OnNousCacheTout... Index du Forum

OnNousCacheTout...
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Médicaments, la grande intox - Sonia Kanoun et My-Kim Yang-Paya

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Livres, revues et citations
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 412
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Ven 6 Juin 2014 - 21:42    Sujet du message: Médicaments, la grande intox - Sonia Kanoun et My-Kim Yang-Paya Répondre en citant



 

Le 23 juin 2011, Xavier Bertrand, alors ministre de la Santé, déclarait : "Il faut clairement qu'il y ait un avant et un après-Mediator." Deux ans plus tard, où en sommes-nous ? Sommes-nous à l'abri de nouveaux scandales sanitaires ? A l'heure où les pilules contraceptives de troisième et quatrième générations soulèvent des inquiétudes justifiées, rien n'est moins sûr. La priorité des laboratoires n'est pas de nous soigner, mais de faire du profit. Des maladies sont inventées, des médicaments détournés de leur prescription initiale et des copies d'anciens médicaments, sans plus-value pour le patient, commercialisées. Pire, on découvre que la plupart de nos médecins connaissent mal les produits qu'ils nous prescrivent et on attend qu'un médicament cause plusieurs victimes avant d'envisager son retrait des officines... Alors que l'Assemblée nationale s'apprête à débattre de l'introduction en droit français de la class action ("action de groupe"), laquelle permettrait aux victimes de se regrouper pour faire face à la toute-puissance des laboratoires, les auteurs nous livrent leur vision critique et percutante du monde pharmaceutique.


Dernière édition par Marine le Sam 7 Juin 2014 - 09:55; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 6 Juin 2014 - 21:42    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 412
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Sam 7 Juin 2014 - 09:50    Sujet du message: Médicaments, la grande intox - Sonia Kanoun et My-Kim Yang-Paya Répondre en citant

En 2006, Le Monde diplomatique retranscrit les propos confiés par Henry Gadsden, dirigeant des laboratoires Merck, au magazine Fortune en 1976 : « Alors proche de la retraite, le très dynamique directeur de Merck, confia […] son désespoir de voir le marché potentiel de sa société confiné aux seuls malades. Expliquant qu’il aurait préféré que Merck devienne une sorte de Wrigley, fabricant et distributeur de chewing-gums, Henry Gadsden déclara qu’il rêvait depuis longtemps de produire des médicaments destinés aux… bien-portants. Parce qu’alors Merck aurait la possibilité de “vendre à tout le monde”. »
Et c’est bien cela, la réalité des firmes pharmaceutiques : vendre le plus de médicaments, au plus grand nombre, et à n’importe quel prix ! Jules Romains était-il un visionnaire, la réalité aurait-elle fini par dépasser la fiction ?


Le souci premier de l’industrie du médicament n’est manifestement pas de soigner nos maux mais de faire du profit à notre détriment. Les laboratoires pharmaceutiques utilisent tous les stratagèmes à leur disposition pour nous faire consommer.

La publicité, par exemple, instille dans l’esprit du consommateur l’idée qu’il est souffrant, et donc le besoin de se procurer le produit miracle : « Des problèmes mineurs sont dépeints comme autant d’affections graves, de telle sorte que la timidité devient un “trouble d’anxiété sociale” et la tension prémenstruelle, une maladie mentale appelée “trouble dysphorique prémenstruel”. Le simple fait d’être un sujet “à risque” susceptible de développer une pathologie devient une pathologie en soi. » « Quant à l’impuissance, elle porte désormais le nom savant de “dysfonction érectile” »… Aux États-Unis, une publicité des laboratoires GSK (GlaxoSmithKline), diffusée quelques semaines après les événements du 11 septembre 2001, illustre bien cette manipulation du consommateur : on apprend que des millions de personnes souffrent d’inquiétude chronique et présentent comme symptômes la fatigue, la tension musculaire, les soucis, les problèmes personnels…

La solution : la consommation de Paxil – Deroxat en France –, un antidépresseur ! Pour ces faits, GSK a été condamné en première instance par une cour fédérale de Los Angeles à modifier le commentaire de la publicité diffusée par la télévision américaine. Les magistrats ont estimé que l’on ne pouvait déclarer que le Paxil n’engendrait aucune accoutumance. Les représentants du laboratoire se sont dit déçus par la motivation des juges, arguant que « seule la FDA (Food and Drug Administration), et non une cour de justice, dispose de l’expertise nécessaire pour évaluer les spots publicitaires de produits pharmaceutiques » et que « cette réclame a été soumise à la FDA, qui n’a émis aucune objection sur son commentaire ».


Quel est l’objectif officieux des firmes pharmaceutiques ? Pour Marc Zaffran, la réponse est simple et cynique : « Faire de chacun de nous un consommateur de pilules en puissance, si possible sur une longue durée. » Et ça marche ! Rémi Maillard rapporte une étude menée par Jörg Blech, journaliste scientifique allemand : le nombre de maladies mentales officiellement reconnues aux États-Unis serait passé de 26 à 395 depuis la Seconde Guerre mondiale.

L’auteur nous fait également part d’une donnée intéressante et non négligeable : « 95 des 170 experts qui ont participé à l’édition la plus récente du DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) de l’Association américaine de psychiatrie, la “bible” des psychiatres en Amérique du Nord et en Europe, entretenaient des liens financiers avec l’industrie. » En d’autres termes, la postface de l’ouvrage de Jörg Blech, signée Marc Winckler, résume bien la situation : « Si on pouvait autrefois espérer trouver un traitement pour chaque maladie, les marchands de la santé, aujourd’hui plus que jamais, semblent plutôt vouloir trouver une maladie pour chaque molécule fabriquée. […] Car faire croire à des gens en bonne santé qu’ils doivent se soigner à vie est, pour les fabricants, une véritable rente viagère. »
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 412
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Sam 7 Juin 2014 - 10:01    Sujet du message: Médicaments, la grande intox - Sonia Kanoun et My-Kim Yang-Paya Répondre en citant

Les années 2000 ont vu se multiplier les scandales sanitaires ; après le Distilbène, l’Isoméride, le Vioxx, le Di-Antalvic et le Mediator, en ce début de 2013 ce sont les pilules contraceptives de troisième et quatrième générations qui se retrouvent sur la sellette. Comment de tels dysfonctionnements ont-ils été rendus possibles, alors que la France dispose d’une procédure de contrôle d’autorisation de mise sur le marché des médicaments enviée dans le monde entier ? Est-ce parce que les firmes pharmaceutiques contrôlent tout, de la conception même du médicament jusqu’à sa commercialisation ? Quid du rôle de feue l’Afssaps et de l’Ansm (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) qui l’a remplacée ? L’autorisation de mise sur le marché ne serait-elle devenue qu’une simple formalité ?


– Distaval, Tensival, Asmaval ou Softenon –, la thalidomide a été prescrite à de nombreuses femmes enceintes pour lutter contre les nausées et les vomissements. À la suite de la prise de ce médicament par leurs mères, plusieurs enfants naissent sans bras, sans jambes ; leurs pieds et leurs mains sont parfois directement rattachés aux épaules et au pelvis,plus de 3 000 victimes en RFA, près de 150 en Suède et près de 350 au Royaume-Uni. En Belgique, 32 cas de malformations néonatales causées par le Softenon entre 1959 et 1962 auraient été relevés. Ce n’est que fin 1961 que tous les médicaments contenant de la thalidomide sont retirés du marché en Allemagne, suivie par les autres pays les mois suivants.
Il aura donc fallu attendre plus de trois ans pour que les effets désastreux de la thalidomide soient pris au sérieux !


On peut rajouter à la liste certains ravages dus aux vaccinations, connus ou inconnus parce que non reconnus


Ce livre donne la nausée, mais ne prenez pas de cachet, c'est une réaction normale face à l'écoeurement déclanché devant de telles abominations...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:12    Sujet du message: Médicaments, la grande intox - Sonia Kanoun et My-Kim Yang-Paya

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Livres, revues et citations
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com