On Nous Cache Tout " LE FORUM " Forum Index

On Nous Cache Tout " LE FORUM "
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Baisse de la natalité en Europe

 
Post new topic   Reply to topic    On Nous Cache Tout " LE FORUM " Forum Index ->
Les forums
-> L'Europe
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Marine
Administrateur

Offline

Joined: 11 Mar 2014
Posts: 5,291
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471
10: 1.82

PostPosted: Mon 1 Apr 2019 - 07:46    Post subject: Baisse de la natalité en Europe Reply with quote

Dans ce monde incertain, on comprend que les couples hésitent à  procréer...
Comme il est dit dans l'article, non non et non je ne pense pas que l'Europe soit  "désireuse de renforcer le modèle social commun et le bien-être des familles. " Elle le détruit au contraire .



                                              -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Cela fait bien longtemps que plus aucun État membre ne respecte cet objectif de 2,1 enfants par femme, pourtant essentiel au renouvellement des générations et à la solidité du futur européen.

Quote:
La dénatalité entraîne une érosion du pilier de la population active










L’Europe occidentale a été confrontée à une baisse systématique de son taux de fécondité sous 2,1 entre la fin des années 60 et le début des années 80 (1969 en Suède et 1981 en Espagne). En Europe orientale, cette diminution de la fécondité s’est manifestée un peu plus tard, à savoir après le démantèlement du bloc soviétique. Aujourd’hui, la valeur moyenne de l’Union est de 1,6.
Un taux de fécondité aussi bas entraîne une réduction progressive de la génération des enfants par rapport à celle de leurs parents. La principale conséquence de ce phénomène n’est pas tant la diminution de la population qu’une altération de la structure démographique, avec un poids prépondérant des personnes âgées par rapport aux jeunes.
Dans un pays où le taux de fécondité se maintient proche du seuil de renouvellement des générations, la hausse de la longévité permet à la population de gagner progressivement en années de vie à un âge avancé sans que vienne à manquer la force de soutien que représente la population active. Si, en revanche, le taux de fécondité se maintient sensiblement sous le seuil de 2,1, le coût de la hausse de la longévité (en termes de sécurité sociale et de santé publique) devient de plus en plus difficile à supporter, la dénatalité entraînant une érosion du pilier de la population active, ce qui fragilise la capacité du pays à produire richesse et bien-être.
Le déséquilibre démographique résultant d’un tel processus peut être mesuré au moyen du taux de dépendance des personnes âgées (rapport entre le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus et le nombre de personnes en âge de travailler). Il est particulièrement élevé en Europe et devrait continuer à augmenter. Selon les prévisions d’Eurostat (immigration comprise), il devrait passer de 30% actuellement à plus de 50% d’ici à la moitié du siècle.
On peut considérer ce taux comme l’équivalent démographique de la dette publique: son augmentation renforce l’instabilité d’un pays et se répercute sur les générations futures. En outre, si le déficit (écart annuel entre les dépenses et les recettes d’un pays) alimente la dette publique, l’écart entre le nombre moyen d’enfants par femme et le seuil de renouvellement des générations provoque une hausse du taux de dépendance des personnes âgées. Cependant, il n’existe aucun pacte de stabilité obligeant les États membres à contenir cet écart.
Si on définit le «déficit démographique» comme l’écart entre le taux de fécondité d’un pays et le seuil d’équilibre de 2,1, on obtient un tableau très divisé: alors que certains pays manquent l’objectif de peu, d’autres rattrapent tout doucement leur retard tandis que d’autres conservent un écart important. Avec un déficit démographique tournant autour de 0,2, la France et la Suède font partie du premier groupe. L’Allemagne, en revanche, appartient au deuxième groupe. En seulement quelques années, elle a réussi à faire passer son déficit de plus de 0,7 à 0,5. Quant aux valeurs de l’Italie et de l’Espagne, qui présentent un écart de plus de 0,75 par rapport au seuil d’équilibre, elles demeurent parmi les pires d’Europe.
La mise en place d’un pacte européen obligeant les États membres à adopter des mesures visant à améliorer ce taux contribuerait à donner l’image d’une Union non seulement soucieuse de ses paramètres financiers, mais également désireuse de renforcer le modèle social commun et le bien-être des familles. Du reste, comme le montrent les politiques appliquées avec succès dans différents pays, la hausse du taux de natalité est également associée à l’amélioration de la condition des jeunes et de l’emploi des femmes.
Si rien n’est fait pour combler ce déficit, il sera à l’avenir de plus en plus difficile de maintenir l’équilibre des comptes publics. (TDG)
Créé: 09.12.2018, 23h11
https://www.tdg.ch/monde/europe/face-baisse-natalite/story/22082744


Back to top
Visit poster’s website
Publicité






PostPosted: Mon 1 Apr 2019 - 07:46    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    On Nous Cache Tout " LE FORUM " Forum Index ->
Les forums
-> L'Europe
All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Portal | Index | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group