OnNousCacheTout... Index du Forum

OnNousCacheTout...
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La théorie des cordes

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Diverses théories
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Sam 21 Juin 2014 - 23:58    Sujet du message: La théorie des cordes Répondre en citant

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 21 Juin 2014 - 23:58    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Dim 22 Juin 2014 - 00:01    Sujet du message: La théorie des cordes Répondre en citant

Les membres suivants remercient Marine pour ce message :
sertu (22/06/14)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hoheinhem
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 22 Juin 2014 - 19:45    Sujet du message: La théorie des cordes Répondre en citant

La theorie des cordes n'est qu'une mode . C'est trop spéculatif comme le modèle standart des particules . Le principale argument contre les theorie du tout est que il n'y a aucune preuve que la gravité est une force fondamentale .   
Les membres suivants remercient Anonymous pour ce message :
napo (23/06/14)
Revenir en haut
Kimah


Hors ligne

Inscrit le: 06 Avr 2014
Messages: 752
Masculin
Point(s): 525

MessagePosté le: Mar 8 Juil 2014 - 00:17    Sujet du message: La théorie des cordes Répondre en citant

Je trouve que la théorie des cordes apporte plus d'éléments explicatifs que le modèle standard, mais elle est réputée pour n'être pas testable, et pour cause.
Mais avant, cela me rappelle que plusieurs théories peuvent expliquer les observations et donner les mêmes résultats. La théorie de l'ordre implicite de David Bohm y parvient, cependant comme la théorie des cordes, elle fait état de concept que personne n'a observé comme le potentiel quantique ou l'onde pilote. Étant construite autour de l'observation, la théorie des cordes raconte la même histoire que celle du modèle standard cosmologique. La différence étant que la gravité, très faible à l'échelle des atomes pour ne pas dire inexistante, serait une force diluée à travers des branes (des univers), les gravitons passeraient d'un univers à l'autre, tandis que notre univers serait donc une brane parmi les autres et le Big Bang aurait résulté du choc de deux branes. Les branes évoluent au sein d'une dimension supérieure, une sorte de multivers. D'après la théorie des cordes, notre univers posséderait 11 à 26 dimensions, et les particules seraient fondamentalement des petites cordes vibrantes, chaque vibration engendrant une classe de particules. Ce sont là des concepts invérifiables car les cordes auraient la taille de la longueur de Planck, bien au-delà des capacités techniques actuelles, et observer une brane, c'est-à-dire un univers parallèle au notre, est tout bonnement impossible, même théoriquement, c'est vous dire !

En physique et du point de vue seulement conceptuel, je trouve cependant que la théorie des cordes porte bien son nom de théorie du tout.

Citation:


il n'y a aucune preuve que la gravité est une force fondamentale .


Oui c'est vrai, et c'est pourtant la première force qui se serait séparée des trois autres lors du Big Bang. Alors si elle n'est pas fondamentale, il va falloir revoir le scénario ! Confused
Des quatre interactions, la gravité est celle dont nous avons le plus conscience mais que nous connaissons le moins.
Revenir en haut
Hoheinhem
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 8 Juil 2014 - 13:35    Sujet du message: La théorie des cordes Répondre en citant

Kimah il n'est pas prouver que la gravité estt force fondamentale , c'est meme quelque chose commence officiellement a être  remis en questions .
Les membres suivants remercient Anonymous pour ce message :
napo (09/07/14)
Revenir en haut
Kimah


Hors ligne

Inscrit le: 06 Avr 2014
Messages: 752
Masculin
Point(s): 525

MessagePosté le: Mar 8 Juil 2014 - 20:53    Sujet du message: La théorie des cordes Répondre en citant

Je ne disais pas le contraire pour la gravité.
Il y a une théorie partiellement concurrente à celle des cordes, la gravité quantique à boucles qui, comme son nom l'indique, quantifie la gravité. L'espace-temps à l'échelle microscopique serait alors constitué de grains qui auraient les mêmes propriétés que les quantons. Avec cette théorie, l'univers devient quantique. Le Big Bang résulterait d'un rebond du à une phase de contraction.
Mais cette théorie comme celle des cordes est difficile à tester et reste spéculative.

Pouvez-vous en dire un peu plus sur cette remise en question officielle du caractère non fondamentale de la gravité ?
Revenir en haut
Hoheinhem
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 8 Juil 2014 - 22:14    Sujet du message: La théorie des cordes Répondre en citant

Je fait un copier coller sur eric verlind il y a d'autre physicicien mais celui ci est le plus réputé 


  
Everlinde La gravite n existe pas
Erik Verlinde : la gravité n’existe pas ! 
Résumé : Je veux reprendre ici l’idée originale d’Erik Verlinde d’une façon compréhensible par les élèves de niveau cégep en ne présentant que les quelques calculs que ceux-ci peuvent comprendre. Ceux que les équations rebutent pourront quand même se faire une bonne idée de sa proposition d’une force entropique pour remplacer la gravité de Newton en sautant tout simplement tout ce qui est ceinturé de rouge. Je recommande aux personnes plus compétentes en physique et en mathématique de consulter le texte même de Verlinde identifié à la référence 1 à la fin de mon texte.
Alphée Nadeau 

Erik Verlinde, 48 ans, spécialiste respecté de la théorie des cordes et professeur de physique à l’Université d’Amsterdam, suggère, dans une récente publication dont le titre est « On the Origin of Gravity and the Laws of Newton »1, que la gravité de Newton n’est qu’une illusion. Renversant la logique de 300 ans de science, il affirme que la gravité n’est qu’une conséquence des lois de la thermodynamique, lesquelles décrivent le comportement des gaz sous l’effet de la chaleur. « Pour moi, la gravité n’existe pas », dit-il.
 
Ce théoricien des cordes fait partie d’un groupe de physiciens qui soutiennent que la science a utilisé une mauvaise approche pour analyser la gravité. Selon eux, il existe une origine plus fondamentale de laquelle émerge la gravité. Analyser la gravité sous cet angle, pense-t-il, permettra d’éclairer ce que sont l’énergie sombre, une sorte d’antigravité qui semble accélérer l’expansion de l’Univers, et la matière sombre qui est supposément nécessaire pour retenir les galaxies ensemble. 
L’argumentation de Verlinde repose sur ce que l’on pourrait appeler l’aspect « cheveux emmêlés »2 de la théorie de la gravité. Il va comme suit : vos cheveux roulent et s’emmêlent quand il fait chaud et humide parce qu’il y a plus de façons pour vos cheveux de s’emmêler que de rester droits et la nature préfère avoir plusieurs options plutôt qu’une seule. Il faut donc une force pour ramener les cheveux droits et éliminer les autres options. Oubliez la courbure de l’espace ou cette bizarre attraction à distance que l’on appelle la gravité. Cette force que l’on appelle gravité n’est qu’un sous-produit de la propension de la nature à maximiser le désordre. 

Dans les 30 dernières années, la gravité a été graduellement discréditée en tant que force fondamentale selon Verlinde. D’abord dans les années 70 avec la découverte par Jacob Bekenstein d'une relation mystérieuse entre les trous noirs et la thermodynamique. Le point culminant fut atteint en 1974 quand Hawkins découvrit qu’en tenant compte des effets quantiques les trous noirs pouvaient finir par briller et éventuellement exploser. Ces trous noirs qui explosent (du moins en théorie) nous présentent une autre étrangeté de la nature : les trous noirs sont en réalité des hologrammes - comme les images en 3-D que vous voyez sur les cartes de crédit. 

Selon Ted Jacobson3, théoricien de l’Université du Maryland, toute l’information qui est perdue dans leur intérieur est encodée sur leur surface extérieure. C’est ce qu’il est convenu d’appeler le « principe holographique »4. Et les physiciens se demandent depuis lors comment ce « principe holographique » - que nous ne sommes peut-être que des ombres sur une surface éloignée – s’applique à l’Univers et d’où il provient. 

Cette idée est incroyablement étrange, mais elle s’appuie sur des bases solides. Car, l’entropie maximale S que peut contenir une région donnée est proportionnelle à sa surface, pas à son volume. Il est alors naturel d’émettre l’hypothèse que les ingrédients les plus fondamentaux de l’Univers, ses degrés de liberté les plus élémentaires – les entités susceptibles de contenir l’entropie de l’Univers – occupent une surface frontière plutôt que l’intérieur de l’Univers. 

 En 1997, Juan Maldacena, de l’Institute for Advanced Study, étudia un univers hypothétique doté de quatre dimensions spatiales et d’une dimension de temps. L’analyse mathématique révèle que cet espace-temps à cinq dimensions possède une frontière qui, comme toutes les frontières, a une dimension de moins que la forme qu’elle entoure. 

Dans les travaux de Maldacena, les descriptions à l’intérieur de la frontière et à la frontière sont sur un pied d’égalité. Les théories à l’intérieur de la frontière et à la frontière sont des traductions l’une de l’autre. Cependant, l’aspect inhabituel de cette traduction particulière est que la théorie à l’intérieur de la frontière possède plus de dimensions que la théorie équivalente formulée sur la frontière. Toute question posée ou tout calcul effectué dans l’une des deux théories peut être traduit en une question ou un calcul équivalent dans la seconde. 

Quelqu’un qui ne connaîtrait pas le dictionnaire pourrait penser que lesdites questions ou lesdits calculs n’ont absolument rien en commun (puisque, par exemple, la théorie à la frontière n’inclut pas la gravitation, les questions au sujet de la gravitation formulées dans le cadre de la théorie à l’intérieur de la frontière sont traduites, dans le cadre de la théorie frontière, en questions apparemment différentes, exemptes de gravitation). Quelqu’un qui maîtriserait bien les deux langues – un expert des deux théories – reconnaîtrait leur correspondance et comprendrait que les réponses aux deux questions ou les résultats des deux calculs doivent concorder. Tous les calculs effectués à ce jour – et il y en a eu beaucoup – confirment cette hypothèse. 

Ces indices nous orientent de plus en plus vers la conclusion que la forme de l’espace-temps est un détail ornemental qui varie d’une théorie physique à une autre formulée différemment, plutôt qu’un élément fondamental de la réalité. Tout comme le nombre de lettres, de syllabes et de voyelles sont différents pour le mot chapeau et pour la traduction anglaisehat, par la traduction.
Ce qui amène Juan Maldacena à utiliser la métaphore d’une boîte de conserve pour illustrer le modèle holographique de l’Univers. Ce qui se passe à l’intérieur, y compris la gravité, est encodé sur son pourtour extérieur (sa frontière ou son écran holographique) où il n’y a aucune gravité et une dimension spatiale en moins. 

Si dimension et gravité n’ont pas d’importance, comment alors peuvent-elles être réelles ? D’où cette idée de Verlinde : des différences d’entropie∆S peuvent être le mécanisme déclencheur derrière la gravité, la gravité, comme il le dit, n’est qu’une « force entropique ».
Penser à l’Univers comme un jeu de scrabble. Il n’y a qu’une façon d’écrire « anticonstitutionnellement », mais un nombre énorme de possibilités d’écrire des suites de lettres sans signification. Brasser la boîte de lettres et elles tendront vers le non-sens, vers le sans signification ; le désordre va augmenter et l’information sera perdue à mesure que les lettres s’en retourneront vers leur configuration la plus probable. Ce pourrait-il que ce soit cela la gravité ? Cette image à conduit Verlinde à sa métaphore : un polymère – un brin d’ADN, une nouille ou un cheveu – qui s’enroule. 

« Nous savons depuis longtemps que la gravité n'existe pas »,  dit-il, « c’est le moment de le crier haut et fort. » Suivons Verlinde dans sa démonstration.
Un mot sur la force entropique
 
 
Une force entropique est une force macroscopique réelle produite lorsqu’un système comprenant plusieurs degrés de liberté se réajuste pour augmenter son entropie.  Cette force est fonction de la différence d’entropie ∆S et est indépendante des phénomènes microscopiques. En particulier, il n’existe aucun champ de force associé à la force entropique. De grosses molécules colloïdales en suspension dans un environnement à température T de plus petites particules, par exemple, subissent des forces entropiques par exclusion de volume. Les phénomènes d’osmose sont aussi produits par des forces entropiques. 
L’exemple le plus connu est celui de l’élasticité d’un cheveu. Lorsqu'immergé dans un environnement à température T, celui-ci se recroqueville en boucles aléatoires, sa disposition de plus grande entropie. Cette tendance statistique à se recroqueviller en une position de plus grande entropie plutôt que de rester droit fait apparaître une force macroscopique, dans ce cas-ci la force élastique du cheveu. 

En utilisant une pince, il est possible d’étirer hors du point d’équilibre les extrémités du cheveu d’une quantité ∆x par une force extérieure F, ∆x dépend uniquement de la configuration. 

L’équilibre des forces impose que cette force soit égale, mais de sens contraire, à la force entropique qui veut ramener le cheveu à sa position d’équilibre, sa position de plus grande entropie. 

Ainsi, toute force entropique est reconnaissable en ce qu’elle pointe dans la direction de plus grande entropie et qu’elle est proportionnelle à la température T. Une analyse détaillée du phénomène conduit à la relation suivante :
 
où F est la force entropique, ∆x l’allongement du cheveu entre sa position recroquevillée d’équilibre (plus grande entropie) et sa position lorsque le cheveu est rectiligne. T étant la température constante à laquelle l’expérience est réalisée. 
Nous allons tenter de démontrer dans les prochaines sections que la gravité est aussi une force entropique et que le même genre de raisonnement s’y applique avec seulement quelques légères modifications.
Le développement des lois de Newton

L’espace est essentiellement un endroit utilisé pour décrire la position et les mouvements des particules. L’espace n’est donc qu’un endroit pour emmagasiner l’information. 

Supposons que cette information est emmagasinée sur des surfaces frontière. Ces surfaces séparent les points de l’espace et chacune n’est que l’endroit privilégié pour emmagasiner l’information concernant toute particule qui passe d’un côté à l’autre de celle-ci. Imaginons que cette information de la position des particules est enregistrée sous forme de bits sur la frontière. 

Imaginons en plus qu’il y a une direction spéciale, celle dans laquelle l’espace émerge. Ainsi, la frontière qui emmagasine l’information est comme l’horizon d’un trou noir. D’un côté, il y a l’espace, de l’autre, il n’y a rien encore.
Force et inertie
Considérons maintenant l’expérience de Bekenstein : une particule de masse m attachée à un ressort fictif approche d’un trou noir. Juste avant d’atteindre la surface horizon du trou noir (surface frontière) on laisse tomber la masse m. Bekenstein considère que quand la masse est à une distance égale à la longueur d’onde de Compton 

 du trou noir, elle peut être considérée comme faisant partie du trou noir. Elle augmente alors la masse et la surface horizon du trou noir d’une petite quantité qu’il identifie à un bit d’information.
 
Verlinde reprend le raisonnement de Bekenstein, non pas près de la surface horizon d’un trou noir, mais pour une surface frontière plate non relativiste (un écran holographique). Il considère une petite partie de cet écran holographique et une particule de masse m qui approche du côté de celui-ci où l’espace a déjà émergé. Éventuellement, la particule va se mêler aux degrés de liberté déjà sur l’écran. Mais, avant de le faire, la masse m influence déjà la quantité d’information enregistrée sur l’écran (Figure 1).



 
Figure 1 : Une particule de masse m approche une partie d’un écran holographique. L’écran borde la partie émergée de l’espace, laquelle contient la particule de masse m, et emmagasine les données qui décrivent la partie de l’espace non encore émergée aussi bien qu’une partie de l’espace émergée.
Comme Berenstein, assumons que lorsque

        (1) 
 
la variation d’entropie ∆S est proportionnelle à la masse m et au déplacement ∆x.Donc

       (2) 
 
 
L’idée de base de Verlinde est d’utiliser ici l’analogie avec un phénomène d’osmose à travers une membrane semi-perméable. Quand une particule a une raison entropique d’être d’un côté d’une membrane et que la membrane possède une température T, elle ressentira une force telle que

         (3)
 
F est la force entropique, une force macroscopique réelle produite lorsqu’un système comprenant plusieurs degrés de liberté se réajuste pour augmenter son entropie. Pour que la force ne disparaisse pas, nous devons avoir une température qui ne peut pas disparaître.
Afin de continuer le développement, il nous faut accepter ce que les spécialistes ont déjà démontré. Or Unruh a démontré que dans un système de référence accéléré, température et accélération obéissent à la relation suivante :

         (4) 
 
Considérons que T est la température associée aux bits de l’écran frontière.  En substituant les relations (2) et (4) dans la relation (3), on obtient :

         (5) 
 
Donc

         (6)
 
la deuxième loi de Newton, à la condition de poser que

         (7) 
 
 
Ainsi,

         (8) 
 
où F est la force entropique nécessaire pour produire une certaine accélération. Il ne s’agit pas d’une accélération gravitationnelle, mais d’une accélération produite par des changements d’information reliés aux positions des particules.Loi de la gravité de Newton

Supposons maintenant que notre frontière holographique soit un écran sphérique. Nous pouvons, comme précédemment, considérer cet écran comme un endroit pour emmagasiner de l’information (Figure 2).
 
Figure 2 : Une particule de masse m près d’un écran holographique sphérique. L’énergie est uniformément distribuée à travers tous les bits emmagasinés sur l’écran et cette énergie est équivalente à la masse M émergée à l’intérieur de la sphère.Imaginons que le principe holographique tient toujours. Le nombre maximum de bits que l’écran peut emmagasiner est proportionnel à sa surface (Figure 3).
 
Figure 3 : Le nombre maximum de bits, N, que l’écran peut emmagasiner est proportionnel à sa surface5.
  

       (9) 
 
Soit E, l’énergie du système. Elle est répartie uniformément sur les N bits d’information. Chaque bit possède l’énergie moyenne suivante :

       (10) 
 
L’énergie totale est donc :

       (11)
 
 
 Mais,

       (12) 
 
où M est la masse émergée dans la partie de l’espace entourée par l’écran frontière (holographique). La masse n’est pas visible, sa présence se fait sentir par son énergie.
Par ailleurs, la surface de la sphère-écran est donnée par

       (13) 
 
Alors, (9) devient

       (14) 
 
et, en substituant (12) et (14) dans (11), on obtient :

       (15) 
 
duquel on tire que :

      (16) 
 
Par substitution dans l‘équation (3) des équations (16), (2) et (7), on obtient :

       (17) 
 
laquelle se ramène à

       (18) 
 
Il ne reste qu’à définir la constante 
 convenablement pour obtenir la loi de la gravitation de Newton. Soit :

       (19) 
 
 
Et nous voilà avec la loi de la gravitation de Newton :

       (20) 
 
mais avec une différence fondamentale, F est une force entropique.Le développement précédent ne repose que sur des concepts indépendants de l’espace, savoir énergie, entropie et température. Cela transforme notre conception de la gravité : c’est une force entropique !
La démonstration de Verlinde repose sur quatre hypothèses de base :
1.    L’espace a une direction émergente holographique vers l’intérieur de la sphère-écran.
2.    Il y a un changement d’entropie dans la direction d’émergence de l’espace.
3.    Le nombre de degrés de liberté est proportionnel à la surface de l’écran holographique.
4.    L’énergie est également répartie entre chacun des degrés de liberté, les bits d’information, sur la sphère-écran.
Grâce à la vitesse de la lumière, il est possible de traduire la masse émergée M en énergie, énergie qui crée le bain de chaleur requis par la force entropique.
Selon Maldacena, voici ce que serait l’apparence de l’Univers (Figure 4) : on peut voir sur la frontière les bits qui renferment l’information concernant la jongleuse qui se trouve au centre de la sphère holographique. La théorie à l’intérieur de la frontière, de la sphère, décrivant les mouvements de la jongleuse doit tenir compte de la gravité alors que la théorie décrivant les mêmes mouvements de la jongleuse, mais à partir des bits d’information sur la frontière, est beaucoup plus facile à utiliser car elle n’inclut pas la gravité. La frontière possède une dimension de moins que le centre.
 
Figure 4 : On peut voir sur la frontière les bits qui renferment l’information concernant la jongleuse qui se trouve au centre de la sphère holographique. Tiré de Scientific American, Nov. 20055
  
Ce peut-il que tout ce que nous voyons autour de nous ne soit que le résultat des lois régissant l’évolution des bits sur la frontière ? Verlinde fait l’hypothèse que son approche conduira à une telle démonstration.Résumons-nous : utilisant uniquement des concepts indépendants de l’espace (énergie, entropie et température), Verlinde démontre donc qu’il est possible de dériver la deuxième loi de Newton. L’accélération, la gravité de Newton, n’est plus que le résultat d’une force entropique causée par le changement d’information associé aux positions des particules de matière.
______________
Retour
  1. On the Origin of Gravity and the Laws of Newton, Erik Verlinde, Institute for Theoretical Physics, University of Amsterdamhttp://arxiv.org/PS_cache/arxiv/pdf/1001/1001.0785v1.pdf
  2. A Scientist Takes On Gravity, by Denis Overbye, The New York Times, July 13, 2010.  http://www.nytimes.com/2010/07/13/science/13gravity.html?pagewanted=2&_r=3&ref=science
  3. La gravité n’existe pas, Agence France-Presse.
  4. Newton s’est trompé, la gravitation n’existe pas, http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/newton-s-est-trompe-la-gravitation-78450
  5. The Illusion of Gravity, Juan Maldacena, Scientific American, November 2005 http://homepage.mac.com/photomorphose/documents/qpdf.pdf
  6. Erik Verlinde : comments about the entropic force of gravity. http://motls.blogspot.com/2010/01/erik-verlinde-comments-about-entropic.htm…
  7. La magie du cosmos. L’espace, le temps, la réalité : tout est à repenser, Brian Green, Robert Laffont, 2004
Revenir en haut
Kimah


Hors ligne

Inscrit le: 06 Avr 2014
Messages: 752
Masculin
Point(s): 525

MessagePosté le: Mer 9 Juil 2014 - 15:03    Sujet du message: La théorie des cordes Répondre en citant

Merci Hoheinhem, l'hypothèse de Erik Verlinde est sérieuse et si elle venait à être testée et prouvée, elle ne manquerait pas de révolutionner notre vision de l'univers. J'aime les idées d'un univers holographique, même s'il m'est difficile de réaliser que les objets et mon corps physique ne soient que des hologrammes, comme des ombres projetés depuis une surface bidimensionnelle. Je ne sais pas comment et pourquoi s'organisent l'information depuis cette surface ou ce qu'est un être vivant. D'après cette vision holographique, un animal serait des bits d'information organisés et projetés vers l'intérieur depuis la surface de l'Univers. Voilà qui ne manquerait pas de révolutionner aussi notre vision de la vie.

En mécanique quantique, une particule est parfois considérée comme étant une projection. J'en parlai récemment avec Resurgence, en neuroscience, des travaux proposent que notre réalité soit une projection de notre structure cognitive. Ce qui laisserait à penser que vouloir comprendre le monde serait essentiellement une recherche introspective.

J'ai quelques difficultés avec l'entropie. Autant elle ne me choque pas quand je constate une cathédrale en ruine, autant je ne la comprends pas quand je constate une cathédrale juste achevée. Je veux dire que si l'Univers va de l'ordre vers le désordre, comment a-t-il été mis en ordre ? Au début il aurait été parfaitement ordonné, comment a-t-il pu l'être ?

Je ne vous demande pas de répondre à ces questions, je me les pose par simple curiosité et ignorance. L'article que vous proposez va me demander plusieurs lecture, certains passages m'ont été obscurs, mais j'éprouve le même sentiment quand je lis un article sur la théorie des cordes, avec ses 11 à 26 dimensions je suis rapidement paumé. Neutral


Citation:



« Nous savons depuis longtemps que la gravité n'existe pas »,  dit-il, « c’est le moment de le crier haut et fort. » Suivons Verlinde dans sa démonstration.



Ce genre de déclaration est embêtante. Y a-t-il autre chose qui n'existe pas et qui est enseignée comme étant vraie ? En gros les problèmes sont peu ébruités.
Revenir en haut
Hoheinhem
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 9 Juil 2014 - 19:05    Sujet du message: La théorie des cordes Répondre en citant

Pour être précis la remise en cause de la théorie traditionnel de la gravité date du 18 siècle par nicolas fatio et george louis lesage pour ces deux physicien la gravité n'est pas attractive mais poussive .cette force force pousive est produit par des corps ulta-mondain qui sont absorber et re-éjecté un peut comme les neutrino . Si cela vous intéresse je peut donner un bibliographie sur les alternative la theorie classique de la gravité . 
Revenir en haut
resurgence


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2014
Messages: 299
Masculin
Point(s): 19

MessagePosté le: Jeu 10 Juil 2014 - 10:34    Sujet du message: La théorie des cordes Répondre en citant

Je ne me prononce pas sur la théorie des corde. Selon mon "réalisme naïf", cette théorie décrit un univers virtuel auquel on peut appliquer la citation d'Euclide que Marine a choisie comme signature:  "ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve". Very Happy
 
La théorie de Erik Verlinde par contre contient certains points de vue intéressants qui rejoignent des conceptions d'autres scientifiques dissidents peu connus qui cherchent à expliquer la gravité. Son rapprochement de la thermodynamique avec l'holographie rejoint les conclusions de Prigogine qui constate la corrélation entre le comportement du tout (la surface) et le comportement des parties (à l'intérieur). Prigogine attribuait le comportement corrélé à l'harmonie des fréquences, ce qui conduit à la mécanique ondulatoire. L'entropie ne suffit pas, il faut tenir compte de la dynamique des fluides et de la dynamique des ondes pour expliquer la gravité. Celle-ci n'est en effet pas une force dans le sens newtonien. Les corps en chute libre ne subissent pas une poussée mais une accélération indépendante de leur masse inertielle dans un gradient du champ gravitationnel.
 
Je ne peux pas entrer ici en détail dans des conceptions qui se fondent d'une part sur la dynamique des fluides et d'autre part sur la dynamique des ondes stationnaires. Je me réfère surtout au russe Yuri Ivanov qui explique l'accélération gravitationnelle par un gradient de fréquences diminuant en direction du centre :
http://mirit.ru/rd_2007en.htm#gravitation
et au québecois Edouard Bernal qui formule ce gradient par un vortex secondaire aux vortex électromagnétiques cumulés des particules élémentaires qui composent le flux gravitationnel:
http://www.physicscience.org/unification/natureelectromagntiquedelagravitation.asp
 
Il faut relever que les scientifiques dissidents reviennent en général à l'espace classique euclidien et corrigent l'erreur épistémologique d'Einstein qui a confondu contraction de longueur d'onde et dilatation de la période par effet Doppler avec une contraction de l'espace et un ralentissement du temps. Cette critique de la conception de l'espace est également formulée par Erik Verlinde
Citation:
Ces indices nous orientent de plus en plus vers la conclusion que la forme de l’espace-temps est un détail ornemental qui varie d’une théorie physique à une autre formulée différemment, plutôt qu’un élément fondamental de la réalité.


 
Au lieu de représenter le champ gravitationnel par une courbure de l'espace comme Einstein ou comme un gradient d'entropie ou de densité comme Verlinde, ce champ est décrit comme conséquence d'une dynamique de fluide circulant en vortex. (Il faut peut être rappeler que Maxwell a conçu ses équations sur le modèle de la dynamique des fluides). On peut représenter les gradients de densité ou d'entropie par des gradients de fréquence ou longueurs d'onde. En effet,  selon la formule de de Broglie la masse est inversement proportionnelle  à la longueur d'onde.
mc2 = hf , dont résulte mc = p = h/λ ou m = {h/c}/λ
Ceci permet de représenter le champ gravitationnel comme un vortex d'ondes stationnaires. C'est ce que suggère cette image, que j'ai choisie parmi les images fractales de Google, pour représenter le principe holographique évoqué par Verlinde. Elle vient d'un site qui décrit l'évolution fractale de la vie.
 

 
 
  Ce que cette image montre, ce sont des bulles dont la grandeur est représentative des longueurs d'ondes dites stationnaires mais qui sont en rotation orbitale à une vitesse qui augmente vers le centre. Cela ressemble à un trou noir, pourtant il n'y a pas de courbure de l'espace mais une diminution de longueurs d'ondes orbitales. Le gradient de longueur d'onde est bien indiqué aussi par les couleurs: bleu pour les longues en périphérie et rouge pour les courtes vers le centre. Voici deux petits schémas trouvés sur Google. Le premier figure seulement le gradient de vitesses ou fréquences orbitales, le second montre une esquisse de vortex

En effet, ce que l'image fractale ne montre pas, c'est l'évolution de la composante radiale des ondes. Les ondes stationnaires circulant en spirale ont une composante vectorielle orbitale dont les vitesses ou fréquences augmentent vers le centre  comme sur l'image, et une composante radiale dont les fréquences diminuent  en proportion inverse en direction du centre. C'est cette diminution de fréquences vers le centre qui explique l'accélération gravitationnelle selon Ivanov. L'effet correspond  selon Bernal à une dépression centrale du tourbillon qu'il assimile à l'effet Venturi  selon le principe de Bernouilli bien connu en aérodynamique.
 
Ceci n'est qu'une ébauche grossière des principes de nouvelles hypothèses; elle indique une voie qui me semble prometteuse pour une science d'avenir qui ne réduit pas l'univers à la masse matérielle et une hypothétique force de gravité et qui ne construit pas des structures virtuelles, une physique qui permet de décrire les propriétés diverses et changeantes de la nature par des interférences d'ondes et de vortex. Dans cette optique, je vous invite à regarder les site et les images du site  http://cosmometry.net/ dont voici deux images significatives.
 

_____________________________________________________________
«Pour examiner la vérité, il est besoin, une fois dans sa vie, de mettre toutes choses en doute autant qu’il se peut.» (René Descartes)
Je pense donc je suis ... complotiste !


Dernière édition par resurgence le Jeu 10 Juil 2014 - 13:58; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Kimah


Hors ligne

Inscrit le: 06 Avr 2014
Messages: 752
Masculin
Point(s): 525

MessagePosté le: Jeu 10 Juil 2014 - 11:48    Sujet du message: La théorie des cordes Répondre en citant

Citation:

Pour être précis la remise en cause de la théorie traditionnel de la gravité date du 18 siècle par nicolas fatio et george louis lesage pour ces deux physicien la gravité n'est pas attractive mais poussive .cette force force pousive est produit par des corps ulta-mondain qui sont absorber et re-éjecté un peut comme les neutrino . Si cela vous intéresse je peut donner un bibliographie sur les alternative la theorie classique de la gravité .

D'autres chercheurs proposent une explication de la gravité ou d'une force qui ne soit pas attractive mais poussive. Je peux jeter un coup d'oeil à ceux dont vous me parlez et que je ne connais pas.
Pour la gravité, depuis la relativité générale, elle n'est plus considérée comme une force attractive mais comme une déformation de l'espace-temps. Quand un objet tombe, il ne tombe pas comme attiré pas le centre de la Terre par l'attraction universelle que considérait Newton mais il suit les courbures de l'espace-temps. Une météorite n'est pas attirée par la Terre mais suit la déformation de l'espace provoquée par la masse de la Terre.

Pour le moment, il n'y a pas d'autres théories gravitationnelles ayant reçues des vérifications expérimentales que la relativité générale. Les cosmologistes utilisent cette dernière et la mécanique quantique pour décrire les premiers instants de l'Univers mais on sait que les deux théories sont incompatibles.

 
Revenir en haut
Madarion


Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2016
Messages: 327
Masculin
Point(s): 0

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 17:59    Sujet du message: La théorie des cordes Répondre en citant

Citation:
Pour le moment, il n'y a pas d'autres théories gravitationnelles ayant reçues des vérifications expérimentales que la relativité générale.


Il existe pourtant une théorie qui viendrait concurrencer la gravité, c'est la théorie de l'Univers électrique ?

Le principe reste le même que la gravité, et même cette histoire de déformation spatiale serait la même ?

Sauf qu'au lieu de chercher une nouvelle particule qui face le lien, on utilise un champs que l'on connait bien sur Terre et ont admet qu'elle est plus importante dans l'espace ?
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:24    Sujet du message: La théorie des cordes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Diverses théories
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com