OnNousCacheTout... Index du Forum

OnNousCacheTout...
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'effet Kirlian

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Inclassables de Sciences & Technologies
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 4 139
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mar 31 Juil 2018 - 08:51    Sujet du message: L'effet Kirlian Répondre en citant

GRAND LIVRE DE L'EFFET DU KIRLIAN À L'ÉLECTROPHYSIONIOUE 
 
 
Savez-vous que votre corps, si on le plonge dans un 
champ électromagnétique créé par un générateur d'électricité, 
est capable d'agir sur les rayonnements de ce champ et 
que ceux-ci seront différents selon que vous êtes malade ou 
en bonne santé, que vous êtes psychiquement équilibré ou, 
au contraire, déséquilibré, que vous êtes sous le coup d'une 
émotion ou, au contraire, parfaitement calme, que vous 
êtes amoureux ou indifférent? Hélas, les rayonnements du 
champ électromagnétique, ainsi créés, sont invisibles à 
l'oeil nu, parce qu'ils ne correspondent pas aux longueurs 
d'onde du spectre de la lumière visible. 

 
Il reste que, si l'on pouvait voir à l'oeil nu les rayonnements 
créés par un champ électromagnétique autour du 
corps humain, ceux-ci nous informeraient aussitôt sur 
notre état de santé, nous permettraient de porter nousmêmes 
un diagnostic et de savoir sur-le-champ si nous 
sommes victimes d'un simple stress ou d'un cancer, d'une 
déficience des glandes endocrines ou du système vasculaire, 
dont le sang irrigue nos organes - pourvu, bien sûr, 
que nous ayons appris à interpréter leurs formes et leurs 
couleurs. 

 
 
 
5  
Mieux encore, ils permettraient à l'amoureux de connaître 
très précisément les sentiments qu'il inspire à celle qu'il 
aime et ceci avec une certitude absolue car, si l'homme 
peut déguiser sa pensée par la parole, il ne maîtrise aucunement 
les rayonnements du champ électromagnétique 
qui révèlent ses vrais sentiments et le trahissent à son 
insu. 

 
Mais, puisqu'il s'agit d'un rayonnement invisible à l'oeil 
nu, rien ne vous oblige à croire ce que nous affirmons là. 
Pourtant nous allons immédiatement apporter les preuves 
de ce que nous avançons. Car, si le rayonnement dont nous 
parlons est invisible à l'oeil nu, il est cependant capable 
d'imprimer des pellicules photographiques et en voici toute 
une série que nous avons maintenant tout loisir d'examiner 
à l'oeil nu. 

 
Voici tout d'abord les photographies du rayonnement 
produit dans le champ électromagnétique autour des mains 
de deux personnes équilibrées psychiquement et en bonne 
santé (fig. 1). Ce qui frappe sur ces deux clichés, c'est la 
régularité de l'ampleur et de l'intensité du rayonnement 
produit tout autour de la main ainsi que sur la surface 
interne des doigts et de la paume. Le rayonnement de la surface 
interne est moins visible sur la photo de gauche pour 
la seule raison que la main est moins bien appliquée sur la 
plaque que sur celle de la photo de droite. 

 Autour du premier doigt apparaît une couronne de 
radiations, dont la densité est partout à peu près égale ; cela 
correspond à un état sain et équilibré. Autour du deuxième 
doigt, le rayonnement est très faible, les filaments à peine 
visibles sont très courts: cela signifie une carence de l'énergie 
vitale ou bioénergie du sujet, une tendance à l'état 
dépressif et une déficience des glandes endocrines. Autour 
du troisième doigt, la couronne du rayonnement est beau- 
6 
coup moins dense qu'autour du premier: cela signifie des 
déficiences localisées de l'énergie de type neuro-endocrinien. 
Autour du quatrième doigt, la couronne n'apparaît 
qu'à l'extrémité, elle est presque invisible ailleurs : cela 
signifie des contractions musculaires et une déficience du 
système vasculaire qui assure l'irrigation sanguine. 
Autour du cinquième doigt, la couronne très irrégulière 
indique des blocages, du stress ou de l'angoisse et un début 
de toxicité. La couronne du sixième doigt correspond à un 
individu tendu et souffrant de spasmes. Celle du septième 
doigt indique des blocages, de la tension nerveuse et un 
début d'inflammation. Autour du huitième doigt, la couronne 
est bien étendue mais sa densité est très inégale : elle 
indique une inflammation localisée. Autour du neuvième 
doigt, elle est très dense au-dessus d'un axe nord-ouest sudouest 
et très irrégulière au-dessous : on en conclut à une 
mauvaise élimination des toxines et par conséquent à un 
état toxique du sujet. La couronne du dixième doigt indique 
une inflammation caractérisée. Celle du onzième doigt correspond 
à une inflammation aiguë. La couronne du treizième 
doigt, à des blocages, à une mauvaise élimination, à 
un état toxique profond ainsi qu'à un début d'état de dégénérescence. 
Celle du quatorzième doigt indique un état 
dégénératif avancé et, enfin, celle du quinzième doigt un 
blocage complet du sujet. 
Naturellement, on a pris soin de vérifier, avec le 
concours de médecins, que ces divers bilans, établis au 
moyen de l'électrophotographie, coïncidaient bien avec les 
diagnostics médicaux. 
Cependant, on ne peut généraliser, car chacun a un 
rayonnement particulier, qui marque sa propre personnalité. 
C'est pourquoi un même type de rayonnement peut 
indiquer des anomalies différentes selon le sujet. 
 
 
Voyons maintenant ce que nous révèlent d'autres clichés 
quant à l'attirance affective, d'abord, sexuelle, ensuite, 
entre deux êtres. 
Le premier cliché (fig. 4) est celui de l'index et du majeur 
- électrophotographiés en même temps - de deux personnes 
indifférentes l'une à l'autre. On voit clairement que 
les deux doigts de gauche et les deux doigts de droite produisent 
des radiations normales et neutres, dont les filaments 
ne sont pas perturbés les uns par les autres. On distingue 
même qu'il se forme un couloir - un espace linéaire 
obscur, où le rayonnement ne passe pas et qui semble 
comme une zone de clivage entre les deux spectres de 
radiations - entre les deux doigts de droite et les deux 
doigts de gauche. Il n'y a ni attraction ni répulsion des 
radiations qui ne cherchent ni à se rejoindre ni à s'éviter. 
Il en va tout différemment sur le deuxième cliché (fig. 4) qui 
est celui de l'index et du majeur d'un homme (à gauche) et 
d'une femme (à droite) qui ne sont pas insensibles l'un à 
l'autre. 
 On voit clairement que les doigts de l'homme produisent 
une couronne de rayonnement très dense en direction 
des doigts de la femme et que le rayonnement autour de ces 
derniers s'en trouve fortement perturbé. !Jinterprétation du 
cliché est claire : l'homme est vivement excité par la femme 
qui est, quant à elle, psychiquement troublée -l'empreinte de 
ses doigts rosit. Le courant affectif passe entre les deux sujets. 
Le troisième cliché (fig. 5 en haut) représente toujours 
des doigts d'homme (à gauche) et de femme (à droite) mais 
il a été pris, cette fois, aussitôt après les préliminaires 
amoureux poussés qui précèdent l'acte sexuel. On voit clairement, 
sur la photo, que les doigts de l'homme produisent 
un rayonnement très dense et intense et que ce rayonnement 
tend à envelopper les doigts de la femme - dont l' empreinte 
vire au rouge. Quant à ceux-ci, ils produisent aussi 
un rayonnement intense, bien visible sur la partie posté-rieure mais comme étouffé au bout des doigts par la couronne 
de rayonnement des doigts de l'homme. L'ensemble 
indique, de part et d'autre, une intense émotion. Le quatrième 
cliché (fig. 5 en bas) montre les doigts d'un couple 
en union sexuelle complète. 

 
Le cinquième cliché (fig. 6 en haut) est celui du sexe d'un 
homme au repos. Le rayonnement produit est faible et de 
couleur bleue. Le sixième cliché (fig. 6 en haut) montre le 
même sexe d'homme en érection cette fois. Le rayonnement 
est nettement plus intense et dessine tout le contour 
du pénis. Mais c'est à l'extrémité, autour du gland, que le 
rayonnement est le plus intense et il a pris maintenant une 
couleur rose et rouge. L'ensemble indique une forte tension 
psychique. Dans la phase suivante (septième cliché, fig. 7), 
le même sexe en érection est maintenant enveloppé par un 
rayonnement de couleur rouge. 
La même expérience a été faite avec la partenaire féminine 
de cet homme. Les trois clichés qui ont été pris (fig. 8 
et 9) montrent clairement que les variations d'intensité et 
de couleur du rayonnement produit dans le champ électromagnétique 
suivent le même processus d'évolution que 
chez l'homme pour atteindre le paroxysme de l'excitation 
sur le dernier cliché, où la couleur des radiations vire au 
rouge intense, comme si les deux rayonnements se trouvaient 
sur la même longueur d'onde. 

 
Tous ces clichés ont été pris sans le secours d'aucun 
appareil photographique - les rayonnements du champ 
électromagnétique créé par l'interaction du courant électrique 
et des objets posés sur le film ont directement 
imprimé ce dernier. Et ils apportent la preuve indiscutable 
que les radiations du champ électromagnétique sont modifiées 
par le corps humain ou par une partie du corps 
humain et que les modifications du rayonnement varient 
selon l'état de santé, l'état psychique ou affectif et l'état 
d'excitation sexuelle du sujet. 

 
Tout se passe comme si le corps.humain, en modulant les 
rayonnements du champ électromagnétique, créé autour de 
lui, transférait, dans ce champ, une information touchant à 
son état de santé physique et psychique et aux relations 
émotionnelles et affectives qu'il entretient avec les objets et 
les sujets qui se trouvent à son voisinage, dans ce même 
champ, et comme si cette information s'y « imprimait » 
sous forme de vibrations des ondes électromagnétiques. 
À tel point que certains ont voulu voir dans le champ 
électromagnétique l'agent de transmission physique qui 
expliquerait les phénomènes inexplicables de la parapsychologie 
tels que la télépathie ou le transfert d'information 
à distance. Mais, jusqu'ici, il faut bien le dire, les scientifiques 
officiels ne se sont guère intéressés au phénomène 
que nous venons de décrire brièvement et aucune théorie 
cohérente n'en a été fournie. 

 
La raison de ce manque d'intérêt est simple : tout ce qui 
touche à l'électromagnétisme touche au magnétisme et le 
magnétisme, au nez de la science, sent le soufre. La science 
a horreur de ce qui lui échappe et elle rejette et nie systématiquement 
tous les phénomènes qu'elle est incapable 
d'expliquer. 

 
À telle enseigne que le Pr Rémy Chauvin, célèbre éthologiste 
français qui travaille sur le comportement des insectes 
sociaux mais qui s'est toujours intéressé aux phénomènes 
parapsychologiques, déclarait récemment, dans une interview 
au journal Ça m'intéresse : « Le champ magnétique 
est un agent physique comme un autre, mais la science 
française vit sur des préjugés effrayants. C'est simple, si 
un scientifique ne veut pas avoir d'ennuis, il lui faut 
absolument éviter de se pencher sur des questions de ce 
genre et, si possible, travailler dans des domaines qui ont 
déjà été explorés auparavant aux États-Unis. Dans ces 
conditions, il sera assuré de faire une belle carrière et 
d'être reconnu par ses pairs. Quant à moi, je me suis 
arrêté juste avant la zone rouge mais mon intérêt pour la 
parapsychologie m'a coûté l'Académie des Sciences. » 

 
Quant à l'astrophysicien Jean Audouze, conseiller scientifique 
de l'Élysée, il déclarait dans le même journal, sur un 
ton de scepticisme ouvert : « Le magnétisme et le vivant? 
Sans être un spécialiste, il me paraît assez élémentaire de 
dire que les cellules vivantes sont autant d'usines chimiques, 
où les interactions électromagnétiques règnent 
sans partage sur la matière. Qu'il y ait des effets du 
magnétisme sur le vivant ne m'étonnerait donc pas ...  

 
Il ya par exemple des expériences troublantes au cours desquelles 
on a montré que les cellules végétales sont sensibles 
non seulement à la lumière - qui est une onde électromagnétique 
- mais aussi à sa polarisation - son orientation 
dans l'espace-, ce qui peut paraître au premier 
abord surprenant. Mais si l'on réfléchit à la constitution 
de la matière vivante, cela paraît finalement naturel. 
Quant à dire quels effets le magnétisme peut exercer sur 
le vivant, c'est une autre affaire ... De façon générale, la 
science ne gagne rien à s'abâtardir, et les fausses sciences, 
des OVNI à la numérologie en passant par l'astrologie, lui 
font un tort considérable. » 
Pourtant, les expériences que nous venons de décrire ont 
un caractère évidemment scientifique. Elles sont reproductibles 
et les conclusions auxquelles elles aboutissent sont 
indiscutables. De surcroît, on en a conduit de semblables 
aux États-Unis. Il semble donc légitime de s'y intéresser et 
de tenter non seulement d'y trouver une explication rationnelle 
mais encore de voir si elles ne rendraient finalement 
pas compte de certains phénomènes inexpliqués. 
 
 
 
 
 
 
Chapitre II 
De la lumière 
aux bio-luminescences 
Les phénomènes que nous venons de montrer sont sans 
aucun doute fascinants mais ils n'ont, en définitive, rien 
d'extraordinaire ni de surnaturel, dans la mesure où c'est 
une évidence que les vibrations des ondes électromagnétiques, 
qui trament l'espace-temps tous azimuts, sont 
capable de véhiculer de l'information. Faut-il rappeler que 
les ondes hertziennes, de la radio et de la télévision, ne sont 
qu'une longueur d'onde particulière des ondes électromagnétiques 
et que l'on se sert tous les jours de leurs vibrations 
pour véhiculer, à la vitesse de la lumière, toute l'information 
sonore et visuelle que nous captons au moyen de 
notre radio et de notre télévision? 
Qu'est-ce donc que ces radiations que nous venons 
d'observer dans le champ électromagnétique créé autour 
du corps humain et qui éclairent avec tant de précision 
aussi bien notre état de santé que les relations affectives 
ou amoureuses que nous pouvons entretenir avec les 
autres? 

 
19 
LA NOUVELLE FRONTIÈRE DE L'INVISIBLE 
Tout corps incandescent, qu'il s'agisse du soleil- gigantesque 
réaction nucléaire en chaîne - qui nous éclaire, 
d'une bûche qui flambe, d'une lampe électrique ou d'une 
bougie qui brûle, émet un rayonnement fait de diverses 
radiations. Ces radiations consistent en une émission de 
particules - essentiellement des photons mais aussi des 
électrons ou des particules plus lourdes comme les protons 
- au sein des ondes électromagnétiques de l'espace-temps 
qui les pilotent. 
Plus ces photons sont rapprochés les uns des autres au 
sein d'une même onde, plus la longueur d'onde qui les 
sépare est courte et plus la présence de leur passage en un 
point donné de l'onde est élevée; plus ils sont éloignés les 
uns des autres, plus la longueur d'onde qui les sépare est 
grande et plus la fréquence de leur passage en un point 
donné de l'onde est basse. Les radiations de la plus haute 
fréquence que nous connaissions sont les rayons gamma et 
X émis par le soleil et dangereux pour l'organisme. Les 
radiations de la plus basse fréquence sont les ondes hertziennes, 
émises par les émetteurs de radio et de télévision. 
Entre ces radiations extrêmes, si situent les ondes - 
moyennes - de la lumière visible à l'oeil humain, qui va du 
violet - haute fréquence du bombardement de photons - 
au rouge - basse fréquence de ce même bombardement. 
Mais il se trouve que les corps non incandescents, 
comme par exemple le corps humain, sont, eux aussi, 
capables d'émettre des radiations de diverses fréquences, 
qu'on appelle la luminescence et, dans le cas des êtres 
vivants, la bio-luminescence. Comme la lumière et comme 
les rayonnements cosmiques, la bio-luminescence consiste 
à émettre des particules -photons, électrons ou particules 
plus lourdes - dans les ondes électromagnétiques de l'espace- 
temps. Mais, tandis que les corps incandescents émettent 
ces particules à des fréquences suffisamment élevées, 
comme des mitrailleuses, les corps non incandescents, 
20 
comme les êtres vivants, n'émettent ces particules qu'à de 
très faibles fréquences, comme un fusil coup par coup. 
C'est la raison pour laquelle la bio-luminescence n'entre pas 
dans le spectre des radiations connues, des rayons gamma 
aux ondes hertziennes. Elle n'en existe pas moins. 
Pour s'en convaincre, il suffit de savoir que tous les 
corps, quels qu'ils soient, sont formés de molécules, ellesmêmes 
formées d'atomes. Or, tout atome est constitué d'un 
noyau de particules lourdes - neutrons et protons -, 
entouré d'orbites circulaires dans lesquelles gravitent des 
électrons. Sous l'effet de diverses excitations naturelles, 
ces électrons peuvent sauter d'une orbite de l'atome à 
l'autre, en absorbant ou, au contraire, en émettant des photons 
et, par conséquent, un rayonnement. 
Enfin, les atomes et les molécules peuvent acquérir ou 
perdre un ou plusieurs électrons et ils deviennent alors porteurs 
de charges électriques. Ce phénomène qu'on appelle 
l'ionisation peut également créer du rayonnement. Et, naturellement, 
toutes les cellules du corps humain sont, en 
outre, polarisées, c'est-à-dire enveloppées d'une couche 
d'électricité positive, constituée d'ions de potassium, alors 
qu'à l'intérieur de la cellule, dont la charge électrique est 
neutre, se trouvent des ions de sodium. 
Les rayonnements que nous venons d'observer, sur 
diverses photographies, sont obtenus de la manière suivante. 
On a un appareil muni d'une électrode qui permet 
d'induire un courant électrique. Sur la surface de l'appareil 
se trouve un film, sur lequel on applique l'objet que l'on veut 
électrographier. On fait passer le courant électrique. La tension 
de ce courant doit être assez élevée (plusieurs dizaines 
de milliers de volts) mais, bien sûr, elle ne doit pas dépasser 
un seuil critique, qui est fonction de l'isolant que l'on utilise, 
sinon il y a un risque d'électrocution. On fait alors passer 
le courant électrique, qui est très faible, environ un micro-ampère. Il se produit alors un champ électrique, en 
général alternatif, qui interagit avec l'objet, lui-même porteur 
de charges électriques et c'est cette interaction du 
champ avec l'objet qui engendre les radiations qui impriment 
le film. 
Naturellement, le phénomène ainsi décrit et observé 
pose bien davantage de questions qu'il n'en résout. La première 
d'entre elles est celle de son origine. 
Elle est très ancienne et remonte au lendemain d'une 
orageuse journée de 1760. Ce jour-là, en effet, un professeur 
de physique de l'université allemande de Gôttingen, en 
Basse-Saxe, s'arrête, stupéfait, devant un arbre foudroyé, 
devant lui. Ce qui le surprend, c'est de constater que le 
spectre électrique de l'arbre s'est imprimé sur le sol. Le phénomène 
le fascine tant que, rentré à son laboratoire, il 
cherche à le recréer. Il y parvient et obtient des images - 
non pas photographies, bien sûr, car la photographie 
n'existe pas encore - auxquelles il léguera son nom et 
qu'on nomme l'effet Lichtenberg. Cet effet consiste à 
rendre compte des champs électriques et il est à l'origine de 
ce qu'on appelle aujourd'hui l'effet Kir lian, comme la 
pomme de Newton est à l'origine de la loi de la gravitation. 
D'autant que, si le XVIIe siècle a été celui « des lumières », 
le XJXe va être celui de la lumière, au cours duquel les 
savants vont établir de manière rigoureuse l'existence du 
magnétisme et de l'électricité et même unifier les deux phénomènes. 
Certes, le magnétisme a déjà, au XVIII", fait fureur à 
Paris, avec Mesmer, un médecin allemand qui affirmait 
avoir découvert le « Magnétisme animal », un fluide émis 
par les êtres vivants, qu'il prétendait pouvoir diriger, avec 
lequel, selon lui, on pouvait communiquer à distance et 
guérir toutes les maladies - en quelque sorte une version 
ancienne de l'énergie d'orgone, éther qui emplirait tout l'es-pace et grâce auquel le célèbre psychiatre et psychanalyste 
Wilhelm Reich affirmait, dans les années cinquante, pouvoir 
guérir le cancer. Mesmer avait attiré autour de son 
baquet à magnétisme une partie de la cour de Louis XVI et 
les adeptes du mesmérisme avaient fondé la « société de 
l'harmonie », une véritable franc-maçonnerie du magnétisme. 
Mais tout cela révélait de l'ésotérisme et non de la 
science. 
Nous voici donc au XIX". Depuis Newton, on croit que la 
lumière est formée non pas d'ondes mais de corpuscules. 
Les physiciens Huyghens et Young ont eu beau montrer 
qu'elle avait aussi un caractère ondulatoire, c'est l'Optique 
de Newton qui l'a emporté. Mais voici qu'au XIXe, le 
Français Fresnel démontre que la lumière se propage bien 
aussi sous forme d'ondes, cependant que Faraday s'aperçoit 
qu'un champ magnétique fait tourner le plan de polarisation 
de la lumière. L'Anglais Maxwell constate alors que 
l'électricité et le magnétisme se propagent à la même 
vitesse que la lumière et il démontre que l'espace vibre sous 
l'action séparée d'un champ électrique et d'un champ 
magnétique. Il en conclut que les vibrations, créées par le 
champ magnétique, et celles créées par le champ électrique, 
se combinent pour donner naissance à des ondes 
électromagnétiques qui constituent la lumière visible - qui 
n'est qu'une partie des radiations cosmiques. En 1869, il 
publie sa célèbre théorie électromagnétique de la lumière, 
qu'il a patiemment élaborée vingt-cinq ans durant, sous les 
rires et les quolibets de tout l'establishment scientifique de 
l'époque et qui, avec la Relativité d'Einstein et la théorie des 
quanta de Max Planck, constitue l'une des plus grandes 
révolutions scientifiques du monde moderne. 
«L'éther (qui, selon lui, emplit tout l'espace), déclare-t-il, 
vibre sous l'action séparée d'un champ électrique et d'un 
champ magnétique, qui sont perpendiculaires l'un à 
l'autre. Les vibrations électriques, par exemple, étant verticales, les vibrations magnétiques sont horizontales. Ces 
deux sortes de vibrations se combinant pour donner naissance 
à des vibrations électromagnétiques, dont la longueur 
d'onde peut varier entre de larges limites. Quand 
elle est comprise entre 0,40 micron et 0, 75, les vibrations 
ne sont autres que celles de la lumière visible. » 
C'est dans le même temps, entre 1840 et 1940, que vont 
se multiplier les expériences touchant à l'électricité et du 
même coup au phénomène de l' électrographie - terme 
général qui recouvre l'ensemble des procédés qui permettent 
d'obtenir une image de radiations à partir d'une impulsion 
électrique. 
En effet, dès 1822, Niepce a inventé la photographie mais 
il a fallu attendre 1837 pour que Daguerre parvienne à la 
développer et à la fixer. Dès lors, des chercheurs ont l'idée 
de l'utiliser. En 1842, l'Anglais Carlsten réalise une première 
expérience. En 1860, à Tours, le commandant Darget photographie 
des animaux aux abattoirs de la ville, dans l'espoir 
de fixer leur âme sur la pellicule. En 1884, des 
Allemands réalisent d'autres expériences. En 1889, le physicien 
tchèque Navratil procède à d'autres expériences 
alliant l'électricité et la photographie et il laisse un cahier 
de notes à propos de la technique qu'il utilise et qu'il 
nomme« électrophotographie » . 
En 1890, le Français d'Arsonval met au point des appareils 
électriques qui produisent des radiations de haute fréquence 
sous haute tension. Trois ans plus tard, en 1893, 
c'est l'inventeur d'origine yougoslave Nikolas Tesla qui réalise, 
à la Foire mondiale de Chicago, une expérience saisissante. 
Ayant perfectionné un appar.eil qui produit des courants 
alternatifs de haute fréquence sous haute tension, il 
se déplace, dans le champ électrique ainsi créé, entouré 
d'un véritable halo de lumière, qui semble rayonner de son 
corps, sous les yeux de la foule médusée. Et, lorsqu'il utilise 
des potentiels de plus de 200 000 volts, avec une fréquence 
pulsée de 4 mégahertz, son corps tout entier semble rayonner 
des flammes, mieux qu'aucun Méphisto de théâtre! Les 
journaux publient des photographies du phénomène qui est 
absolument saisissant mais n'a pas d'autre objet que le 
spectacle. Hormis bien sûr qu'il démontre, et de façon indiscutable, 
que le corps humain, plongé dans un champ de 
courant électrique alternatif, peut provoquer un rayonnement 
intense et visible à l'oeil nu de spectateurs fascinés. 
De là à imaginer qu'il s'agit de la fameuse aura- un rayonnement 
émis par le corps humain - et que l'intuition des 
peintres médiévaux, qui couronnaient la tête du Christ et 
des saints d'un halo de lumière, n'était pas si naïve, il y a un 
pas qui est vite franchi - un peu trop vite peut-être, nous 
en reparlerons. 
En 1896, à Paris, le Dr Henri Baraduc et le physicien 
polonais Jodko Narkiewicz ont l'idée de photographier des 
mains et des feuilles de végétaux plongées dans un champ 
électrique. Deux ans plus tard, Narkiewicz publie quelque 
trois mille photographies. Mais l'accumulation des clichés, 
si elle prouve que l'expérience est bien reproductible à 
volonté, ne conduit ni à une explication du phénomène ni à 
une exploitation quelconque. Elle finit même par lasser. 
L'électrographie va tomber désormais dans l'oubli pendant 
plus de quarante ans, d'autant que l'électricité et la photographie 
sont devenues des phénomènes domestiques qui ne 
suscitent plus aucune curiosité particulière. 
Mais, à la veille de la Première Guerre mondiale, en 1939, 
un jeune électricien russe de Krasnodar, Semyon Kirlian, 
est mis en présence du phénomène. Il travaille à l'entretien 
de l'appareillage électrique de l'hôpital. Il vient de réparer 
le générateur haute fréquence quand il est traversé accidentellement 
par une décharge qui ne lui fait aucun mal 
mais qui provoque une gerbe de rayonnements colorés. 
L'effet est si saisissant qu'il veut aussitôt le photographier. 
 
 
 
Le lendemain, avec l'aide d'un étudiant, il reproduit l'expérience, 
après avoir placé sa main sur une plaque photographique, 
qu'il développe, le soir, chez lui, en présence de sa 
femme, Valentina. Tous deux constatent avec une stupéfaction 
ravie que la main est parfaitement dessinée sur la 
plaque et qu'elle est entourée d'une couronne de rayonnement 
qui en épouse la forme. 
Le hasard faisant bien les choses, l'hôpital acquiert bientôt 
un nouveau générateur. Kirlian obtient qu'on lui donne 
l'ancien qui est hors d'usage. Ille remet en marche. Aidé de 
sa femme, il poursuit ses expériences, améliore la qualité 
de ses clichés, qui deviennent de plus en plus nets. Tous 
deux découvrent alors que les feuilles de végétaux produisent 
également un rayonnement et, comme cela les fascine, 
les voici qui se lancent dans une recherche systématique. 
En 1949, ils obtiennent un brevet. Ils utilisent la photo en 
couleurs, perfectionnent leur appareillage et multiplient les 
expériences. Ils communiquent leurs travaux à l'Académie 
des sciences soviétique qui s'y intéresse et les reçoit. À la 
fin des années cinquante, ils obtiennent des crédits et un 
laboratoire. On commence à connaître leurs travaux un peu 
partout dans le monde, en tout cas dans certains milieux 
sinon dans le grand public. Et ils donnent leur nom à cet 
« effet». 
En 1965, deux Anglais de l'université de Birmingham, 
Smart et Milner, qui ignorent les travaux des Kirlian, produisent 
des photos semblables. Et, en 1970, deux journalistes 
américaines, Lynn Schroeder et Sheila Ostrander, qui 
sont allées faire une longue enquête en Union soviétique, 
publient un ouvrage, Découvertes psychiques derrière le 
rideau de fer- traduit en français, en 1973, et publié chez 
Robert Laffont, sous le titre : Fantastiques recherches 
parapsychologiques en U.R.S.S. L'ouvrage devient vite un 
best-seller et fait connaître au grand public, dans le monde 
entier, l'effet Kirlian. 
 
 
 
 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 31 Juil 2018 - 08:51    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Joseck


Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2014
Messages: 774
Localisation: Sospel
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
Point(s): 64

MessagePosté le: Mar 31 Juil 2018 - 12:16    Sujet du message: L'effet Kirlian Répondre en citant

GRAND LIVRE DE L'EFFET DU KIRLIAN À L'ÉLECTROPHYSIONIOUE 
http://www.iumab.org/wp-content/uploads/2018/03/Grand-Livre-de-l-Effet-Kirl…
Revenir en haut
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 4 139
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mar 31 Juil 2018 - 19:21    Sujet du message: L'effet Kirlian Répondre en citant

waouh ! merci Joseck , ça va m'éviter du boulot 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:26    Sujet du message: L'effet Kirlian

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Inclassables de Sciences & Technologies
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com