On nous cache tout  " LE FORUM " Forum Index

On nous cache tout " LE FORUM "
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Les vaccins
Goto page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Post new topic   Reply to topic    On nous cache tout " LE FORUM " Forum Index ->
Les forums
-> Santé, bien-être et alimentation
Previous topic :: Next topic  

souhaitez vous vacciner votre enfant avec le Gardasil? (Change your votes)
oui, je suis bien informé et je fais confiance aux pouvoirs publics
6%
 6%  [ 1 ]
non, je suis bien informé et je ne fais pas confiance aux pouvoirs publics
93%
 93%  [ 15 ]
peut être
0%
 0%  [ 0 ]
ne souhaite pas répondre
0%
 0%  [ 0 ]
Total Votes : 16

Author Message
Joseck



Joined: 22 Apr 2014
Posts: 924

PostPosted: Tue 3 Feb 2015 - 11:17    Post subject: Les vaccins Reply with quote

Previous post review:


0 dèces d’américains à cause de la rougeole depuis 10 ans, mais plus de 100 décès rapportés dus au vaccin contre la rougeole




Avec la rougeole et le débat sur le vaccin de la rougeole atteignant son paroxysme sur Internet, il est toujours agréable de jeter quelques dures réalités froides sur l’incendie dévastateur faisant actuellement rage dans le débat sur la rougeole.
Alors, voici quelques faits facilement vérifiables sur les décès dus à la rougeole aux États-Unis pour les 10 dernières années, et les décès dus aux vaccins contre la rougeole au cours de la même période de 10 ans.
Tout d’abord, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) tient un décompte hebdomadaire des foyers de la maladie, y compris les décès. Selon une déclaration faite par le Dr Anne Schuchat, la directrice du Centre national des CDC pour l’immunisation et les maladies respiratoires, dans une info d’Associated Press repris par Fox News le 25 Avril 2014:
Il n’y a pas eu de décès par rougeole signalés aux États-Unis depuis 2003
Les rapports hebdomadaires des CDC de morbidité et mortalité hebdomadaires (MMWR) depuis cette date n’ ont pas révélé de décès par rougeole soit:
DEATH BY MEASLES VACCINES
Qu’en aux décès dus au vaccin contre la rougeole au cours de la même période?
Le gouvernement américain maintient une base de données de rapports appelé le Vaccine Adverse Event Reporting System  (VAERS). La base de données est accessible au public, et il y a un portail de recherche que le public peut utiliser sur Medalerts.org .
Nous avons effectué une recherche sur une période de dix années sur les décès en raison de tous les vaccins contre la rougeole, y compris quelques-uns qui ne sont plus dans la production. Le résultat de la recherche a donné 108 morts au cours de cette période, résultant de quatre vaccins sur la rougeole différents vendus aux États-Unis pendant les 10 ans passés.
 

 
Aujourd’hui, on peut seulement acheter un vaccin de rougeole en association avec les oreillons et les vaccins de rubéole (le vaccin ROR).En cherchant juste le vaccin ROR pendant les 10 ans passés, 96 morts ont été rapportés:
 

 
N’importe qui avec un ordinateur et accès Internet peut chercher cette base de données en vous rendant sur MedAlerts.org .
 
Cette base de données reflète seulement les morts qui ont été rapportées pendant les délais et reflète donc probablement un nombre beaucoup plus bas que les morts réelles, puisque la plupart des docteurs et administration régionale de la santé publique croient que les vaccins sont sûrs et n’attribueraient pas normalement de mort à un vaccin et le rapporteraient en réalité.
 
THE U.S. GOVERNMENT SETTLEMENTS ON MEASLES VACCINE INJURIES
L’autre endroit pour trouver des faits concernant les blessures et les décès dus au vaccin contre la rougeole est de regarder sur “U.S. Government settlements for MMR vaccine injuries and deaths“. Le public américain n’est pas généralement conscient que les fabricants de vaccins ont reçu une immunité juridique d’être poursuivi devant un tribunal civil pour des blessures de vaccins et les décès, depuis 1986. Si quelqu’un est blessé ou tué par un vaccin, ils doivent poursuivre le gouvernement des États-Unis dans un tribunal spécial “vaccine court”.
Le ministère de la Justice publie des rapports trimestriels sur les requêtes et les règlements, et on peut chercher les décisions sur les vaccins  spécifiques au site Web des tribunaux fédéraux des États-Unis .
Comme la recherche ici pour “la rougeole” donne un résultat de 111 réclamations réglées pour le vaccin ROR depuis 2004. Certains d’entre eux sont pour les établissements en raison de décès liés au vaccin ROR, tel que déterminé par le juge.

(…)
Il faut plusieurs années pour gagner un procès dans cette cour dédiée aux vaccins, cela représente donc probablement qu’une fraction infime partie des blessures et décès réels dus au vaccin ROR.
CONCLUSION: L’ENTHOUSIASME AUTOUR DU VACCIN CONTRE LA ROUGEOLE REPOSE EN GRANDE PARTIE SUR LA PEUR ET CROYANCES
Nous réalisons pleinement que ceux qui croient en la valeur des vaccins ne seront probablement pas convaincus par ces faits, même si n’importe qui avec un ordinateur et un accès à Internet peut vérifier à partir des sources du gouvernement américain.
Ayant désormais publié quelques histoires sur la question de la rougeole, et après avoir reçu des centaines de commentaires, il est devenu très clair pour nous que ceux qui ont des opinions bien arrêtées sur le vaccin contre la rougeole sont plus basées sur la peur et des croyances, qu’ils sont sur des faits ou la science.  N’importe quelle tentative par ces partisans du vaccin pour imposer leurs croyances sur le reste du public américain devrait être vigoureusement opposée.
Traduction: stopmensonges
Source:
http://www.blacklistednews.com/ZERO_U.S._Measles_Deaths_in_10_Years,_but_Ov…
Back to top
Publicité






PostPosted: Tue 3 Feb 2015 - 11:17    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Joseck
Modérateurs

Offline

Joined: 22 Apr 2014
Posts: 924
Localisation: Sospel
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
Point(s): 350
10: 1.72

PostPosted: Tue 3 Feb 2015 - 21:13    Post subject: Les vaccins Reply with quote

LE MISSISSIPPI a les taux de vaccination les plus hauts, & la mortalité infantile la plus élevée des Etats-Unis.


Parmi les différents états américains, le Mississippi présente le taux de mortalité infantile le plus élevé avec 10 décès pour 1000 naissances.

Lindey Magee du groupe : « VACCINS : les parents du Mississippi & leurs droits » a récemment commenté un article publié en première page du journal « Mississipi’s Clarion Ledger » :
C’est le Mississippi qui a le taux de vaccination le plus élevé DES Etats-Unis parce qu’il est l’un des deux états américains qui ne permettent pas de choix aux parents en ce qui concerne les vaccins exigés pour fréquenter l’école. Seul un médecin peut fournir une exemption médicale, mais les exemptions pour motifs religieux et philosophique ne sont pas autorisées. 

Le journal « Clarion Ledger » se montre fier des taux de vaccination dans cet état. D’autres états américains veulent suivre l’exemple du Mississippi et faire supprimer le choix des parents et des familles en matière de vaccination.



Lindey Magee, ne pense vraiment pas que le Mississippi devrait être si fier de son taux record de vaccination, étant donné que le Mississippi se classe en toute dernière place aux Etats-Unis, avec les taux de mortalité les plus élevés, et avec de très faibles scores dans d’autres domaines clés de la santé des enfants.

Pour être clair, être classé comme l’état le plus vacciné NE DEVRAIT PAS susciter la moindre fierté.



Dans des états où les gens sont mieux informés on voit que de plus en plus de parents décident de ne pas administrer certaines des 49 doses de vaccin qui sont normalement administrées aux enfants avant qu’ils ne fréquentent l’école maternelle.

Le fait que le Mississippi se classe au premier rang par rapport aux taux de vaccination ne fait qu’indiquer que les familles du Mississippi sont exploitées suite à leur ignorance et leur manque d’information. Cette situation relève d’avantage de la honte que de l’honneur

Il est grand temps que les citoyens de cet état de s’informent sur les lois archaïques qui concernent la vaccination. L’état du Mississippi n’autorise pas les parents à entamer une longue lutte pour obtenir des dommages pour un enfant avant que des dommages vaccinaux aient été auparavant enregistrés dans la famille. N’est-ce pas là chose barbare!

Alors que les choses en sont là, 48 autres états dans lesquels la situation sanitaire est meilleure permettent des exemptions pour motifs religieux ou philosophique.







Graphique # 1
Les E.U. injectent plus de vaccins aux bébés avant l’âge d’un an que dans tous les autres pays. 

Graphique # 2
C’est aux E.U. que la mortalité infantile est la plus élevée. 

Graphique # 3
Les E.U arrivent en dernière position pour les décès (toutes causes confondues). 

Alors que le Mississippi a les taux de vaccination les plus élevés, il a aussi le triste record de la mortalité infantile la plus élevée des Etats-Unis. Il convient de garder à l’esprit que les Etats-Unis est le pays le plus vacciné du monde. Notre taux de mortalité se classe après celui de 27 autres pays riches dont certains n’ont absolument aucune vaccination obligatoire !!



Le Mississippi a la population pédiatrique la plus vaccinée AU MONDE !
Pourquoi donc sommes-nous en moins bonne santé ?



Il est un fait que la pauvreté, la mauvaise alimentation etc. jouent un rôle, mais le fait d’administrer trop de vaccins et trop tôt ne peut plus être ignoré

Je veux implorer ceux qui sont d’avis que les vaccins doivent être rendus obligatoires de bien vouloir réfléchir. Ils s’appuient sur le fait que la polio et la variole sont des maladies dangereuses ; ce qui, à leur avis, permet de vendre plus de 30 doses de vaccins à tous les bébés de six mois. Je veux les implorer de réfléchir à la position qu’ils ont prise. Je suis née en 1979, et j’ai reçu 10 doses de vaccins jusqu’à ce que j’entre à l’université. Où cela va-t-il s’arrêter ? La vaccination obligatoire est une pente glissante. Elle est en train d’affecter toute une génération d’enfants hyper-vaccinés.







Chers citoyens du Mississippi,

Saviez-vous que l’état du Mississippi avait les lois vaccinales les plus rigides et les plus oppressives au monde ?

Vous êtes exploités parce qu’ils pensent que vous êtes trop ignorants.

S’il vous plaît, renseignez-vous !

www.MPVR.org
Following members like this message:
aja777 (06/02/15), Marine (13/02/15)


Back to top
Joseck
Modérateurs

Offline

Joined: 22 Apr 2014
Posts: 924
Localisation: Sospel
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
Point(s): 350
10: 1.72

PostPosted: Sun 8 Feb 2015 - 13:13    Post subject: Les vaccins Reply with quote

Épidémie de rougeole à Disneyland : Le vaccin serait en cause


Alors que l'on rejette la responsabilité de l'épidémie de rougeole de Disneyland sur les non-vaccinés, de nombreux éléments tendent au contraire à prouver que ce vaccin inefficace serait à l'origine de l'épidémie.

Ce dernier stratagème qui consiste à attribuer aux non-vaccinés la responsabilité d'un vaccin qui manque d'efficacité s'est en fait répandu dans tous les médias grâce aux stratégies marketing de l'industrie du vaccin et du complexe médico-industriel.

Il y a deux ans, quand une débâcle similaire a eu lieu, j'ai écrit un article qui s'intitulait : « L'épidémie de rougeole de 2013 : l'échec d'un vaccin et non le refus de se faire vacciner » et qui a contribué à déconstruire le mythe que les non-vaccinés étaient responsables de l'épidémie de rougeole dans des populations fortement vaccinées. Selon la propagande en vigueur, ce sont les communautés religieuses, les visiteurs en provenance de pays où la rougeole est endémique, ainsi que ceux qui refusent les vaccinations aux États-Unis, qui sont responsables du fait que la vaccination contre la rougeole n'ait pas pu conférer une immunité durable.

Si l'on prend conscience de la marée montante des épidémies qui résistent à la vaccination aux États-Unis et à l'étranger - varicelle, zona, oreillons, coqueluche, grippe, HPV (Gardasil), hépatite B pour n'en citer que quelques unes en se basant sur la littérature revue par les pairs - il est clair que ce sont les vaccins et non ceux qui refusent de s'y soumettre qui sont à la racine du problème. Et nulle part ailleurs ceci n'est plus clair qu'avec le vaccin contre la rougeole.


Comment le savons-nous ?

Il y a juste quelques mois, une étude publiée dans la revue PLoS et intitulée : « Difficultés dans l'élimination de la rougeole et du contrôle de la rubéole, ainsi que des oreillons : une étude transversale d'une première vaccination contre la rougeole et la rubéole et une seconde vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole », a mis en lumière l'inefficacité flagrante de deux vaccins contre la rougeole (Rougeole-Rubéole (MR) et rougeole-oreillons-rubéole (MMR = ROR en français) à remplir leur promesse claironnée sur tous les toits de prévenir les épidémies dans des populations fortement vaccinées. Nous avons approfondi les implications de cette étude dans notre article, « Pourquoi la Chine connaît-elle des épidémies de rougeole dans des populations vaccinées à 99% ? »

En outre, comme nous l'avons expliqué dans un autre article : « La rougeole : une vague de désinformation », le vaccin contre la rougeole n'est pas aussi sûr et efficace que l'on veut nous faire croire. Les épidémies de rougeole se sont toujours produites dans des populations hautement vaccinées. En voici quelques exemples repris dans la littérature médicale :

1985, Texas, USA : selon un article publié dans the New England Journal of Medicine en 1987, « une épidémie de rougeole s'est produite chez des adolescents de Corpus Christi, Texas au cours du printemps de 1985, alors que les exigences de la vaccination pour pouvoir fréquenter les écoles avaient été complètement appliquées. Les auteurs ont conclu : « Nous concluons que les épidémies de rougeole peuvent se produire dans des écoles secondaires, même si plus de 99% des élèves ont été vaccinés et plus de 95% immunisés.» [1]



1985, Montana, USA : selon un article publié dans the American Journal of Epidemiology intitulé « Une épidémie persistante de rougeole en dépit des mesures de prévention et de contrôle appropriées », une épidémie de 137 cas de rougeole s'est produite dans le Montana. Les dossiers scolaires ont indiqué que 98,7% des élèves avaient été vaccinés de façon appropriée. Ce qui a conduit les chercheurs à conclure : « Cette flambée suggère que la transmission de la rougeole peut persister dans certains milieux, malgré la mise en œuvre appropriée d'une stratégie d'élimination de la rougeole.» [2]

1988, Colorado, USA : selon un article publié dans l'American Journal of Public Health en 1991, « au début de 1988 , une flambée de 84 cas de rougeole s'est produite dans un collège du Colorado où plus de 98 % des étudiants avaient les preuves qu'ils avaient été correctement immunisés contre la rougeole... en raison d'une obligation de vaccination en vigueur depuis 1986. Les chercheurs ont conclu : «... des flambées de rougeole peuvent survenir parmi les populations de collèges hautement vaccinées.» [3]

1989, Québec, Canada : selon un article publié dans le Canadian Journal of Public Health en 1991, l'épidémie de rougeole de 1989 a été « largement attribuée à une couverture vaccinale incomplète », mais, à la suite d'un examen plus approfondi, les chercheurs ont conclu que : « une couverture vaccinale incomplète n'est pas une explication valable pour l'épidémie de rougeole à Québec City ». [4]

1991-1992, Rio de Janeiro, Brésil : selon un article publié dans le journal Revista da Sociedade Brasileura de Medicina Tropical, au cours d'une épidémie de rougeole qui s'est produite de mars 1991 à avril 1992 à Rio de Janeiro, 76,4 % des personnes qui ont été soupçonnées d'avoir été infectées avaient reçu le vaccin contre la rougeole avant leur premier anniversaire. [5]

1992, Cape Town, Afrique du Sud : selon un article publié dans le South African Medical Journal en 1994, « une épidémie s'est produite au mois d'août 1992. Des cas ont été rapportés dans plusieurs écoles chez des enfants vraisemblablement immunisés.» On a estimé que la couverture vaccinale contre la rougeole était de 91 % et l'efficacité du vaccin jugée à seulement 79% ce qui a conduit les chercheurs à conclure que l'échec des premiers et deuxièmes vaccins pouvait être une explication possible de l'épidémie. [6]



« Vacciner contre la rougeole n'est pas seulement inutile mais dangereux. Jadis, les nourrissons n'attrapaient pas la rougeole. Ils recevaient la protection de leur mère qui avait généralement fait la rougeole (petite). Les mères qui ont été vaccinées contre la rougeole ne peuvent plus transmettre la protection à leurs bébés. C'est pourquoi, aujourd'hui on peut voir des nourrissons qui font la rougeole.» - Dr Gerhard Buchwald, M.D.

Ces six cas d'épidémies ne sont en aucun cas exhaustifs parmi la littérature médicale. Mais ils illustrent à quel point le grand public est trompé au sujet de l'efficacité des vaccins contre la rougeole, ainsi qu'au sujet du calendrier vaccinal du CDC en général. On ne pourra jamais éliminer le fait que vaccination n'équivaut pas à immunisation et que l'antigénicité n'est pas égale à l'immunogénicité.

La foi superstitieuse, ironiquement basée sur des croyances sans véritable preuve de l'infaillibilité des vaccins n'est plus à démontrer. Elle explique que les mouvements grandissants qui visent à informer le public sur la véritable nature des vaccins sont de plus en plus taxés «d'anti-vaccins», alors qu'en fait ces mouvements sont pour une véritable prise de conscience des échecs vaccinaux, comme des innombrables victimes des vaccinations de par le monde.

L'UNICEF et la Fondation Bill et Mélinda Gates peuvent continuer à étiqueter de «menteurs» et de «tueurs d'enfants» ceux qui apportent au public une littérature de preuves revues par les pairs, comme la chose s'est passée au cours d'une interview de CNN avec le Dr Sanjay Gupta. Mais tout ceci ne fait qu'augmenter les soupçons du public par rapport au véritable programme qui se cache derrière leur plaidoyer de bienfaisance pour sauver les pauvres et les nécessiteux de l'enfer de la maladie, au lieu de se concentrer sur l'amélioration de leurs conditions de vie les plus élémentaires: l'alimentation, l'assainissement, la réfrigération, l'eau potable etc., et s'efforcer de réduire la violence géopolitique qui ruine la vie de centaines de millions de personnes.

La rougeole n'en reste pas moins une vraie maladie qui comporte des effets secondaires dont certains peuvent s'avérer mortels chez des personnes déjà immunodéprimées (la vaccination représente une cause importante de déséquilibres des TH1/TH2). Mais, comme c'est le cas avec toutes les maladies infectieuses, c'est notre statut immunitaire qui détermine notre susceptibilité comme la légèreté ou la gravité de la maladie. Il n'est pas possible d'évacuer les conditions qui contribuent à compromettre l'immunité. Il n'est pas possible non plus « d'immuniser » les gens - tout spécialement les parents - par rapport au désir de chercher la vérité au sujet des vaccins.

Notes

1. T L Gustafson, A W Lievens, P A Brunell, R G Moellenberg, C M Buttery, L M Sehulster. Measles outbreak in a fully immunized secondary-school population. N Engl J Med. 1987 Mar 26 ;316(13):771-4. PMID: 3821823

2. R M Davis, E D Whitman, W A Orenstein, S R Preblud, L E Markowitz, A R Hinman. A persistent outbreak of measles despite appropriate prevention and control measures. Am J Epidemiol. 1987 Sep ;126(3):438-49. PMID: 3618578

3. B S Hersh, L E Markowitz, R E Hoffman, D R Hoff, M J Doran, J C Fleishman, S R Preblud, W A Orenstein. A measles outbreak at a college with a prematriculation immunization requirement. Am J Public Health. 1991 Mar ;81(3):360-4. PMID: 1994745

4. N Boulianne, G De Serres, B Duval, J R Joly, F Meyer, P Déry, M Alary, D Le Hénaff, N Thériault. [Major measles epidemic in the region of Quebec despite a 99% vaccine coverage]. Can J Public Health. 1991 May-Jun;82(3):189-90. PMID: 1884314

5. S A de Oliveira, W N Soares, M O Dalston, M T de Almeida, A J Costa. Clinical and epidemiological findings during a measles outbreak occurring in a population with a high vaccination coverage. Rev Soc Bras Med Trop. 1995 Oct-Dec;28(4):339-43. PMID: 8668833

6. N Coetzee, G D Hussey, G Visser, P Barron, A Keen. The 1992 measles epidemic in Cape Town - a changing epidemiological pattern. S Afr Med J. 1994 Mar ;84(3):145-9. PMID: 7740350

Sources: Greenmedinfo & Globalresearch.ca


http://fr.sott.net/article/24729-Epidemie-de-rougeole-a-Disneyland-Le-vacci…
Following members like this message:
Marine (08/02/15)


Back to top
aja777


Offline

Joined: 18 Apr 2014
Posts: 1,519
Masculin
Point(s): 383
10: 0.00

PostPosted: Fri 13 Feb 2015 - 13:33    Post subject: La disparition des maladies infectieuses n’est pas due aux v Reply with quote

La disparition des maladies infectieuses n’est pas due aux vaccins
Publié le 12 Février 2015




Les chiffres le prouvent, les courbes le montrent : les vaccins n’ont pas éradiqué les épidémies. Bien au contraire, ils ont favorisé l’émergence de maladies d’autant plus redoutables qu’elles surviennent sur des sujets adultes au système immunitaire affaibli.
Il existe actuellement un rejet très net du principe vaccinal à cause des nombreux effets secondaires graves qu’il génère. Cependant, même les victimes de l’obligation vaccinale persistent à affirmer que, malgré les risques, les vaccins ont « éradiqué » les maladies infectieuses de la planète.
Or, dès que l’on se penche sur la question, on s’aperçoit qu’il n’en est rien et que certaines épidémies qui ont ravagé nos pays ont disparu sans aucun vaccin, ce que les partisans des vaccins semblent ignorer. Ainsi, en 1348, la peste noire fit périr la majorité de la population française, puis elle a sévi pendant des siècles à travers le monde pour s’éteindre totalement sans aucune vaccination. Le choléra a, lui aussi, semé la terreur dans notre pays pour disparaître totalement sans aucun vaccin. Si la vaccination contre ces maladies avait existé et avait été obligatoire durant ces périodes critiques, il est probable que l’on aurait attribué cette disparition aux bienfaits des vaccins. Or, il faut imputer ces régressions à d’autres facteurs. Quant à la lèpre, qui existe encore dans certains pays à l’état endémique, elle ne cause plus de ravages comme elle le fit par le passé et les grandes épidémies ne sévissent plus, bien qu’il n’existe aucun vaccin contre cette maladie.
D’une manière générale, il suffit d’observer les courbes de déclin des maladies pour s’apercevoir que ce déclin a toujours commencé bien avant l’introduction des vaccins.
Tuberculose et BCG

Tuberculose et BCG

Un certain nombre de pays ne vaccinent pas contre la tuberculose, notamment les États-Unis, car 
le fait d’avoir reçu le BCG entraîne un test tuberculinique positif qui brouille le diagnostic de la maladie en cas de tuberculose. Le fait de vacciner contre le BCG rend plus difficile l’identification de l’infection. On ne peut donc attribuer la diminution spectaculaire des cas de tuberculose au vaccin.
En 1975, la Suède a décidé d’interrompre la vaccination systématique des nouveau-nés. L’incidence de la tuberculose a continué à décroître au même rythme.
Dans son numéro spécial de février 1997, le Bulletin Epidémiologique signalait que sur « 7 594 cas de tuberculose déclarées en France en 1996, parmi les 293 enfants de moins de 15 ans atteints, dont le statut vaccinal est connu, 70 % ont été vaccinés […]. De nombreuses études montrent que lors d’une épidémie il y a autant de personnes atteintes chez les vaccinés ou les non vaccinés. »
Et si l’on observe la courbe de mortalité en Allemagne entre 1750 et 1950, on remarque que les cas ont diminué bien avant la vaccination.
Quant à la courbe de mortalité en Grande-Bretagne entre 1865 et 1964, elle permet de constater une diminution régulière et spectaculaire des cas, avec des paliers durant les deux guerres, bien avant l’introduction du vaccin en 1955.
En outre, selon le document sur la tuberculose publié par l’OMS en 2003, 1980 il y avait 29 991 cas en Allemagne et 17 199 cas en France. Or la RFA a supprimé en 1973 l’utilisation du BCG, et la RDA en 2001, il n’y a plus que 6 959 cas de tuberculose, soit 84 cas par million d’habitants en Allemagne, mais en France, malgré (ou à cause de) l’obligation vaccinale qui n’a été supprimée qu’en 2007, on trouve encore 96 cas par million d’habitant soit un total de 5 814 cas. D’ailleurs, contrairement aux « craintes » des services de santé, lorsque ce vaccin n’a plus été obligatoire et que l’incidence du vaccin a très fortement chuté, on n’a pu déceler le moindre signe d’augmentation des cas liée à cette diminution. Au contraire, il s’est produit une nette diminution des méningites tuberculeuses et moins de cas de tuberculose chez les enfants, même dans les régions les plus exposées.
L’un des arguments avancés pour le maintien du BCG est qu’il protégeait efficacement de la méningite tuberculeuse. Or, dés 1973, le Dr F. Freerksen, directeur de l’Institut de Biologie Expérimentale, précisait : « Le dogme de l’absence de méningite tuberculeuse chez les vaccinés doit être abandonné (entre 1964 et 1968, à Vienne, sur quatre méningites tuberculeuses, deux se sont produites chez des sujets vaccinés). » (cf. Le Concours médical, 20 avril 1974, t. 96 [16], p. 2 529-2 530). L’année même, la République Fédérale allemande supprimait ce vaccin. Pour sa part, le Pr. Costil, de l’hôpital Trousseau à Paris, a pu observer huit cas de méningite tuberculeuse, survenus entre 1978 et 1988, chez des enfants vaccinés avec le BCG (cf. Profil du 13 juillet 1989).
On cite souvent le décès de 6 enfants âgés de moins de 5 ans par la tuberculose en 1995, mais on « oublie » toujours de dire que, sur les 6 enfants, 3 étaient correctement vaccinés par ledit BCG.
Le cas de la diphtérie
Le déclin naturel de la diphtérie est inscrit au crédit de l’action vaccinale, alors qu’il s’agit d’un phénomène spontané de régression épidémique dans tous les pays d’Europe, qu’il y ait eu vaccination ou pas.
La diphtérie est aussi un exemple frappant de la disparition de la maladie avant la vaccination systématique. En Australie, dès 1923, K. R. Morre avait remarqué que la diphtérie avait autant régressé dans les localités non vaccinées que dans celles où les vaccinations avaient été recommandées. Son étude a paru dans le Bulletin de l’office intérieur d’hygiène publique en 1926. Depuis cette époque, de nombreuses observations basées sur les chiffres fournis par l’OMS ont montré une décroissance identique de la diphtérie en Allemagne, en Hongrie, en Suisse, en Pologne et aux États-Unis (fig. 3).

 

 
Quant au Japon non vacciné et au Canada vacciné, l’incidence n’est pas la même, mais la diminution des cas est tout aussi spectaculaire (fig. 4). Entre 1944 et 1952, le Japon, qui avait entrepris une campagne vaccinale, l’arrêta à la suite d’une quarantaine d’accidents vaccinaux mortels. Pourtant, le déclin de la maladie fut remarquable, de onze à quinze fois moins de morbidité et de mortalité, alors que le pays souffrait encore des conséquences de sa défaite  : sou alimentation et misère extrême. Comme le signale Fernand Delarue dans son ouvrage L’Intoxication vaccinale, « si la vaccination a semblé faire merveille au Canada, la non-vaccination a elle aussi réalisé des prodiges au Japon ».
En France, de 1945 à 1950, le nombre de décès est tombé de 1839 à 121 chez les enfants de 1 à 14 ans (vaccinés) et de 517 à 34 chez les moins de 1 an (non vaccinés), soit une baisse de 93 % dans les deux cas. Le déclin naturel de la diphtérie est inscrit au crédit de l’action vaccinale, alors qu’il s’agit d’un phénomène spontané de régression épidémique dans tous les pays d’Europe, qu’il y ait eu vaccination ou pas. L’étude la plus complète sur l’incidence de la vaccination antidiphtérique a été faite en 1954 par le Pr Robert Rendu et est parue le 20 février de la même année dans le Journal de médecine de Lyon. « Comme cette régression “spectaculaire” a plus ou moins coïncidé avec l’extension de la vaccination dans tous les pays civilisés du monde, on a en a conclu que c’était l’anatoxine qui avait fait reculer la diphtérie. »
Par ailleurs il ne faut pas oublier que la vaccination contre la diphtérie a été suivie par des épidémies de poliomyélite directement liées à la vaccination anti-diphtérique.
Poliomyélite et tétanos
Vers la fin des années 40, on dénombra en Angleterre et au pays de Galles de nombreux cas de poliomyélite après l’injection du vaccin antidiphtérique, ce qui mena à interdire le vaccin dans ces pays en avril 1950. Et sur 1308 cas de paralysie survenus à cette époque chez des enfants âgés de 6 mois à 2 ans, 170 cas étaient liés à une injection antidiphtérique (fig. 5).
Pour le tétanos, la situation est différente. La maladie n’étant pas contagieuse, elle ne se transmet donc pas par contact d’individu à individu, et elle n’est pas immunisante. « Puisqu’un malade guéri du tétanos n’est jamais immunisé contre une seconde atteinte, comment un vaccin pourrait-il mieux pro- téger de la maladie ? » demandait en 1949 le Dr Robert Rendu, de la faculté de médecine de Lyon, dans La Presse médicale. Entre 1943 et 1947, cinq millions au moins d’enfants ont été vaccinés, soit plus de la moitié de la population âgée de 1 à 14 ans. « Cette vaccination massive aurait dû entraîner une diminution considérable du nombre de décès, or les statistiques officielles montrent que le nombre de décès infantiles par tétanos n’a guère varié de 1943 à 1947 (un décès en moyenne par département et par an). »
La courbe de la mortalité moyenne annuelle due au tétanos en Grande-Bretagne et au pays de Galles montre que celle-ci avait amorcé sa descente des décennies avant le début de la vaccination (fig. 6).
En résumé, ce sont les pays où la vaccination est le moins pratiquée qui présentent le moins de cas de tétanos. Il se trouve que la France détient le record de cas de tétanos après le Portugal, alors que dans ces deux pays, cette vaccination est obligatoire.
Chlorure de magnésium
L’enseignement médical nous prévient que la maladie succède à une plaie profonde, souillée de terre ou à une brûlure profonde. Mais il existe des tétanos en l’absence de plaie. Quant au tétanos néonatal qui atteint le nouveau-né essentiellement dans les pays pauvres, il est dû au manque d’hygiène ombilicale à la naissance. Il semblerait que le tétanos, comme la diphtérie, soit une conséquence d’un manque de magnésium.
Il faut savoir que les traitements non officiels reposent sur le chlorure de magnésium dont on connaît l’efficacité dans les états infectieux (diphtérie, tétanos, polio) grâce aux travaux du Dr Neveu et du Pr Delbet. Nicolas Neveu avait rédigé un rapport sur les guérisons qu’il avait obtenues chez des personnes atteintes de diphtérie. Pierre Delbet voulut présenter ce rapport à l’Académie de médecine, mais il se heurta à une opposition farouche de la part du corps médical. C’est dans une lettre adressée au Dr Neveu en date du 16 novembre 1944 qu’il révèle : «La publication de ma communication du 20 juin est définitivement refusée. Le Conseil de l’académie a trouvé, après 6 mois de réflexion, l’argument suivant : en faisant connaître un nouveau traitement de la diphtérie on empêcherait les vaccinations et l’intérêt général est de généraliser ces vaccinations. »
Il ressort de ce rapport que l’Académie de médecine a décidé délibérément d’étouffer un traitement qui aurait pu sauver des milliers de vies, mais qui aurait risqué de concurrencer les vaccins.
Les cahiers de biothérapie (n° 39, septembre 1973) ont publié les résultats des docteurs Fumeron et Neveu, confirmés par le Dr Chevreuil, de Nantes, et concernant des personnes atteintes de tétanos et considérées comme perdues : ils ont obtenu des résultats spectaculaires en injectant 5 grammes de chlorure de magnésium dans 20 cm3 de sérum physiologique par voie intraveineuse.
Selon l’OMS, le taux d’anticorps (ou antitoxine) de 0,01 UI/ml est considéré comme protecteur. Mais la présence d’anticorps n’est pas une garantie de sécurité, aussi impose-t-on des rappels tous les cinq ans aux enfants et tous les dix ans aux adultes pour « assurer » la restauration de l’immunité. Or, dans le journal médical Neurology (t. 42, 1992), Crone et Rider citent le cas d’un patient âgé de 29 ans atteint d’un tétanos sévère alors qu’il avait été hyper-immunisé en vue de produire une immunoglobuline antitétanique. Son taux d’anticorps était de 3 300 fois le taux considéré comme protecteur.
L’Unicef a acheté 4,3 milliards de doses de vaccins anti tétanos en quinze ans sans faire baisser le moins du monde l’incidence de la maladie.
De même, en 1991 à l’hôpital de Dar es-Salaam, en Tanzanie, sur 10 cas de tétanos chez les nouveau-nés, 9 mères avaient des taux d’anticorps suffisants pour protéger le bébé (jusqu’à 400 fois le taux protecteur).
En août 1987, eut lieu à Leningrad la VIIIe conférence internationale sur le tétanos. Ce fut l’occasion de faire le point sur le vaccin que les représentants de l’OMS voulaient inclure dans un vaste programme de vaccination. Le Dr Masar démontra alors que sur 28 cas de tétanos en Slovaquie, 20 malades avaient été correctement vaccinés. D’ailleurs, l’Unicef a acheté 4,3 milliards de doses en quinze ans sans faire baisser le moins du monde l’incidence de la maladie.
Armées vaccinées
Dans l’armée française, la plus vaccinée des armées alliées (plus de quatre millions de vaccinations d’octobre 1936 à juin 1940), le taux de morbidité tétanique par mille blessés est resté le même pendant la campagne de 1940 qu’avant ces vaccinations massives. Dans l’armée grecque, non vaccinée, la fréquence du tétanos au cours de la dernière guerre a été sept fois moindre que dans l’armée française.
Dans l’armée américaine, pendant la Deuxième guerre, il y eut 10 millions de mobilisés, un demi-million de blessés et 12 cas de tétanos, 6 chez les non-vaccinés et 6 chez les vaccinés.
En Belgique, le Dr Kris Gaublomme a rassemblé toute une série d’articles, publiés dans The International Vaccination Newsletter de septembre 1996, qui corroborent les observations précédentes.
On proclame volontiers que ce vaccin est le mieux toléré et le plus anodin, mais son innocuité est loin d’être démontrée. Les effets indésirables ne sont pas rares et peuvent être graves sur le court ou le long terme.
Vaccin anti-hépatite B 
Il en est de même pour le vaccin anti-hépatite B. Lors de la folie vaccinale de 1994 qui a permis de vacciner la moitié de la population française, la courbe de la Courly, qui réunissait les échantillons sanguins provenant de la surveillance épidémiologique de 70 laboratoires d’analyses biologiques dans la région lyonnaise, montrait que l’on avait douze fois plus de cas d’hépatite B en 1978 qu’en 1992. Cette courbe confirmait une nette diminution des cas observés depuis cette époque, donc avant la campagne publicitaire de 1994 en faveur du vaccin.
Entre 1963 et 1979, la fréquence de l’hépatite B était déjà réduite de 90 %, mais cette amélioration est évidemment attribuée aux seules vaccinations, alors que la baisse des cas correspond aux mesures prises pour éviter les transmissions par seringues chez les drogués et des contaminations par le sang chez les transfusés.
Un constat devrait nous surprendre : depuis l’obligation vaccinale pour le personnel de santé, la décroissance des cas aurait dû être deux fois plus rapide chez eux que dans la population générale, or elle est identique.
Flambée de rougeole 
Aux États-Unis, en 1958, on répertoriait environ 800 000 cas de rougeole, mais en 1962, une année avant l’introduction du vaccin, ce chiffre était brusquement tombé à 3 000 (fig. 7). Pendant les quatre années suivantes, ce chiffre a continué à baisser alors que les vaccins administrés pendant cette période furent jugés par la suite parfaitement inutiles au point d’être abandonnés. Cependant, les vaccinations ont repris de plus belle dès 1978 et, d’après le Dr Mendelsohn, « la mortalité par rougeole a été multipliée par 25 depuis ces campagnes vaccinales ». En résumé, aux États-Unis, la rougeole est en constante augmentation depuis les vaccinations. Et un constat alarmant a été publié en 1995 par les laboratoires SmithKline Beecham, pourtant fabricants de vaccins : « Les rougeoles ont été 18 fois plus nombreuses aux USA en 1990 (27 672 cas) qu’en 1983, malgré une vaccination systématique contre la maladie depuis 1978. » Et en 2006, les CDC (Centers for Desease Control and Prevention) signalaient que 89 % des enfants d’âge scolaire qui avaient contracté la rougeole étaient vaccinés.
En 1986, au Canada, le nombre de cas de rougeole était sept fois plus élevé qu’en 1985. La Suède a abandonné ce vaccin dès 1970 et l’Allemagne dès 1975. La France incrimine paradoxalement le faible taux de couverture vaccinale, alors qu’elle atteint pourtant en moyenne plus de 95 %, et des chiffres alarmistes sont avancés pour pousser les gens, y compris les adultes, à se faire vacciner.

Oreillons et coqueluche
Il en est de même pour les oreillons, car on a constaté que les fortes couvertures vaccinales (environ 97,6 %) n’empêchent pas l’apparition de la maladie. En avril 2006, une sérieuse épidémie d’oreillons s’est déclarée dans huit États du centre des États-Unis. Ce fâcheux « incident » n’a pas empêché les CDC de persister à affirmer que « le vaccin est efficace à 90 ou 95 % et que l’immunité dure alors plus de 25 ans, sans doute la vie entière ».
Au Royaume-Uni, la mortalité par les oreillons a chuté à partir de 1915, alors que la vaccination n’est intervenue qu’à la fin des années 60 (fig. 8).
Pour ce qui est de la coqueluche, des épidémies se sont déclarées dans des populations à couverture vaccinale très élevée (entre 81 % et 91 %), notamment en Afrique du Sud en 1988-19899, ou aux États-Unis, où le nombre de cas a doublé. Ainsi, en 1993, dans le Massachusetts, 218 étudiants furent atteints par la coqueluche, alors que 96 % d’entre eux étaient vaccinés.
Le British Medical Journal of Medicine (n° 19 de 1995) mentionne des flambées épidémiques dans les pays où s’est généralisée la vaccination, et en 1998, le même journal signalait des épidémies de coqueluche en Hollande, Norvège et Danemark, malgré une couverture vaccinale de 96 %.
De son côté, Le Quotidien du médecin du 5 janvier 1994 signalait que des élèves avaient été contaminés par des camarades vaccinés, et non le contraire comme on le prétend souvent.
Le vaccin a fait disparaître les symptômes de la coqueluche, qui n’existe presque plus sous sa forme habituelle, mais il a fait apparaître des formes différentes de la maladie qui atteignent à présent les adultes et les adolescents avec plus de gravité la plupart du temps. La coqueluche est devenue une maladie de l’adulte (J. Trop. Pediatr. vol. 37, 1991).
En 1980, l’OMS claironnait l’éradication de la variole après avoir lancé en 1962 une dernière campagne « d’éradication » à l’échelle mondiale. Consciente que cette vaccination ne parvenait pas à enrayer le mal, l’OMS préconisa alors d’abandonner la vaccination de masse au profit d’une stratégie dite de «surveillance-endiguement». Ces déclarations officielles du 28 novembre 1972 émanaient du chef du service d’éradication de la variole à l’OMS, le Dr Donald A. Henderson. Elles furent ensuite reprises par Le Monde du 21 décembre 1977 et par les Affiches parisiennes et départementales.
Ainsi, l’OMS reconnaît que la disparition de la variole n’est pas due à la vaccination systématique, mais bien à des mesures « d’hygiène » au sens large, seul rempart efficace à la propagation des germes. Mais combien de personnes savent aujourd’hui que la disparition de cette maladie n’est pas due à la vaccination de masse ?
Des facilitateurs de maladies
En résumé, pour attester de l’action bénéfique des vaccins, on se base sur le taux d’anticorps obtenu après une injection. Certes, tout antigène introduit dans l’organisme produit une réaction. La plupart du temps, le système immunitaire exprime cette réaction par la production d’anticorps, mais leur présence ne prouve pas qu’ils vont immuniser l’individu. Leur augmentation signe souvent un affolement des défenses immunitaires. Dans certains cas, ils fortifient la maladie et sont « facilitants ». Leurs mécanismes de régulation se trouvent souvent débordés, ce qui fait que des combinaisons anticorps-antigène, appelées « complexes immuns », restent en circulation dans l’organisme, occasionnant des maladies graves. Quant à leur durée de vie produite par un antigène vaccinal, elle est toujours plus courte que celle des anticorps naturels, ce qui indique que la vaccination met en jeu des mécanismes très différents de ceux que provoque la maladie naturelle.
Les vaccins facilitent l’émergence d’autres maladies d’autant que le terrain est affaibli et se laisse assaillir par des germes qui prolifèrent et deviennent virulents. C’est à ce phénomène que Mirko D. Grmek, professeur d’histoire de la médecine à l’École des hautes études, donne le nom de « pathocénose », qui peut expliquer les apparitions et les disparitions des épidémies. Ainsi, la vaccination antivariolique a rendu plus virulent le bacille de Koch, ce qui explique le fléau de la tuberculose au XIXe siècle.    La vaccination contre la diphtérie couplée avec la vaccination anti-coquelucheuse a rendu virulent le virus de la polio, aussi a-t-on eu des pics épidémiques quelques années après la vaccination systématique contre la diphtérie. Le vaccin contre la polio accompagné du cocktail prévu par le calendrier vaccinal a contribué à l’effondrement du système immunitaire et à l’installation d’un syndrome d’immunodéficience acquise.
Le vaccin contre l’hépatite B complète les ravages causés par les autres vaccins et, s’attaquant au système nerveux de l’individu, il facilite l’installation de maladies auto-immunes qui favorisent un vieillissement prématuré. Les vaccins de même que les antibiotiques ne font que diminuer la vitalité du terrain, sa résistance naturelle, et l’altération du terrain devient une source de cancérisation. Et lorsque l’on considère qu’un enfant vacciné ne développe pas telle ou telle maladie et qu’il est immunisé, la réalité est bien différente : il n’a plus la force de réagir. Les maladies chroniques s’installent chez ceux qui ont un niveau de vitalité, d’énergie, très bas. Ils ne font pas de réactions violentes car l’organisme est sapé de l’intérieur.
Atteintes cérébrales
D’après Harris Coulter, éminent spécialiste américain de l’histoire des vaccinations, dans son livre Vaccination, social violence and criminality, toute vaccination est susceptible de provoquer une encéphalite légère ou grave. Ce phénomène s’accompagne d’une détérioration des gaines de myéline dans le cerveau. Ces modifications pathologiques conduisent à des handicaps divers et des problèmes de comportement. On considère qu’aux États-Unis, un enfant sur cinq a subi des atteintes cérébrales. Toute manifestation démyélinisante subite semble être directement imputable aux vaccinations, d’autant que des chercheurs ont découvert une similitude entre certains virus et la structure protéidique de la myéline. Cette découverte capitale explique pourquoi nombre de maladies auto-immunes apparaissent après la vaccination : le corps ne reconnaît plus l’antigène à combattre et s’attaque à ses propres cellules, entraînant des maladies très invalidantes sur le long terme.
Actuellement, les immunologistes s’interrogent sur les poussées épidémiques qui surviennent dans les populations vaccinées et ce constat est évidemment embarrassant pour eux car, à l’évidence, il s’agit d’une faillite de la vaccination, qui non seulement a de terribles effets pervers mais n’a jamais « éradiqué » une maladie.
Après cette lecture, les victimes de l’obligation vaccinale ne pourront plus affirmer que malgré les risques les vaccins ont « éradiqué » les maladies infectieuses de la planète, et ces trop nombreuses victimes ne devraient plus hésiter à mettre en balance les terribles effets secondaires des vaccins et la « prétendue éradication » des maladies infectieuses.
Sylvie Simon
http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/2015/02/la-disparition-des-maladies…

   
_____________________________________________________________
>>>>La création est une symphonie dont nous sommes les musiciens , mais que signifie elle sans son compositeur source de toute VIE ?
Following members like this message:
Marine (13/02/15)


Back to top
Visit poster’s website
Joseck
Modérateurs

Offline

Joined: 22 Apr 2014
Posts: 924
Localisation: Sospel
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
Point(s): 350
10: 1.72

PostPosted: Tue 17 Feb 2015 - 16:05    Post subject: Les vaccins Reply with quote

Dr Lee HIEB, M.D. :  L’hystérie vaccinale actuelle pourrait    déclencher un cauchemar totalitaire


Commentaires de l’éditeur de Health Impact News
 
Le Dr Lee Hieb qui écrit pour WND.com rejoint le nombre de médecins de plus en plus nombreux qui ont décidé de s’exprimer contre les vaccinations forcées, ainsi que contre l’hystérie qui se répand actuellement dans les médias traditionnels. Le Dr Lee Hieb  est chirurgienne orthopédiste spécialisée en chirurgie vertébrale. Elle a été présidente de l’Association des Médecins et Chirurgiens Américains.
 
La voix du Dr Hieb est celle de la raison et du bon sens dans le débat actuel sur les vaccins. Sa position contraste avec celle des grands médias d’aujourd’hui, largement financés par l’industrie pharmaceutique, qui voudraient faire appel à la force pour imposer les vaccins et supprimer les permis d’exercer des médecins qui sont en désaccord avec eux.
 
Le Dr Hieb souligne à juste titre les conclusions logiques qui devraient s’imposer si on permettait au gouvernement de prendre des décisions médicales « pour le plus grand bien de la société » en l’autorisant à injecter des produits chimiques dans notre corps :
 
« L’éthique médicale est très claire. Personne ne devrait être forcé de subir un traitement médical sans son accord et sans son consentement éclairé. Nous condamnons la stérilisation forcée des années ’20 et des années ’30, les expérimentations médicales de Tuskegee qui ont infecté des détenus noirs, ainsi que la médecine nazie qui avait recours à « l’euthanasie » involontaire, à l’expérimentation, ainsi qu’à la stérilisation. Comment pourrions-nous forcer la vaccination sans consentement ? La vaccination est un traitement médical qui comporte des risques, y compris celui de décès. Il est tout à fait contraire à toute éthique médicale d’imposer ces risques à quiconque.
 
Si vous pensez que le gouvernement a le droit de vacciner les gens par la force – pour le bien de la société – qu’est-ce qui pourrait l’empêcher de stériliser de force, d’euthanasier de force ou d’implanter de force un dispositif de suivi – tout cela pour le bien de la société ? Vous pouvez penser que ces exemples sont extrêmes (bien que les deux tiers se soient déjà produits), mais le principe est le même. Vous autorisez que le gouvernement ait l’autorité suprême sur votre corps. »
 
Le Dr Hieb ne s’en tient pas uniquement à son analyse sur l’éthique médicale et les implications politiques d’une vaccination forcée, elle continue  de répondre à deux questions cruciales que vous avez peu de chances d’entendre un jour dans les médias grand public : les vaccins sont-ils sûrs et efficaces ?
 
Les médecins qui veulent promouvoir la liberté de choix en matière de santé sont confrontés à la persécution et à la censure
 

Comme le Dr Hieb aura été mise en vedette sur le réseau de santé Health Impact News et comme ses commentaires vont être repris dans d’autres médias alternatifs qui ne sont pas financés par Big Pharma, elle ira vraisemblablement rejoindre les rangs des médecins qui seront attaqués et ridiculisés publiquement. Les médecins pro-vaccins vont vraisemblablement apparaître à la télévision pour demander la suppression de son permis de pratiquer la médecine et faire connaître leur position dans les grands médias.
 
Health Impact News veut inviter tout médecin qui désire rejoindre ces courageux confrères qui ont osé s’exprimer pour dire la vérité et réclamer la liberté en matière de Santé aux Etats-Unis. L’Amérique a besoin de vous entendre aussi sur les problèmes de liberté en matière de santé, et nous voulons vous encourager vous à rejoindre vos amis et collègues qui ont risqué leur carrière et peut-être leur vie pour dénoncer la contrainte vaccinale d’un gouvernement tyrannique, pour avoir osé aborder le problème de la sécurité et de l’efficacité des vaccins
 
Comme le précise le Dr. Hieb : « La science ne conclut jamais définitivement ».
 
«M. Obama et autres idéologues peuvent penser que la vérité est fixée une fois pour toutes « la science est indiscutable (incontestable), mais la réalité de notre compréhension de la maladie et des traitements doit constamment être remise à jour. Tout juste comme le paradigme d’un univers mécanique de Newton a été supplanté par la physique d’Einstein, les physiciens d’aujourd’hui continuent de modifier ce point de vue. C’est comme cela que l’on peut dire que « la vérité » médicale n’est pas une vérité pour très longtemps. Dans une tentative de quantifier le changement en médecine il y a quelques années, un journal de cardiologie a évoqué « la demi-vie de la vérité ».
 
Les cardiologues ont jeté un coup d’œil sur leurs journaux parus 20 ans plus tôt pour se rendre compte à quel point ce que l’on croyait à cette époque était encore vrai aujourd’hui. La réponse ? 50 pour cent ! Ainsi, en cardiologie au moins, - et dans toute la médecine, à des degrés divers, - seulement la moitié de ce que nous croyons vrai aujourd’hui le sera encore dans une vingtaine d’années.
 
Le dernier mot sur la vaccination n’a pas encore été dit. On n’a même pas encore commencé à l’écrire. »
 
Ici à « Health Impact News », nous continuerons à écrire et à publier.
 
Source : Health Impact News


Ce que dit le Dr Lee Hieb est tout à fait évident. Plus de 50 ans plus tôt, un parlementaire comme le Français Roger Duveau, sonnait le même tocsin dans un texte absolument superbe qui était en fait une proposition de loi en vue d’empêcher toute obligation vaccinale, précisément pour éviter ce type de tyrannie. Encore avant lui, le Dr Emery Coderre, de l’université de Montréal, publiait en 1875 un avertissement conséquent sur les vaccinations, leurs funestes effets et la véritable idéologie officielle qui n’entend pas appliquer le débat ou le questionnement proprement scientifiques à cette pratique. Le temps est venu de constater le chemin parcouru, et d’oser voir que la santé globale des populations s’est considérablement aggravée/dégradée, en n’ayant pas la bêtise de ne se focaliser QUE sur telle ou telle maladie infectieuse mais en regardant GLOBALEMENT. Le temps est venu de dire que ceux qui veulent s’entêter dans la vaccination pour eux et leurs enfants n’ont qu’à le faire en gardant leurs croyances pour eux, sans espérer les imposer jusque dans le corps d’autrui, tout simplement parce qu’il n’y a pas d’un côté, certains hommes qui auraient des droits sur plus que leur corps et de l’autre, des personnes qui en auraient sur moins que leur corps. La liberté de ne pas se faire injecter de force des substances chimiques dans le corps au prétexte qu’elles ont une étiquette factice de « scientifiquement prouvé » constitue la liberté la plus évidente, la plus primordiale et la plus urgente à faire respecter, tout simplement parce que sans santé, aucune qualité de vie, aucune vigilance politique ne sont réellement possibles pour une collectivité. Il est donc urgent de le dire et urgent d’agir et l’avenir des générations futures dépend clairement de ce choix.



Source:
htttp://www.initiativecitoyenne.be/article-dr-lee-hieb-m-d-l-hysterie-vacci…




Following members like this message:
Marine (17/02/15)


Back to top
Joseck
Modérateurs

Offline

Joined: 22 Apr 2014
Posts: 924
Localisation: Sospel
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
Point(s): 350
10: 1.72

PostPosted: Tue 24 Feb 2015 - 00:37    Post subject: Les vaccins Reply with quote

La souche vaccinale du virus retrouvée dans les épidémies de rougeole


Commentaires de l’éditeur de Health Impact News, 13 février 2015

Le Dr Suzanne Humphries est néphrologue (spécialiste des reins). Dans la vidéo ci-dessous, elle fait allusion à une étude qui a été réalisée en Croatie [1] où un enfant qui avait été vacciné avec le vaccin ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole) a été testé positif pour la souche vaccinale de la rougeole (Schwarz) huit jours après avoir été vacciné.

Ce fut là une découverte importante, parce que l’on a cru que les symptômes de l’enfant ressemblaient à ceux de la rubéole. Si le test n’avait pas été réalisé, la maladie aurait erronément été diagnostiquée comme étant la rubéole ou comme une rougeole sauvage contre laquelle le vaccin était sensé agir pour assurer une protection.

Cette notion de « shedding » (répandre) au cours de laquelle un enfant attrape la maladie causée par le virus du vaccin, a fortement surpris les chercheurs.

L’excrétion de virus à partir des vaccins a déjà été rapportée précédemment, mais à notre connaissance, ceci a été documenté pour la première fois pour la souche Schwarz du vaccin [1]. Depuis 2010 cependant, ce phénomène de « vaccine shedding » avec le vaccin contre la rougeole dans le ROR a été observé dans au moins deux autres études :

Différencier le virus sauvage de la forme atténuée au cours d’une épidémie de rougeole. Paediatrics and Child Health, 2012.

Au milieu d’une épidémie locale de rougeole, un enfant récemment immunisé a fait l’objet d’un examen à cause d’une nouvelle éruption cutanée de type rougeole. Les tests d’acide nucléique ont permis d’identifier qu’un virus de la rougeole de type vaccinal était excrété dans l’urine. La différentiation clinique de la rougeole d’une éruption non rougeoleuse est difficile, mais peut bien être étayée par une recherche approfondie de l’histoire de la médecine.

On peut s’attendre à ce que des éruptions cutanées se produisent après vaccination. On peut utiliser le test à l’acide nucléique quand il est difficile de faire la différence entre des s



Références

1. Spotlight on measles 2010: excretion of vaccine strain measles virus in urine and pharyngeal secretions of a child with vaccine associated febrile rash illness, Croatia, March 2010. Croatian Institute of Public Health, Department of Infectious Disease Epidemiology, Zagreb, Croatia. Eurosurveillance, Volume 15, Issue 35, 02 September 2010 (Full Text)

2. Differentiating the wild from the attenuated during a measles outbreak. Communicable Disease Control, Alberta Health Services. Pediatricians and Child Health, Apr. 2012; 17(4) (Abstract)

3. Case of vaccine-associated measles five weeks post-immunisation, Eurosurveillance, Volume 18, Issue 49, 05 December 2013 (Full Text)

Source :   http://www.initiativecitoyenne.be/2015/02/la-souche-vaccinale-du-virus-retr…




Back to top
René
Modérateurs

Offline

Joined: 13 Mar 2014
Posts: 1,232
Localisation: Belgique
Masculin
Point(s): 243
10: 2.04

PostPosted: Fri 27 Feb 2015 - 01:01    Post subject: Les vaccins Reply with quote

Le magazine de la santé sur France 5 monte au créneau pour "limiter les dégâts" dûs à la "désinformation"
concernant la vaccination contre la rougeole : (37ème min.) :
http://pluzz.francetv.fr/videos/le_magazine_de_la_sante_,118023967.html
_____________________________________________________________
Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. - E. de La Boétie


Back to top
Visit poster’s website
Joseck
Modérateurs

Offline

Joined: 22 Apr 2014
Posts: 924
Localisation: Sospel
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
Point(s): 350
10: 1.72

PostPosted: Sat 28 Feb 2015 - 00:35    Post subject: Les vaccins Reply with quote

L’OMS et l’Unicef viennent de stériliser des populations du tiers-monde sous couvert de vaccination

Après les scandales qui ont déjà secoué le Mexique, le Nicaragua et les Philippines, l’OMS et l’Unicef sont à nouveau mis en cause au Kenya pour avoir administré des produits stérilisants à l’insu des patients qu’ils prétendaient vacciner contre le tétanos.

La Conférence épiscopale catholique du Kenya, qui administre de nombreux hôpitaux, a participé à la campagne de vaccination contre le tétanos organisée par l’OMS et l’Unicef en mars et octobre 2014 pour les patients de 14 à 49 ans. Face aux rumeurs qui circulaient, la Conférence épiscopale a demandé au ministre kenyan de la Santé, James Wainaina Macharia, de vérifier la composition des vaccins. Devant son refus, la Commission épiscopale a mandaté le laboratoire AgriQ Quest Ltd pour procéder à des expertises. Les expert ont constaté la présence de 24 à 37,5 % d’hormones beta humaines chorioniques gonadotrophiques (βhCG), une quantité largement suffisante pour provoquer la stérilité des patientes. Le ministre de la Santé a réfuté ces résultats, affirmant qu’il était impossible d’introduire des βhCG dans ces vaccins.

La Commission parlementaire de la Santé a alors invité le ministère d’une part et la Conférence épiscopale d’autre part à lui présenter leurs travaux. Contrairement aux déclarations antérieures du gouvernement, il s’est avéré que celui-ci n’avait pas testé les vaccins avant leur inoculation. Aussi fournit-il alors 10 échantillons du vaccin qui s’avérèrent négatifs, tandis que la Conférence épiscopale en présenta 9, dont 3 s’avérèrent positifs. Le ministère de la Santé se retira du débat.

Mgr Paul Kariuki Njiru, évêque d’Embu et président de la Commission de la Santé de la Conférence épiscopale catholique du Kenya, a alors largement communiqué, accusant l’OMS, l’Unicef et le gouvernement kenyan d’avoir délibérément inoculé à leur insu du βhCG à des patientes afin de les stériliser à leur insu.

Le vaccin du tétanos s’administre en trois prises. Un tiers des doses étaient empoisonnées.
L’Organisation mondiale de la santé n’a pas souhaité communiquer.

Source:
http://www.voltairenet.org/article186917.html




Back to top
Joseck
Modérateurs

Offline

Joined: 22 Apr 2014
Posts: 924
Localisation: Sospel
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
Point(s): 350
10: 1.72

PostPosted: Thu 5 Mar 2015 - 19:36    Post subject: Les vaccins Reply with quote

"Des preuves scientifiques démontrent que les individus vaccinés avec des vaccins contenant des virus vivants comme le RRO (rougeole, rubéole et oreillons), rotavirus, varicelle, zona et grippe, peuvent excréter le virus pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois et donc, infecter les vaccinés ainsi que les non vaccinés": des médecins et autorités sanitaires connaissent ce fait!


Il sévit actuellement une campagne agressive de culpabilisation/condamnation des personnes qui refusent la vaccination, accusées de mettre en danger la santé publique, et voilà que les médias nous rapportent que ce sont les vaccinés qui sont potentiellement dangereux!

«L'échec de la vaccination et l'échec à reconnaître que les vaccins qui contiennent des virus vivants peuvent propager la maladie a entraîné une augmentation des épidémies de maladies infectieuses chez les sujets vaccinés et non vaccinés», a déclaré Leslie Manookian, producteur du documentaire The Greater Good. Il a ajouté que le CDC se doit d'instruire les médecins qui administrent des vaccins afin qu'ils informent leurs patients sur les risques posés aux autres par ceux qui ont été récemment vaccinés.

Source:http://www.cnbc.com/id/102473744#




Back to top
Joseck
Modérateurs

Offline

Joined: 22 Apr 2014
Posts: 924
Localisation: Sospel
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
Point(s): 350
10: 1.72

PostPosted: Sun 8 Mar 2015 - 12:28    Post subject: Les vaccins Reply with quote



Vaccin contre la grippe : 0 % d’efficacité au Canada

Chère lectrice, cher lecteur,
Les autorités de santé canadiennes ont officiellement reconnu cette année un taux d’efficacité de 0 % pour le vaccin contre la grippe.
Les huit millions de personnes qui se sont fait vacciner l’ont donc fait en pure perte. Leur argent est gaspillé. Elles ont couru le risque d’effets indésirables de la vaccination pour rien.
On ne connaîtra pas le nombre d’accidents liés à la vaccination. Il ne sera jamais communiqué pour la bonne raison que les autorités ne cherchent surtout pas à le connaître.
Faites l’expérience :
Qui, dans votre entourage, est au courant qu’il existe des centres régionaux de pharmacovigilance en France, chargés de recueillir les témoignages des patients sur les effets secondaires des médicaments ?
Qui connaît leur existence, leur numéro de téléphone, leur site Internet ??
Qui y a déjà eu recours ?
Ils sont pourtant 31 en France, ces centres. Et il existe un formulaire spécial, le Cerfa 15031*01 pour déclarer vous-même un problème. Vous pouvez télécharger le document ici [1].
Mais évidemment, personne ou presque ne le sait, ce qui explique qu’il y a moins de 8000 signalements d’effets indésirables par an [2] alors que 128 000 personnes sont hospitalisées chaque année suite à la prise de médicaments [3].
Des effets rarement signalés aux autorités par les médecins
Un autre formulaire Cerfa, le 10011*04, permet aux médecins de déclarer facilement un incident [4].
Mais la procédure elle aussi est totalement sous-utilisée.
Les autorités expliquent que c’est parce que les médecins, eux non plus, ne sont pas au courant, ou parce qu’ils n’ont pas le temps de faire une déclaration prenant 15 à 20 minutes [5].
De fait, ces déclarations sont ridiculement rares.
84 % de ces déclarations émanent des hôpitaux, 13 % seulement des médecins libéraux qui sont pourtant responsables de la plupart des prescriptions.
Dans la pratique, les personnes qui ressentent des effets indésirables suite à un vaccin (fièvre, vomissements, mal de crâne, douleurs articulaires…) ne savent pas qu’elles peuvent faire quelque chose. Elles se contentent d’attendre que ça passe.
La plupart des médecins leur expliqueront en toute bonne foi que « ça n’a rien à voir », parce que la vaccination est « totalement sûre ». C’est donc « par hasard » que vous avez eu ces symptômes « inexplicables », survenus juste après vous être fait vacciner…
C’est ce qui permet de maintenir à plein régime l’industrie du vaccin contre la grippe, et d’étouffer un scandale médico-financier qui aurait pourtant dû éclater depuis des années.
Manœuvres honteuses
Autorités sanitaires, grands médias et industrie pharma se sont livrés cette année à des manœuvres honteuses.
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a donné en mars 2014 la composition du vaccin contre la grippe pour l’hiver 2014-2015.
Dès le mois de mai 2014, c’est-à-dire à peine huit semaines plus tard, il s’avérait déjà que l’OMS s’était trompée. Le virus de la grippe H3N2 avait muté et tous les experts haut placés savaient que le vaccin contre cette souche allait être inefficace.
Mais qu’est-il est arrivé ? Quelqu’un a-t-il pris sur lui de révéler la chose au grand public, en toute humilité ?
Eh bien non !
Un silence absolu a été maintenu sur ce sujet.
Personne n’a eu l’honnêteté de dire dans les médias : « Nous sommes désolés, nous pensions pouvoir faire un vaccin efficace contre la grippe. Le virus a muté de façon inattendue. Ce n’est donc plus la peine de vous faire vacciner. »
La campagne de vaccination mondiale a été lancée en fanfare comme chaque année au mois d’octobre, comme si de rien n’était, alors que tout le monde savait.
Ce n’est que mi-janvier qu’une étude sur les effets du vaccin a révélé ce qui était parfaitement prévisible dès le départ, à savoir qu’il était largement ou totalement inefficace cette année.
Nous avons bien sûr alerté immédiatement les lecteurs de Santé Nature Innovation.
Mais il a fallu encore un bon mois pour qu’un site grand public comme Le Figaro Santé l’annonce, le 16 février 2015 [6], ou l’Express, qui a attendu le 16 février également, écrivent : « Un vaccin pour rien ? Le millésime 2014-2015 du vaccin contre la grippe est reconnu peu efficace par les autorités sanitaires. [7] »
Pourquoi tant de retard ?
C’est à croire que de puissants intérêts se sont ligués pour attendre que la campagne de vaccination soit terminée avant de lâcher le morceau.
En tout cas, le 29 janvier 2015, le journal Le Monde, toute honte bue, incitait encore ses lecteurs à aller se faire vacciner dans un article intitulé « Il est encore temps de se faire vacciner contre la grippe. [8] »
Quinze jours plus tard, le Figaro révélait que le problème était connu dès « mai 2014 alors que le processus de fabrication était déjà trop avancé pour revenir en arrière » [9].
Comprenez : « De l’argent avait déjà été investi ; pour maintenir les profits de l’industrie pharmaceutique, il fallait donc procéder comme d’habitude à la diffusion massive du vaccin, même si l’on savait que c’était inutile et dangereux pour les patients. »
À quoi sert le vaccin contre la grippe ??
Une méta-analyse publiée en mars 2014 par la revue Cochrane, portant sur une centaine d’essais, a estimé qu’il fallait injecter le vaccin à 71 personnes au moins pour empêcher 1 cas de grippe.
Ils ont conclu a une efficacité « très faible » (« very modest ») y compris chez les femmes enceintes, et attesté que la vaccination ne réduit ni le nombre d’hospitalisations, ni le nombre de complications [10] !!
Pour les personnes les plus vulnérables (personnes âgées), le Pr Daniel Floret du Haut Conseil de santé publique explique qu’il existe une « impossibilité statistique à prouver les bénéfices du vaccin ». « Le système immunitaire ayant tendance à se dégrader avec le temps, ce public réagit moins bien aux vaccins en général et à celui contre la grippe en particulier. [11] »
Vaccination naturelle contre la grippe
C’est donc un aveu d’échec qui est en train d’éclater au grand jour, maintenant que les langues commencent péniblement à se délier.
Mais cela ne veut pas dire qu’il faut vous résigner à attendre que la grippe vous frappe sans rien faire.
Au contraire ! N’oubliez pas que la grippe est une maladie vraiment violente et douloureuse : fièvre de cheval, courbatures, hallucinations nocturnes… Il faut tout faire pour l’éviter !
Et cela tombe bien parce que, après tout, ce n’est qu’un simple virus, autrement dit un micro-organisme dont votre corps est parfaitement capable de se débarrasser tout seul, pour peu que votre système immunitaire (vos défenses naturelles) fonctionne !
Ce n’est pas un hasard, en effet, si la grippe touche certaines personnes et pas d’autres : elle frappe les personnes immunodéprimées, c’est-à-dire celles dont le système immunitaire a des failles.
  • La première mesure est de prendre de la vitamine D : 4000 UI par jour est un minimum dès le mois d’octobre, sans dépasser 10 000 UI par jour. La vitamine D permet la fabrication d’antibiotiques naturels appelés AMP (peptides antimicrobiens). Par ailleurs, elle est indispensable pour que les globules blancs se multiplient et se différencient de façon efficace. Il n’est donc pas étonnant que dans une étude réalisée en France sur des écoliers, ceux qui avaient reçu le plus de vitamine D ont vu leur risque d’être grippés réduit de 64 % [12]. Et ce avec uniquement des effets secondaires positifs sur les autres risques de maladie, la vitamine D étant aussi bonne contre le cancer, la sclérose en plaque, la dépression !
  • Redécouvrez les vertus du bouillon de poulet : quand vous mangez du poulet rôti, ne jetez pas la carcasse mais mettez-là à cuire avec les restes (os, peau…) dans une casserole d’eau bouillante avec une carotte, un navet, une branche de céleri, un oignon, paprika, sel, poivre, bouquet garni… Vous vous préparerez ainsi un délicieux bouillon, riche en collagène et en L-glycine, un acide aminé qui stimule nos défenses internes en agissant sur des cellules du système immunitaire, selon des études in vitro [13].
  • La vitamine C favorise la fabrication de lymphocytes T qui attaquent et détruisent un grand nombre d’agents pathogènes. Mangez beaucoup de légumes et fruits frais, surtout les petits fruits rouges et noirs, qui en sont riches. Vous pouvez y ajouter un complément alimentaire de 500 mg de vitamine C par jour, surtout en hiver.
  • Prenez du zinc : c’est le minéral le plus important pour l’immunité et pratiquement toute la population en est déficiente, à moins que vous ne soyez gros consommateurs de fruits de mer, et surtout d’huîtres. Prenez soin de choisir une forme bien absorbée de zinc (citrate, glycinate, gluconate ou picolinate) à raison de 15 à 30 mg par jour. Par contre, arrêtez absolument de prendre du zinc dès que les symptômes d’une grippe se manifestent car il favorise la croissance des virus.
  • Un nombre impressionnant d’études montre les effets bénéfiques des probiotiques pour le système immunitaire, via leur effet favorable sur la flore intestinale, premier siège de l’immunité. Une étude clinique a démontré qu’un supplément de probiotiques réduit de 2 jours la durée de la grippe et du rhume [14].
  • Mangez des protéines, car ce sont elles qui servent à la fabrication des petits soldats (les globules blancs) qui partiront au combat contre les virus en cas d’invasion. Vous pouvez même prendre un complément alimentaire de glutamine, un acide aminé (composant des protéines) qui réduit significativement la durée des infections (7,5 g par jour) [15].

Veillez enfin à suivre au maximum les bons conseils de santé générale que vous lisez dans Santé Nature Innovation :
Un nombre incroyable d’aliments renforcent votre santé et vous rendront plus résistant contre les infections : je pense notamment aux oméga-3, à tous les aliments riches en antioxydants, mais aussi aux champignons bons pour l’immunité comme le shiitaké et les pleurotes.
Respectez bien sûr les règles élémentaires de l’hygiène : lavez-vous les mains, surtout après être allé aux toilettes et avoir voyagé dans les transports en commun.
Toussez et éternuez dans le pli de votre coude plutôt que dans votre main. Evitez surtout de vous faire éternuer, tousser, postillonner dessus…
Si vous appuyez sur une sonnette, un bouton d’ascenseur, le clavier d’un distributeur de billets, songez que des centaines de personnes l’auront fait avant vous et Dieu sait où était passé leur index juste avant.
Évitez alors, plus que jamais, de choisir ce moment pour vous fourrer les doigts dans la bouche, le nez, les yeux et les oreilles : c’est par les muqueuses et par les plaies que les virus s’introduisent.
Veillez à avoir votre comptant de sommeil réparateur. Sortez vous oxygéner : si une bonne promenade vous éclaircit les idées, c’est que l’oxygène permet aux cellules de votre cerveau de mieux fonctionner. Il en va de même des cellules de votre système immunitaire, qui marcheront mieux baignées d’un bon apport d’oxygène.
À votre santé !
Jean-Marc Dupuis


http://www.santenatureinnovation.com/vaccin-contre-la-grippe-0-defficacite-…

Following members like this message:
Marine (08/03/15)


Back to top
Joseck
Modérateurs

Offline

Joined: 22 Apr 2014
Posts: 924
Localisation: Sospel
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
Point(s): 350
10: 1.72

PostPosted: Tue 10 Mar 2015 - 19:00    Post subject: Les vaccins Reply with quote

Quelques réflexions éparses sur la politique vaccinale actuelle
Il ne se passe pas un seul jour désormais sans qu'on entende des "informations" sur les vaccins -on devrait plutôt parler de propagande- qui ne fassent pas bondir et qui ne justifieraient pas, à elles seules, de descendre manifester dans la rue, tant il est vrai que les mesures en question, non seulement coûtent très cher et plombent les finances des Etats mais aussi et surtout, qu'elles sont totalement contre-productives puisqu'elles induisent des dangers inouïs dont certains citoyens peinent toujours à comprendre l'ampleur.
 
Petit tour d'horizon pour mieux comprendre en quoi les officiels se foutent dangereusement de la santé ET de l'intelligence du plus grand nombre...



Pour commencer ce petit tour de l'actualité, nous voudrions commencer par ces centaines d'emprisonnements, tout à fait scandaleux d'ailleurs, de parents pakistanais qui refusent la vaccination polio de leurs enfants. 470 parents ont déjà été écroués et sommés de faire allégeance au dogme vaccinal: pour sortir de prison, ils doivent promettre à un garant qu'ils feront vacciner leurs enfants après leur sortie. Les personnes qui ne connaissent rien aux vaccins à part ce qu'elles ont toujours cru et lu dans les mass médias ne peuvent que se réjouir de pareille information et se sentir (faussement) rassurés. Hélas, quand on examine ce dossier avec un peu plus d'objectivité, on ne peut que se rendre compte de l'injustice et de l'aberration de ce type de mesure. Pourquoi? Tout d'abord parce qu'on jette des parents en prison pour avoir refusé un vaccin polio oral qui est exactement similaire à celui qui a directement causé en Inde, pour la seule année 2011, plus de 60 000 cas de paralysie flasque aigue, une maladie deux fois plus meurtrière que la polio et qui est toujours irréversible (contrairement à la polio dont un cas sur 200 infections peut déboucher sur une paralysie avec, encore, des possibilités de séquelles à minima ou de guérison). Pour tenter d'être plus crédibles, les officiels, aidés d'une presse docile, ont pris l'habitude de mettre ces refus de vaccination sur le compte de "motifs religieux", contribuant à dépeindre ces populations locales comme bêtes, primaires ou dieu sait quoi.
 
Mais une fois encore, analysons les motifs de refus (plus qu'innombrables!) et voyons si les parents ont l'air si bêtes que ça. Il faut en effet se rappeler qu'entre autres méfaits, le vaccin polio oral a contribué de façon directe à contaminer des millions de personnes dans le monde avec un virus simien cancérigène, le SV40, dont aucune personne sérieuse ne peut encore réfuter de nos jours l'implication et la présence dans de nombreux types de tumeurs. Au moins jusque 1978, des milliers de personnes ont continué à recevoir ces vaccins polio contaminés dans le monde or il faut hélas savoir que le virus cancérigène SV40 peut parfaitement se transmettre par voie sexuelle et aussi de la mère (vaccinée) à l'enfant (non vacciné). Déjà, à cet égard, ce sinistre passé devrait enjoindre les officiels pakistanais (et mondiaux) à plus d'humilité et de discernement avant de jeter des parents en prison, surtout quand ces même officiels ne font absolument pas leur travail en veillant à la base, c'est-à-dire la lutte contre la pauvreté, contre la malnutrition, le manque d'infrastructures en eau potable, en retraitement des eaux usées, etc. 
 
Les propos des mass médias dépeignent ces gens comme craignant que le vaccin ne stérilise leurs enfants comme s'il s'agissait d'une crainte grotesque, de l'ordre du complot. Pourtant, là encore, un peu plus de retenue serait d'autant plus salutaire que les évêques kenyans viennent de publier un rapport d'analyse du contenu des vaccins antitétaniques financés par l'OMS et l'UNICEF et sélectivement réservés aux femmes de 14 à 49 ans de ce pays et il s'avère, sur base d'analyses de laboratoire rigoureuses, que 30% des fioles contiennent de l'hormone bêta HCG, une hormone qui a un effet stérilisant quand on l'injecte.
 
Jeter des parents en prison parce qu'ils ne conçoivent pas la vaccination orale contre la polio comme opportune ou sûre pour leur progéniture est donc un pur scandale, et ce d'autant plus que les officiels eux-mêmes ont déjà publiquement dit que ce vaccin devait être remplacé par un autre, soi-disant plus sûr et qu'on peut lire sur internet que la recherche sur un vaccin polio synthétique est en cours. Bien sûr, ce nouveau vaccin présentera aussi son lot de risques, mais ceci indique bien la fragilité scientifique et éthique patente qu'il y a à villipender ces parents vigilants au nom d'un vaccin qu'on juge pourtant suffisamment imparfait pour en fabriquer un nouveau. Ajoutons à cela la fausse urgence de revacciner des millions d'enfants dans des contextes où ces grandes campagnes se sont souvent plusieurs années de suite, avec des enfants qui reçoivent ainsi fréquemment 4,5,6,7 doses ou plus de vaccins en peu d'années, tout simplement parce que l'OMS et l'UNICEF estiment trop incommode de distinguer ceux qui l'auraient déjà reçu des autres. Là encore, l'inefficacité et la dangerosité ne sont pas assumées par les conseilleurs-forceurs mais par les vrais payeurs, à savoir les citoyens!
 
Passons ensuite à un autre sujet d'actualité en matière de vaccins, qui montre bien là aussi l'idéologie dégoûlinante du vaccin à tout prix: la poursuite d'essais cliniques du vaccin Ebola que les populations africaines recevront à dose accrue alors que l'épidémie s'est améliorée d'elle-même, sans vaccination. Exactement comme les pays occidentaux avaient déversé sur l'Afrique les inutiles vaccins H1N1 que les gouvernements avaient achetés inutilement à la pelle. Malgré l'arrêt temporaire des essais du vaccin menés en Suisse sur seulement 120 personnes, ceux-ci ont repris et les officiels ont fini par conclure sans doute sans même plus se rendre compte de leurs énormités que "le vaccin est sûr mais présente des effets secondaires intenses"! Aveuglement, quand tu les tiens....
 
Songeons à ces centaines de millions de gens qui n'ont toujours pas à manger et à boire et demandons-nous vraiment si nous croyons sérieusement que nous allons leur éviter des maladies et contribuer à la sécurité sanitaire du monde en gavant ces personnes affaiblies de vaccins chimiques alors que les bases mêmes du fonctionnement normal du système immunitaire ne sont pas présentes! Au lieu de faire des dons utiles et de contribuer véritablement au développement humanitaire (au sens noble du terme et non dans un sens hypocrite et opportuniste pour exporter les poisons de grandes entreprises occidentales...), l'Union Européenne continue sa gabegie d'argent public en faveur des vaccins: parmi les 1,2 milliard débloqués pour lutter contre Ebola, des sommes de plus de 200 000 millions d'euros sont englouties dans le dogme du vaccin. A côté de ces dépenses insensées, l'Union européenne prévoit encore de donner 200 millions d'euros supplémentaires au GAVI pour vacciner dans les pays pauvres, comme si les populations n'en n'avaient déjà pas assez, sans parler des taux de paupérisation qui ne cessent de s'accroître, y compris en Europe où l'austérité ne touche donc décidément jamais le dogme des vaccins! Mais comme la presse ne cesse de désinformer au sujet des vaccins, elle ose encore titrer dans un pays comme le Congo que "L'accès à la vaccination dans les pays pauvres reste difficile" alors que le GAVI inonde les enfants pauvres de vaccins et qu'il dit vouloir atteindre "chaque enfant" finalement jusqu'au dernier, ce qui s'apparente en réalité beaucoup plus à une chasse à l'homme qu' à une oeuvre éthique ou philanthropique
 
Dans nos pays occidentaux aussi bien sûr les médias désinforment constamment au sujet des vaccins. On pourrait citer le cas récent du Télémoustique ici en Belgique qui tentait sans doute de lutter contre la chute de son lectorat il y a quelques semaines en indiquant de façon racoleuse en première page "Les antivaccins sont une menace" ... dans le numéro, un article de grand art dans le genre du "journalisme bling bling" qu'on doit à Anne-Cécile Huwart et qui pourrait faire sourire des enfants de primaire tant on peine à reconnaître le moindre professionnalisme dans ce pseudo article. Petit extrait savoureux: "Laurence a elle aussi choisi d’épargner à sa fille quelques piqûres lorsqu’elle était bébé. Elle l’a un peu regretté par la suite. "Je ne l’ai pas fait vacciner contre la rougeole, la rubéole, le tétanos et le papillomavirus, commente cette Bruxelloise. À l’âge de 12 ans, elle a eu la rougeole et elle a dégusté pendant 15 jours. Elle a perdu 4 kg. J’avoue que j’ai bien flippé… J’avais un ami qui travaillait dans le secteur pharmaceutique et qui était pourtant antivaccin. Son fils a eu la rougeole en même temps que ma fille et les complications pour lui auraient pu être plus graves encore."  La fille de cette Laurence n'a donc eu aucune complication grave en échange d'une immunité à vie mais la mère "aurait un peu regretté par la suite" ? Qui est cette femme dont le peu d'authentification donne à penser que ce texte peu cohérent aurait très bien pu être inventé par n'importe qui. La suite en dit en tout cas long sur l'intelligence de la journaliste puisque le témoignage déjà pour le moins flou en vient à parler "d'un ami" (c'est donc dire comme le récit d'Anne-Cécile Huwart n'est pas de première main!) qui travaille dans le secteur pharmaceutique et n'a lui non plus pas fait vacciner (tiens donc, pourquoi, l'article ne le dit pas?) dont le texte dit que son fils a aussi fait la rougeole et que "pour lui les complications auraient pu être plus graves". Comme c'est malin et subtil, cela équivaut à dire ou écrire que si vous avez acheté un billet de loto et que vous perdez, eh bien, vous auriez pu gagner! Si vous traversez la rue et que vous ne vous faites pas écrasé, ça n'est pas très vendeur journalistiquement parlant, ça manque un peu de sensationnalisme alors mieux vaut rajouter que vous auriez quand même pu vous faire écraser ou que si vous n'étiez pas né, vous ne vous seriez pas fait écrasé non plus. Pfff... ça vole bas Télémoustique avec Anne-Cécile Huwart qui n'a sans doute jamais dû bien se rendre compte qu'avant le vaccin, il y avait des milliers de cas de rougeole annuellement en Belgique sans qu'aucun expert de santé publique n'ait osé à l'époque crier à l'urgence ou au drame. 
 
Mais il faut dire qu'Anne-Cécile Huwart n'est pas la seule personne à être instrumentalisée par une propagande basée sur la peur, à l'instar de ce qui se fait aux USA: là encore, avant la vaccination, des dizaines de milliers de cas annuels de rougeole naturelle qui donnaient lieu à une immunité à vie et à un très faible taux de complications. Mais voilà, vu la perte de terrain énorme des propagandistes des vaccins, ils alarment la population pour un oui ou pour un non, en n'hésitant pas à crier à l'urgence de santé publique pour seulement... 200 cas répartis sur 14 états américains! La politicienne poussiéreuse Hillary Clinton, plutôt habile en mensonges il faut bien le dire, au point que certains la qualifient dans son pays de menteuse pathologique, a même cru bon d'y aller d'une formule de son cru qui est plutôt de nature à la ridiculiser, à savoir "La terre est ronde, le ciel est bleu et les vaccins fonctionnent", n'étant bien entendu pas à la hauteur d'aborder le très glissant sujet des vaccins en tant que produits non scientifiques et dès lors, extrêmement risqués. Prenons un exemple qui montrera l'intelligence des propos de Mme Clinton: si vous devez ouvrir une porte qui est bloquée et que vous tirez sur elle au bazooka, vous pourrez aussi dire après avoir tiré un coup qu'"ouvrir une porte grâce au bazooka fonctionne". Peut-on en déduire par là qu'ouvrir une porte au bazooka est le meilleur moyen d'ouvrir une porte?" Non bien sûr, et il y va de même avec la santé et l'immunité des enfants, de plus en plus court-circuitée par divers vaccins et aussi de plus en plus malades avec un enfant sur cinq qui connaît dans ce pays des troubles du développement neurologique, sans parler qu'un enfant américain sur deux souffre de maladies chroniques!
 
Remarquez bien comme il est toujours question de peur et d'entretenir la peur dans le chef des officiels au détriment des libertés et du droit à l'information! Quand ce n'était pas avec le bébé allemand décédé de la rougeole (alors qu'il avait été vacciné), c'était avec des nouvelles comme ces échappements de bactéries et de virus mortels à répétition parmi divers labos de soi-disant haute sécurité, comme s'il s'agissait d'habituer constamment la population à la banalisation de ces scénarios pandémiques depuis quelques années (et le fiasco du H1N1 que les officiels tentent ainsi toujours de faire oublier).

Encore récemment, voici ce qu'on pouvait lire sur RTL:




NB: Remarquez bien la mention "sans vaccin" consistant à faire croire que les vaccins seraient un salut, quelque chose d'inspensable qui aurait de quoi être plus rassurant. Ce type de stratégie de communication s'apparente au marketing social et économique. C'est ainsi qu'on formate les opinions publiques dans un sens ou un autre...



Et pendant qu'on sème la peur ou le sensationnalisme de cette affligeante façon, on occulte aux citoyens les atteintes dramatiques aux libertés les plus fondamentales comme la liberté d'expression, comme cela s'est vu avec le refus du VISA de l'Américaine Dr Tempenny par les autorités australiennes lui interdisant ainsi d'oser venir donner des conférences sur les vaccins dans ce pays! Cela en dit donc très long sur l'absence de science qui sous-tend les vaccins si les autorités de ce pays en sont arrivées là...il faut dire que dans ce pays, la lutte fait rage... les autorités ont forcé l'AVN (Australian Vaccination Network) a changer de nom pour se faire appeler "Australian vaccination skeptics network", voulu conditionner l'octroi des allocations familiales à l'administration de tous les vaccins aux enfants etc.
 
Ce déni de la liberté d'expression au détriment de la santé publique s'inscrit dans un contexte de plus en plus liberticide où il s'agit purement et simplement d'évacuer les opinions dérangeantes, fussent-elles argumentées, au lieu d'oser leur opposer d'éventuels arguments (si du moins il y en a). La dernière édition (5) du DSM, cette sorte de compendium officiel des maladies psychiatriques répertoriées, est ainsi l'objet de vives critiques en raison de l'inclusion de fausses maladies mentales comme l'anticonformisme et le franc-parler, une information en effet particulièrement alarmante que vous êtes des dizaines de milliers d'internautes à être venu lire à juste titre sur notre site internet. A côté de cela et de façon tout à fait convergente (hélas), on lit que Google va aider (encore plus que jusqu'à présent) les officiels à ce que les gens ne tombent plus sur les informations dérangeantes de divers sites internet (qui en général sont d'autant plus dérangeantes qu'elles apportent des preuves) mais uniquement sur la vraie fausse vérité des officiels et leurs sites bourrés de langue de bois et d'arguments d'autorité gratuits et non scientifiques dont la prétendue vérité tiendrait simplement au fait que plusieurs instances officielles (style OMS, Ministères etc) se les partagent. 
 
La liberté d'expression en matière sanitaire pourrait sauver bien plus de vies et de santés que ne l'ont jamais fait les vaccins tant il est vrai que la désinformation en matière médicale est énorme, le nombre de décès et d'hospitalisations sans parler des effets secondaires de médicaments et du nombre de solutions naturelles alternatives moins dangereuses existantes. Pour ne citer qu'un exemple mais très actuel, celui du chikungunya, on est en train de développer un (inutile) vaccin alors que le chlorure de magnésium est efficace contre cette maladie, plus simple, déjà disponible et surtout incomparativement plus sûr que le moindre vaccin. La conseillère municipale de Nice, Marie-France Billi en a déjà fait parvenir avec succès dans les régions touchées mais pour les pharmas, cela n'est pas vraiment payant.
 
Finalement, comme le relevait déjà il y a plusieurs années Sherry Tempenny (et bien d'autres également), les humains se révèlent beaucoup moins bien traités que les animaux de compagnie en matière de vaccination. Là où les vétérinaires ne vont jamais prendre le risque de vacciner des animaux malades ou des femelles gestantes, les pédiatres et autres experts vaccinologues ne sont pas gênés pour vacciner sans précaution ni adaptation les nouveaux-nés prématurés, les malades chroniques avec des affections auto-immunes actives, les femmes enceintes, les vieillards... Ce décalage est si évident et à la fois si alarmant qu'il finira tôt ou tard par exploser à la figure même des plus crédules... il nous semble illusoire d'attendre que les législations s'adaptent à une telle prise de conscience car cela se fera tout seul. Aussi, ne nous faisons pas trop d'illusions sur la QPC (question prioritaire de constitutionnalité) posée il y a quelques semaines en France au Conseil constitutionnel au sujet de l'obligation vaccinale DTP (diphtérie-tétanos-polio) et voyons par exemple ce qui s'est récemment produit à cet égard dans un pays comme la République Tchèque où les juges constitutionnels ont avalisé le caractère obligatoire des vaccinations infantiles
 
Le sujet des vaccins est un sujet tabou et le changement ne pourra venir que des populations qui comprennent fort heureusement de plus en plus qu'elles ont été dupées et ne pourront qu'approfondir davantage leurs réflexions et leurs recherches sur ce sujet qui peut conditionner toute la vie future des jeunes enfants! En témoignent notamment les résultats d'une récente étude publiée dans Pediatrics indiquant que 93% des pédiatres rencontrent des parents leur demandant de reporter la date des vaccins
 
Comme le disait le biologiste Jean Rostand "l'obligation de subir nous donne le droit de savoir" or avec les vaccins, il y a une obligation de subir et aucun droit de savoir. Une telle situation est donc littéralement intenable. Et si nous nous interrogeons sur les raisons profondes de cette "obligation de subir", il faut en arriver à l'évidence que c'est simplement... parce que tel ou tel vaccin existe et a été fabriqué! En effet, la seule existence des vaccins justifie et impose selon des instances comme l'OMS (et ses fidèles suiveurs, Ministères de la Santé etc) d'être absolument utilisés et étendus au plus grand nombre de personnes possibles après leur mise sur le marché. Lisez-le vous-mêmes dans les projets de vaccination mondiale de l'OMS, cela ressort clairement! Comment s'étonner alors des manoeuvres (en Belgique, en France etc.) pour supprimer des vaccins moins combinés et ainsi forcer la main aux parents en faveur des vaccins les plus combinés et les plus lucratifs pour les firmes? En Belgique, on ne trouve plus de vaccin pentavalent pour favoriser le vaccin Infanrix hexa, un des plus dangereux. En France maintenant, c'est la même stratégie: après avoir supprimé l'ancien DTP sans aluminium au profit du vaccin Revaxis (qui n'a pas d'autorisation de mise sur le marché pour les enfants de moins de 6 ans) et du vaccin tétravalent, voici qu'ils ont aussi supprimé le vaccin pentavalent pour pousser, comme ils l'ont fait en Belgique, à l'hexavalent (avec l'hépatite B). Les parents n'en veulent plus? Qu'importe, les officiels se sont mis dans la tête qu'ils trouveraient encore des astuces pour leur faire faire ce qu'ils veulent!
 
C'est tout à fait dans cet esprit que s'inscrit également l'affigeante ministre française de la Santé Marisol Touraine qui après avoir nié totalement le scandale des vaccins HPV (Gardasil etc.) ainsi que les risques de l'aluminium vaccinal, affirme qu'il y a eu trop peu de gens vaccinés contre la grippe à son goût (43%), qu' "elle ne peut s'y résoudre" et que tous les professionnels de santé devraient être vaccinés contre la grippe; Touraine osant même encore ajouter, alors que toute son attitude la trahit, qu'elle veut "une réflexion collective, à froid, calmement, sur la manière de faire face à ces défis de la vaccination". Sa fermeture au sujet des vaccins montre qu'elle veut uniqueent bien d'une réflexion à la sauce soviétique, c'est-à-dire une réflexion à sens unique dont le but est uniquement d'appliquer ses positions par tous les moyens. Manuel Valls vient d'ailleurs de nommer la parlementaire Sandrine Hurel pour établir un rapport et des idées à souffler à l'oreille de Marisol Touraine en vue, non pas d'améliorer la sécurité des vaccins ou de débattre avec le grand public de l'aberration de leur imposer des produits expérimentaux aux conséquences lourdes mais bien d'augmenter le taux d'adhésion de la population aux divers vaccins nombreux et variés. 


Source: http://www.initiativecitoyenne.be/2015/03/quelques-reflexions-eparses-sur-l…
Following members like this message:
Marine (10/03/15)


Back to top
Joseck
Modérateurs

Offline

Joined: 22 Apr 2014
Posts: 924
Localisation: Sospel
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
Point(s): 350
10: 1.72

PostPosted: Sun 15 Mar 2015 - 10:42    Post subject: Les vaccins Reply with quote

25 faits sur l’industrie pharmaceutique, les vaccins et les « antivaccins »


1- La Chine a des épidémies de rougeole, mais 99 % des Chinois sont vaccinés


2- Une étude démontre que la vaccination obligatoire contre la varicelle fait augmenter les taux de maladie



3- Lors d’une épidémie de rougeole en 2012 au Québec (Canada), plus de la moitié des cas étaient des adolescents vaccinés



4- En 1987, une épidémie de rougeole a été documentée chez un groupe d’enfants totalement immunisés



5- Les données des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) démontrent des liens entre les vaccins et le syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN)


6- Le Japon a interdit le vaccin RRO en 1993 « après que 1,8 million d’enfants aient reçu deux types de vaccin RRO et qu’un nombre record ait développé une méningite non virale et d’autres effets indésirables »



7- Une étude a conclu que les pays exigeant que la population reçoive davantage de doses de vaccin ont tendance à avoir des taux de mortalité infantile plus élevés



8- Les États-Unis disposent d’une cour spéciale (programme d’indemnisation) pour les vaccins apparemment conçue pour exonérer les fabricants de toute responsabilité



9- En plus d’avoir admis qu’il avait commis une fraude en exonérant le vaccin RRO dans une étude du Centers for Disease Control (CDC) en 2004, le Dr William Thompson, un scientifique du CDC, affirme qu’il existe un lien entre le mercure (thimérosal) dans les vaccins et l’autisme.



10 – En 2002, William Thompson était déjà au courant des résultats d’une étude reliant le vaccin RRO à une très forte augmentation du risque de développer l’autisme chez les enfants afro-américains. Voir l’étude qu’a publiée Brian Hooker ici, ainsi qu’une analyse complète des données du CDC révélant un risque accru d’autisme de 340 % chez les enfants afro-américains suivant l’administration du vaccin RRO. (Mike Adams, Autism Links to Vaccines: Whistleblower Reveals Evidence of Criminal Coverup by the Centers for Disease Control (CDC), Natural News 26 août 2014)



11- Tom Verstraeten, un épidémiologiste du CDC, a analysé une gigantesque base de données de l’agence contenant les dossiers médicaux de 100 000 enfants. Selon lui, un agent de conservation à base de mercure dans les vaccins – le thimérosal – semblait être responsable d’une augmentation spectaculaire de l’autisme et d’une foule d’autres troubles neurologiques chez les enfants. (Robert F. Kennedy Jr, Vaccinations: Deadly Immunity. Government Cover-up of a Mercury / Autism Scandal, Rollingstone.com, le 20 juillet 2005)


12- Au lieu de prendre des mesures immédiates pour alerter le public et se débarrasser de l’approvisionnement en vaccins contenant du thimérosal, les fonctionnaires et les dirigeants ont [discuté] de la façon de camoufler les données compromettantes.
 


13- Le leader de la majorité au Sénat Bill Frist, qui a reçu $ 873000 en contributions de l’industrie pharmaceutique, s’affaire à exonérer les fabricants de vaccins de toute responsabilité dans 4200 poursuites déposées par des parents d’enfants victimes de la vaccination. (Ibid.)


14- Les vaccins contre la grippe saisonnière contiennent toujours du thimérosal.


15- Le Dr Scott Reuben ancien porte-parole de Pfizer a publié des dizaines de fausses études dans des revues médicales



16- Le pédiatre Paul Thomas s’est récemment opposé à un projet de loi sur la vaccination obligatoire en Oregon et a affirmé que la question des liens entre les vaccins et l’autisme n’est toujours pas réglée du point de vue scientifique.


17- Il existe au moins 97 études montrant des liens entre les vaccins et l’autisme.


18- Le CDC affirme qu’« il n’existe pas de preuve convaincante démontrant que les faibles doses de thimérosal dans les vaccins peuvent être dommageables », mais que les autorités sanitaires « ont convenu que l’utilisation du thimérosal dans les vaccins devrait être réduite ou éliminée par mesure de précaution ».


19- Les essais cliniques financés par l’industrie et publiés dans les revues médicales favorisent systématiquement les promoteurs



20- Près de la moitié des articles publiés dans des revues scientifiques contiennent de fausses conclusions



21- La plupart des revues médicales reçoivent la moitié de leurs revenus ou plus de la publicité des compagnies pharmaceutiques et des commandes de réimpression, et des dizaines d’autres [journaux] appartiennent à des sociétés comme Wolters Kluwer, un éditeur de revues médicales fournissant également des services de marketing pour l’industrie pharmaceutique. - Helen Epstein, auteure de « Flu Warning: Beware the Drug Companies”(http://aaci-india.org/COI/Flu_web_final.pdf, ibid.)


22- Sur son propre site web, la Federal Drug Administration (FDA) admet que les médicaments dont elle certifie l’innocuité contribuent à plus de 100 000 décès par an. (Constitutional Attorney on US Federal Drug Administration (FDA) Corruption, Disinformation and Cover Up of Health Dangers, Activist Post, 8 février 2015)


23- La FDA approuve régulièrement des médicaments même si ses propres médecins examinateurs s’y objectent. (Ibid.)


24- La FDA n’effectue aucun examen médical indépendant.


25- En 2012, GlaxoSmithKline (GSK) a plaidé coupable et payé « 3 milliards de dollars pour régler des allégations de fraude et d’omission de données de sécurité »



Article complet: http://www.mondialisation.ca/25-faits-sur-lindustrie-pharmaceutique-les-vac…




Back to top
Joseck
Modérateurs

Offline

Joined: 22 Apr 2014
Posts: 924
Localisation: Sospel
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
Point(s): 350
10: 1.72

PostPosted: Fri 20 Mar 2015 - 15:27    Post subject: Les vaccins Reply with quote

Il est bien connu que le Tétanos est particulièrement CONTAGIEUX !!!! ouaarrfff !!!


Une justice totalement vendue :


Le Conseil constitutionnel a jugé vendredi que la vaccination obligatoire des enfants, imposée en France pour trois vaccins, était conforme "à l'exigence constitutionnelle de protection de la santé".

Les Sages ont notamment relevé "qu'en imposant ces obligations de vaccination, le législateur a entendu lutter contre trois maladies très graves et contagieuses ou in-susceptibles d'être éradiquées".

Ils soulignent que "le législateur" a pris la précaution de préciser "que chacune de ces obligations de vaccination ne s'impose que sous la réserve d'une contre-indication médicale reconnue".

En France, seul le DTP (diphtérie, tétanos et poliomyélite) est rendu obligatoire par le code de la santé publique et le fait de s'y soustraire est réprimé par le code pénal.


"Stalinisme vaccinal"

"Le fait, pour le père ou la mère, de se soustraire, sans motif légitime, à ses obligations légales au point de compromettre la santé, la sécurité, la moralité ou l'éducation de son enfant mineur est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende", rappelle le Conseil constitutionnel.

"J'espérais qu'on allait mettre fin à un siècle de stalinisme vaccinal mais ce n'est pas le cas. Notre combat continuera sous d'autres formes", a réagi auprès de l'AFP Me Ludot.

La réponse à la question soulevée par le couple Larère était particulièrement attendue, le mouvement des "anti-vaccin" ayant connu ces dernières années une progression en France, principalement grâce aux relais d'internet et des réseaux sociaux, au grand dam des autorités. (et bientôt il sera interdit de critiquer les vaccins ...)
Following members like this message:
aja777 (20/03/15), Marine (20/03/15)


Back to top
Joseck
Modérateurs

Offline

Joined: 22 Apr 2014
Posts: 924
Localisation: Sospel
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
Point(s): 350
10: 1.72

PostPosted: Wed 8 Apr 2015 - 18:28    Post subject: Les vaccins Reply with quote



Robert Kennedy Jr. dénonce les vaccins, leur lien avec l'autisme, et il avertit que les vaccins sont liés à un holocauste!



Robert Kennedy, Jr. s'est adressé à un auditoire au Théâtre Crest à Sacramento, mardi le 7 avril 2015, pour promouvoir le film, «Trace Amounts» qui remet en question la sécurité et l'efficacité des vaccins pour les enfants. C'est ce mercredi qu'a lieu le premier vote sur un projet de loi éliminant l'exemption des vaccins pour des croyances personnelles.

Kennedy dit qu'il n'a aucune confiance aux responsables de la santé publique, que les fabricants de vaccins peuvent mettre ce qu'ils veulent dans les vaccins sans qu'ils ne soient jamais tenus responsables des dommages.

Lorsque Kennedy a demandé à la foule de quelques centaines de personnes combien de parents ont eu un enfant incommodé par les vaccins, de nombreuses mains se sont levées. Beaucoup de parents croient que la santé de leurs enfants a été endommagée par les vaccins.

Monsieur Kennedy multiplie ses apparitions publiques pour sensibiliser les parents aux dangers des vaccins.




Sources:
http://www.sacbee.com/news/politics-government/capitol-alert/article1781444…
http://fox13now.com/2015/04/06/robert-f-kennedy-jr-talks-about-link-between…


Following members like this message:
Marine (08/04/15)


Back to top
Renata


Offline

Joined: 22 Jun 2014
Posts: 393
Féminin
Point(s): 40
10: 0.00

PostPosted: Sat 11 Apr 2015 - 10:07    Post subject: Les vaccins Reply with quote

Le petit Bently décède 5 jours après avoir reçu 11 vaccins

« Je m’appelle Alisa Neathery. Mon merveilleux petit garçon Betly Stratton est mort 5 jours seulement après avoir reçu 11 vaccins au cours d’une seule visite médicale. Sept jours plus tard, il allait avoir 6 mois.
Il a été vacciné pour la première fois le 5 avril 2012, et est décédé le 10 avril 2012. En pensant bien faire, nous avions décidé de reporter ses vaccinations jusqu’à ses 6 mois, parce que nous avions appris que les taux de mort subite du nourrisson étaient censés être moins élevés à cet âge.Apparemment, nous nous sommes fameusement trompés.Le décès de Bently a été classé dans les cas du « Syndrome de mort subite, inexpliquée et inattendue du nourrisson ». Ce n’est pas la même chose que le Syndrome de la mort subite du nourrisson. Le médecin légiste a déclaré qu’il était « bizarre » qu’il ne parvenait pas à trouver la cause du décès de mon petit garçon.Personnellement, je crois qu’il s’agit d’une manière de camoufler le fait que ce sont les vaccins qui l’ont tué. Rien n’a été signalé aux instances appropriées parce qu’ils n’ont pas estimé que les vaccins étaient la seule cause du décès. Mais il est un fait que mon petit garçon était en parfaite santé avant les vaccinations.Je ne peux pas croire non plus qu’il s’agit d’une coïncidence que mon petit meure 5 jours après avoir été vacciné. Je sais que ce sont les vaccins qui l’ont tué. »« La différence entre le décès de Bently et un décès dû à de l’alcool au volant, c’est que dans le cas des vaccins – celui qui par négligence commet un homicide, est souvent celui qui signe le certificat de décès. » Clark Baker, officier à la retraite.

On dit aux parents que « les effets indésirables des vaccins sont rares »

Bentley avait presque 6 mois quand il est décédé après avoir reçu 11 vaccins. Les médecins ont dit que son décès n’avait rien à voir avec les vaccins. Auraient-ils pu prétendre la même chose si Bentley avait avalé 11 médicaments différents ?

L’histoire d’Alisa et de son petit garçon Bently est une terrible tragédie.

Bien qu’il semble évident que le nombre astronomique de vaccins qui lui furent administrés en une seule séance ait été la cause de sa mort subite, le médecin de Bently a refusé d’y voir une relation. Mais une maman sait et peut se servir de son bon sens pour se demander « Qu’est-ce qui a été différent dans les derniers jours de la vie de mon enfant et qui n’arrive normalement pas dans la vie d’un enfant ? »

Si vous avez déjà interrogé votre médecin sur la fréquence des effets indésirables des vaccins, il y a des chances qu’il vous ait dit : « oh, ces effets sont très rares, en fait, ils se produisent probablement dans un cas sur un million de vaccinations. »

Le problème avec ce type de réponse est qu’elle ne semble pas refléter l’exacte vérité. Il y a trop de parents qui rapportent des dommages vaccinaux – VAERS et Medalerts – deux bases de données en ligne que le public peut consulter en sont remplies.

En outre, la plupart des médecins ne sont pas capables d’expliquer aux gens combien d’effets secondaires peuvent se produire. Il est aussi rare qu’un médecin ou une infirmière montre la notice du vaccin aux parents, malgré le fait que la liste des réactions possibles soit assez longue. On en parlera plus loin dans cet article.

Quand des dommages vaccinaux se produisent chez un enfant, les médecins admettent très rarement que le vaccin en est la cause. En fait, ils nient souvent catégoriquement, même si l’enfant fait ses toutes premières convulsions la nuit même qui suit le vaccin.

Si un patient ne présente pas de réaction dans les délais standard de 15 minutes qui suivent l’injection, (dans le cas de Bently, le médecin n’a même pas attendu du tout), il semble que les médecins renoncent à toute responsabilité, comme si tout ce qui peut arriver après ce délai n’est « certainement » pas à mettre en relation avec les vaccinations.

Je frémis en pensant à tous les produits chimiques, les virus vivants, les virus tués, l’ADN animal, les métaux lourds et autres produits chimiques qui furent injectés ce jour-là dans le petit corps de Bently. La quantité d’aluminium (une neurotoxine prouvée) que Bently a reçu ce 5 avril 2012 a dû être astronomique.

Maintenant que la plupart du thiomersal (mercure) a été éliminé de la majorité des vaccins pour enfants, les vaccins n’en contiennent pas moins des niveaux inquiétants d’aluminium.

Christina England a rédigé un article sur les différents taux d’aluminium que l’on retrouve dans de nombreux vaccins destinés à des nourrissons. Son article s’intitule : Cette étude révèle que quand ils sont vaccinés, les enfants reçoivent des taux toxiques d’aluminium pouvant provoquer des dommages neurologiques, ainsi que l’autisme.

DTCa (diphtérie, tétanos, coqueluche) : 170-625 mcg, suivant le fabricant

Hépatite A : 250 mcg

Hépatite B : 250 mcg

Hib (contre la méningite ; marque PedvaxHIB) :225 mcg

HPV : 225 mcg

Pediarix ( DTCa- Hépatite B – polio en combinaison) 850 mcg

Pentacel ( DTCa – Hib- Polio en combinaison : 330 mcg

Pneumocoque : 125 mcg

Aidons Alisa à porter l’affaire devant les tribunaux

A partir de cette liste, il semble clair que Bently a dû recevoir une dose d’aluminium proche de 2000 mcg en un seul jour (peut-être même beaucoup plus en fonction des différents fabricants. Tout ceci sans même mentionner les autres ingrédients de ces vaccins. Alisa pense aussi que ce qui est arrivé à Bently est criminel. Elle a lancé une campagne pour l’aider à financer une plainte en justice par rapport à ce qui est arrivé à son petit garçon.

Lorsque des bébés meurent « mystérieusement », il semble que les autopsies ne comprennent pas les tests ayant trait aux ingrédients que l’on retrouve dans les vaccins. N’est-ce pas un crime ? S’il arrivait qu’un enfant avale d’autres médicaments, le médecin légiste ne serait-il pas contraint d’effectuer des tests par rapport à ces médicaments ? Pourquoi n’est-ce pas une obligation légale d’effectuer des tests sur les ingrédients des vaccins ? Les vaccins font aussi l’objet d’ordonnance comme les autres médicaments !

Comment le corps d’un enfant métabolise-t-il ces ingrédients ? – Demandez à votre pédiatre de citer 3 ou 4 ingrédients qui se trouvent dans les vaccins. Si votre pédiatre déclare : « Mais les quantités sont si minimes », demandez lui alors : « quelle quantité de venin d’abeille faut-il pour produire l’anaphylaxie ? »

Une histoire horrible nous est parvenue de Californie concernant un bébé qui avait été récemment vacciné. Vactruth a expliqué :

Des parents de Californie sont désemparés après avoir perdu leur petit garçon après qu’il ait été vacciné. Il est mort dans son sommeil et a été transporté à l’hôpital déjà décédé. Le personnel hospitalier a déclaré qu’il s’agissait du Syndrome de la mort subite du nourrisson. Les parents ont demandé qu’une autopsie soit effectuée. Sur leur enfant.

Source : The Liberty Beacon

Suite de la traduction en français sur Initiative Citoyenne.be
Following members like this message:
Joseck (11/04/15), Marine (11/04/15)


Back to top
Joseck
Modérateurs

Offline

Joined: 22 Apr 2014
Posts: 924
Localisation: Sospel
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
Point(s): 350
10: 1.72

PostPosted: Thu 23 Apr 2015 - 13:25    Post subject: Les vaccins Reply with quote

Des centaines d'enfants dont le cerveau a été endommagé par le vaccin contre la grippe porcine vont recevoir 90 millions de dollars de compensation financière du gouvernement du Royaume-Uni
* Si un gouvernement accepte de donner des compensations financières pour des dommages vaccinaux, c'est parce que les preuves médicales sont solides et parce qu'il veut étouffer au plus vite tout débat sur la responsabilité criminelle des autorités de santé publique qui savent pertinemment les dangers et méfaits des vaccins.

Le vaccin contre la grippe porcine a causé de graves lésions cérébrales pour plus de 800 enfants à travers l'Europe et le gouvernement britannique a accepté de payer 90 millions de dollars en compensation aux victimes dans le cadre d'un règlement.


Article complet en anglais: http://www.naturalnews.com/049423_swine_flu_vaccine_brain_damage_financial_…
Following members like this message:
Marine (23/04/15)


Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 07:55    Post subject: Les vaccins

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    On nous cache tout " LE FORUM " Forum Index ->
Les forums
-> Santé, bien-être et alimentation
All times are GMT + 2 Hours
Goto page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Page 5 of 7

 
Jump to:  

Portal | Index | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group