyen-Âge ? » Répondre en citant

Tout est là aussi : http://initial.bipedalism.pagesperso-orange.fr/25ma.htm
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
René


Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2014
Messages: 754
Localisation: Belgique
Masculin
Point(s): 243

MessagePosté le: Sam 5 Avr 2014 - 21:31    Sujet du message: La théorie du temps ajouté « Où est donc passé le Moyen-Âge ? » Répondre en citant

C'est très troublant et probablement vrai : il y a toute une période intercalée entre l'empire romain et nous
pendant laquelle on se demande ce qu'il a bien pu se passer.
Le problème est que les différents auteurs ne s'accordent pas sur la durée, qui va de deux à dix siècles.
Il est question de plusieurs  cataclysmes dont celui de 1347 confondu avec la peste, qui seraient à l'origine d'une amnésie,
mais alors il faudrait qu'elle soit mondiale pour qu'il y ait concordance des temps, et ça c'est une autre histoire. 
_____________________________________________________________
Heureux celui qui n'a pas de patrie. - Hannah Arendt
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Brueghel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 21 Juin 2014 - 00:18    Sujet du message: La théorie du temps ajouté « Où est donc passé le Moyen-Âge ? » Répondre en citant

http://www.club-innovation-culture.fr/venice-time-machine-des-universitaire…



 Venice Time Machine », premier programme de recherche du DHV, sera une simulation historique et géographique de Venise, permettant de « reconstruire le passé de la ville, d’offrir une meilleure compréhension de son présent et d’anticiper son futur »


Durant la première phase du projet, qui commencera cette année et durera quatre années, de petites équipes de chercheurs se pencheront sur Venise et son histoire, dans des secteurs aussi divers que l’histoire de l’art, la musicologie, l’architecture, la géophysique et d’autres sciences.


Une plongée, analyse et organisation des gigantesques archives de Venise couvrant une période allant du IXe siècle à nos jours sera le socle du programme Venice Time Machine« Les archives d’Etat contiennent 80 km de documents s’étalant sur douze siècles »


 Cette masse d’information permettra de mieux comprendre la vie quotidienne de la cité des Doges, sa vie culturelle et artistique, sa puissance économique mais également les interactions et le réseau que la ville avait tissé sur toute la Méditerranée. 


« Le défi de la Venice Time Machine sera d’amener toutes les recherches à s’articuler les unes par rapport aux autres, de façon à livrer une vision globale de la ville à travers mille deux cents ans d’histoire. »
Revenir en haut
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mer 24 Sep 2014 - 09:21    Sujet du message: La théorie du temps ajouté Répondre en citant



« Où est donc passé le Moyen-Age ? »

L'invention de l'ère chrétienne

par François de SARRE





TABLE DES MATIERES :


Les bizarreries du calendrier
Fomenko et les "récentistes"
Les cieux nous sont tombés sur la tête
Quelques problème de dates
Les "siècles fantômes" du Moyen-Age
Charlemagne : un héros de légende
Le Christianisme est-il né en Avignon ?
L'histoire des trois églises
Qui a bien pu avancer l'heure ?
En quel siècle sommes-nous donc ?
Essai de reconstruction historique






Pour télécharger le livre en format PDF ( environ 800 Ko ), rendez-vous sur le site miroir du CERBI.


http://cerbi.ldi5.com/article.php3?id_article=166





Représentons-nous une Histoire de France à laquelle il manquerait au bas mot une dizaine de siècles…
« Inconcevable », allez-vous sans doute me dire !
Certes, je l'admets, c'est difficile à se représenter.
On savait que le Moyen-Age, période obscure - pour ne pas dire d'obscurantisme - rimait avec "Sombres Ages" [ dark ages, en anglais ], mais d'ici à soustraire tous ces siècles de la chronologie officielle, c'est aller un peu fort en besogne…

Et pourtant des chercheurs russes et allemands ont en fait leur cheval de bataille, depuis quelques années déjà !
En France - ou dans le domaine francophone - ces travaux sont méconnus, ignorés, sans doute plus à cause de la barrière de la langue que par manque d'intérêt, car, à ma connaissance, aucun de ces écrits n'a été traduit.

Personnellement, j'avais la chance, non seulement de posséder parfaitement la langue de Goethe, mais aussi de compter au nombre de mes amis quelques-uns de ces "récentistes", comme ils aiment à se nommer.
Je ne suis moi-même pas historien, mais ma formation de naturaliste m'avait appris à ouvrir l'œil - et le bon !
Durant mes études de Zoologie en Allemagne, puis au terme de celles-ci, j'ai travaillé sur la répartition géographique des populations de petits poissons, tout autour de la Méditerranée.
Plancher sur des sujets scientifiques confère non seulement la notion d'exactitude, mais permet aussi d'acquérir une méthodologie, l'habitude des références bibliographiques, et celle de vérifier systématiquement toutes ses sources !

C'est justement lors de l'un de ces stages de biologie marine, à l'Institut Océanographique de Split, en Dalmatie, que je découvris pour la première fois ce qu'était une discordance de l'Histoire. C'est en effet le terme que l'on peut employer quand il y a conflit entre ce que l'on voit, et ce que l'on lit dans les livres d'Histoire…

C'était l'année 1966, et la Yougoslavie n'était encore guère ouverte aux touristes. Au centre de la ville de Split s'élevait le magnifique palais de l'empereur romain Dioclétien ( 284-305 après J.-C. ). Absolument intact… On avait de la peine à croire que ces façades et vastes demeures dataient de près de 17 siècles ! Mais le plus surprenant était sans doute de constater que les maisons de la Renaissance, construites à l'apogée de Venise, avaient été tout bonnement ajoutées - voire intégrées - aux édifices romains déjà en place, dans un ensemble architectural parfait. Sachant que partout dans le monde, les habitants d'une cité sont plutôt prompts à récupérer de vieilles pierres… pour les utiliser dans leurs propres maisons qu'ils sont en train de construire un peu plus loin, il était difficile de croire qu'une dizaine de siècles ( ! ) séparait les deux niveaux d'habitation.
Une explication alternative venait alors spontanément à l'esprit : « Et si ces maisons de l'époque vénitienne avaient, en réalité, été construites juste après l'époque historique de Dioclétien… ».
On passerait ainsi sans transition du 4ème au 14ème siècle !

Mais, si c'était le cas, où étaient donc passés le Moyen-Age et ses dix siècles d'histoire ?



INTRODUCTION



Qui a volé le Moyen-Age ? peut-on légitimement s'écrier… Mille ans, c'est à la fois beaucoup et pas grand chose, comparé au temps "géologique", comme l'âge estimé de la Terre qui se chiffre en milliards d'années.
Si l'on se base sur le critère des générations qui s'enchaînent, dix siècles peuvent paraître relativement courts. Par mon grand-père paternel, né en 1870 - et contemporain de Napoléon III, j'ai pour ainsi dire "un pied dans le 19ème siècle" ; quant à mes petits-enfants, ils connaîtront vraisemblablement le… 22ème siècle !

Eh oui, nous ne sommes qu'à 3 siècles de Louis XIV ( mort en 1715 ), et des fastes de la cour de Versailles… Considéré comme cela, le temps passe très vite… Alors pourquoi, tout au long de l'Histoire, n'aurait-on pas pu rajouté jusqu'à 1000 ans à l'ère Chrétienne… laquelle avec, en gros, 2000 ans écoulés forme l'ossature même de notre Chronologie occidentale ?
Près de la moitié du temps " imparti " …

Certes, on pourra toujours penser que l'épisode de Split, relaté plus haut, n'est guère significatif. Il y a quand même de quoi frapper les esprits, même les plus sceptiques.
Je me souviens d'une émission à la télévision française ( France 3, "Des racines et des Ailes", du 4 août 2004 ), où l'on voyait le conservateur de Musée de Split, Goran Niksic, chez l'un de ses amis qui avait mis au jour, à l'occasion de travaux dans sa cave, les vestiges de thermes romains... Niksic nous montre aussi un appartement en restauration, face à la mer, qui faisait jadis partie de la loggia impériale. Un autre habitant de Split, Zoran, habite dans une maison construite au Moyen-Age, adossée contre le temple de Jupiter édifié par Dioclétien. Une partie du temple pénètre à l'intérieur même de la chambre de Zoran, qui découvre ainsi l'Antiquité en se levant chaque matin !

La ville de Split ( appelée autrefois Aspalathos, puis Spalato ) doit sa notoriété au gigantesque palais de l'empereur romain Dioclétien ( 245-313 ). Cette forteresse de 40.000 m2 est l'unique palais de l'Antiquité tardive dont les murs tiennent encore debout. Construit de 295 à 305, il a bénéficié de tout le luxe possible pour l'époque : pierre blanche de l'île de Brac, marbre d'Italie et de Grèce, etc. Quand on circule en voiture le long de la promenade du bord de mer, on passe devant la façade sud du palais. Empruntant la porte maritime, car du temps de Dioclétien, les remparts donnaient directement sur la mer ( on y entrait alors en bateau ! ), on accède à la vaste demeure... De nombreuses salles voûtées sont actuellement occupées par des fleuristes et les marchands de souvenirs. Un escalier monte au péristyle, vaste cour intérieure dominée par les appartements impériaux. On peut s'imaginer Dioclétien apparaissant du haut de sa tribune pour recevoir l'hommage de la foule…
L'empereur se fit ériger un mausolée qui sera vite transformé en cathédrale par l'archevêque Jean de Ravenne ( daté de 650, mais ce que l'on voit aujourd'hui est bien plus récent ). En fait, le Palais impérial est devenu le centre-ville de Split, bien vivant : toute l'enceinte abrite près de 3000 habitants, des boutiques, des commerces et des tavernes. Certains appartements sont "mixtes", une partie des murs datent de l'Antiquité, et l'autre partie de la Renaissance, comme nous l'avons noté plus haut.
La grande ville de la région, où d'ailleurs naquit l'empereur, s'appelait Salona ( aujourd'hui, Solin ), capitale de la province romaine de Dalmatie, à quelques kilomètres de Split, vers l'intérieur des terres. On y trouvait des thermes, un aqueduc et un immense amphithéâtre à trois niveaux, pouvant accueillir 18.000 spectateurs… Actuellement, les vestiges alternent avec des champs cultivés et des jardins potagers, des vignes et des fermes.

Qu'est-il arrivé jadis ?

Faute de débat chez les historiens, il n'y a pas vraiment de controverse au sujet du palais de Dioclétien, sur les sites alentours, et sur le pourquoi de leur abandon ? On aimerait aussi savoir pourquoi les Vénitiens, mille ans plus tard, en sont venus à réoccuper les lieux. Cet intervalle de dix siècles - où il ne s'est rien passé - ne paraît-il pas disproportionné ?

Le palais de l'empereur Dioclétien semble avoir été recouvert sous des mètres de boue, un peu comme ce fut le cas à Pompéi, sauf qu'il s'agissait ( nous en reparlerons ) des cendres et des laves incandescentes éructées du Vésuve, qui ont détruit toute vie sur leur passage.
A Split, la bonne conservation du Palais et de ses dépendances atteste que l'ensevelissement s'est fait "en douceur" ( tout est relatif, bien sûr ! ).

Même si, par la suite, le souvenir des faits s'est perdu chez les habitants de la région, peut-on vraiment imaginer qu'il aura fallu attendre près de 10 siècles, à l'époque médiévale, pour que les Vénitiens reviennent sur l'ancien site habité, pour qu'ils se mettent à déblayer la ville romaine, la repeuplent et y construisent leurs propres maisons juste à côté ?

On peut très bien penser qu'en réalité les deux époques ( romaine et vénitienne ) se sont rapidement succédées, l'une après l'autre… à quelques dizaines d'années d'écart !
En fait, toute la région a été la proie d'inondations - ou d'une transgression marine. Les Vénitiens sont venus en connaissance de cause, car les descendants des survivants leur avaient indiqué l'endroit où la ville romaine avait été enfouie…

Split n'est pas un cas isolé.
Que s'est-il passé ? Dans l'un de ses ouvrages ( Fälschungen der Geschichte, Munich, 2001 ), le chercheur et auteur berlinois Uwe Topper mentionne expressément la possibilité d'un événement catastrophique d'origine cosmique - ou une série d'épisodes cataclysmiques successifs - qui ont ravagé l'Europe.
Et Uwe Topper se demande aussi ( p. 267 ) : « Pourquoi le pape Martin V a-t-il ordonné en 1417 la mise en œuvre de fouilles afin de dégager l'ancienne Rome ? », ou encore « Comment tous ces vestiges et monuments de l'époque classique ont-ils pu se retrouver ensevelis sous des mètres de sédiments et de débris ? ».

Nous verrons que d'autres épisodes catastrophiques, possiblement induits par des perturbations cosmiques, ont frappé de nombreuses contrées, vers la même époque. Il y a eu de grandes inondations, de violentes transgressions marines ( méga-tsunamis ) à travers l'Europe du Nord, ou de part et d'autre du continent nord-américain, voici 7 à 9 siècles !
L'historien Vine Deloria, de l'Université du Colorado à Boulder, atteste ce dernier point dans son livre "Red Earth White Lies" ( Golden, 1997 ).

Pour en revenir au palais de Dioclétien, le problème posé est désormais de "recaser" dix siècles d'Histoire… en trop !
Car si des événements catastrophiques majeurs sont venus submerger les villes du littoral méditerranéen, anéantissant du même coup les civilisations présentes - grecques et romaines -, cela change toute la donne historique !

De façon abrupte, on peut aller jusqu'à dire que ces mille ans d'Histoire sont "nuls et non advenus" !

Certes, il ne faut pas se montrer trop expéditif, même si l'on part du point de vue - qui est le mien - que la Renaissance n'a pas été la période de redécouverte de l'Antiquité, comme on le dit souvent, mais celle où l'on a… rédigé la plupart des écrits attribués aux auteurs grecs et latins !

Bien sûr, on le comprendra aisément, les modèles du monde antique étaient omniprésents dans l'Italie du quattrocento ou du cinquecento ( 15ème ou 16ème siècles ). Mais c'est parfois très étonnant… frisant même le ridicule.
Ainsi à Florence, Laurent de Médicis avait pris pour habitude de célébrer l'anniversaire de Platon tous les ans… Erasme honorait Cicéron, l'auteur latin, un peu comme s'il avait été un saint de l'Eglise catholique… Et les notables de la péninsule italienne, non contents d'agrémenter leurs jardins de statues gréco-romaines, s'étaient tous mis à étudier avec ferveur les lettres et les arts antiques !

Avait-on voulu " réinventer " l'Antiquité ?
S'agissait-il plutôt d'une mode ?
Ou bien, troisième possibilité : l'époque gréco-romaine était-elle si proche dans le temps - et auréolée d'un tel prestige aux yeux de tous - qu'il était bien naturel d'y faire tout le temps référence ?
De la même façon que nous percevons l'époque de Louis XVI, et que nous nous considérons comme les dignes héritiers du Siècle des Lumières !

Les historiens nous disent que Bernard de Clairvaux possédait fort bien le latin, qu'il citait quotidiennement les auteurs antiques " païens ". La connaissance de la littérature ancienne faisait partie du bagage intellectuel des clercs du Moyen-Age… en dehors de toute préoccupation religieuse !

Y a-t-il eu imitation, voire carrément une production d'écrits en latin, assignés à des auteurs que l'on voulait faire passer pour antiques ?
C'est un peu comme si un dramaturge moderne écrivait une pièce classique en vers, puis essayait de lui faire coller le nom de Corneille ou Racine.
Mais à une toute autre échelle.

Qu'on ait couramment écrit au Moyen-Age dans la langue de Rome peut paraître normal, puisque l'Université parlait latin ( en Allemagne, jusqu'au 19ème Siècle ). Quant à l'Eglise catholique romaine, elle a conservé le latin comme langue officielle jusqu'au Concile de Vatican II ( années 1960 ) !

Tout ça n'explique pas vraiment pourquoi des textes auraient été " déclarés antiques " à la Renaissance, alors qu'en fait, ils venaient tout juste d'être écrits… Nous allons essayer d'en comprendre la raison dans les prochains chapitres de ce livre.

La faveur dont bénéficiaient les auteurs grecs et latins, jusqu'à la cour des Francs carolingiens, atteste en tout cas combien grande était l'influence des Antiques. Peut-être justement parce que leur époque était… plus rapprochée dans le temps que ce que l'on croit d'habitude !

De fait, le passé gréco-romain n'avait jamais été oblitéré, car une bonne partie des manuscrits authentiques étaient toujours disponibles dans les bibliothèques.
Même après une grande catastrophe, et malgré toutes les dégradations.
Certains " sauvés des eaux " ont pu être " mal " recopiés.
Et l'on peut déjà imaginer que de nombreux textes ( et jusqu'aux noms d'auteurs présumés antiques… ) ont été délibérément inventés par les moines-copistes, ou par leurs supérieurs hiérarchiques. En fin de compte, personne ne savait plus trop bien ce qui était l'original, et ce qui était la copie.

Pourquoi ces faux ? Quel était le but final recherché ? Nous allons bientôt le découvrir.

On ne s'étonnera donc pas que la bibliothèque romane du Mont Saint-Michel, aux confins de la Normandie et de la Bretagne, ait conservé des textes de Caton, le Timée de Platon dans sa version latine, des ouvrages de Cicéron, d'Aristote, des extraits de Virgile…
La question qu'on peut se poser, même si elle semble de prime abord incongrue, est de savoir si ces textes préservés ( ou une partie d'entre eux ) n'étaient pas déjà des productions d'auteurs du Moyen-Age tardif ?

On sait que le Wisigoth Théodulfe se faisait appeler Pindare, du nom d'un poète lyrique grec du 6ème siècle avant Jésus-Christ, tandis qu'un Franc du nom d'Angilbert, s'était attribué le surnom d'Homère !
On le voit, il y avait comme un flou artistique qui régnait sur toute cette époque…

Avec le recul du temps, on s'interroge : « Comment distinguer l'œuvre littéraire authentique de sa copie ? ». Et une question subsidiaire pourrait être : « L'imitation de l'Antiquité n'allait-elle pas parfois si loin qu'elle en devenait suspecte… ? ».
Autrement dit : y a-t-il toujours eu une volonté délibérée de falsification ?

Le lecteur insinuera que mettre en doute certains écrits, certaines chronologies, c'est une chose ; mais que cela ne suffit pas à admettre la suppression totale de plusieurs siècles d'Histoire !

« Voyez non seulement les personnages historiques, mais aussi les édifices en dur qui nous sont parvenus depuis le Moyen-Age : châteaux, palais, églises… Ne sont-ce pas là suffisamment de preuves concrètes ? ».

« Oui », vous répondrai-je, « ces magnifiques monuments, notamment les églises gothiques ou romanes, restent les témoins d'un certain contexte historique que nous appelons maintenant Moyen-Age… ».
Mais à l'époque, bien sûr, personne n'employait cette expression ! Dans l'introduction de son livre de 1977, l'historienne Régine Pernoud citait l'exemple d'une personne qui demandait : « Quelle est la date du traité qui mit officiellement fin au Moyen-Age ? » ou « Dans quelle ville se réunirent les plénipotentiaires qui préparèrent ce traité ? ». Finalement, le Moyen-Age est une invention récente !

L'historien français Jacques Le Goff abonde également en ce sens ( A la recherche du Moyen Age, Audibert, 2002 ). Ses études l'ont conduit à faire la part des choses entre la vision noire de cette époque, qui nous vient de la Renaissance, et à la vision plus dorée, qui s'est construite après la Révolution, sous l'influence de Chateaubriand et du romantisme.

Actuellement, nos concitoyens connaissent surtout le Moyen-Age à travers des films comme " Les Visiteurs " ( excellent, au demeurant ! ) ou… les jeux vidéo ! Le Moyen-Age, auréolé de mystères, et de faits d'arme chevaleresques, se prête merveilleusement à la fresque historique, aux récits et aux chroniques ( Les Temps Médiévaux ).

Mais combien de lecteurs sont-ils prêts à reconsidérer le Moyen-Age comme une époque intercalaire, certes, mais seulement dans notre vision "à rebours" d'hommes du 21ème siècle !
Elle ne fut pas du tout ressentie comme telle par les gens qui la vécurent… Les seigneurs féodaux, les notables et les clercs se situaient sur l'échelle temporelle après l'Empire romain, et dans sa continuité ( tout le monde a entendu parler du Saint Empire Romain Germanique ) !
Bien sûr, il y a quand même un certain hiatus chronologique que nous tenterons aussi d'expliquer.

Pour en revenir aux vestiges architecturaux de l'époque médiévale, en Europe occidentale, nous connaissons d'innombrables clochers et chapelles du 12ème et 13ème siècles ( et également des siècles précédents ). A cette époque-là, en France et dans les pays environnants, les gens circulaient beaucoup entre les lieux de culte, souvent récupérés par le christianisme ( pèlerinage de St Jacques de Compostelle, mais aussi Chartres dont on sait que la cathédrale a été bâtie sur d'anciens temples païens ). L'affluence était telle à l'époque qu'on a de la peine à l'imaginer aujourd'hui… sinon en allant observer les touristes " laïcs " qui viennent par bus entiers visiter… les mêmes sites millénaires !
Bien sûr, nous reparlerons plus loin des palais et églises, et de leur récupération par le christianisme en pleine expansion. Nous poserons aussi la question de la religion qui fut originellement pratiquée dans ces sanctuaires…

A notre époque contemporaine, le Moyen-Age est par ailleurs, nous l'avions souligné en entrée, souvent dénigré : on parle de « mentalité moyenâgeuse », peut-être justement pour occulter, inconsciemment ou non, cette période qui nous apparaît « en porte-à-faux avec l'Histoire ». Pourquoi ces gens ont-ils donc rétrogradé par rapport à l'Antiquité gréco-romaine ? Qu'est-ce qui a durablement perturbé la progression linéaire des civilisations occidentales ?

Ce sont des questions qu'on peut légitimement se poser. Et pourtant, le savoir n'était pas absent des officines, cloîtres et ateliers médiévaux !
Nous verrons plus loin comment répondre à cela de façon tout à fait adéquate.

« D'accord », me direz-vous, « mais pourquoi vouloir tant réduire ou rétrécir la chronologie historique officiellement adoptée ? ». En ce qui me concerne, ce n'est point par goût inné de la contradiction, mais dans le souci d'une certaine logique…

Avant que je ne m'intéresse aux publications, outre-rhin, sur le " récentisme ", certains faits ou réalisations antiques m'avaient personnellement paru singulièrement proches… de "notre" présent.
En Grèce, par exemple. J'ai toujours été surpris de constater à quel point la langue grecque avait si peu changé en deux millénaires et demi… Mettez un Grec contemporain devant un texte de Platon ou d'Homère, il vous le lira sans trop de problème. Certes, on le lui aura plus ou moins appris à l'école. C'est néanmoins véritablement stupéfiant, même si l'on tient aussi compte que l'Église orthodoxe et l'administration civile ( jusqu'à ces dernières années ) utilisaient une forme de grec, dite katharevousa, pratiquement similaire au grec classique. Faites la même chose en France en présentant un texte de François Villon aux passants dans la rue !

En tout cas, si l'Antiquité hellène n'est qu'à une dizaine de siècles de nous, cela explique joliment pourquoi les Grecs parlent toujours la même langue…

Certains esprits, et non des moindres, se sont déjà penchés sur les erreurs de dates dans l'Histoire. Ainsi Isaac Newton ( 1643-1727 ), le physicien bien connu, "père" de la gravitation, s'est occupé pendant quarante ans de chronologie ; et il a prétendu que les dates acceptées à son époque étaient trop anciennes de plusieurs siècles : notamment les événements les plus importants de la Grèce classique devraient être avancés d'au moins 300 ans par rapport à lui ( 1 ). Comme le rapportent les " récentistes " Uwe Topper, Heribert Illig et Anatoly Fomenko, de nombreux cercles d'érudits se seraient formés spontanément au lendemain de la réforme du calendrier par le pape Grégoire XIII ( 1582 ) pour contester la validité de certaines dates historiques… imposées. Mais la trame temporelle "établie" par les chronologistes et Joseph Scaliger ( 1540-1609 ) resta en position de force, et les historiens des siècles suivants ne purent plus y changer grand-chose… Les grands noms, comme Jules Michelet en France, se sont servis des mêmes modèles 'scaligériens' pour écrire leur Histoire, celle qui est maintenant enseignée dans les écoles !

Nous reviendrons bien sûr sur ces points importants tout au long du livre.

Qui donc aurait dérobé le Moyen-Age ? Ou plutôt : Qui aurait rajouté tous ces siècles ? Et puis aussi, ce qui est très important : « Quel aurait été le mobile ? ».

Nous pouvons d'ores et déjà insinuer que l'intention voulue a été « forcément » de se vieillir, en se donnant, par là-même, une légitimité renforcée… Quelle institution - ou groupe politico-religieux - a bien pu en être le maître d'œuvre ?
Nous allons progressivement le découvrir…

Certes, dans les prochains chapitres, il ne sera pas vraiment question de machinations sordides, de complots, de faux grossiers en écriture - ou d'une imposture flagrante qui auraient conduit ipso facto à une trame historique trop longue de plusieurs siècles ! Mais il y a manifestement eu volonté délibérée de la part de Puissants de l'époque… La falsification en règle de l'Histoire aura été "pieusement" voulue, pourrait-on dire…

Cependant on ne peut rien expliquer sans intégrer un autre paramètre, celui d'une intervention de l'extérieur, tout à fait imprévisible, celle-là… !
Une méga-catastrophe naturelle, par exemple.

L'histoire de l'Humanité n'a jamais été un long fleuve tranquille… En revanche, la créativité humaine est toujours restée égale à elle-même. Un regard rétrospectif sur les deux siècles écoulés ( 19ème et 20ème ) montre à quelle vitesse s'est développée la civilisation occidentale, dès lors qu'il n'y a plus eu d'entraves au progrès de la science, ni au développement technologique !
C'est une question de fond qui m'a personnellement toujours quelque peu tracassé, depuis que je m'intéresse aux sujets de l'histoire ancienne, avant et après la généralisation de l'écriture.

Nous savons maintenant qu'en l'espace de 2-3 siècles seulement l'homme passe du stade de la voiture tirée par des chevaux, à celle tractée par l'énergie électrique… Homo sapiens serait-il devenu subitement si intelligent, qu'il a pu réaliser tout cela en si peu de temps, alors que pendant des millénaires il en était resté très "bêtement" au char à bœufs ?

Autrement dit, qu'est-ce qui est le plus "normal" : végéter pendant des dizaines de siècles au même stade de la technologie, ou bien partir à la conquête de la Lune en quelques décennies ?
Si nous n'y sommes pas retournés depuis 1972, ce n'est pas faute d'en avoir les moyens techniques, mais simplement parce que cela n'en valait plus la peine ! Ainsi, la "loi des marchés" a-t-elle toujours implicitement guidé l'humanité dans sa marche vers l'avant.
Alors, si aujourd'hui nous faisons l'expérience d'un mode de croissance exponentiel des sociétés humaines, pourquoi cela ne se vérifierait-il pas... depuis que l'homme est homme ? C'est-à-dire ( au moins ) depuis quelques dizaines de milliers d'années.

Rassurons-nous, ce qui est "biologiquement correct", c'est bien évidemment de passer en 50 ans du stade de l'avion en bois et tissus des frères Wright, au Boeing 707 à réaction. Ce qui est beaucoup moins normal, en revanche, si l'on trace le cours de l'Histoire, c'est de constater que des civilisations anciennes, en Europe ou ailleurs, en sont restées pendant des millénaires au même type de char ou de charrue, ou à utiliser la même poterie… N'en déplaise aux archéologues qui ne s'expriment guère sur cet état de choses.

Or si tel est bien le cas, c'est que forcément il y a une anomalie quelque part !

Ou bien les époques concernées sont beaucoup plus brèves que les estimations actuelles nous incitent à le croire, ou bien ces périodes ont été véritablement entrecoupées de désastres et cataclysmes, qui ont rejeté chaque fois les populations en arrière, dans la misère et la régression technologique.
En fait, les deux explications conjointes sont bonnes, sans aucun doute. Dans nos contrées, l'Antiquité gréco-romaine fut la dernière des grandes civilisations, un véritable âge d'or, avant de gros déboires, climatiques et sanitaires…

Et c'est depuis un événement brutal et cataclysmique - après la destruction presque totale des Antiques et de leur culture - que l'essor de l'humanité a péniblement redémarré… voici 700 ans !
Telle est la thèse de ce livre.

Une chronologie alternative peut paraître exagérément courte, car cela nous mettrait au bas mot… à 7 siècles de la fin de l'Empire romain d'Occident.
Globalement cela semble néanmoins plausible, car conforme à la vitesse moyenne du développement des civilisations, telle que nous pouvons l'appréhender à partir des quelques constatations théoriques et pratiques que nous venons de faire.

Ce livre n'est pas plus polémique que le "Da Vinci Code" de Dan Brown ( 2 ), qui prend ses libertés avec la vie privée du Christ. Un point commun est qu'il dépeint aussi le christianisme des origines comme un "coup monté". Mais le présent exposé n'est pas un roman, il s'agit d'une critique constructive de la chronologie : je proposerai en fin d'ouvrage un scénario alternatif, ouvert bien évidemment au débat.

Pour bien comprendre tout cela, avant d'aborder les sujets historiques proprement dits, nous allons devoir nous remémorer quelques données pratiques, principalement sur le calendrier : cela fera l'objet du premier chapitre.


La suite des chapitres ici :

http://initial.bipedalism.pagesperso-orange.fr/25ma.htm
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mer 24 Sep 2014 - 09:26    Sujet du message: La théorie du temps ajouté « Où est donc passé le Moyen-Âge ? » Répondre en citant

Moines de Moissac et faussaires

http://home.kpn.nl/r.../faussaire1.pdf

Je recherche un lien concernant le XIV, une invention qui pouvait créer des faux également, j'étais dessus hier j'ai perdu le lien, d'autant que je suis tombée sur le site par hasard héhé
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mer 24 Sep 2014 - 09:26    Sujet du message: La théorie du temps ajouté « Où est donc passé le Moyen-Âge ? » Répondre en citant

Nous ne sommes pas en 2010, mais en 1713 !

Mais comme nous sommes en 2012 nous serions donc en 1715
http://www.besoindes...e-temps-fantome
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mer 24 Sep 2014 - 09:27    Sujet du message: La théorie du temps ajouté « Où est donc passé le Moyen-Âge ? » Répondre en citant

Le récentisme est la remise en cause de l'Histoire officielle, et donc de la légitimité du patriarcat. Il existe plusieurs écoles de révisionnisme récentiste, essentiellement en Allemagne et en Russie. La plus extrême est celle du mathématicien russe Anatoli Fomenko. Si certains pensent que seulement 300 ans du haut moyen-âge sont fictifs, Fomenko affirme lui que la civilisation n'a en réalité que 1000 ans d'âge !!!

Allez directement sur le site youtube, afin de lire les résumés et voir les liens proposés.

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mer 24 Sep 2014 - 09:28    Sujet du message: La théorie du temps ajouté « Où est donc passé le Moyen-Âge ? » Répondre en citant

Nous proposons à ceux qui se plaisent à la recherche de la vérité historique, de

faire avec nous une étude attentive de ce curieux chapitre du XVe livre des

Annales. Nous acquerrons, croyais-nous, la conviction, par des considérations

extrinsèques, que ces pages n’ont pu être écrites par Tacite ; nous constaterons

que la plume du faussaire est celle d’un moine du moyen Age ; nous verrons qu’il

a introduit dans l’oeuvre de l’historien romain des expressions et même des

phrases entières prises dans des auteurs ecclésiastiques ; nous reconnaîtrons,

par l’examen des documents historiques qui nous sont parvenus, qu’il n’y a pas
eu de persécution de chrétiens sous Néron .


Sur la foi d’un tel témoignage, ce drame aussi épouvantable qu’étrange a été

considéré comme un fait acquis à l’histoire, il a semblé incontestable que sur les

ruines fumantes de Rome Néron ait versé le sang d’hommes héroïques et pieux,

dont les fils devaient un jour jeter bas du Capitole les dieux de l’Olympe et la

statue de la Victoire pour y planter la croix du Christ.

Les savants qui de nos jours se sont occupés de l’histoire de l’empire romain et

de celle des premiers siècles du christianisme, n’ont pas mis en doute

l’authenticité du texte de Tacite. Les uns, préoccupés de plus importantes

questions, ont accepté sur ce point l’opinion traditionnelle sans la discuter.

D’autres ont analysé, commenté, développé le chapitre attribué à Tacite et ont
cru pouvoir le prendre pour une des bases de leurs études.


http://www.mediterra...chart/Neron.pdf
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mer 24 Sep 2014 - 09:28    Sujet du message: La théorie du temps ajouté « Où est donc passé le Moyen-Âge ? » Répondre en citant

Sigebert de Gembloux faussaire ? Le chroniqueur et les « sources anciennes » de son abbaye

http://www.persee.fr...7_num_55_4_3169
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mer 24 Sep 2014 - 09:29    Sujet du message: La théorie du temps ajouté « Où est donc passé le Moyen-Âge ? » Répondre en citant

http://histoiredemys...-sur-notre.html

Incertitudes sur l'origine de la fondation de Bruxelles

http://fr.wikipedia....on_de_Bruxelles
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mer 24 Sep 2014 - 09:30    Sujet du message: La théorie du temps ajouté « Où est donc passé le Moyen-Âge ? » Répondre en citant

La restauration de nos monumens historiques devant l’art et devant le budget
Anatole Leroy-Beaulieu


Revue des Deux Mondes T. 6, 1874


Notre siècle est le premier qui se soit piqué de réparer les édifices des siècles passés sans les défigurer. Jusqu’ici chaque époque appliquait aux monumens des époques précédentes son goût et son style : la nôtre au contraire emprunte souvent, pour les édifices contemporains, les formes et les styles des âges écoulés. Comprenant tous les arts et toutes les époques, n’ayant point, à proprement parler, d’art ou de style original, faisant à volonté du grec ou du romain, du byzantin ou du gothique, nous ne sommes point tentés de déformer les monumens que nous ont laissés nos pères de la façon dont ceux-ci ont déformé les monumens de leurs ancêtres. C’est toujours dans leur style et non dans le nôtre que nous prétendons réparer nos vieilles cathédrales, nos vieux châteaux. Notre temps est le seul qui ait su restaurer les anciens édifices, disons-nous volontiers. Il y a dans cet éloge de nous-mêmes une part de vérité et de justice, une part d’erreur ou d’illusion. Nous ne rhabillons plus, comme nos aïeux, les constructions des autres époques dans un style étranger, nous ne les travestissons plus à la grecque ou à l’italienne ; en réalité, nous ne les en accommodons guère moins à notre goût et à notre caprice. Les monumens n’ont échappé aux périls des restaurations des siècles précédens que pour tomber avec nous dans un péril opposé et comme inverse : ce n’est plus l’ignorance, c’est le savoir même des architectes qui les met en danger.
À force d’études, nous avons réduit l’art et les procédés du moyen âge en théories, en formules, plus nettes et plus fixes que celles qu’il connut jamais lui-même ; nous en sommes arrivés à croire mieux posséder l’art roman ou l’art gothique que les constructeurs des monumens gothiques ou romans. Nous avons sur ces derniers un avantage ; l’art du moyen âge ayant toujours marché de transformation en transformation sans jamais s’arrêter, la postérité, qui le peut embrasser tout entier d’un coup d’œil,, a moins de peine que les contemporains à en comprendre l’ensemble, à en caractériser les différentes phases. Par malheur, cet avantage n’est pas sans contre-partie. Il nous est arrivé en architecture ce qui arrive souvent en histoire naturelle. Nos divisions et nos classifications, nos définitions et nos formules ont été plus marquées, plus exclusives que ne le comportaient les choses elles-mêmes. Le besoin de classer et de généraliser, de faire tout rentrer dans un cadre et dans un système, nous a conduits à nous faire une sorte de type idéal, d’art abstrait et théorique aux règles duquel nous sommes tentés de plier après coup les monumens des siècles passés. Il y a là pour les édifices du moyen âge, pour les édifices gothiques surtout, un danger que nous croyons devoir signaler au monde savant et au public. Bien des églises de France ont été restaurées depuis un demi-siècle, sous le second empire surtout ; dans ce nombre, il y en a peu qui n’aient subi quelques altérations, quelques corrections plus ou moins graves. Aux yeux de la foule, ces modifications ont souvent été insensibles, souvent même elles ont paru dignes d’éloges ; aux yeux de l’archéologue, aux yeux de l’homme préoccupé de l’histoire et des souvenirs du passé, elles ont toujours été regrettables, parfois elles ont été irréparables. Dans un monument historique, il ne devrait y avoir de toléré que les changemens impérieusement exigés par le but de l’édifice, ou par la solidité de la construction. Nous ne voulons point faire de récrimination sur les monumens dont la restauration est achevée. Nous prendrons pour exemple, à peu de distance de Paris, une église actuellement en restauration, la cathédrale d’Évreux. C’est une de ces nombreuses églises où les différens styles se suivent et s’enchaînent les uns aux autres, comme les générations et les siècles, sans que la variété des parties nuise à l’harmonie de l’ensemble. La nef, dans l’étage inférieur au moins, est romane, le chœur gothique, la façade renaissance. La nef avait deux caractères particuliers : les contre-forts supportaient de doubles arcs-boutans, et l’ogive de la voûte centrale était peu accentuée, d’un gothique encore timide et primitif. Dans la restauration projetée, ou mieux dans la reconstruction commencée, ce double caractère doit disparaître. Nous avons vu un plan gravé représentant côte à côte l’église actuelle et le projet de restauration. Les différences ou les améliorations sautent aux yeux ; les nouveaux contre-forts n’ont, comme dans la plupart des églises, qu’un seul arc-boutant, et comme dans la plupart des monumens du XIIIe siècle l’ogive de la nef nouvelle est sensiblement plus aiguë. L’intérieur et l’extérieur du vaisseau central, la seule partie de l’édifice encore atteinte par la restauration, sont ainsi également modifiés dans ce qu’ils ont d’essentiel, dans ce qu’ils ont de particulier et de rare.
Les modifications, comme nous venons de le dire, on ne les déguise point, on les affiche dans les projets officiels, et les partisans de la reconstruction en font valoir les avantages. Ces contre-forts à doubles arcs-boutans étaient une forme vicieuse, cette ogive surbaissée de la nef était lourde, et ne convenait point à un monument de cette époque. En simplifiant les arcs-boutans, en surhaussant l’ogive de la voûte, on donne à l’édifice plus de légèreté, plus d’élégance, plus de pureté. Qu’avez-vous à reprocher à une reconstruction qui ne change les parties et les proportions de l’édifice que pour les corriger et les embellir ? Ce que nous avons à dire, c’est qu’avec de telles corrections, avec de tels perfectionnemens, un édifice perd l’une des principales qualités d’une œuvre d’art, l’originalité, et la première qualité d’un monument historique, l’authenticité.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Brueghel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 24 Sep 2014 - 22:31    Sujet du message: La théorie du temps ajouté « Où est donc passé le Moyen-Âge ? » Répondre en citant

"""C'était l'année 1966, et la Yougoslavie n'était encore guère ouverte aux touristes. Au centre de la ville de Split s'élevait le magnifique palais de l'empereur romain Dioclétien ( 284-305 après J.-C. ). Absolument intact… On avait de la peine à croire que ces façades et vastes demeures dataient de près de 17 siècles ! Mais le plus surprenant était sans doute de constater que les maisons de la Renaissance, construites à l'apogée de Venise, avaient été tout bonnement ajoutées - voire intégrées - aux édifices romains déjà en place, dans un ensemble architectural parfait. Sachant que partout dans le monde, les habitants d'une cité sont plutôt prompts à récupérer de vieilles pierres… pour les utiliser dans leurs propres maisons qu'ils sont en train de construire un peu plus loin, il était difficile de croire qu'une dizaine de siècles ( ! ) séparait les deux niveaux d'habitation. 
Une explication alternative venait alors spontanément à l'esprit : « Et si ces maisons de l'époque vénitienne avaient, en réalité, été construites juste après l'époque historique de Dioclétien… ». 
On passerait ainsi sans transition du 4ème au 14ème siècle ! 

Mais, si c'était le cas, où étaient donc passés le Moyen-Age et ses dix siècles d'histoire ?"""




 J'avais déjà lu l'introduction du livre de François de Sarre 
au premier abort il nous présente ce qui semble être un anachronisme troublant , mais en y regardant de plus près on ce rend compte rapidement du vide de son argumentation 


pour commencer , est ce vraiment signifiant de trouver cote à cote des constructions ayant 10 siècles d'écarts ? et surtout est ce que ça permet d'avancer l'hypothèse de l'invention de ces 10 siècles ? 
quand on regarde ailleurs on est obligé de constater que partout on retrouve ce genre de cohabitation surprenante et que sa ne signifie jamais une quelconque modification de la chronologie 
pour prendre qu'un exemple 
Notre Dame de Paris est cerné d'édifices Haussemanien du 19è siècle , il n'y a quasiment plus aucune trace visible des bâtiments précédent, la cathédrale est beau milieu d'une belle place qui la met bien en valeur  on pourrai croire que  tout ça a été conçu à la même période , et pourtant pesonne ne peut  imaginer que c'est la preuve que Notre Dame à été construite début 19ème ? 


ensuite on peut regarder les affirmations de François de Sarre 


""
 palais de l'empereur romain Dioclétien ( 284-305 après J.-C. ). Absolument intact…
""
 facile a vérifier 
certaines parties sont effectivement bien conservés ( à noter que d'importantes rénovations on eu lieux depuis les années 50 ) 







par contre pour d'autres parties c'est nettement moins " intact" 





et quand on compare ce qu'il a été ( selon les descriptions ) et ce qu'il est aujourd'hui 



je vous met le lien pour aujourd'hui car c'est une grosse image 
http://dominicus.malleotus.free.fr/croatie/img/ville_split_-_palais_dioclet…



on vois très bien que le "" absolument intact "" est totalement faux c'est même un gros mensonge ! 


on peut ensuite examiner le reste des affirmations 
il essais de nous faire croire sous prétexte qu'il y aurai quelques belles maisons qui ressemblent à des palais vénitiens ( Venise à pris la ville en 1420) ,qu'il n'y aurai rien d'autre et que le temps ce serai arrêté durant 10 siècles que la ville aurai été abandonnée sans que rien soit modifier  
il suffit de vérifier ce que l'on sait de l'histoire de Split , et de voir si vraiment il y a un vide entre l'antiquité et Venise ? 
on sait peu de chose sur la vie du palais jusqu'a la fin de l'empire à Rome mais  mais on retrouve régulièrement des traces de son occupation jusqu'au début du VII siècles 
on retrouve des traces plus marquante avec des description de la ville , au moment de la prise de contrôle de la ville par l'empire Byzantin à la fin du IX siècle 
l'archéologie confirme ceci 
"""
La description du site par Constantin VII, vers 948-949, montre que le complexe palatial s'est transformé en une petite ville, dont l'armature est encore fournie par les constructions antiques tardives. L'archéologie confirme que les premières phases de construction postérieures au VIe siècle font un usage intensif des structures antiques tardives en remploi
"""
Progressivement, de nouvelles constructions viennent masquer les vestiges du palais de Dioclétien : la plus ancienne est le beffroi élevé au-dessus des remparts de la porte ouest, vers 1100, pour la chapelle dite de Notre-Dame des cloches (Gospa od zvonica). Les plus anciens vestiges d'architecture civile médiévale sont les grandes maisons gothiques à deux ou trois étages qui envahissent l'espace intérieur du palais auxxiie siècle et xiii siècle
"""


on ce rend bien compte que l'introduction de François de Sarre , est une fiction basée uniquement sur une interprétation personnelle et ne correspond en rien à la réalité constaté 
si l'introduction même du livre repose sur des arguments aussi peu convaincants on peu douter de la suite 


on peut discuter de tout le reste du livre , mais j'ai bien peur que tout soit dans la même vaine , une interprétation orienté des événements pour parvenir à une conclusion décidé a l'avance 
Les membres suivants remercient Anonymous pour ce message :
L'Ange Gardien (25/09/14)
Revenir en haut
Brueghel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 24 Sep 2014 - 23:12    Sujet du message: La théorie du temps ajouté « Où est donc passé le Moyen-Âge ? » Répondre en citant

On parlait de Venise , alors juste un aparté sur Venise 


si nous supposons que 10 siècles manquent entre le 5ème et le 15ème 
nous avons dont au 15 ème siècle une ville de plus de 100 000 habitants , avec une architecture incomparable , une histoire déjà très riche , le plus grand port de Méditerranée , une maitrise presque totale du commerce avec l'orient ...


si les 10 siècles n'existe pas on doit retrouver cette même ville au 5 ème siècle (une telle ville et un tel empire ne ce bâti pas en quelques décennies ) 


or dans le monde romain , il n'y a aucune mention d'une ville lacustre dans cette région , aucun empire maritime qui y ressemblerai , aucune voie romaine importante ne même à Venise , aucune relation , aucun commerce aucune guerre avec Rome , aucune trace , venise n'existe pas pour la Rome antique ! 


qui peut croire que la république de Venise serai subitement apparu telle qu'est est , au 15 ème siècle ? 
Les membres suivants remercient Anonymous pour ce message :
(25/09/14)
Revenir en haut
L'Ange Gardien


Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2014
Messages: 767
Masculin
Point(s): 160

MessagePosté le: Jeu 25 Sep 2014 - 19:31    Sujet du message: La théorie du temps ajouté « Où est donc passé le Moyen-Âge ? » Répondre en citant

 
Citation:

 On parlait de Venise , alors juste un aparté sur Venise 


si nous supposons que 10 siècles manquent entre le 5ème et le 15ème 
nous avons dont au 15 ème siècle une ville de plus de 100 000 habitants , avec une architecture incomparable , une histoire déjà très riche , le plus grand port de Méditerranée , une maitrise presque totale du commerce avec l'orient ...


si les 10 siècles n'existe pas on doit retrouver cette même ville au 5 ème siècle (une telle ville et un tel empire ne ce bâti pas en quelques décennies ) 


or dans le monde romain , il n'y a aucune mention d'une ville lacustre dans cette région , aucun empire maritime qui y ressemblerai , aucune voie romaine importante ne même à Venise , aucune relation , aucun commerce aucune guerre avec Rome , aucune trace , venise n'existe pas pour la Rome antique ! 


qui peut croire que la république de Venise serai subitement apparu telle qu'est est , au 15 ème siècle ?


Pourquoi pas.....mais la théorie du temps ajouté va de 1000 ans à 300 ans selon les auteurs, donc.......quelques siècles (voire un ou deux) peuvent suffir à faire la sublime Venise du 15e

Venise est un exemple intéressant, Rome aussi, dont son histoire semble s'arrêter du 5e au 15e (en gros).....
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:38    Sujet du message: La théorie du temps ajouté « Où est donc passé le Moyen-Âge ? »

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Les inventions sur l'histoire
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  >
Page 1 sur 10

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com