OnNousCacheTout... Index du Forum

OnNousCacheTout...
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Un Exobiologiste de la NASA confirme la vie extraterrestre !

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Extraterrestres et ovni
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
nicosat
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 5 Mai 2014 - 13:11    Sujet du message: Un Exobiologiste de la NASA confirme la vie extraterrestre ! Répondre en citant




On a besoin de TRADUCTEURS … et de NAPOLÉON !
04 May

Parmi Ceux qui viennent sur ce blog, beaucoup forment l’élite intellectuelle du peuple , les “éveillés”, ceux qui voient, les meneurs potentiels … : De vous , ceux qui savent construire un canot de sauvetage, dépend l’avenir du Titanic … Vous devez passer la vitesse supérieure et vous engager (même un minimum) , on a besoin de traduire des vidéos, et plus d’articles cruciaux , pour stimuler Mr tout le monde et pour lui faire prendre conscience des grands dangers qui se profilent et dont il n’a même pas idée , dans notre intérêt commun à tous : le principe du 100e singe fera le reste ; Nous les Français, ce peuple d’avant garde,  devons montrer l’exemple et le chemin, au reste de l’humanité ; Si NAPOLÉON  ne s’était pas frotté aux russes, il aurait gagné contre l’Angleterre, et notre monde serait radicalement différent (nous les indiens d’Amérique, on les respectait, et ils nous appréciaient … ) Devenez tous Z, ou … NAPOLÉON  ! Ecrivez nous à l’adresse du blog :  http://resistanceauthentique@hotmail.fr
 
No related posts.

 

5 Comments
Posted in général

 


Un astéroïde de la taille d’un bus a frôlé la Terre vendredi ! ( + L’humanité Proche du Grand plongeon)
04 May

Image fournie par la Nasa de la Terre et de la Lune  AFP.COM
Encore une fois, on ne l’avait pas vu : le énième depuis Mars et l’entrée dans le champs de débris , il nous percutait c’était pareil (on estime désormais d’après une nouvelle étude diffusée sur le blog ce mois ci qui a stupéfait les scientifiques, que 2 astéroïdes de ce genre, capables de réduire PARIS en poussière,  nous impacterons chaque années) ; Mes chers lecteurs, nous arrivons en 2014,  vraiment à la fin du Film, ça sent de plus en plus, le souffre : Depuis que je tiens ce blog en Mars 2013, on a clairement vu la “sauce” monter , et la mayonnaise prend de plus en plus  vite : C’est un miracle qu’elle ne soit pas déjà finie et dans son pot ! De plus en plus d’alertes (surtout ce dernier mois, qu’on a relayé…) sur un effondrement économique global imminent par les plus grands journaux et prévisionnistes de la planète , la carte  3e guerre mondiale est désormais prête à être jouée aussi (Ukraine) ; Et le rapport entre tout ça et aussi  ”la météo” (spatiale , Avec entre autres les météores , le soleil, de plus en plus menaçant, et sur terre, avec une sismicité et un volcanisme  historique) semble évident : Le tout s’accélère exponentiellement depuis Mars, et TOUT est lié ! L’humanité est entrée dans un tournant décisif, on le voit, on le sent, on le sait :  j’y reviendrai en long, en large et en travers, cette semaine ! ESPACE – L’astéroïde, baptisé 2012 BX34, s’est approché à 60.000 kilomètres de la Terre…
Un astéroïde de la taille d’un bus a frôlé la Terre vendredi, ont affirmé les experts du Minor Planet Center, un organisme qui traque ces objets dans le système solaire, assurant cependant qu’ils n’avaient jamais été inquiets quant à la possibilité d’un éventuel impact.
L’astéroïde, baptisé 2012 BX34, mesurait entre six et 19 mètres de diamètre, a indiqué Gareth Williams, directeur associé de cet organisme dont le siège se trouve aux Etats-Unis.
L’objet céleste, soudainement apparu mercredi dans le champ de vision d’un télescope de l’Arizona (sud-ouest), s’est approché à 60.000 km de la Terre vendredi vers 17h heure française, a précisé à l’AFP Gareth Williams, assurant qu’une collision avait «été évitée de peu».
L’agence spatiale américaine avait annoncé jeudi sur Twitter que l’astéroïde «passerait sans problème à côté de la Terre le 27 janvier.»
Gareth Williams a expliqué que l’objet n’avait pu être détecté que lorsqu’il s’était trouvé tout près de la Terre en raison de sa petite taille. Il a cependant estimé que, malgré la surprise de le voir frôler la Terre, le phénomène n’était pas totalement inhabituel.
«L’année dernière nous avons observé environ 30 objets qui sont passés dans l’orbite de la Lune», a ajouté l’expert.
http://actualidad.rt.com/ultima_hora/view/127142-asteroide-tierra-luna-espa…


No related posts.

 

No Comments
Posted in Espace, Insolite

 


La crise ukrainienne pourrait dégénérer en guerre nucléaire de quatre manières différentes (Forbes)
04 May


Ce texte porte à réfléchir puisqu’il nous amène à prendre conscience que nos raisonnements peuvent être l’expression d’un déni de la réalité, d’un refus de croire que nous sommes appelés à vivre un jour privés de tous nos repères habituels, forcés de combattre pour notre survie quotidienne.  (conscience du peuple)
 
En 1983 la chaîne de télévision ABC a diffusé un film qui s’appelait “Le jour d’après” dans lequel les frappes nucléaires réciproques de deux superpuissances dévastait la vie des Américains moyens de deux villes du Midwest. Le conflit commençait par une concentration de troupes russes en Europe de l’Est (selon Moscou il s’agissait de simples manoeuvres militaires) qui s’aggravait à tel point que les deux camps finissaient par larguer leurs missiles nucléaires de peur de les perdre dans une attaque préventive. Le film, qui avait été diffusé pendant une période de tensions et de désaccords entre les Etats-Unis et l’Union Soviétique a eu de plus de 100 millions de spectateurs : le plus grand succès d’audience de toute l’histoire de la TV.
 
Les Etasuniens ne pensent plus beaucoup à ce scénario depuis la fin de la Guerre Froide parce que l’Union Soviétique s’est dissoute et que la rivalité idéologique entre Washington et Moscou a disparu. Cependant, la crise en cours à propos de l’Ukraine nous rappelle que la Russie est une puissance nucléaire et que les causes géopolitiques de ses inquiétudes concernant sa sécurité n’ont pas disparu. En fait, Moscou a sans doute encore plus de raisons de s’en faire aujourd’hui du fait qu’elle a perdu la bouclier des pays alliés qui la protégeaient d’une attaque occidentale pendant la Guerre Froide et que désormais sa capitale se trouve seulement à quelques minutes de la frontière orientale de l’Ukraine en jet (et encore moins de temps en missile). Quand on connaît l’histoire de la région on comprend facilement pourquoi Moscou peut craindre une agression.
 
Bien que l’Administration Obama réponde avec mesure à l’annexion de la province de Crimée de l’Ukraine en mars dernier, sa crédibilité auprès de ses alliés régionaux est en jeu, et le leader russe, Vladimir Poutine, n’a rien fait pour rassurer ses voisins. Après avoir fomenté la révolte en Ukraine orientale*, Moscou dit maintenant qu’il pourrait être contraint de venir en aide aux Russes qui y vivent (il a massé 40 000 soldats à la frontière, pour ce qu’il a d’abord appelé des manoeuvres). Pendant ce temps, les Etats-Unis ont accru leur présence militaire dans la région pour garantir la sécurité des membres locaux de l’OTAN. Petit à petit la tension monte.
 
Il y a un aspect de l’équilibre militaire régional qu’il ne faut pas oublier c’est la présence d’armes soi-disant non stratégiques des deux côtés. Ces missiles, bombes et autres armes, qu’on appelait autrefois armes nucléaires tactiques, ont été achetés pendant la Guerre Froide pour compenser le manque d’armes conventionnelles en cas de guerre. Selon Amy Woolf du Service de Recherche du Congrès, les Etats-Unis ont environ 200 armes nucléaires de ce type en Europe, dont une partie se trouve à la disposition des alliés locaux. Woolf dit que la Russie a environ 2 000 têtes nucléaires non stratégiques dans son arsenal opérationnel – la plupart pouvant atteindre l’Ukraine – et que au fur et à mesure des remises à niveau successives, la stratégie militaire russe semble “compter de plus en plus sur les armes nucléaires” pour faire face à la supériorité des Etats-Unis dans le domaine des armes conventionnelles de haute technologie.
 
Une étude de 2001 réalisée par la très respectable RAND Corporation est arrivée à peu près à la même conclusion et affirme que la doctrine militaire russe admet explicitement la possibilité d’utiliser l’arme nucléaire pour provoquer l’escalade d’un conflit régional ou à l’inverse sa désescalade. Ce ne sont pas seulement des menaces de la part des Russes. Les Etats-Unis et l’OTAN envisagent aussi la possibilité de se servir de l’arme nucléaire dans une guerre européenne. L’Administration Obama a eu l’opportunité de renoncer à cette éventualité lors de la Révision de La Politique Nucléaire de 2010 mais elle a au contraire décidé de déployer davantage d’armes nucléaires en Europe au titre d’une doctrine appelée Dissuasion Elargie. Les nations d’Europe de l’Est qui ont rejoint l’OTAN après l’effondrement de l’Union Soviétique étaient particulièrement favorables à l’idée d’avoir des armes atomiques tout près.
 
Aussi improbable que cela paraisse, il y a dans les deux camps la doctrine et les capacités nucléaires susceptibles de conduire à l’utilisation d’armes nucléaires en cas de guerre en Ukraine. Voilà quatre façons dont cela pourrait se produire :
 
Mauvais services secrets. Comme les Etats-Unis ont ricoché d’échec en échec au cours des dernières décennies, on a pu se rendre compte que Washington n’est pas le champion du décryptage des informations. Même quand il dispose d’informations vitales, leur lecture est tellement biaisée par les préjugés et les processus bureaucratiques qu’ils en tirent de mauvaises conclusions. C’est le même problème à Moscou**. Par exemple, la crise des missiles cubains de 1962 a éclaté en partie parce que Khrouchtchev, le leader soviétique, croyait que le président Kennedy était plus faible qu’il ne l’était en réalité, et la marine étasunienne a presque provoqué le lancement d’une torpille nucléaire par un sous-marin russe pendant le blocus parce qu’elle a sous-évalué la réaction de l’ennemi à la menace. Il n’est pas difficile d’imaginer pareilles erreurs d’interprétation en Ukraine que Washington et Moscou approchent à partir de perspectives très différentes. Un déploiement d’envergure des forces étasuniennes dans la région pourrait provoquer une escalade russe.
 
Mauvais signaux . Quand les tensions sont fortes, des leaders rivaux cherchent souvent à envoyer des signes sur leurs intentions pour influencer l’issue des événements. Mais la signification de tels signes peut aisément être brouillée par la nécessité des leaders de s’adresser à plusieurs interlocuteurs différents en même temps et par les différentes grilles de lecture utilisées dans chaque camp. Même la traduction peut changer le sens des messages de manière subtile. Alors quand Lavrov, le ministre des Affaires Etrangères russe, a parlé cette semaine d’une aide éventuelle aux Russes de l’Ukraine de l’Est, Washington a dû deviner si cela signifiait qu’il allait envahir l’Ukraine ou s’il envoyait un signal à Kiev au sujet de sa campagne antiterroriste, ou s’il voulait dire encore autre chose. La mauvaise interprétation de tels signaux peut entraîner une escalade réciproque si rapide et si forte que la décision d’utiliser l’arme nucléaire finit par sembler logique.
 
L’approche de la défaite. Si une guerre conventionnelle se déclarait entre la Russie et l’OTAN, un des deux camps devrait à moment donné s’avouer vaincu. La Russie a un avantage numérique indéniable près de l’Ukraine, mais son armée est composée principalement de conscrits et elle est mal équipée en comparaison de l’armée occidentale. Le camp qui sentirait qu’il est en train de perdre devrait décider s’il vaut mieux perdre la guerre ou utiliser des armes nucléaires tactiques. En cas d’échec, Moscou se retrouverait avec une présence ennemie à ses portes tandis que Washington devrait accepter l’effondrement de l’OTAN, son plus important allié. Devant une telle perspective, l’utilisation de “seulement” une de ses deux têtes nucléaires tactiques pourrait sembler raisonnable – surtout considérant que la doctrine et les capacités nucléaires des deux camps le permettent.
 
Commandement défectueux. Les armes nucléaires stratégiques comme les missiles balistiques intercontinentaux sont étroitement contrôlées par les membres les plus haut gradés de l’armée en Russie comme aux Etats-Unis, ce qui rend leur déclenchement non autorisé ou accidentel pratiquement impossible. Mais ce n’est pas tout à fait le cas des armes nucléaires non stratégiques qui à moment donné d’une processus d’escalade doivent être confiées au contrôle de commandants locaux si elles doivent être de quelque utilité. La politique étasunienne envisage même de permettre à ses alliés de lancer des têtes nucléaires sur des cibles ennemies. Moscou ne fait sans doute pas autant confiance à ses alliés mais comme il a davantage d’armes nucléaires tactiques dans davantage d’endroits, il y a encore plus de chances qu’un commandant russe local ait la possibilité d’utiliser la première arme nucléaire dans le chaos de la bataille. La doctrine russe permet l’usage d’armes nucléaires en cas d’agression conventionnelle menaçant la patrie et les obstacles aux initiatives locales sautent souvent une fois que les hostilités ont commencé.
 
Quand on considère tout les éléments qui, en temps de guerre, vont à l’encontre de la retenue – un renseignement médiocre, des communications confuses, des revers militaires, un commandement dégradé et quantités d’autres choses – il semble raisonnable de penser qu’une confrontation militaire entre l’OTAN et la Russe puisse devenir incontrôlable et qu’à force d’escalade on en arrive à utiliser l’arme nucléaire. Et parce que l’Ukraine est si proche du coeur de la Russie (environ 350 km de Moscou) Dieu seul sait ce qui se passerait une fois si le “pare-feu” nucléaire sautait. Tous ces termes – pare-feu, échelles d’escalade, dissuasion élargie – ont été créés pendant la Guerre Froide pour établir différents scénarios possibles de guerre en Europe. Alors, puisque le regain de tensions permet de craindre une guerre en Ukraine (ou dans une autre nation anciennement soviétique) il est peut-être temps de renouer avec la manière de penser de l’époque de la Guerre Froide.
 
Loren Thompson
 
 
http://www.legrandsoir.info/la-crise-ukrainienne-pourrait-degenerer-en-guer…
No related posts.

 

No Comments
Posted in International

 


SUPERBE ! Dernier ALCYON PLÉIADES – INFORMATIONS 2014
04 May


Dernier ALCYON PLÉIADES – INFORMATIONS 2014 
No related posts.

 

No Comments
Posted in INSOLITES Du Dimanche

 


Iles Fidji. Un séisme de magnitude 6,8 dans le Pacifique , alerte Tsunami !
04 May

Un séisme de magnitude 6,8 sur l’échelle de Richter a été enregistré ce dimanche au sud des îles Fidji. Un autre de 6.7  vient de se produire aux îles Tonga
Plusieurs séismes de magnitude supérieur à 6  sur l’échelle de Richter ont été enregistrés dimanche dans l’océan Pacifique à 500 km environ au sud de Suva, capitale des îles Fidji, et prés des iles Tonga , a rapporté l’institut géologique américain (USGS).
Parmi eux, On compte Un séisme de magnitude 6,8 sur l’échelle de Richter a été enregistré ce dimanche au sud des îles Fidji. Un autre de 6.7  vient de se produire aux îles Tonga 
Une Alerte au Tsunami a été lancée dans la région.
Regardez la  liste des séismes sur le dernier mois : du jamais vu par la cadence et l’intensité !

No related posts.

 

No Comments
Posted in Insolite

 


Vidéo du WE : Univers Ou Multivers
03 May


No related posts.

 

No Comments
Posted in Espace

 


Ce n’est pas la Russie qui a poussé l’Ukraine au bord de la guerre !
02 May

 

Superbe papier du Guardian, qu’on vous a traduit ; Et  si des mainstreams comme The Guardian s’y mettent aussi, c’est car en tant qu’humains ils sentent le grand danger qui nous menace tous, et ils le disent dans ce papier d’ailleurs : mais alors sur qui va s’appuyer la propagande occidentale si même leurs médias mainstreams les désavouent ?! Un papier d’une haute symbolique donc, car parmi les élites (ou plutôt l’intelligentsia) Anglo-saxonnes , il existe encore quelques personnes, lucides …  
La tentative de lever Kiev dans le camp occidental en évinçant un dirigeant élu rend le conflit certain . Ce pourrait être une menace pour nous tous 

La menace de guerre a augmenté en Ukraine. Alors que le gouvernement non élu à Kiev se déclare incapable de contrôler la rébellion dans l’est du pays, John Kerry   dépeint la Russie comme un État voyou . Les États-Unis et l’Union européenne  intensifient les sanctions contre le Kremlin, l’accusant de déstabiliser l’Ukraine. La Maison Blanche est prête pour une nouvelle politique de la guerre froide avec l’objectif de transformer la Russie en un «Etat paria». 
Ce serait peut-être plus explicable si ce qui se passe dans l’est de l’Ukraine maintenant n’était pas le reflet de ce qui s’est passé à Kiev il y a quelques mois. Et puis, il y eu les manifestants armés place Maidan  saisissant les bâtiments gouvernementaux et exigeant un changement de gouvernement et de constitution. Les dirigeants américains et européens ont défendus les “militants masqués” et dénoncés le gouvernement élu pour sa répression,  alors qu’ils  protègent maintenant le gouvernement non élu qui utilise la force contre les rebelles qui occupent les postes de police et les mairies dans des villes comme Slavyansk et Donetsk. 
«L’Amérique est avec vous”, avait alors déclaré le sénateur John McCain aux manifestants (de Maidan)  , coude à coude avec le leader du parti d’extrême-droite Svoboda avec lequel l’ambassadeur américain a marchandé,  sur ​​qui composera le nouveau gouvernement ukrainien. 
Lorsque le président ukrainien a été remplacé par une administration sélectionnée par les US, dans une prise de contrôle entièrement inconstitutionnelle , des hommes politiques comme William Hague, ont effrontément trompé le Parlement à propos de la légalité de ce qui s’était vraiment passé : l’imposition d’un gouvernement pro-occidental au voisin  le plus névralgique et politiquement divisé de la Russie ;
Poutine à réagit, en répondant coup pour coup aux États-Unis, et aux protestations des partisans étasuniens dans la rue même si, comme à Kiev, les manifestations, qui se sont propagées de la Crimée à l’Ukraine orientale, ont évidemment reçu un soutien  massif. Mais ce qui avait été un cri pour la liberté à Kiev est devenu de l’infiltration et de l’agression insatiable à Sébastopol et a Luhansk.
Après, la Crimée a voté massivement pour rejoindre la Russie, la majeure partie des médias occidentaux ont abandonné toute velléité de couverture de l’évenement, même en solitaire. Donc, Poutine est désormais systématiquement comparé à Hitler, tandis que la réalité du fascisme, dans les rues et à l’intérieur même du nouveau régime ukrainien a été dépeint par la plupart des médias, comme de la propagande Poutiniste.  
Donc, vous n’avez pas beaucoup entendu parler du gouvernement ukrainien, qui vénére les collaborateurs de guerre nazis et les pogroms, des incendies criminels sur les maisons et les bureaux des dirigeants communistes élus, ou encore de l’intégration de l’extrême droite (parti “right sector”) dans la garde nationale, tandis que l’antisémitisme et le suprématisme blanc de ce gouvernement ultra-nationaliste,  est assidûment minimisé, et que de fausses identifications des forces spéciales russes sont relayées comme un fait. 
La réalité est que, après deux décennies d’expansion de l’OTAN vers l’est, cette crise a été déclenchée par la tentative de l’ouest d’attirer décisivement l’Ukraine dans sa structure et son orbite, dans sa défense, par l’intermédiaire d’un accord explicite d’association “anti-Moscou”,  mis en place par l’UE . Son rejet a entraîné des protestations a Maidan et à l’installation d’une administration anti-russe – rejeté par la moitié du pays – qui se sont dépêchés de signer les accords de l’UE et du Fonds monétaire international, indépendamment. 
Aucun gouvernement russe n’aurait acquiescé à une telle menace d’un territoire qui était au cœur de la Russie et de l’Union soviétique. L’absorption par Poutine de la Crimée et le soutien à la rébellion dans l’est de l’Ukraine est clairement défensive, et la ligne rouge maintenant établie : l’est de l’Ukraine, au moins, ne sera pas  engloutie par l’OTAN ou l’UE . 
Mais les dangers se multiplient également . L’Ukraine a montré qu’elle était à peine en état de fonctionnement : l’ancien gouvernement a été incapable de nettoyer Maidan, et le régime soutenu par l’Occident est “impuissant” contre les manifestations dans l’est industriel , nostalgique de l’union soviétique . Hormis  les discours sur les paramilitaires (ndlr : les militants pro russes , dans l’est, assimilés par le gouvernement de kiev aux russes eux mêmes), les  ”hommes en verts” (qui se révèlent être majoritairement ukrainiens), la rébellion a également des revendications sociales et démocratiques fortes : qui s’opposerait à un référendum sur l’autonomie et les gouverneurs élus ?   
Pendant ce temps, les États-Unis et ses alliés européens imposent des sanctions et dictent leurs conditions à la Russie et a leurs protégés, à Kiev, en encourageant la répression militaire contre les manifestants, après la visite de Joe Biden et du directeur de la CIA, John Brennan. Mais de quel droit les États-Unis participent à tout ça, en intégrant sous son parapluie stratégique, un état qui n’a jamais été membre de l’OTAN, et dont le dernier gouvernement élu est arrivé au pouvoir sur une plate-forme de neutralité explicite ? Il n’y en a pas (de “droit”), bien sûr – ce qui explique pourquoi la crise en Ukraine est considérée sous un jour différent  dans la plupart du monde. Il peut y avoir quelques  voix discordantes au niveau mondial sur le conservatisme et le nationalisme oligarchique de Poutine, mais le contrepoids de la Russie à l’expansion impériale des États-Unis est accueilli favorablement, de la Chine au Brésil.
En fait, une issue de la crise est susceptible d’être une alliance plus étroite entre la Chine et la Russie, les Etats-Unis poursuivant son combat anti chinois “pivot” de l’Asie. Et malgré la violence de plus en plus grande, le coût en vies de la participation de la Russie en Ukraine a jusqu’à présent été minime par rapport à toutes les interventions significatives de l’Ouest  pendant des décennies. 
Le risque de guerre civile est néanmoins de plus en plus élevé, et avec elle les chances de voir des puissances extérieures  intervenir dans le conflit. Barack Obama a déjà envoyé des forces symboliques en l’Europe de l’Est , qui est sous pression, à la fois des Républicains et des faucons de l’OTAN tels que la Pologne,  pour envoyer beaucoup plus de moyens. Les troupes américaines et britanniques vont prendre part à des exercices militaires de l’OTAN en Ukraine cet été. 
Les États-Unis et l’UE ont déjà surestimé leur main en Ukraine. Ni la Russie ni les puissances occidentales ne peuvent vouloir intervenir directement, et les tours de passe passe du Premier ministre ukrainien menaçant d’une troisième guerre mondiale n’est  sans doute pas autorisé par ses sponsors de Washington. Mais un siècle après 1914, le risque de conséquences involontaires devrait être assez évident –  et la menace d’un retour  des grandes puissances dans les conflits, se développe. Maintenir la Pression pour une fin négociée à la crise est essentiel . 
The Guardian
Rappel : Toutes nos traductions sont libres d’êtres reproduites à condition de mentionner le blog

Related posts:
  1. Vladimir Poutine est-il d’utilité publique ?
  2. Furieuse, la Russie, Dégradée par Standard and Poors, engage une opération “Terre brûlée” en représailles contre les pays de l’OTAN
  3. La crise ukrainienne accélère la recomposition du monde

 

1 Comment
Posted in général, International

 


Un Exobiologiste de la NASA confirme la vie extraterrestre !
02 May


Et pour finir la semaine, comme d’habitude, des sujets plus exotiques, avec encore un pas de plus vers la déclassification, qui va se passer de la façon suivante  : 
La 1ere étape sera de déclarer que d’autres vies ont été découvertes , surement à l’intérieur même de notre système solaire (surement Mars, Europe ou titan) : l’ ex exobiologiste de la NASA , affirme dans la vidéo ci dessus, avoir trouvé des formes de vies extraterrestres … dans des météorites ; il précise même qu’il est certain que ce sont “des météorites de nature extraterrestre” !  
Parallèlement on va découvrir des mondes habitables, comme celui de la semaine dernière (kepler 186f) : on va en trouver de plus en plus  : on va en conclure que la vie est un phénomène banal dans l’univers, et ce sera diffusé comme un fait établi (ça le sera !) ;
A ce niveau le public sera prêt à prendre conscience de ce qui se passe réellement sur terre …

Vous ne l’entendrez pas dans nos médias Français, Richard Hoover qui a travaillé 46 ans pour la NASA en tant qu’exobiologiste, auteur de plusieurs études, et qui a fait plusieurs expéditions dans le monde pour le compte de la NASA, dont en Islande, en Antarctique, en Arctique afin d’étudier les formes de vie extrêmophiles et ainsi de suite a confirmé l’existence de formes de vie extraterrestres ailleurs que sur Terre.
 
A 3 reprises il a découvert des restes de vie organique fossilisée dans des météorites, en 1997, en 2007 et en 2011. Ce n’est pas n’importe qui, ce n’est pas l’amateur d’ufologie mais quelqu’un qui a travaillé 46 ans pour la NASA. Il dit aussi qu’il y a un complot afin de cacher l’existence de la vie sur Mars qui se trouverait dans la glace au pôle nord et sud.
La vidéo est en Anglais et c’est 100% réel,
En fait Hoover est tellement certain de la véracité de ses découvertes qu’il est parfaitement prêt à débattre dans un forum scientifique ouvert. Il dit qu’il serait content d’aller au Cosmos Club de Washington ou dans n’importe quelle université afin d’avoir un débat académique. Pour certains raisons, ses critiques refusent de débattre avec lui.
La NASA a précédemment rejeté les confirmations de ses propres exobiologistes que la vie extraterrestre existe, bien qu’elle n’a pas donné de raisons objectives à ce pourquoi elle les a rejeté. Elle dit simplement que les météorites ont été contaminées une fois tombées sur Terre, mais cela n’explique pas pourquoi les critiques refusent d’avoir un débat avec Hoover.
 
http://resistanceauthentique.com/
Les membres suivants remercient Anonymous pour ce message :
Marine (05/05/14)
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 5 Mai 2014 - 13:11    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Extraterrestres et ovni
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com