OnNousCacheTout... Index du Forum

OnNousCacheTout...
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La théorie du Big-Bang
Aller à la page: 1, 2, 39, 10, 11  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Le Big-Bang
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 414
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Jeu 12 Juin 2014 - 21:25    Sujet du message: La théorie du Big-Bang Répondre en citant

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 12 Juin 2014 - 21:25    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 414
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Jeu 12 Juin 2014 - 21:26    Sujet du message: La théorie du Big-Bang Répondre en citant

Le Big Bang1 est un modèle cosmologique utilisé par les scientifiques pour décrire l'origine et l'évolution de l'univers2. Il a été initialement proposé en 1927 par le chanoine catholique belge Georges Lemaître, qui décrivait dans les grandes lignes l’expansion de l’Univers, avant que celle-ci soit mise en évidence par Edwin Hubble en 1929. Ce modèle a été désigné pour la première fois sous le terme ironique de « Big Bang » lors d’une émission de la BBC, The Nature of Things (littéralement « La nature des choses » - dont le texte fut publié en 1950), par le physicien anglais Fred Hoyle, qui lui-même préférait les modèles d'état stationnaire.
De façon générale, le terme « Big Bang » est associé à toutes les théories qui décrivent notre Univers comme issu d'une dilatation rapide qui fait penser (abusivement3) à une explosion, et est également le nom associé à cette époque dense et chaude qu’a connu l’Univers il y a 13,8 milliards d’années4 sans que cela préjuge de l’existence d’un « instant initial » ou d’un commencement à son histoire.
Le concept général du Big Bang, à savoir que l’Univers est en expansion et a été plus dense et plus chaud par le passé, doit sans doute être attribué au Russe Alexandre Friedmann, qui l'avait proposé en 1922, cinq ans avant Lemaître. Son assise ne fut cependant établie qu’en 1965 avec la découverte du fond diffus cosmologique, l'« éclat disparu de la formation des mondes », selon les termes de Georges Lemaître, qui attesta de façon définitive la réalité de l’époque dense et chaude de l’Univers primordial. Notons au passage qu'Albert Einstein, en mettant au point la relativité générale, aurait pu déduire l'expansion de l'Univers, mais a préféré modifier ses équations en y ajoutant sa constante cosmologique, car il était persuadé que l'Univers devait être statique.
Le terme de « Big Bang chaud » (« Hot Big Bang ») était parfois utilisé initialement pour indiquer que, selon ce modèle, l’Univers était plus chaud quand il était plus dense. Le qualificatif de « chaud » était ajouté par souci de précision, car le fait que l’on puisse associer une notion de température à l’Univers dans son ensemble n’était pas encore bien compris au moment où le modèle a été proposé, au milieu du XXe siècle.


La découverte de la relativité générale par Albert Einstein en 1915 marque le début de la cosmologie moderne, où il devient possible de décrire l’Univers dans son ensemble comme un système physique, son évolution à grande échelle étant décrite par la relativité générale.
Einstein est d’ailleurs le premier à utiliser sa théorie fraîchement découverte, tout en y ajoutant un terme supplémentaire, la constante cosmologique, pour proposer une solution issue de la relativité générale décrivant l’espace dans son ensemble, appelée univers d’Einstein. Ce modèle introduit un concept extrêmement audacieux pour l’époque, le principe cosmologique, qui stipule que l’Homme n’occupe pas de position privilégiée dans l’Univers, ce qu’Einstein traduit par le fait que l’Univers soit homogène et isotrope, c’est-à-dire semblable à lui-même quels que soient le lieu et la direction dans laquelle on regarde. Cette hypothèse était relativement hardie, car, à l’époque, aucune observation concluante ne permettait d’affirmer l’existence d’objet extérieur à la Voie lactée, bien que le débat sur cette question existe dès cette époque (par la suite appelé le Grand Débat).
Au principe cosmologique, Einstein ajoute implicitement une autre hypothèse qui paraît aujourd’hui nettement moins justifiée, celle que l’Univers est statique, c’est-à-dire n’évolue pas avec le temps. C’est cet ensemble qui le conduit à modifier sa formulation initiale en ajoutant à ses équations le terme de constante cosmologique. L’avenir lui donne tort, car dans les années 1920, Edwin Hubble découvre la nature extragalactique de certaines « nébuleuses » (aujourd’hui appelées galaxies), puis leur éloignement de la Galaxie avec une vitesse proportionnelle à leur distance5 : c’est la loi de Hubble. Dès lors, plus rien ne justifie l’hypothèse d’un Univers statique proposée par Einstein.
Avant même la découverte de Hubble, plusieurs physiciens, dont Willem de Sitter, Georges Lemaître et Alexandre Friedmann, découvrent d’autres solutions de la relativité générale décrivant un Univers en expansion. Leurs modèles sont alors immédiatement acceptés dès la découverte de l’expansion de l’Univers. Ils décrivent ainsi un Univers en expansion depuis plusieurs milliards d’années. Par le passé, celui-ci était donc plus dense et plus chaud.



La découverte de l’expansion de l’Univers prouve que celui-ci n’est pas statique, mais laisse place à plusieurs interprétations possibles :
  • soit il y a conservation de la matière (hypothèse a priori la plus réaliste), et donc dilution de celle-ci dans le mouvement d’expansion, et, dans ce cas, l’Univers était plus dense par le passé : c’est le Big Bang ;
  • soit on peut imaginer, à l’inverse, que l’expansion s’accompagne d’une création (voire d’une disparition) de matière. Dans ce cadre-là, l’hypothèse la plus esthétique est d’imaginer un phénomène de création continue de matière contrebalançant exactement sa dilution par l’expansion. Un tel Univers serait alors stationnaire.

Dans un premier temps, c’est cette seconde hypothèse qui a été la plus populaire, bien que le phénomène de création de matière ne soit pas motivé par des considérations physiques. L’une des raisons de ce succès est que dans ce modèle, appelé théorie de l’état stationnaire, l’univers est éternel. Il ne peut donc y avoir de conflit entre l’âge de celui-ci et l'âge d’un objet céleste quelconque.
À l’inverse, dans l’hypothèse du Big Bang, l’Univers a un âge fini, que l’on déduit directement de son taux d’expansion (voir équations de Friedmann). Dans les années 1940, le taux d’expansion de l’Univers était très largement surestimé, ce qui conduisait à une importante sous-estimation de l’âge de l’Univers. Or diverses méthodes de datation de la Terre indiquaient que celle-ci était plus vieille que l’âge de l’Univers estimé par son taux d’expansion. Les modèles de type Big Bang étaient donc en difficulté vis-à-vis de telles observations. Ces difficultés ont disparu par la suite par une réévaluation plus précise du taux d’expansion de l’Univers.


Deux preuves observationnelles décisives ont donné raison aux modèles de Big Bang : il s’agit de la détection du fond diffus cosmologique, rayonnement de basse énergie (domaine micro-onde) vestige de l’époque chaude de l’histoire de l’univers, et la mesure de l’abondance des éléments légers, c’est-à-dire des abondances relatives de différents isotopes de l’hydrogène, de l’hélium et du lithium qui se sont formés pendant la phase chaude primordiale.


Ces deux observations remontent au début de la seconde moitié du XXe siècle, et ont assis le Big Bang comme le modèle décrivant l’univers observable. Outre la cohérence quasi parfaite du modèle avec tout un autre ensemble d’observations cosmologiques effectuées depuis, d’autres preuves relativement directes sont venues s’ajouter : l’observation de l’évolution des populations galactiques, et la mesure du refroidissement du fond diffus cosmologique depuis plusieurs milliards d’années


L’expansion induit naturellement que l’univers a été plus dense par le passé. À l’instar d’un gaz qui s’échauffe quand on le comprime, l’univers devait aussi être plus chaud par le passé. Cette possibilité semble évoquée pour la première fois en 1934 par Georges Lemaître, mais n’est réellement étudiée qu’à partir des années 1940. Selon l’étude de George Gamow (entre autres), l’univers doit être empli d'un rayonnement qui perd de l’énergie du fait de l’expansion, selon un processus semblable à celui du décalage vers le rouge du rayonnement des objets astrophysiques distants.
Gamow réalise en effet que les fortes densités de l’univers primordial doivent avoir permis l’instauration d’un équilibre thermique entre les atomes, et par suite l’existence d'un rayonnement émis par ceux-ci. Ce rayonnement devait être d’autant plus intense que l'univers était dense, et devait donc encore exister aujourd’hui, bien que considérablement moins intense. Gamow fut le premier (avec Ralph Alpher et Robert C. Herman) à réaliser que la température actuelle de ce rayonnement pouvait être calculée à partir de la connaissance de l’âge de l'univers, la densité de matière, et l'abondance d’hélium.
Ce rayonnement est appelé aujourd’hui fond diffus cosmologique, ou parfois rayonnement fossile. Il correspond à un rayonnement de corps noir à basse température (2,7 kelvins), conformément aux prédictions de Gamow. Sa découverte, quelque peu fortuite, est due à Arno Allan Penzias et Robert Woodrow Wilson en 1965, qui seront récompensés par le Prix Nobel de physique en 1978.
L’existence d’un rayonnement de corps noir est facile à expliquer dans le cadre du modèle du Big Bang : par le passé, l’univers est très chaud et baigne dans un rayonnement intense. Sa densité, très élevée, fait que les interactions entre matière et rayonnement sont très nombreuses, ce qui a pour conséquence que le rayonnement est thermalisé, c’est-à-dire que son spectre électromagnétique est celui d’un corps noir. L’existence d’un tel rayonnement dans la théorie de l’état stationnaire est par contre quasiment impossible à justifier (bien que ses rares tenants affirment le contraire).
Bien que correspondant à un rayonnement à basse température et peu énergétique, le fond diffus cosmologique n’en demeure pas moins la plus grande forme d’énergie électromagnétique de l’univers : près de 96 % de l’énergie existant sous forme de photons est dans le rayonnement fossile, les 4 % restants résultant du rayonnement des étoiles (dans le domaine visible) et du gaz froid dans les galaxies (en infrarouge). Ces deux autres sources émettent des photons certes plus énergétiques, mais nettement moins nombreux.
Dans la théorie de l’état stationnaire, l’existence du fond diffus cosmologique est supposée résulter d’une thermalisation du rayonnement stellaire par d’hypothétiques aiguillettes de fer microscopiques, un tel modèle s’avère en contradiction avec les données observables, tant en termes d’abondance du fer qu’en termes d’efficacité du processus de thermalisation (il est impossible d’expliquer dans ce cadre que le fond diffus cosmologique soit un corps noir aussi parfait) ou d’isotropie (on s’attendrait à ce que la thermalisation soit plus ou moins efficace selon la distance aux galaxies).
La découverte du fond diffus cosmologique fut historiquement la preuve décisive du Big Bang


La suite ici : [url:89d081e8a2=http://fr.wikipedia.org/wiki/Big_Bang]http://fr.wikipedia.org/wiki/Big_Bang[/url:89d081e8a2]
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 414
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Sam 21 Juin 2014 - 23:46    Sujet du message: La théorie du Big-Bang Répondre en citant

Les chercheurs qui affirmaient avoir détecté des ondes gravitationnelles primordiales n'écartent plus des interprétations plus banales.





Deux pas en avant, un pas en arrière. En mars, les scientifiques américains de l'Institut Harvard-Smithsonian annonçaient en grande pompe la découverte des ondes gravitationnelles primordiales, des vaguelettes dans le tissu de l'espace-temps. Une preuve spectaculaire de l'expansion rapide de l'univers dans la première seconde après le big bang.

Mais dans la version finale de l'article publié jeudi dans la revue Physical Review Letters, les astrophysiciens commencent à faire machine arrière. Sans aller jusqu'à se rétracter, ils ont concédé avoir peut-être été un peu trop optimistes dans l'analyse des signaux qu'ils enregistrent depuis des années au pôle Sud.

La pression commençait à monter. Depuis plusieurs semaines, de nombreux chercheurs dans le monde entier mettent en doute la pertinence de leurs résultats. Le débat ne porte pas sur la nature ou la puissance des signaux enregistrés par le télescope BICEP-2, mais sur leur interprétation.

Pas d'argument numérique pour écarter l'hypothèse de poussières

Pour les membres de l'équipe BICEP, les petits tourbillons observés dans la polarisation de la lumière qu'ils collectent (c'est-à-dire des «vibrations» particulières) seraient les vestiges de la phase d'expansion accélérée survenue juste après le big bang (appelée inflation). Durant cette période, la dilatation violente de l'espace-temps aurait provoqué des soubresauts dans sa structure: les fameuses ondes gravitationnelles, prévues par les équations d'Einstein.

Ces dernières auraient alors imprimé le motif tourbillonnant dans la première lumière émise par l'Univers (aussi appelée rayonnement fossile). La découverte de cette polarisation permettait du coup de valider dans un même élan l'existence de cette période hypothétique d'inflation et celle des ondes gravitationnelles. Un double bond énorme pour la cosmologie moderne. À condition, bien sûr, qu'un autre phénomène ne puisse pas lui aussi expliquer ces mesures.

Or, dans deux papiers mis en ligne fin mai, deux équipes d'astrophysiciens soulignent justement que la polarisation observée pourrait être intégralement provoquée par des poussières de notre Galaxie, sans aucun lien avec les traces du big bang. «Les chercheurs de BICEP ont balayé un peu vite cette hypothèse en estimant qu'elle était “très peu probable”, explique Alain Blanchard, cosmologiste à l'université Paul-Sabatier à Toulouse. La vérité, c'est qu'ils n'ont pas d'arguments numériques solides pour écarter cette possibilité.»

Les données de Planck à la rescousse?

En fait, les membres de BICEP semblent avoir appuyé leur raisonnement sur une carte de polarisation du ciel chipée dans une présentation de résultats préliminaires du satellite spatial européen Planck. Or cette carte n'était pas fiable dans certaines zones, dont celle étudiée par le télescope BICEP-2.

«Il était imprudent de négliger l'apport des poussières galactiques, juge François Bouchet, coordinateur scientifique de la mission Planck. Nos plus récentes analyses montrent d'ailleurs qu'il va probablement être difficile de trancher. Nous avons récemment été contactés par l'équipe BICEP, qui souhaite collaborer avec notre équipe. Nous avons entamé des discussions formelles en ce sens. Nous verrons si cela débouche sur quelque chose.»


«Il sera peut-être difficile d'apporter une réponse définitive»

François Bouchet, astrophysicien.

Si l'équipe BICEP dispose de données d'une très grande sensibilité sur la polarisation dans son petit coin de ciel, les chercheurs de Planck ont, eux, l'avantage de pouvoir étudier ce signal à différentes fréquences sur le ciel entier. Or à certaines longueurs d'onde, les poussières doivent largement prendre le pas sur les signaux laissés par la big bang. Si l'on retrouve assez de polarisation «tourbillonnante» à ces fréquences pour expliquer les signaux mesurés au pôle Sud, alors les scientifiques américains devront reconnaître avoir fait une erreur d'interprétation.

Si la polarisation y est très faible, alors son origine cosmologique ne devrait plus faire beaucoup de doute. «Si on se trouve entre ces deux cas extrêmes, il sera peut-être difficile d'apporter une réponse définitive», prévient néanmoins François Bouchet. Auquel cas l'existence des ondes gravitationnelles, comme celle de l'inflation, resteraient à démontrer. Avec un prix Nobel potentiel à la clé.

http://www.lefigaro.fr/sciences/2014/06/20/01008-20140620ARTFIG00332-des-tr…
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
resurgence


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2014
Messages: 299
Masculin
Point(s): 19

MessagePosté le: Dim 22 Juin 2014 - 08:03    Sujet du message: La théorie du Big-Bang Répondre en citant

Il y a des astronomes qui contestent la théorie du Big bang, sur la base d'observations. Ils réfutent  l'hypothèse de la dilatation de l'univers et l'hypothèse du fond diffus cosmologique.




 En ce qui concerne l'hypothèse du "fond diffus cosmologique de microondes" (FDC) qui serait une "énergie fossile" résiduelle du big bang, leur critique rejoint le doute exprimé dans l'article cité par Marine.

Extraits traduits de https://www.thunderbolts.info/wp/2013/11/29/common-misconception-10-why-dispute-the-big-bang/
Citation:
 Des milieux plus ou moins isotropes de rayonnement entourent la Terre dans chaque bande de fréquence connue de l'homme ( ondes longues radio, infrarouges, ultraviolets, rayons X, rayons gamma) et les milieux sont facilement et en toute sécurité associés à des structures astrophysiques. L'affirmation d' une origine uniquement cosmologique du fond de micro-ondes est apparemment  attribué à ce que la matière dans l'univers ne rayonnerait pas à cette longueur d'onde. C'est faux. Il y a eu des corrélations précises trouvées du FDC avec la structure astrophysique, par exemple l'alignement de la Tache Froide ou le Grand Vide.

Citation:
Le regretté professeur Geoffrey Burbidge appelle un chat un chat. Il va droit au but:
"A partir de ce moment, le danger énorme est apparu que tout le travail sur le CMB a été exploité par des observateurs absolument convaincus que tout ce qu'ils pourront trouver, ils seront absolument sûr de savoir d'où cela vient. Cela a conduit à un emballement si puissant que les interprétations alternatives des données sont rarement mentionnées, jamais enseignées ou discutées lors de réunions, ou référencées dans les manuels."


Pour ceux qui comprennent l'anglais, deux chercheurs indépendants réfutent en vidéo les interprétations récentes des enregistrement de téléscope BICEP dont parle l'article cité par Marine
https://www.thunderbolts.info/wp/2014/05/06/steve-crothers-on-failures-of-big-bang-cosmology-space-news/
https://www.thunderbolts.info/wp/2014/04/17/tremors-of-the-big-bang-space-news/




En ce qui concerne l'hypothèse de dilatation de l'espace: 
Extrait traduit de: http://www.thunderbolts.info/tpod/2004/arch/041227prediction-bigbang.htm
Citation:
Vous ne l’apprendrez jamais par les nouvelles officielles, mais le Big Bang est brisé et ne peut pas être maintenu


Le Big Bang a perdu son fondement théorique, qui était l'interprétation Doppler du décalage vers le rouge (redshift reliant  l'étirement des longueurs d'onde de lumière à l’éloignement des objets). On sait maintenant que, bien que la quasi-totalité des galaxies observées sont décalées vers le rouge, l'interprétation Doppler de ce changement ne constitue pas une mesure fiable de la vitesse ou (indirectement) de la distance. Quasars et galaxies de redshift différent se tiennent en proximité physique les uns avec les autres et sont observés reliés par des filaments de matière. Les quasars, dont le redshift élevé les placerait sur ​​les bords extérieurs de l'univers visible, sont en fait liés physiquement et énergétiquement aux galaxies actives contiguës à faible décalage vers le rouge.
Le Big Bang a été démantelé par l'observation directe, celle d’un quasar très décalé vers le rouge situé devant une galaxie.


_____________________________________________________________
«Pour examiner la vérité, il est besoin, une fois dans sa vie, de mettre toutes choses en doute autant qu’il se peut.» (René Descartes)
Je pense donc je suis ... complotiste !
Les membres suivants remercient resurgence pour ce message :
Marine (22/06/14), aja777 (22/06/14), (03/07/14)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 414
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mar 19 Aoû 2014 - 23:16    Sujet du message: La théorie du Big-Bang Répondre en citant

Tout sur le big-bang

http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosbig/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Kimah


Hors ligne

Inscrit le: 06 Avr 2014
Messages: 752
Masculin
Point(s): 525

MessagePosté le: Mer 20 Aoû 2014 - 00:03    Sujet du message: La théorie du Big-Bang Répondre en citant

Citation:

Tout sur le big-bang

Bonne rétrospective Marine, mais inutile car les plus irréductibles détracteurs du Big Bang réinterprètent les observations et n’acceptent pas le cadre théorique.

Ma première question serait, l'univers est-il dynamique ou fixe ?
Revenir en haut
resurgence


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2014
Messages: 299
Masculin
Point(s): 19

MessagePosté le: Mer 20 Aoû 2014 - 10:56    Sujet du message: La théorie du Big-Bang Répondre en citant

 
Citation:
  Ma première question serait, l'univers est-il dynamique ou fixe ?


La mienne:  La physique théorique est-elle dynamique ou fixe ?


Toute vérité passe par trois étapes. D’abord elle est ridiculisée, ensuite elle est violemment combattue, et enfin elle est acceptée comme une évidence.  
Arthur Schopenhauer (portail du forum)
_____________________________________________________________
«Pour examiner la vérité, il est besoin, une fois dans sa vie, de mettre toutes choses en doute autant qu’il se peut.» (René Descartes)
Je pense donc je suis ... complotiste !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Kimah


Hors ligne

Inscrit le: 06 Avr 2014
Messages: 752
Masculin
Point(s): 525

MessagePosté le: Mer 20 Aoû 2014 - 11:40    Sujet du message: La théorie du Big-Bang Répondre en citant

Citation:

La physique théorique est-elle dynamique ou fixe ?

Elle est dynamique, son parcours jusqu'à maintenant le prouve.

Et pour ma question ?
Revenir en haut
NicoTine
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 21 Aoû 2014 - 10:32    Sujet du message: La théorie du Big-Bang Répondre en citant

Salut a tous.


De mon avis, la physique théorique est fixe, car nos scientifiques ont une demarche trop terre a terre, et ceci est du au fait, qu'ils ont tous été formés par des pères qui répondent a des concepts philosophiques fixes, mais aussi par une scolarité qui uniformise la structuration de l'esprit.


Les non avertis pensent qu'effectivement, la physique théorique cherche a depasser certaines limites : comme la recherche du plus petit que le Bosson, les percutions d'atomes a grande vitesse, etc, bin c'est pas ca la dynamique..............la on est en plein dans la sédentarité, chercher l'infiniment grand ou l'infiniment petit..........on trouvera du petit et du grand a l'infini, voila tout.


Les recherches scientifiques théoriques, ont pour fait présent, d'essayer de répondre a des questionnements humains, qui n'ont pour base, que de faire evoluer le style de vie planetaire qui est imposé par des dogmes philosophiques : Darwin, Einstein, etc, qui ont pour particularité, le refus du créationnisme. Donc notre science théorique, ne recherche que des éléments qui sont mécaniques, dans un cadre testeur/observateur que ce soit a l'echelle planétaire ou universelle.


Puisque a l'echelle mondiale, la majorité du globe vit sur des principes tere a terre, alors nous ne cherchons que du mécanique.
Et c'est pourquoi nous stagnons.........




A contrario, des chercheurs indépendants en quantique, comme haramein, comme Garnier Malet, E.Moto etc, eux, cherchent dans la dynamique !!!!
Meme un amateur de science, si il observe l'evolution de la science quantique, si il analyse comment elle procède, il verra que les questionnements scientifiques de cette branche, sont avant tout DYNAMIQUES, car dépassant les phénomènes mécaniques, et les causes de ce questionnement sont a majorité d'ordre spirituelles, philosophiques, ésotériques, dépassant de loin le cadre mécanique.


D'un coté la majorité bosse de facon a evoluer dans un cadre mécanique, et une minorité moquée, travail de facon a comprendre l'harmonie dynamique qui créer la mécanique.


Comme ce ne sont pas les évènements mécaniques qui créent les évènements quantiques, alors il n'y a pas de dynamique d'evolution, mais bien une immobilité sociétale mondiale.
Nous n'evoluons pas, tout simplement, nous stagnons dans une recherche sédentaire mécanique qui n'explique et n'expliquera jamais la dynamique universelle.




La recherche sur le big bang est surfaite.
Mecaniquement ils s'obstinent a affirmer que le big bang est le commencement de l'univers, mais ils n'arrivent toujours pas a expliquer l'etat originel de celui ci, et surtout pourquoi et comment il était la...........qui a créer le big bang ????? qui a t'il avant ???? Est il hasard ou construction ?


A quoi ca sert d'expliquer un phenomene de création créateur, si on ne peut pas prouver ce qu'il y a avant, car si il faut un avant, cad une cause, qu'elle cette cause ???
Et si comme ils disent que l'univers est en expansion, qu'elle est la cause originelle qui a pour cause ON SAIT PAS QUOI, et qui aurait pour conséquence ON SAIT PAS QUOI...


Parce que la, scientifiquement, c'est quand meme gros d'affirmer le milieu (ce que nous vivon), mais de ne pas etre en mesure d'affirmer le commencement, et d'affirmer la fin !!!!
Non ?
La en argo, lol, ca veut dire ca la science majoritaire :


les gars, aujourd'hui nous vivons dans un monde mécanique soumis a des regles fixes, immuables, de l'univers, qui régissent tout le systeme de l'univers, tout ce qui nous entoure est su, connu, structuré, organisé, par des regles scientifiques.
Or, on ne sait pas pourquoi et comment et dans quel but ca a commencé, et on ne sait pas pourquoi ca ne se termine pas ou si ca se termine.........


A l'inverse, la science quantique dit ceci, et questionne comme cela :


On ne sait pas encore pourquoi, comment et dans quel but tout cela a commencé, et nous ne savons pas pourquoi, comment, dans quel but cela pourrait se terminer ou pas.
MAIS
A l'instant T, nous savons, observons, analysons, que, il existe 2 mondes :


Celui dans lequel nous voyons la mécanique agir.
Celui dans lequel nous ne voyons rien, mais dont nous pouvons dire, qu'il cohabite avec le précédent, et que ses regles sont opposées et opposables, mais a la fois en symbiose, ce qui créer une harmonie séparée, ce que, nous n'avons pas pour habitude d'observer et de conclure, puisque logiquement une harmonie ne peut étre opposable et a la fois séparée.


Si il y a opposition et harmonie a la fois dans un cadre d'osmose, alors c'est que l'espace temps est divisé en plusieurs strates, C'EST LA SEULE CAUSE ET LA SEULE CONSEQUENCE POSSIBLE.


Tant qu'on admettra pas cela, nous resterons figés dans la mécanique, qui a pour conséquence une stagnation, qui n'aura que pour conséquence, une pseudo évolution humaine dirigée vers un chemin complètement opposé a la nature profonde de l'etre.
Toutes les sciences, qu'elles soient d'ordre sociales, industrielles, philosophiques, évoluent mécaniquement, et sont un frein a l'evolution de la connaissance DYNAMIQUE et universelle de l'etre profond dont nous sommes composés !!!


Bien a vous.
Les membres suivants remercient Anonymous pour ce message :
napo (21/08/14), resurgence (21/08/14)
Revenir en haut
resurgence


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2014
Messages: 299
Masculin
Point(s): 19

MessagePosté le: Jeu 21 Aoû 2014 - 14:18    Sujet du message: La théorie du Big-Bang Répondre en citant

NicoTine a écrit:


De mon avis, la physique théorique est fixe, car nos scientifiques ont une demarche trop terre a terre, et ceci est du au fait, qu'ils ont tous été formés par des pères qui répondent a des concepts philosophiques fixes, mais aussi par une scolarité qui uniformise la structuration de l'esprit.




Oui, et je précise que ces concepts  philosophiques en cause reposent principalement sur la philosophie et logique aristotélicienne instituée par la scolastique (le thomisme) et reprise paradoxalement sans esprit critique par la science.


La philosophie d’Aristote, c’est l’ontologie : l’univers est un Être. Mais a science a réduit l’Être divin à la « matière » et la « masse » est devenue dieu depuis Newton.
L'aristotélisme a conduit à la déspiritualisation et au matérialisme de la civilisation occidentale.


La logique d’Aristote, son principe d’identité et de contradiction exclue, sont applicables à la seule réalité observable.
Cela conduit à la remarque suivante de NicoTine :
Citation:
MAIS
A l'instant T, nous savons, observons, analysons, que, il existe 2 mondes :
Celui dans lequel nous voyons la mécanique agir.
Celui dans lequel nous ne voyons rien, mais dont nous pouvons dire, qu'il cohabite avec le précédent, et que ses regles sont opposées et opposables, mais a la fois en symbiose, ce qui créer une harmonie séparée, ce que, nous n'avons pas pour habitude d'observer et de conclure, puisque logiquement une harmonie ne peut étre opposable et a la fois séparée.
 
Si il y a opposition et harmonie a la fois dans un cadre d'osmose, alors c'est que l'espace temps est divisé en plusieurs strates, C'EST LA SEULE CAUSE ET LA SEULE CONSEQUENCE POSSIBLE.

L’Univers est Un. Mais cette unité se manifeste sur trois niveaux de la connaissance et de la logique bien connus dans toute tradition et notamment dans le platonisme (allégorie de la caverne).
  • Le niveau du phénomène observable par les sens et par les mesures, qui n’admettent pas de contradiction selon Aristote. Sa logique est statique.
  • Le niveau du fonctionnement intelligible et des lois cycliques de la nature. Sa logique est la complémentarité ou alternance des contraires bien connue dans le taoïsme mais aussi chez Platon et les néoplatoniciens jusqu’à la Renaissance. Sa logique est dynamique.
  • Le niveau de l’harmonie et unité globale imaginable, Sa logique était appelée par les néoplatoniciens du Moyen-âge (Bonaventure, Nicolas de Cues) «coïncidence des opposés » et symbolisaient par l’ouroboros.



Selon la logique de Platon (expliquée par Socrate dans Phédon) la mort coïncide avec la naissance, la fin coïncide avec le commencement.
Autrement dit, le temps sans commencement ni fin est éternel.


Logiquement il ne peut y avoir de big bang.
_____________________________________________________________
«Pour examiner la vérité, il est besoin, une fois dans sa vie, de mettre toutes choses en doute autant qu’il se peut.» (René Descartes)
Je pense donc je suis ... complotiste !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
NicoTine
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 21 Aoû 2014 - 14:39    Sujet du message: La théorie du Big-Bang Répondre en citant

Oh grand merci Resurgence pour ta complémentarité !!!!
Tu es a l'evidence plus cultivé que moi sur le sujet : tu utilises l'histoire et les mots qui vont bien, par rapport a moi qui n'utilises que mes souvenirs, mon expérience, et une petite culture liée a mon ancienne curiosité..........lol.


C'est toujours intéressant qu'un gars comme toi, puisses venir étayer plus profondément, et surtout, avec des répères.
Cela ne correspond pas a ma personnalité de faire ainsi, mais j'avoue que pour les lecteurs, cela donne plus de crédit !!!!


Je voulais rajouter que je ne suis pas contre la science mécanique : elle est indispensable, car elle régie une facette de nos vies et de notre monde.
Elle amene une connaissance qui est indispensable a la complémentarité de la quantique.
Cela m'amene a dire que cela permet la tolérance et l'harmonie des sciences, plutot que de rejeter l'une ou l'autre :


Il ne faut jamais etre dans l'opposition, nous sommes régis par des mondes et des lois différentes, il convient donc de laisser la place a chacun d'etudier l'un ou l'autre, de facon a progresser en laissant les potentiels de chacun agir de libre cours. C'est ainsi qu'on évolue en osmose, et non pas dans l'opposition quasi dogmatique du j'ai raison et pas toi.


Les potentiels sont illimités, il serait dommage de brider ceux ci, or, c'est un sport planétaire que de le faire...........
C'est dommage, vraiment dommage.


bref..........
Revenir en haut
Kimah


Hors ligne

Inscrit le: 06 Avr 2014
Messages: 752
Masculin
Point(s): 525

MessagePosté le: Ven 22 Aoû 2014 - 14:31    Sujet du message: La théorie du Big-Bang Répondre en citant

Salut Nicotine !

Citation:



De mon avis, la physique théorique est fixe



Par exemple si une personne change d'avis, peut-on la qualifier (ou bien seulement sa pensée) dynamique, changeante ?

Citation:



Je voulais rajouter que je ne suis pas contre la science mécanique : elle est indispensable, car elle régie une facette de nos vies et de notre monde.



En physique quantique la vision mécaniste est incorrect. Au niveau du macrocosme elle n'est peut-être qu'une approximation.


@Resurgence
Citation:



Autrement dit, le temps sans commencement ni fin est éternel.



Et si le temps n'existait pas ?
Revenir en haut
NicoTine
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 22 Aoû 2014 - 17:06    Sujet du message: La théorie du Big-Bang Répondre en citant

Salut Kimah.
Content de te voir !!!!


Une pensée qui change, une idée qui évolue = c'est changeant oui, mais les mots traduisants mal les émotions et les sentiments, on dira d'une personne qu'elle est changeante.
Le sujet est complexe, car originellement, seul celui dont la verité universelle est acquise, n'est pas changeant.
Par transposition, vu que l'etre humain ne détient aucune vérité universelle a ce jour, ses pensées ne peuvent etre que dynamiques.


Aussi, je pense que du fait de notre constitution physique et psychique, nos pensées sont par défaut, dynamiques, car c'est la non connaissance qui fait que les pensées évoluent, fluctuent, et se dynamisent au fil des apprentissages et des évolutions psychiques.


Y'a donc deux definitions, soit qu'on parle de la pensée en terme universel et on dira qu'elle est dynamique, soit qu'on parle d'un individu dans la société et l'on dira qu'il est changeant, si il pense différemment toutes les semaines.
Sur ce sujet, il faudrait des pages pour en faire le tour et les constats. lol.


Oui Kimah, c'est vrai que la physique quantique fait se reproche a la mecanique, d'etre approximative, ce n'est pas un mal mais ce n'est pas un bien non plus :
Meme si la mecanique est approximative, elle nous donne quand meme la possibilité d'envoyer des satellites, des fusées, de vivre avec une compréhension certe approximative mais qui nous rend quand meme bien des services, lol.
Alors c'est toujours pareil, dans le fond oui c'est pas bien car approximatif, mais dans la forme c'est bien, car ca nous fait vivre.


Apres, c'est encore plus complexe, si on décortique comme ceci :


La nous sommes dans une ère mecanique, donc notre esprit pense mécanique. Ainsi nous vivons mécaniquement, et notre evolution ne depend que des lois mecaniques.
Ceci est du au fait que nos enseignements educatifs sont aussi mecanique et que notre compréhension et notre approche du monde, de l'univers, du corps, est mécanique.
Vu que c'est intégré par tous les peuples, nous ne pouvons faire autrement que de vivre mécaniquement.
Meme si c'est approximatif, ca nous convient, tant l'approximation est faible.
A contrario
Si nous avions recu un enseignement plus vibratoire, plus energetique, beaucoup plus quantique, alors nous n'aurions pas du tout la meme vie que celle la.
Nous serions peut etre deja capable de voyager juste avec nos capacités mentales, ne serions jamais atteints de maladies, pourrions communiquer par télépathie, etc, etc.


Or, meme si nous vivons dans une ere mecanique, qui arrange bien le systeme capitaliste et l'organisation sociale en pyramide, nous connaissons aussi, en parallele, une ere quantique, puisque celle ci a deja une ancienneté substancielle !!!


Qu'elle est cette complexité ?
Qu'est ce qui fait que l'humain prefere le mecanique ?
Pourquoi en sachant que notre corps est quantique, qu'on va toujours chercher du mécanique ?
Si demain, la quantique prend 30% de plus en popularité, est ce que cela poussera les gens a effectivement user d'une education quantique ?
Est ce que ce n'est pas l'effort a produire en quantique (effort de concentration, etc) qui pousse les gens a choisir le mecanique car ne necessitant pas d'efforts ?
Si nous étions dans une société quantique, est ce que tout le monde serait interessé a le devenir ?
Est ce que la mécanique ne va faire un bon prodigieux, permettant des exploits inconnus jusqu'a lors, et ainsi debouter encore plus la quantique qui restera floue de toute facon, a des cerveaux mécanisés ?


est ce que la mécanique ne va pas dévoilé par ses prochaines découvertes, que nous avons le choix, soit d'etre quantique, soit d'etre mecanique ?
Est ce que ca ne serait pas cette science, si on la laisse s'ameliorée pour parfaire ses approximations, qui va nous faire decouvrir qu'il existe non seulement un chemin mecanique parfait mais aussi un monde mecanique universel, totalement opposé a celui qui est quantique, et dans lequel on pourrait y finir ses jours lorsque nous mourront ?
Est ce que c'est pas elle, qui va nous apprendre, que notre psychée quantique est limitée a un niveau que nous ne pouvons pas dépasser, autrement qu'en mourant ?


Originellement, nous sommes des etres quantiques, puisque composés a 100% de matiere quantique.
Donc il serait plus logique que nous évoluons et fassions confiance a notre originalité premiere, ceci étant, on voit bien l'inverse se produire.
Y aura t'il un choix a faire ?
Le choix ne sera t'il pas possible ?


Et dans notre passé, lorsque la mécanique balbutiait, étions nous des etres de lumiere ? on ne le sait pas, puisque tout cela est caché chez les dirigeants de la planete........
Dans ce passé mécanique balbutiant, est ce que la quantique était connue ? étions nous des cromagnongnons, ou des etres se satisfaisant d'energie quantique ?


Et dans notre évolution, on va dire de 1700 a maintenant, la on connait se passé, y a t'il eu des lois, des inventions, pour que l'humain s'eloigne le plus vite possible de son originalité ?
Car on peut se poser la question, car dans des musés, y'a quand meme des quelettes de 2.60metres...........bien réels, avec des artefacts qui nous dépassent de loin........
Pourquoi sommes nous entourrés d'ondes ? est ce fait exprès ?
Pourquoi en sachant que nous sommes quantiques et enrgie vibratoire, la société s'applique a tuer cela ?


C'est vraiment complexe, car dans les sciences vibratoires on y colle toujours l'etre de lumiere parfait bon et aimant, mais est ce que les gens malsaints y ont acces ?
Perso, je connais des mecs pas trop cools qui peuvent voir l'aura, et faire du yoga, alors dans la quantique, est ce que y'a une guerre entre le noir et le blanc ?


Bon bref, la je dévie, la discussion est plus axée sur la recherche !!!
Pour finir, je reste simple et intriqué a mes convictions : nous sommes a l'origine des atomes et bien plus, donc du quantique, alors c'est simple, ma nature est quantique et je m'y tiens.


Lol.
Revenir en haut
resurgence


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2014
Messages: 299
Masculin
Point(s): 19

MessagePosté le: Ven 22 Aoû 2014 - 17:53    Sujet du message: La théorie du Big-Bang Répondre en citant

Kimah a écrit:



@Resurgence
Citation:

Autrement dit, le temps sans commencement ni fin est éternel.




Et si le temps n'existait pas ?




Par les livres de Prigogine, « Entre le temps et l’éternité » et « La fin des certitudes », j’ai appris les évidences suivantes.


Le déterminisme strict de la mécanique classique est fondé sur le principe de raison suffisante de Leibniz : tout mouvement serait réversible. L’univers serait éternel et immuable.  C’est faux !
La même réversibilité du temps est postulée en mécanique quantique dans les graphiques de Feynman et en relativité par l’espace-temps de Minkowski. Le déterminisme classique, celui des trajectoires classiques, entre également par le hamiltonien dans le formalisme de la fonction d’onde.


La réversibilité est un postulat utile dans les modèles de pensée conduisant à des expérimentations dans un cadre strict de système fermé.
Mais c’est faux, le temps de l’évolution existe et il est irréversible. Cela est démontré par Prigogine et il en donne la raison : les degrés de liberté des systèmes complexes ouverts sur l’environnement et formellement les équations non intégrables de Poincaré  qui résultent de la résonance entre oscillateurs (quanta) multiples.


Ceci reconduit à la mécanique ondulatoire négligée de Louis de Broglie et à un nouveau paradigme interprétant l’univers, la vie, les particules le quantum et les acquis de la physique quantique par les seules propriétés d’ondes. Beaucoup de scientifiques dissidents travaillent sur le sujet des ondes et de l’électromagnétisme.
Bien des idées folles, impasses et spéculations mathématiques pourraient être évacuées si la physique ne restait pas fixée sur les idées tout à fait classiques du déterminisme et de la « matière », soit entant que masse et gravité en cosmologie, soit sous forme de particules (quantum fermions et bosons) en mécanique quantique.
 
Quant à l’espace, il est le milieu physique d’ondes électromagnétiques. Il est dynamique par ses oscillations ou fluctuations sans changer de volume. Par rapport à quel autre espace ou entité pourrait-il se dilater ou se contracter ?- Adieu le Big bang !
_____________________________________________________________
«Pour examiner la vérité, il est besoin, une fois dans sa vie, de mettre toutes choses en doute autant qu’il se peut.» (René Descartes)
Je pense donc je suis ... complotiste !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
aja777


Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2014
Messages: 1 539
Masculin
Point(s): 383

MessagePosté le: Ven 22 Aoû 2014 - 20:32    Sujet du message: La théorie du Big-Bang Répondre en citant

Bonjour Kimah Resurgence et Nico Tine
 
Kimah a écrit

 
Citation:








 Et si le temps n'existait pas ?








Et si le temps n'existait pas avec les valeurs que nous lui attribuons ?
 Si ce temps n'est pas une valeur statique partout dans l'univers observable, quelque chose de malléable dépendant d'autres éléments tel que l'esprit !
De surcroit assujettis a un système planétaire qui nous est propre .
L'influence de l'esprit semble démontrée par plusieurs expériences en physique quantique je crois !
Ainsi le temps terrestre par exemple ne correspondrait pas a l'universel ,mais serait plutôt comparable a un courant créé.
 Nous regarderions alors peut être l'univers, avec une vision tronqué
A votre connaissance y a il des recherches sérieuses en ce sens ?

Amicalement  

_____________________________________________________________
>>>>La création est une symphonie dont nous sommes les musiciens , mais que signifie elle sans son compositeur source de toute VIE ?
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:21    Sujet du message: La théorie du Big-Bang

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Le Big-Bang
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 39, 10, 11  >
Page 1 sur 11

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com