OnNousCacheTout... Index du Forum

OnNousCacheTout...
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Nicolas Sarkozy
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Politique, justice
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mar 24 Juin 2014 - 12:09    Sujet du message: Nicolas Sarkozy Répondre en citant

Financement libyen :

De mystérieuses notes “blanches” mettant en cause Nicolas Sarkozy dans l’affaire des financements libyens ont été retrouvées dans le cabinet d’un avocat d’affaires parisien, au hasard d’une perquisition dans un tout autre dossier. Le juge Tournaire soupçonne que des informations contenues dans ces documents puissent émaner des services secrets.es notes accusant Sarkozy retrouvées chez un avocat.

Nicolas Sarkozy sur le patron de la DCRI : «Il nous est fidèle, lui ?»

De nouvelles écoutes judiciaires montrent que Nicolas Sarkozy s'est inquiété l'été dernier du peu de coopération de l'actuel patron de la DCRI dans l'affaire Kadhafi pour l’informer des développements des enquêtes en cours. Les juges sont par contre parvenus à identifier une possible “taupe” de l'équipe Sarkozy, Tristan H., travaillant sur les questions libyennes dans les services secrets. Ils s'interrogent aussi sur le rôle d'un cadre dirigeant d'EADS.

Pour enrayer le cours d’une justice qui le menace, Nicolas Sarkozy est décidément prêt à tout. Mediapart révèle le contenu de nouvelles écoutes judiciaires qui montrent que Nicolas Sarkozy s'est étonné l'été dernier du peu de coopération de l'actuel patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) dans l'affaire Kadhafi afin de l’informer sur le contenu des investigations en cours, voire d'en empêcher les embarrassants développements. « Mais il nous est fidèle, lui ? », s'est-il ainsi inquiété auprès de son directeur de cabinet, en juin 2013.

http://www.mediapart.fr/journal/france/150514/nicolas-sarkozy-sur-le-patron…

Karachi : les doublures de Balladur, Léotard et Sarkozy renvoyées devant le tribunal

12 juin 2014 | Par Fabrice Arfi

Après trois ans et demi d'enquête, les juges Van Ruymbeke et Le Loire renvoient devant le tribunal correctionnel Nicolas Bazire et Thierry Gaubert, deux proches de Nicolas Sarkozy, l'ancien ministre Renaud Donnedieu de Vabres, ainsi que les marchands d'armes Ziad Takieddine et Abdul Rahman el-Assir. Il s’agit du premier épilogue, avant procès, de l’un des plus importants scandales politico-financiers de ces dernières décennies.

http://www.mediapart.fr/journal/france/120614/karachi-les-doublures-de-ball…

Prêt de 3 millions: les députés UMP demandent des comptes à Christian Jacob

Les dirigeants de l'UMP n'ont plus assez de bras pour écoper. Lundi 23 juin, ils se sont efforcés de clore la nouvelle polémique née des révélations de Mediapart sur le prêt de 3 millions d’euros que le groupe UMP de l’Assemblée nationale a accordé au parti, au bord de la faillite à l'été 2012.

http://www.mediapart.fr/journal/france/240614/pret-de-3-millions-les-depute…

Le retour de Sarkozy : une coupure vertigineuse

23 juin 2014 | Par Hubert Huertas


Nicolas Sarkozy, en pleine tempête, fait annoncer son intention de revenir. Il indique sa méthode : s'emparer du parti qu’il a détruit. La dernière sortie de l'ancien président résume à elle seule la vertigineuse coupure entre la France des politiques et la France des Français.


Commençons par l'intéressé. Dans la vie courante, celle d'une entreprise par exemple, il serait viré depuis longtemps pour avoir tapé dans la caisse. Dans la vie politique, on fait semblant de s’interroger. Était-il au courant ? Voilà donc un patron dont le haut état-major a été pris la main dans le sac, état-major dont une bonne partie est convoquée par la justice à ce propos. Ses partisans assurent qu’il ne savait pas ! Que c'était dans son dos ! Voilà donc un candidat qui a fait péter le jackpot de ses comptes de campagne, sans avoir raflé la mise, mais à l'insu de son plein gré ! Parti ratiboisé financièrement, entourage moralement ruiné, dans la société civile cet homme se ferait tout ...
http://www.mediapart.fr/journal/france/230614/le-retour-de-sarkozy-une-coup…
Les membres suivants remercient Marine pour ce message :
aja777 (24/06/14), (24/06/14)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 24 Juin 2014 - 12:09    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mar 24 Juin 2014 - 22:05    Sujet du message: Nicolas Sarkozy Répondre en citant

Les 17 millions d'euros cachés de la campagne Sarkozy

17 juin 2014 | Par Fabrice Arfi et Mathilde Mathieu





Selon une comptabilité interne de la société Bygmalion, le candidat Sarkozy a dissimulé presque 17 millions d'euros de frais de campagne aux autorités de contrôle en 2012. Cette comptabilité contenue dans une clef USB a été récupérée par la police judiciaire. Mediapart y a eu accès en intégralité.

Selon une comptabilité interne de la société Bygmalion, le candidat Sarkozy a dissimulé presque 17 millions d'euros de frais de campagne aux autorités de
contrôle en 2012. Cette comptabilité contenue dans une clef USB a été récupérée par la police judiciaire.
. Les chiffres ont parlé, meeting par meeting, prestataire par prestataire. Selon une comptabilité interne de la société
Bygmalion récupérée par la police judiciaire et à laquelle le candidat Nicolas Sarkozy a dissimulé
presque 17 millions d'euros de frais de campagne aux autorités de contrôle en 2012.

Les enquêteurs de l'Office central de lutte contre la corruption ont mis la main, lundi 26 mai, sur une clef USB contenant une double facturation établie par Event & Cie (la filiale événementielle de Bygmalion) pour les 44 meetings électoraux de Nicolas Sarkozy. Dans un premier classeur, sobrement intitulé « Factures 2012 », sont rangées les factures officielles, avec les tarifs déclarés à la commission des comptes de campagne. Dans un second, baptisé « Balances 2012 », se niche une comptabilité secrète avec les prix réels Les additions sont accablantes. Alors que Nicolas Sarkozy a officiellement réglé
4,3 millions d'euros à Event & Cie pour l'organisation de ses 44 meetings, il a en fait dépensé pour 21,2 millions d'euros (17,7 millions hors taxes) auprès de cette société fondée par deux proches de Jean- François Copé, Bastien Millot et Guy Alves, si l'on en croit leurs archives informatiques qui ne semblent pas avoir été modifiées depuis 2012, selon les constatations de Mediapart Vertigineux, l'écart entre les frais déclarés
et les frais réels avoisine donc 17 millions d'euros, une somme bien supérieure aux « 11 millions » initialement évoqués par l'avocat de Bygmalion lors de sa
conférence de presse du 26 mai. De fait, Me Patrick Maisonneuve avait alors prévenu qu'il s'agissait d'une « fourchette » très approximative.

Quand on tient compte de ces frais de meeting cachés, le compte de Nicolas Sarkozy explose littéralement pour atteindre plus de 39 millions d'euros,
bien au-delà du plafond légal fixé à 22,5 millions d'euros. On serait donc loin du dérapage “mineur” repéré par le Conseil constitutionnel en juillet 2013, lorsqu'il a rejeté le compte du candidat, le privant du remboursement de l'État. Désormais, la clef USB de Bygmalion atteste d'une autre histoire : celle d'une fraude industrielle majeure, dissimulée avec la complicité de l'UMP.

Pour que les équipes d'Event & Cie soient payées en intégralité, il a en effet été imaginé que les 17 millions d'euros non facturés à Nicolas Sarkozy seraient
supportés illégalement par le parti de Jean-François Copé. La formation politique (largement subventionnée par de l'argent public) a ainsi payé rubis sur l'ongle une cinquantaine de conventions fictives, facturées par Bygmalion entre janvier et juin 2012.

Ces fausses factures, révélées par Libération dès le 14 mai dernier et que Mediapart a pu consulter dans leur totalité, couvrent un montant de 15
millions d'euros (TTC), auquel il faut probablement ajouter quelque 500 000 euros de surfacturations portant sur des événements, eux, bien réels.
Pour illustrer l'ampleur de la triche opérée par l'équipe de Nicolas Sarkozy, Mediapart a rassemblé les données d'Event & Cie dans un tableau permettant de
comparer, meeting par meeting, le prix réel d'Event pour les prestations fournies au candidat avec le tarif affiché dans le compte de campagne. Dans la troisième colonne se trouve le différentiel, c’est-à-dire le montant dissimulé à la Commission (il est possible que certains frais engagés par Event & Cie en marge des meetings n’aient pas été déclarés pour la bonne raison qu’ils n’avaient pas de caractère électoral, mais pour des sommes très mineures).

Le coût réel des prestataires supérieur à celui du prix officiel des meetings... Aucune des 44 factures officielles ne correspond à la réalité. Toutes sont sous-évaluées d'au moins 100 000 euros, bien souvent 200 000 ou 300 000 euros. Dans neuf cas, ce sont plus de 500 000 euros de frais qui ont été masqués à la commission des comptes de campagne. À Villepinte,la part dissimulée grimpe jusqu'à 1,37 million…Pis encore : pour le rassemblement
géant de la Concorde, scénarisé par l'entreprise concurrente Agence publics, aucune prestation de Bygmalion ne figure dans le compte de campagne. Or, d'après les fichiers que nous avons épluchés, Event & Cie aurait travaillé en coulisse pour 1,87 million d'euros. Idem pour le Trocadéro : seules les équipes d'Agence publics apparaissent facialement dans le compte de Sarkozy, alors que Bygmalion était aussi dans le coup pour 576 000 euros, si l'on en croit ses propres chiffres. D’autres données gravées dans la clef USB prouvent le caractère bidon des factures déposées dans le compte de campagne. Pour chaque meeting, l’entreprise a en effet listé les prestataires extérieurs auxquels elle a dû faire appel (pour la sonorisation, l’image, la retransmission sur internet, etc.) et les sommes qu’elle leur a versées. Mediapart a pu vérifier leur exactitude auprès de plusieurs soustraitants.

Ainsi, à Nice, Event & Cie a déboursé 412 257 euros pour payer ses prestataires ; or dans le compte de campagne officiel, Event & Cie n’a facturé que
98 972 euros à Nicolas Sarkozy pour l’ensemble du meeting, marge comprise. Et c’est pareil
dans chaque ville. Ligne après ligne, le trucage massif du compte ne fait plus aucun doute.

Plusieurs médias ont raconté comment la campagne de Nicolas Sarkozy s'était emballée en 2012, comment le candidat s'est grisé au point de réclamer presque une réunion publique par jour. Il fallait toujours plus de drapeaux, de caméras mobiles, l'un des meilleurs réalisateurs de Paris... Mais jusqu'ici, on manquait cruellement de chiffres et d’éléments matériels.

Cette fois, les policiers les ont entre les mains. Dès le 26 mai, jour de la perquisition au siège du groupe Bygmalion, ils ont aussi entendu son
président, Guy Alves, ainsi que Franck Attal, le responsable opérationnel pour la présidentielle, avant de recueillir, quelques jours plus tard, le témoignage du
comptable maison.

Estampillé “copéiste”, Guy Alves a assuré aux policiers que les conventions fictives réglées par l’UMP à Bygmalion n’ont servi qu’à couvrir Nicolas Sarkozy – pas question pour lui de laisser penser qu’elles auraient alimenté une caisse noire au bénéfice de son ancien mentor. Les policiers s'efforcent depuis d'authentifier ses fichiers informatiques, de contrôler qu'ils n'ont pas été manipulés. Un travail de bénédictin. En parallèle, ils vont aussi calculer la
marge engrangée par la société et vérifier l’exactitude des chiffres avancés par ses dirigeants dans les médias – ils ont parlé d'une marge autour de 25 %.

D’après nos calculs, basés sur les chiffres contenus dans la clef USB, Event & Cie a retiré 4,9 millions d’euros (hors taxes) de la campagne présidentielle, avant déduction des charges internes (salaires maison, cotisations, etc.). Dans les comptes 2012 de la société, que nous avons pu consulter, Event & Cie affiche ainsi un résultat avant impôt de 4,66 millions d’euros (soit une marge de 23,1 %) et de 3,07 millions après impôts.

Citation:
Le Conseil constitutionnel qui est chargé de vérifier les comptes de campagne des élections présidentielles, n’est quand même pas très futé. Il n’avait trouvé qu’1,6 million de dépenses supplémentaires. Aujourd’hui on se rend compte qu’on n’est pas loin de 11 millions d’euros de dépenses en sus. Soit 50% de plus que le plafond autorisé. C’est donc bien une affaire Sarkozy devant laquelle nous nous trouvons, pas devant une affaire Bygmalion ou une affaire Copé. Alors il est temps, pour la droite, de lever l’hypothèque Sarkozy.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mar 1 Juil 2014 - 08:05    Sujet du message: Nicolas Sarkozy Répondre en citant

Nicolas Sarkozy en garde à vue :

Si vous n'avez rien suivi à l'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy

Comme l'avait révélé Le Monde le 8 mars, les enquêteurs pensent avoir mis au jour un « réseau » d'informateurs, au sein de la police et de la justice, susceptible de renseigner les proches de l'ancien président de la République dans les procédures judiciaires pouvant le menacer.

Les soupçons sont apparus au détour d'une information judiciaire pour « corruption » ouverte au printemps 2013 à Paris. Confiée aux juges Serge Tournaire et René Grouman, elle vise un éventuel soutien financier de la Libye à la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, en 2007.

Dans le cadre de cette procédure, les enquêteurs ont placé sous surveillance téléphonique plusieurs proches de l'ancien chef de l'Etat, puis M. Sarkozy lui-même, à partir de septembre 2013.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/07/01/nicolas-sarkozy-interrog…

Lorsque l'on est capable de certaines choses on est capable de tout
Kadafi s'est fait taire

Un bel album photos
https://www.google.fr/search?q=kadhafi sarkozy&hl=fr&rlz=1T4GGNI_fr…
Enfin nous n'oublierons pas qu'il y a eu de nombreuses victimes dans cette affaire
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
nicosat
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 1 Juil 2014 - 09:09    Sujet du message: Nicolas Sarkozy Répondre en citant

ira t il en prison? lol  Very Happy
Revenir en haut
Joseck


Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2014
Messages: 725
Localisation: Sospel
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
Point(s): 64

MessagePosté le: Mar 1 Juil 2014 - 09:38    Sujet du message: Nicolas Sarkozy Répondre en citant

30 Juin 2014
Paris (AFP)

L'avocat de Nicolas Sarkozy a été placé lundi en garde à vue dans une affaire de trafic d'influence et violation du secret de l'instruction présumés, pour laquelle l'ex-président français devrait être aussi convoqué prochainement par les enquêteurs.

Thierry Herzog a été mis en garde à vue pour être interrogé par l'office anticorruption de la police judiciaire. Deux hauts magistrats français ont également été placés sous le même régime de garde à vue, a-t-on indiqué de source judiciaire. Nicolas Sarkzoy devrait lui aussi être entendu dans les prochains jours dans le même dossier, selon des sources concordantes.

Ces gardes à vue se poursuivaient en début de soirée en région parisienne et ne devraient pas être levées dans la nuit, selon des sources proches du dossier.

Les enquêteurs cherchent à établir si l'ancien chef de l'Etat (2007-2012), avec l'appui de Me Herzog, a cherché à obtenir des informations auprès d'un haut magistrat sur une enquête le concernant en échange de la promesse d'un poste de prestige.

Dans le cadre d'une enquête judiciaire ouverte le 26 février par le parquet national financier, les enquêteurs veulent aussi savoir si Nicolas Sarkozy a été illicitement informé de son placement sur écoutes.

Cette mesure, spectaculaire s'agissant d'un ancien président, avait été décidée en septembre dans une autre enquête, celle sur les accusations de financement par la Libye de Mouammar Kadhafi de la campagne présidentielle victorieuse de 2007 de M. Sarkozy.

Les deux magistrats placés en garde à vue sont Gilbert Azibert, avocat général à la Cour de cassation, qui aurait eu la promesse d'un poste de prestige, et un autre avocat général à la haute juridiction, Patrick Sassoust.

Ce rebondissement judiciaire survient alors que Nicolas Sarkozy était ces derniers jours cité en France pour revenir en politique via la reprise de la direction de son parti de droite UMP (opposition), plongé dans une crise sans précédent en raison d'une affaire de fausses factures.

Gilbert Azibert et Thierry Herzog avaient déjà vu leurs domiciles et leurs locaux professionnels perquisitionnés début mars. Le téléphone portable et du matériel informatique avaient été saisis chez l'avocat.


 - Coûteuses conversations -

L'affaire trouve sa genèse au printemps 2013. Plusieurs proches de Nicolas Sarkozy ont été placés sur écoute dans l'enquête libyenne: les anciens ministres Claude Guéant et Brice Hortefeux, mais aussi Michel Gaudin, ancien patron de la police nationale et ex-préfet de police de Paris.

Ce dernier, qui a suivi l'ancien chef de l'Etat après la défaite de 2012 pour devenir son directeur de cabinet, a plusieurs conversations qui interpellent les enquêteurs. Il semble notamment vouloir, en vain, se renseigner sur l'enquête libyenne auprès du patron du renseignement intérieur, Patrick Calvar.

Les juges décident alors - une décision sans précédent connu en France - de placer à son tour l'ex-président de la République sur écoute, notamment le téléphone qu'il utilise sous l'identité d'emprunt de "Paul Bismuth" pour converser avec Me Herzog.

Or, des échanges entre les deux hommes peuvent laisser croire qu'ils ont cherché à obtenir des informations auprès de Gilbert Azibert sur une décision cruciale attendue dans une autre affaire sans lien avec le dossier libyen, l'affaire Liliane Bettencourt. Nicolas Sarkozy a bénéficié d'un non-lieu dans cette affaire d'abus de faiblesse présumé aux dépens de la milliardaire française.

La teneur des échanges de Nicolas Sarkozy avec son avocat portait sur les agendas de l'ex-président saisis dans l'affaire Bettencourt. La justice a choisi de garder ces documents qui pourraient servir dans d'autres enquêtes.

Outre les dossiers du financement libyen et du trafic d'influence, la justice mène plusieurs enquêtes susceptibles de se dresser sur la route d'un retour politique de Nicolas Sarkozy. Son nom est cité dans une demi-douzaine de dossiers.

La semaine dernière, le parquet de Paris a confié à des juges financiers une enquête pour "faux et usage de faux", "abus de confiance" et "tentative d'escroquerie", cette fois sur le financement de la campagne de 2012 de Nicolas Sarkozy. Ses meetings semblent avoir été en grande partie financés par l'UMP afin de masquer un dépassement du plafond autorisé.

Les policiers s'interrogent également sur la régularité de contrats conclus entre l'Elysée et neuf instituts de sondage sous le quinquennat Sarkozy.
Les membres suivants remercient Joseck pour ce message :
Marine (01/07/14)
Revenir en haut
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mer 2 Juil 2014 - 11:04    Sujet du message: Nicolas Sarkozy Répondre en citant

Celui qui remplace l'avocat de Nicolas Sarkozy...

C'est du lourd:
Défenseur de la pègre... Surnommé "la teigne", Pierre Haik a fait ses armes en défendant des trafiquants de stupéfiants. Avec son ami Me Herzog, il a longtemps été le "défenseur de la pègre", du gang des postiches, des braqueurs de l'UBS, ou encore des dealers, indique Le NouvelObs. Les magistrats surnommaient le duo les "3 H", pour "Herzog, Haik, héroïne".

… Puis du bottin mondain. Par la suite, l'ex-psychologue s'est illustré dans les dossiers politico-financiers. Il a notamment été l'avocat de Patrice de Maistre, le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt. L'ancien instituteur compte parmi ses clients Charles Pasqua, Laurent Gbagbo, Xavière Tiberi, Jean-Marie Messier (jugé dans l'affaire Vivendi), Alfred Sirven (impliqué dans l'affaire Elf), ou encore Arcadi Gaydamak (cité dans l'Angolagate). En décembre 2009, Me Pierre Haik s'était rendu à l'Elysée, où il s'était fait remettre la légion d'honneur, aux côtés… de Me Herzog.

N'en jetez plus la cour est pleine la coupe aussi d'ailleurs
Les membres suivants remercient Marine pour ce message :
(03/07/14)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Jeu 3 Juil 2014 - 13:20    Sujet du message: Nicolas Sarkozy Répondre en citant

Personnellement, je pense que l'histoire ou les histoires auraient pu en rester là pour Sarkozy, il n'a pas rempli son contrat vis-à-vis du PS, c'est-à-dire promesse  de ne pas tenter de revenir... 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
nemo44
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 3 Juil 2014 - 13:34    Sujet du message: Nicolas Sarkozy Répondre en citant

il n as pas remplis le contra vis a vis du PS de ses maîtres ...


oui ceux a qui ils faisaient moult cornuto et autres signes maçonniques ...blague potache plutôt de mauvais gout .
niveau universitaire , cap ou pas cap ? 
t as vus j ai placé 3 cornuto et 2 fois le 666 !! la classe paris gagné !
 je suis le meilleur claque m en 5 !!
 et tu me dois 100 euros !! Mort de Rire ... 


sarkop c est : courbettes et allusions au NOM , aux grands de ce monde 
apologie du bling bling ;du libéralisme et de la corruption étatisée.


ses anciens amis  tiennent tous les rouages de la société y compris la justice en France et ailleur ...


  apparemment on a jugé que le petit Nicolas avait besoin d une bonne fessée ...
et pour un problème de truants ; il a choisi un avocat spécial truants ..normal , pas con le type !!


 ceci étant fait , a voire ...
Revenir en haut
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Sam 5 Juil 2014 - 00:37    Sujet du message: Nicolas Sarkozy Répondre en citant

Comment Nicolas Sarkozy pourrait faire annuler sa mise en examen

L'ancien président Nicolas Sarkozy, mis en examen dans la nuit pour corruption active, pourrait être tenté de demander l'annulation de cette mise en examen. afp.com/Jacques Demarthon 
Nicolas Sarkozy a été mis en examen ce mercredi après sa garde à vue mardi. Ce n'est que le début d'une procédure judiciaire qui pourra être très longue pour l'ex-président.
Pour Nicolas Sarkozy, la meilleure défense reste encore l'attaque. Quelques heures après sa mise en examen, notamment pour corruption et trafic d'influence, l'ancien chef de l'Etat n'a eu de cesse de dénoncer, sur le plateau de TF1, les faits qui lui sont reprochés. Nul doute donc qu'il essaiera de faire annuler sa mise en examen, comme ce fut le cas dans l'affaire Bettencourt. Celle-ci pourrait en effet gêner son retour sur le devant de la scène politique.  
  • 1ère option: demander l'annulation de la mise en examen avant la fin de l'enquête

Lors de son intervention télévisée, Nicolas Sarkozy a promis d'annoncer à la fin de l'été s'il comptait reprendre des responsabilités politiques. Si c'est le cas, la prochaine échéance sera fin novembre où le congrès de l'UMP désignera le nouveau président de l'UMP.  
S'il veut essayer de se sortir de ses ennuis judiciaires avant cette date, Nicolas Sarkozy a six mois pour faire une demande d'annulation de sa mise en examen. "Ce délai lui permet d'étudier tous les éléments du dossier auquel il a désormais accès, explique le pénaliste Me Grégory Kagan. Cette démarche peut prendre un peu de temps car il doit transmettre toutes ses requêtes en nullité d'un seul coup: il ne peut pas demander dans un premier temps l'annulation de sa mise en examen puis ensuite celle de telle expertise puis d'une autre". Une fois la demande de nullité transmise, la chambre de l'instruction a deux mois pour donner sa réponse.  
Si elle refuse - estimant que la mise en examen s'appuie sur des indices graves et concordants - Nicolas Sarkozy a la possibilité de se pourvoir en Cassation. Il peut envoyer une "requête motivée" à la Cour pour demander à ce que son dossier soit examiné en priorité. "Je ne serais pas étonné qu'il l'obtienne s'il met en avant le fait que son projet professionnel nécessite d'être mis hors de cause", affirme le pénaliste. Dans ce cas, l'affaire est examinée en quelques semaines, sinon cela peut prendre quelques mois. La Cour de cassation valide ou non l'arrêt de la chambre de l'instruction.  
  • 2e option: attendre que les juges annulent d'eux-mêmes la mise en examen

En parallèle, les juges poursuivent leur enquête. Le code de procédure pénale prévoit que l'instruction soit menée dans un délai d'un an. Or, l'information judiciaire ayant été ouverte le 26 février 2014, l'enquête pourrait donc être bouclée au premier trimestre 2015. "En réalité, ce délai peut être dépassé si l'enquête n'est pas terminée, surtout lorsque personne n'est mis en détention. Les juges doivent seulement émettre une ordonnance pour expliquer les raisons de ce retard", explique l'avocat.  
Une fois l'enquête terminée, les juges d'instruction rendent un avis de fin d'information. Les parties ont dès lors trois mois pour faire valoir leur cause (ce délai est ramené à un mois en cas de détention). "A ce moment-là, Nicolas Sarkozy peut demander un non-lieu s'il estime avoir injustement été mis en examen". Le parquet rend ses réquisitions et un mois supplémentaire peut être accordé pour répondre à ces réquisitions.  
Quoiqu'il en soit, la décision finale revient aux juges d'instruction: dans leur ordonnance de règlement, ils peuvent décider de ne pas renvoyer Nicolas Sarkozy devant un tribunal correctionnel et donc de lever la mise en examen. Et ce, même si la chambre de l'instruction ou la Cour de cassation s'y était opposé dans un premier temps. "Les juges ont avancé dans leur enquête, les éléments dont ils disposent ne sont donc plus les mêmes que lors de la mise en examen", explique Me Kagan. C'est notamment ce qu'il s'est passé lors de l'affaire Bettencourt. S'ils estiment au contraire qu'ils ont suffisamment d'élément à charge, ils peuvent ordonner le renvoi en correctionnel.  
Cette décision peut parfois être assez longue car le code de procédure pénale ne prévoit aucun délai particulier. "Mais dans ce genre d'affaire assez médiatique, les juges sont en moyenne assez réactifs!", assure l'avocat.  
  • Espérer la relaxe lors d'un procès

Si la mise en examen n'est pas levée à l'issue du procès, Nicolas Sarkozy ira donc devant un tribunal défendre sa cause. Or, il peut se dérouler plusieurs années avant que le procès ait lieu. "Lorsqu'une personne du dossier est détenue, le délai de six mois est respecté. Mais lorsque ce n'est pas le cas, les accusés peuvent parfois attendre deux ou trois ans avant d'être jugé, selon l'engorgement de la Chambre", assure l'avocat. Le procès pourrait donc se tenir en 2017... année de la présidentielle.  


http://sans-langue-de-bois.eklablog.fr/comment-nicolas-sarkozy-pourrait-fai…
Les membres suivants remercient Marine pour ce message :
aja777 (18/07/14)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Jeu 10 Juil 2014 - 00:48    Sujet du message: Nicolas Sarkozy Répondre en citant

Qui a profité des largesses de la "réserve ministérielle" ?


Baroin, Copé, Fillon, Bernadette Chirac... Ils ont attribué des millions d'euros de subventions aux collectivités territoriales, selon des critères flous.


François Baroin, Bernadette Chirac, François Fillon, François Guéant - fils de Claude -, Jean-François Copé, Frédéric Nihous... Ils ont tous distribué une partie des 32 millions d'euros en 2011 et des 27 millions d'euros en 2012 de la "réserve ministérielle". Qu'est-ce que ce fonds au fonctionnement opaque ? Pour résumer, les collectivités territoriales formulaient des demandes "d'aides exceptionnelles", puis se les voyaient attribuer, ou non, par le président de la République et ses ministres, explique Le Monde.

Ce que note le quotidien du soir, d'après les données révélées par l'association "Pour une démocratie directe" ce mercredi sur l'usage de la "réserve ministérielle", c'est que ces subventions étaient attribuées à des territoires où des ministres et leurs proches, étaient implantés. Ou cherchaient à l'être.

François Baroin, Jean-François Copé, Bernadette Chirac...

Ainsi, selon les calculs de "Regards citoyens", François Baroin, ministre du Budget puis de l'Économie en 2011, a obtenu pour des collectivités ou associations la part la plus importante de la réserve ministérielle cette année-là, pour plus de 3 millions d'euros. Figure en deuxième François Fillon, ex-Premier ministre (2 millions d'euros) et en troisième, Jean-François Copé, député de Seine-et-Marne (1 million d'euros).
L'élu breton François Guéant, fils de Claude Guéant alors ministre de l'Intérieur, se trouve en 25e position, avec 322 500 euros de demandes d'aides obtenues. Quant à Bernadette Chirac, elle a versé plus de 16 000 euros en 2011 à Chaumeil, en Corrèze, commune qui fait partie du canton où elle a été réélue... en 2011.

Ces données font donc apparaître le nom des responsables publics ayant transmis ces demandes de subventions. Ils sont le plus souvent ministres, parlementaires, élus locaux... D'après l'association "Regards Citoyens", l'"information avait été masquée l'an passé par le ministère de l'Intérieur".
125 millions d'euros distribués en 2011

Des données de la Cour des comptes, récemment citées par le député PS René Dosière sur son blog, évaluent à 125 millions d'euros en 2011 le total des dépenses réelles pour des travaux d'intérêt locaux concernant non seulement la réserve parlementaire (Assemblée nationale et Sénat), mais encore la réserve ministérielle gérée par le ministère de l'Intérieur. Présidée par un professeur de mathématiques, Hervé Lebreton, l'association "Pour une démocratie directe" avait obtenu de la justice que le ministère de l'Intérieur lui communique des informations sur sa réserve 2011 mais avait déposé un nouveau recours car elle jugeait incomplets les éléments transmis.

Persuadé qu'"à partir du moment où c'est de l'argent public, les citoyens sont en droit de savoir quand il entre, comment il est ventilé et où il sort", Hervé Lebreton a affirmé lors d'une conférence de presse, à l'initiative des députés écologiste, Sergio Coronado, et UMP, Pierre Morel-à-l'Huissier, se heurter dans les ministères à "un mur de l'inertie et des moyens détournés pour faire entrave à la transparence" malgré plusieurs décisions de justice en sa faveur. S'il a évoqué "un bel effort" du ministère de l'Intérieur malgré la persistance d'interrogations, il a dit craindre que "le ministère du Budget ne soit même pas capable de suivre ses propres subventions" ou jugé "étonnant" que le ministère des Sports, qui dispose également d'une réserve, ait semblé apurer dans certains cas les comptes d'associations en difficulté.
Un sujet "tabou"

Il s'est aussi inquiété globalement de "conflits d'intérêts" ou de "passe-droits" au profit d'élus locaux. Pour plus de transparence, Hervé Lebreton propose que tous les comptes de l'État et des collectivités territoriales soient publiés sur une plateforme unique, que les subventions relevant de la "réserve ministérielle" soient restreintes aux seules collectivités victimes de catastrophes naturelles ou économiques, et que ne soient subventionnées sur le budget de l'État que les associations reconnues d'utilité publique.

Présent ce mercredi à la conférence de presse, l'UMP Pierre Morel A l'Huissier a souligné que le sujet de la réserve parlementaire était "un peu tabou" parmi ses collègues, souvent "contents d'avoir de l'argent à distribuer", et que sa répartition souffrait encore d'"opacité". Considérant que "les demandes financières d'associations et de communes polluent (s)a vie de député", cet unique député de la Lozère a jugé nécessaire que la réserve soit "pour le moins réformée, voire supprimée".



http://www.lepoint.fr/politique/reserve-ministerielle-des-millions-d-euros-…
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Ven 18 Juil 2014 - 09:36    Sujet du message: Nicolas Sarkozy Répondre en citant

Les animaux de compagnie de l’ancien Président se seraient fait les dents sur des fauteuils de style Empire…

Si le rapport de la Cour des comptes sur le budget 2013 de l’Elysée n’en dit rien, Mediapart raconte que des employés du Mobilier national ont dû intervenir, à partir de la mi-mai 2012, pour restaurer, resculpter et retapisser une partie des méridiennes et fauteuils de ce salon qui date de l’Empire. Les chiens du couple Sarkozy auraient notamment fait leurs dents sur les accoudoirs, connus pour leurs becs-de-cygne.

Mediapart indique que la réfection des dorures a, elle, été sous-traitée à un artisan parisien pour plus de 6.600 euros. Quant à l’achat de galons, il a coûté plusieurs milliers d’euros. Auxquels s’ajoutent les soieries et les heures de travail des ouvriers. Contacté par 20 Minutes, le Mobilier national n’était pas en mesure de confirmer l’information.

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/07/17/sale-cabot-les-chiens-de-sarko…
Les membres suivants remercient Marine pour ce message :
aja777 (18/07/14)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Ven 12 Sep 2014 - 11:05    Sujet du message: Nicolas Sarkozy Répondre en citant

C'est une nouvelle affaire dont Nicolas Sarkozy se serait bien passé. Ainsi, l’ex-président a effectué trois voyages en jet privé à New York, Doha et Abou Dhabi, payés 30 1000 euros par LovGroup Industrie (LGI), la société de son ami Stéphane Courbit. A ce stade, la juge marseillaise Christine Saunier-Ruellan enquête sur ces faits découverts dans le cadre d’un autre dossier.

Les documents saisis par la police au siège de LGI, auxquels Libération a eu accès,montrent que les voyages correspondent aux recherches de fonds de l’ancien président, qui avait monté en 2012 avec Courbit un projet de fonds d’investissement baptisé Columbia.

Ces documents retracent l’histoire secrète de l’homme d’affaires Sarkozy, prêt à user de son influence d’homme d’Etat pour faire fortune. Au point d’avoir obtenu un engagement
de 200millions d’euros du Qatar, avant que Columbia ne capote.

Tout est parti de l’affaire  «Air Cocaïne», ce Falcon rempli de coke saisi en République dominicaine.Au siège de l’affréteur de l’avion, les policiers découvrent dix factures
payées par LGI, dont trois concernant Nicolas Sarkozy. Le 3 février, la juge Saunier-Ruellan demande à l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière d’enquêter sur les «flux financiers» liés à ces factures.


Puis elle saisit les policiers de la Brigade financière parisienne. Lesquels perquisitionnent début août le siège de LGI à Paris, puis entendent Stéphane Courbit comme témoin le 20 août. Le patron de Lov
déclare qu’il n’y a rien d’illégal. Selon lui, les vols étaient liés à Columbia, ce que confirment les documents saisis. LorsqueMediapart avait révélé l’existence du fonds en janvier 2013, l’entourage
de Sarkozy avait démenti.

Pourtant, tout était vrai L’histoire commence à l’automne 2012.

L’idée est venue d’AlainMinc et de Stéphane Courbit, deux proches de l’exprésident.  Minc, conseiller et homme d’influence des grands patrons, compte Courbit parmi ses clients. Lequel a fait
fortune dans la télé-réalité (Loft Story) avant de fonder Lov, présente dans l’audiovisuel, les paris en ligne, l’hôtellerie et l’énergie.Minc et Courbit se disent qu’avec sa force de conviction et
son carnet d’adresses Sarkozy ferait un homme d’affaires idéal. Ils lui proposent demonter un fonds qui investirait dans des entreprises européennes.

Sarkozy n’a jamais caché sa fascination pour les patrons et leur fortune. Encore sonné par sa défaite à la présidentielle, il se laisse tenter. «Al’époque, il ne voulait plus du tout revenir en politique et redécouvrait l’attrait de l’argent», raconte un proche. Il pose deux conditions. Personne ne sera payé avant le lancement.

Et les investissements en France se limiteront à l’immobilier, pour éviter les conflits d’intérêts. Le fonds sera basé au Luxembourg, avec des bureaux au Grand-Duché, à Londres, puis de «petits bureaux» à Paris et à Madrid.

Sarkozy et ses associés seront rémunérés en fonction des bénéfices. Courbit est la cheville ouvrière: son groupe LGI sera l’opérateur du fonds et investira aumoins 25millions
d’euros.Minc recrute des figures européennes des affaires qui siégeront avec lui au comité d’investissement. Sarkozy sera, lui, «président of the advisory committee », c’est-à-dire conseiller en chef
et tête de gondole. «C’était la locomotive », précise un financier au fait du dossier. Son job: draguer les très grandes fortunes et les fonds souverains pour qu’ils lui confient leur argent. Columbia espère gérer 500 millions à 1 milliard d’euros.


Sarkozy vient de se lancer dans lemétier de conférencier de luxe, à 100000 dollars (77000 euros) l’intervention. Dans le plus grand secret, il profite de ces événements pour faire de la retape.C’est le cas dès sa première conférence, le 11 octobre 2012 à NewYork. A l’hôtel Waldorf Astoria, il prend langue avec Stephen Schwarzman, patron de Blackstone, l’un des plus gros fonds américain. Le 20 novembre,
Schwarzman envoie un mail à son «cher Nicolas»: «Je sais que tu t’es lancé dans un tour du monde pour lever de l’argent depuis qu’on s’est rencontré au Waldorf.» Il lui propose une «coopération informelle» et d’éventuels «co-investissements ». «Ce serait un plaisir», répond Sarkozy, précisant que«la levée de fonds progresse avec succès». Il a en effet un gros poisson en vue: le richissime émirat gazier du Qatar. La cible est idéale. Sarkozy est untrès proche de l’émir, Hamad ben Khalifa al Thani (1). Il l’a séduit en l’invitant au défilé du 14 juillet 2007.Depuis, Sarkozy a fait du Qatar le pilier de la diplomatie française au Moyen-Orient, les deux pays multipliant les services rendus: libération  des infirmières bulgares en Libye, guerre contre Kadhafi, organisation du Mondial de foot au Qatar, exonérations fiscales des investissements de l’émirat dans l’Hexagone…Alami-novembre, les négociations progressent entre LGI et le fonds souverain Qatar Investment Authority (QIA). Cela tombe bien, Sarkozy est invité par l’émir à s’exprimer le 11 décembre au Forum mondial du sport de Doha.


Le 4 décembre décembre, Sarkozy envoie unmail aux patrons de QIA et de Qatar Holdings: il demande à les voi r«afin de lever les derniers points en suspens pour que nous puissions signer la lettre d’engagement le même jour». Rendez-vous est pris le 10 décembre à 8h30. Le 9 décembre, Sarkozy et une partie de son équipe s’envolent pour Doha à bord d’un Falcon 7X, le modèle le plus luxueux de chez Dassault, affrété par LovGroup pour 102000 euros. L’investissement paye. Le 10 décembre, QIA  signe une lettre d’intention dans laquelle il se dit«enchanté»de s’engager, sous conditions, à investir 200millions d’euros. Ce document montre le rôle majeur de Sarkozy: il est l’un des trois signataires, avec Courbit et un dirigeant du fonds qatari. Si ce deal n’a rien d’illégal,  il pose un problème éthique. L’émir a-t-il voulu acheter un ancien président français, avec l’espoir qu’il le redevienne?

A l’époque, Sarkozy n’y a pas vu malice.«Il pensait qu’il lui suffirait de se retirer de Columbia si jamais il voulait reprendre sa carrière politique», raconte un proche du dossier.


Après ce succès, Sarkozy embarque pour New York avec Carla Bruni, le 30 janvier 2013, à bord d’un Falcon 900EX, affrété par Lov Group pour 95000 euros. Le lendemain, il intervient lors d’une conférence à Greenwich, à côté de New York, par Goldman Sachs, en présence du patron de la banque. Le 1er février, le Falcon et un hélicoptère l’emmènent au Canada, où il déjeune chez le milliardaire Paul Desmarais (2), première fortune du Québec. 

Sarkozy veut convaincre cet ami intime d’investir dans Columbia. Unmois plus tard, Sarkozy profite encore d’une conférence. Il doit causer le 27 février 2013 au Global Financial Markets Forum à AbouDhabi, terrain favorable car, le 26mai 2009, le président Sarkozy y avait inauguré une base militaire permanente française. Le 26 février, Sarkozy et une partie de son équipe prennent un Bombardier Global Express, affrété 104000 euros par Lov Group.

L’ex-président et Courbit ont rendez-vous avec Khaldoonel Mubarak,  PDG de Mubadala, le fonds souverain de  l’émirat. Sarkozy tente aussi de décrocher un rendez-vous avec le prince héritier, Mohammed ben Zayed al Nahyane, ministre de la Défense et frère de l’émir–lesmails ne disent pas si la rencontre  a eu lieu.Mais le voyage a payé. Le 4mars, le PDG de Mubadala écrit à Courbit qu’il est«très impatient de poursuivre selon le calendrier prévu et d’établir ce partenariat» avec Columbia .

Par devois, Columbia souhaitait signer l’ensemble des pré-engagements fin mars 2013, pour un lancement d’ici la fin juin. Mais rien ne s’est passé comme prévu. Le 19 février, Courbit est mis en examen pour «escroquerie» et «recel d’abus de faiblesse» dans l’affaire Bettencourt, suite à l’investissement de 143,5 millions d’euros de la milliardaire dans LGI. Pour les partenaires potentiels de Columbia, c’est la douche froide. «Les investisseurs ont considéré qu’il y avait un risque et n’ont pas voulu l’assumer. En quinze jours, il est devenu évident que Columbia était mort», raconte un initié.

Sarkozy n’a donc pas eu à choisir entre affaires et politique.Mais il s’était déjà mis à douter. «Il avait un peu levé le pied», indique un financier. Il y a eu la guerre Copé-Fillon de 2012, qui l’a convaincu
qu’il était le seul recours. La polémique déclenchée fin janvier 2013 par les révélations de Mediapart sur Columbia, qui lui a fait réaliser qu’il ne pourrait pas revenir si le fonds était lancé. Et enfin l’affaire Bettencourt, qui le rattrape lui aussi (3). La fuite  des investisseurs a-t-il cristallisé sa réflexion? Dans  les derniers jours de février, au moment  où Columbia bat de l’aile, Sarkozy se confie à Valeurs Actuelles pour la première fois depuis sa défaite. Dans l’article, publié le 7 mars, Sarkozy déclare qu’il sera peut-être «obligé» de revenir en politique «par devoir».

Reste à savoir ce que deviendra l’affaire au niveau judiciaire, dont l’avocat général de la cour d’appel d’Aix-en-Provence a requis la validité ce lundi, y compris sur les vols empruntés par Sarkozy. De son côté, si son enquête est validée, la juge Saunier-Ruellan peut soit estimer qu’il n’y a rien d’illégal. Ou, si elle soupçonne un délit, elle peut transmettre les faits au procureur. Selon le parquet de Marseille, ce n’était pas le cas ce lundi.

Joint par Libération, Courbit et Minc n’ont pas souhaité commenter.
Dans l’entourage de Sarkozy, on confirme sa participation à Columbia, précisant que le fonds est resté «au stade de projet».
(ouf !on est sauvé )
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
f.didier
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 19 Sep 2014 - 15:50    Sujet du message: Nicolas Sarkozy Répondre en citant

*Chante* Il est revenu, il est revenu, il n'a pas tenu sa promesse !!! Very Happy

Voila, depuis cet aprem, notre ex président, Nicolas Sarkosy est revenu pour 2017.

http://www.linternaute.com/actualite/politique/nicolas-sarkozy-son-discours…
Comme quoi, les promesses : si je suis battu, je quitte la politique ! Ca a pas beaucoup de poids. Mort de Rire
Les membres suivants remercient Anonymous pour ce message :
Marine (19/09/14)
Revenir en haut
René


Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2014
Messages: 754
Localisation: Belgique
Masculin
Point(s): 243

MessagePosté le: Ven 19 Sep 2014 - 20:39    Sujet du message: Nicolas Sarkozy Répondre en citant

f.didier a écrit:
*Chante* Il est revenu, il est revenu, il n'a pas tenu sa promesse !!! Very Happy

Voila, depuis cet aprem, notre ex président, Nicolas Sarkosy est revenu pour 2017.

http://www.linternaute.com/actualite/politique/nicolas-sarkozy-son-discours…
Comme quoi, les promesses : si je suis battu, je quitte la politique ! Ca a pas beaucoup de poids. Mort de Rire


... Le poids des maux, le choc des faux tons.
_____________________________________________________________
Heureux celui qui n'a pas de patrie. - Hannah Arendt
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
patodadibu


Hors ligne

Inscrit le: 16 Sep 2014
Messages: 268
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 狗 Chien
Point(s): 566

MessagePosté le: Sam 20 Sep 2014 - 09:57    Sujet du message: Nicolas Sarkozy Répondre en citant

Tu fais erreur, ce n'est pas un faux ton, c'est un vrai thon, par contre.
Mais il ne peut rien contre le pouvoir de l'Esprit.
Il ne reviendra pas.

Les membres suivants remercient patodadibu pour ce message :
aja777 (20/09/14)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:31    Sujet du message: Nicolas Sarkozy

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Politique, justice
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5  >
Page 1 sur 5

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com