OnNousCacheTout... Index du Forum

OnNousCacheTout...
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Manipulations émotionnelles...Fakes new

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Conspirations -> CONSPIRATIONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 868
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Lun 25 Juin 2018 - 08:37    Sujet du message: Manipulations émotionnelles...Fakes new Répondre en citant

Immigration : enfants séparés de leurs parents, la vaste manipulation émotionnelle


Immigration. Pendant plusieurs jours, les médias du monde entier ont fait tourner en boucle des images d’enfants clandestins séparés de leurs parents à la frontière mexicano-américaine. Au point d’empêcher toute possibilité de réflexion. 


Sur le plateau de la NBCNews, l’ancien président du Comité national du parti Républicain, Michael Steele, vient de comparer les centres dans lesquels sont accueillis les enfants de clandestins aux Etats-Unis à des camps de concentration. Il s’adresse alors aux Américains : « Demain, ce pourrait être vos enfants ». 


La scène résume à elle seule la folie qui s’est emparée de la sphère politico-médiatique après que Donald Trump a ordonné aux autorités gardant la frontière mexicaine d’appliquer la loi et de séparer les parents de leurs enfants entrés illégalement aux Etats-Unis. Passons sur la comparaison. Aussi indécente que manipulatrice : ces enfants ne sont pas enfermés en attendant la mort. Quant à la mise en garde, elle est grotesque. Aucun américain ne se verra subitement séparé de ses enfants. A moins d’avoir commis un crime ou un délit puni de prison.


SUR LE MÊME SUJET “Populisme et psychoses” : le Pape critique Trump et Salvini
Quand un citoyen lambda est condamné à une peine de prison, personne ne s’offusque jamais de cette séparation … Jusqu’à ce que cela touche des clandestins. Leur particularité étant de n’avoir aucun logement dans le pays dont ils viennent de violer la frontière, leurs enfants sont donc pris en charge dans des camps, en attendant que la situation des adultes soit examinée. Aux frais des Américains.


Parce qu’un rappel n’est pas inutile dans le débat : franchir illégalement la frontière d’un pays est une violation de la loi. Un délit, puni d’emprisonnement aux Etats-Unis. Avec sa raison et non ses bons sentiments irrationnels, l’homme politique interrogé aurait donc pu être plus juste : si vous commettez un crime ou un délit passible de prison, vous aussi pourriez être séparés de vos enfants. 


SUR LE MÊME SUJET La vérité sur les migrants et la criminalité en Allemagne
Reste que les parents, prévenus de la loi que nul n’est censé ignorer, sont les premiers responsables du sort qui menace leurs enfants, en choisissant de la violer. Ce sont eux qui font payer leur délit à leur propre progéniture. Les clandestins sont des adultes tout aussi responsables que n’importe quel autre adulte : leur retirer leur capacité de décision, leur liberté et donc leur responsabilité n’est pas exactement les respecter.


Certains ont voulu critiquer la politique migratoire de Donald Trump en usant de photos datant de… 2014
Mais penchons-nous plus précisément sur ce qui se passe à la frontière mexico-américaine. Et plutôt que de regarder la situation actuelle, qui ne saurait être analysée de manière raisonnable maintenant que Trump préside les Etats-Unis, remontons à 2014, époque bénie du président Barack Obama. Cette année-là, 47.017 mineurs sont appréhendés, alors qu’ils traversent la frontière… seuls. 


SUR LE MÊME SUJET Trump se “débarrasse” de Macron à la Maison Blanche
Des enfants, envoyés par leurs parents qui n’ont apparemment pas eu peur de s’en séparer pour leur faire prendre des risques inconsidérés. Comment est-ce possible ? L’administration américaine d’alors avait affirmé que les étrangers envoyaient leurs enfants seuls, persuadés qu’ils seraient ainsi mieux traités que des adultes. Le New York Times avait donné raison à l’administration : « alors que l’administration Obama a évolué vers une attitude plus agressive d’expulsion des adultes, elle a, dans les faits, expulsé beaucoup moins d’enfants que par le passé. » 


Les clandestins le savent, tout comme ils connaissent aujourd’hui les risques qui pèsent sur leurs propres enfants. On apprend également qu’à l’époque, les enfants mexicains sont directement reconduits de l’autre côté de la frontière et que les autres sont « pris en charge par le département de la Santé et des Services humanitaires qui les place dans des centres temporaires en attendant que leur processus d’expulsion soit lancé. » En 2013, 80 centres accueillaient 25 000 enfants non accompagnés. Et ce, dans les mêmes conditions aujourd’hui dénoncées. Si similaires d’ailleurs que certains ont voulu critiquer la politique migratoire de Donald Trump en usant de photos datant de… 2014 !


Rien n’a changé. A un détail près. Les enfants dont on parle en ce mois de juin 2018 sont parfois accompagnés d’adultes. Comme sous l’administration Obama, les enfants sont séparés de ces adultes lorsqu’il y a un doute sur le lien réel de parenté, en cas de suspicion de trafic de mineurs ou par manque de place dans les centres de rétention pour les familles.


Restent les enfants effectivement accompagnés de leurs parents et malgré tout séparés de ces derniers qui partent en prison. Chaque mois, 50.000 clandestins entrent aux Etats-Unis, parmi lesquels 15% de familles. Une fois arrêtés, les clandestins sont pénalement poursuivis avant toute demande d’asile. Or Trump a été élu pour une tolérance zéro : la loi est donc strictement appliquée. Cette même loi américaine ne permet pas que les enfants puissent suivre leurs parents lorsque ces derniers sont poursuivis pénalement. La séparation était donc une conséquence logique, même très pénible, du choix des Américains.


«Le dilemme est si vous êtes mou, le pays va être envahi par des millions de gens. Et si vous êtes ferme, vous n'avez pas de coeur» 
C’est d’ailleurs ce qu’a immédiatement répondu le ministre américain de la justice Jeff Session : « Nous ne voulons pas séparer les familles, mais nous ne voulons pas que des familles viennent illégalement. Si vous faites passer un enfant, nous vous poursuivrons. Et cet enfant sera séparé de vous, comme la loi le requiert ». 


Mais il a suffi de quelques images, publiées en même temps que la sortie du très attendu rapport sur la possible partialité du FBI lors des dernières élections présidentielles américaines, pour que l’opinion politico-médiatique hurle au scandale. Jusqu’à la première dame du pays, Mélania Trump, qui a confié « détester » voir les clandestins séparés de leurs enfants. 
Le Président lui-même a fini  par douter publiquement : «Le dilemme est si vous êtes mou, ce que certaines personnes aimeraient que vous soyez, si vous êtes vraiment mou, pathétiquement mou... le pays va être envahi par des millions de gens. Et si vous êtes ferme, vous n'avez pas de coeur. C'est un dilemme difficile. Peut-être que je préfère être ferme, mais c'est un dilemme difficile.»


Donald Trump a subi l’indignation générale (à moins d’en profiter), au point de montrer au monde que même lui avait du cœur en annonçant la signature d’un décret mettant fin à cette séparation forcée. Tout le monde s’est félicité du résultat de la mobilisation : enfin, les enfants vont pouvoir rejoindre leurs parents en prison ! Quelle victoire… Mais Donald Trump a insisté sur sa détermination à stopper l’immigration illégale en même temps, appelant de ses vœux un vote du Congrès pour « changer les lois ». Depuis son accession à la présidence, notamment due à un discours extrêmement ferme sur l’immigration, Donald Trump est empêché par les démocrates, comme par son administration : ils bloquent son projet de mur à la frontière, l’immigration fondée sur le mérite ainsi que tous les ajustements proposés pour les forces de l’ordre. 


La situation finit par le servir, et il ne pouvait l’ignorer : il vient de faire une concession, il appelle maintenant le Congrès à voter contre les « anciennes lois horribles » en adoptant la sienne. Nul ne connaît la suite. Mais pour Donald Trump, le défi est immense. S’il n’a pas été élu sur la seule promesse d’une tolérance zéro vis-à-vis de l’immigration illégale, le sujet reste l’une des préoccupations majeures de ses électeurs.








https://www.valeursactuelles.com/monde/immigration-enfants-separes-de-leurs-parents-la-vaste-manipulation-emotionnelle-96508


Dernière édition par Marine le Mar 26 Juin 2018 - 06:13; édité 4 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 25 Juin 2018 - 08:37    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 868
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Lun 25 Juin 2018 - 08:42    Sujet du message: Manipulations émotionnelles...Fakes new Répondre en citant

Non, ces photos ne montrent pas un enfant enfermé en centre de rétention ni l'"Aquarius" sur lequel il n'y aurait que des hommes


Internet regorge de photos qui peuvent illustrer toutes sortes de situations et il faut redoubler de méfiance sur les réseaux sociaux. Deux photos illustrent bien ce constat, notamment au sujet des migrants dont il est question en ce moment.

Vous êtes scandalisés par la tolérance zéro de l'administration américaine à la frontière avec le Mexique qui a entraîné la séparation de 2 000 enfants de leur famille entrée illégalement aux États-Unis depuis la mi-avril ? Vous voulez exprimer votre colère sur les réseaux sociaux ? Une photo existe. C'est celle d'un petit garçon enfermé, en pleurs, dont les mains sont agrippées aux mailles du grillage qui le retient. L'image bouleversante a déjà relayée des dizaines de milliers de fois aux États-Unis.

Vous estimez que le bateau l'Aquarius et ses 630 migrants à bord n'aurait pas dû accoster en Espagne ou ailleurs en Europe ? Vous êtes inquiets parce que vous êtes persuadé qu'il n'y a que des hommes sur ce bateau et que vous pensez que c'est dangereux, qu'il faut alerter le plus de monde possible sur les réseaux sociaux ? Une photo existe. Celle de dizaines d'hommes assis côte à côte sur le quai d'un port sur laquelle on voit en toile de fond un bateau accosté, l'Aquarius. L'image a notamment été relayée notamment par le site La Gauche m'a tuer.






Révélation:enfants migrants mis «en cage» aux USA aujourd’hui! Sauf que c’était sous Obama


Un proche de Barack Obama, qui avait apparemment décidé de dévoiler sur Twitter une photo montrant les horreurs qui arrivent actuellement aux enfants migrants aux USA, l’a supprimée plus tard. Les utilisateurs se demandent si cela est dû au fait que l’image datait de l’époque où Barack Obama était le locataire de la Maison-Blanche.

Jon Favreau, l'ancien rédacteur des discours de Barack Obama ainsi que plusieurs journalistes et personnes publiques et politiques, sont tombés dans un piège en partageant sur les réseaux sociaux une image d'enfants migrants «maltraités par Donald Trump».
La photo qui montrait des petits en train de dormir à même le sol sans couverture ni oreiller derrière des barreaux ne laisse personne indifférent. Il s'agit notamment de gamins se trouvant dans un centre de détention de l'Agence fédérale américaine de la police aux frontières (ICE).
https://fr.sputniknews.com/societe/201805291036576949-enfants-migrants-cage-trump-obama/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 868
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mar 26 Juin 2018 - 05:35    Sujet du message: Manipulations émotionnelles...Fakes new Répondre en citant

 
Les membres suivants remercient Marine pour ce message :
salieri (28/06/18)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
salieri


Hors ligne

Inscrit le: 16 Jan 2016
Messages: 71
Localisation: marseille
Masculin Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 0

MessagePosté le: Jeu 28 Juin 2018 - 07:53    Sujet du message: Manipulations émotionnelles...Fakes new Répondre en citant

autour de moi de sensés amis à table.
je me lache et emporté par ce qui m'anime encore,
c'est à dire l'être encore un peu present chez moi,
je balance quelques verités ou pas.
le point godwin est largement distancé.
j'avais pratiquement terminé de parler et là ,
je vis leurs visages tournés les uns vers les autres.
ils se souriaient.
si je devais definir la violence, ce serait exactement ce que je vivais.
ils se souriaient comme si j'etais le dernier des connards.
on leur faisait pas à eux car ils s'etaient renseignés .
une avait même fait une enquete, avait elle dit.
tf1 et bfm etaient passés par là!
depuis, je cherche des documents, des videos comme celle ci, Marine,
je les enregistre et les mets dans un repertoire que j'ai appelé ""censuré""

au cas où se represente pareille situation.
_____________________________________________________________
Borné dans sa nature, infini dans ses vœux,
L’homme est un dieu tombé qui se souvient des cieux!
Revenir en haut
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 868
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Jeu 28 Juin 2018 - 08:57    Sujet du message: Manipulations émotionnelles...Fakes new Répondre en citant

salieri a écrit:
autour de moi de sensés amis à table.
je me lache et emporté par ce qui m'anime encore,
c'est à dire l'être encore un peu present chez moi,
je balance quelques verités ou pas.
le point godwin est largement distancé.
j'avais pratiquement terminé de parler et là ,
je vis leurs visages tournés les uns vers les autres.
ils se souriaient.
si je devais definir la violence, ce serait exactement ce que je vivais.
ils se souriaient comme si j'etais le dernier des connards.
on leur faisait pas à eux car ils s'etaient renseignés .
une avait même fait une enquete, avait elle dit.
tf1 et bfm etaient passés par là!
depuis, je cherche des documents, des videos comme celle ci, Marine,
je les enregistre et les mets dans un repertoire que j'ai appelé ""censuré""

au cas où se represente pareille situation.


C'est un travail laborieux, tu ne dois pas avoir honte de ton courage , tu as eu au contraire une heure de gloire 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 868
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Jeu 28 Juin 2018 - 09:14    Sujet du message: Manipulations émotionnelles...Fakes new Répondre en citant

http://www.recim.org/prov/propagande-cch.pdf  à télécharger


Je copie colle souvent  les résumés de peur qu"ils disparaissent...




PROPAGANDES, MANIPULATIONS, GUERRES, GENOCIDES ET AUTRES CRIMES CONTRE L’HUMANITE. DOCUMENT GENERAL. 


« Méfiez-vous des minorités armées : lorsqu’elles se posent en victimes, c’est pour mieux jouer aux bourreaux. » Mgr Christophe Munzihirwa, Archevêque de Bukavu assassiné le 29 oct. 1996 par les tueurs du FPR. 1. PROPAGANDES SILENCIEUSES. Masses, télévision, cinéma Ignacio Ramonet, Editions Galilée, 2000 Face à la puissance nouvelle des communications de masse, la question que se posent les citoyens n’est plus : sommes-nous manipulés ? Car la réponse à cette interrogation, chacun le sait, est malheureusement affirmative. Il s’agit désormais de savoir comment nous sommes mentalement influencés, contrôlés, conditionnés ?! A l’heure d’Internet et de la révolution numérique, ce livre tente de répondre à cette question majeure. En rappelant comment se fabrique l’idéologie, comment se construit cette silencieuse propagande qui vise à domestiquer les esprits, à violer les cerveaux et à intoxiquer les cœurs. A l’aide de nombreux exemples puisés dans la télévision ou le cinéma, il nous explique quels sont les mécanismes et les procédés de l’endoctrinement contemporain. Comment, sans que nous nous en apercevions, les nouveaux hypnotiseurs entrent par effraction dans notre pensée et y greffent des idées qui ne sont pas les nôtres. Ainsi, par exemple, dans les modernes sociétés médiatiques, un enfant de quatre ans, avant même d’entrer à l’école, a déjà été soumis à plusieurs milliers d’heures de télévision et a gavé ses yeux de suggestions éphémères rapidement évanouies. Evanouies ? Pas entièrement, nous dit Ignacio Ramonet, car toutes ces images : spots publicitaires, films-catastrophes, séries policières, comédies, scènes de guerre et de violence …, laissent des traces subliminales dont l’influence, à la longue, finit par fortement déterminer nos comportement. Et par réduire notre liberté.


 2. DE LA PROPAGANDE.


 Entretiens avec David Barsamian Noam Chomsky, Editions Fayard, 2002 « La pratique de Noam Chomsky, c’est de vous dire ce qu’il pense, pas ce que vous devez penser.» C’est en ces termes que David Barsamian présente la série d’entretiens qu’il a menés avec Noam Chomsky entre mai 1998 et juin 200, ajoutant : « Il ne se contente pas de maudire l’obscurantisme, il allume une bougie pour que nous puissions y voir. » Voir ou comprendre quoi ? L’impérialisme américain, d’abord, qu’il démonte avec une remarquable acuité – de l’éradication des résistances sud-américaines au contre-terrorisme. Les ressorts psychologiques et lexicaux de la « fabrication de l’assentiment » dans le monde. Mais aussi la signification des évènements de Seattle, le fonctionnement de l’ONU et des Cours internationales de justice, notamment à propos du cas Pinochet, le fondement de l’économie capitaliste depuis les années 1970… 


Derrière le Chomsky politique se manifeste le linguiste, insistant sur la détérioration et la falsification du langage, moyen pour l’idéologie néo-libérale de faire passer les vessies pour des lanternes…


Captivantes et terriblement lucides, les réflexions de Noam Chomsky nous donnent cependant quelque raison d’espérer. A les lire, on a enfin l’impression de comprendre le monde dans lequel nous vivons. 


3. LA FABRIQUE DE L’OPINION PUBLIQUE 


La politique économique des médias américains Edward S. Herman et Noam Chomsky, Le Serpent à Plumes, 2003 A la source de la pensée politique du célèbre linguiste Noam Chomsky, La Fabrique de l’opinion publique (Manufactoring Consent) paraît enfin en France, augmentée d’une nouvelle préface. Comment se met en place un discours médiatico-politique dans une nation prospère, impérialiste et jalouse de sa prééminence sur la scène internationale ? Qui désigne les ennemis d’un peuple et décide des guerres justes que celui-ci doit mener ? Comment l’imaginaire collectif distingue les bonnes victimes des mauvaises ? Quel rôle jouent les institutions, les lobbies, les multinationales et le fameux « quatrième pouvoir » dans la fabrication d’une opinion publique ? Disséquant le discours médiatique sur la politique américaine des quarante dernières années, Noam Chomsky et Edward S. Herman livrent une analyse sans concession du système d’information aux Etats-Unis. Ouvrage de référence, La Fabrique de l’opinion publique est aussi une œuvre théorique dans laquelle les deux penseurs mettent en place leur grille de lecture critique des évènements. « Noam Chomsky est l’incarnation, depuis plusieurs décennies, d’une pensée critique qui ne ménage ni les Etats-Unis ni les formes diverses de pouvoir et de domination. » Le Monde 


4. LA SOLITUDE DE NOAM CHOMSKY Arundhati ROY, Editions Gallimard, 2003 … Si l’on me demandait de ne retenir qu’une seule des contributions majeures de Noam Chomsky au monde, ce serait sa mise à nu de l’univers impitoyablement manipulateur qui se cache derrière ce mot splendide et lumineux de « liberté ». Une mise à nu systématique, rationnelle et empirique. La masse des preuves qu’il fournit à l’appui de sa démonstration est impressionnante. Que dis-je, terrifiante. Les fondements de sa démarche ne sont pas idéologiques, mais radicalement politiques. Il s’embarque dans son enquête avec cette méfiance instinctive du pouvoir qui caractérise l’anarchiste. Il nous entraîne à sa suite dans les marécages de l’establishment américain, et nous guide dans le dédale vertigineux des couloirs secrets qui relient le gouvernement, le big business et ceux qui sont chargés de contrôler l’opinion publique. Chomsky nous démontre que des expressions telles que « libre parole », « libre marché » et « monde libre » n’ont rien à voir, ou pas grand-chose avec la liberté. Il nous montre que, au nombre des multiples libertés revendiquées par le gouvernement américain, figurent celles de tuer, d’anéantir et de dominer d’autres peuples. La liberté de financer et de soutenir des tyrans et des dictateurs de par le monde. La liberté d’entraîner, d’armer et d’abriter des terroristes. De renverser des gouvernements démocratiquement élus. De stocker et d’utiliser des armes de destruction massive – chimiques, biologiques et nucléaires. De faire la guerre à tout pays dont le gouvernement a le malheur d’être en désaccord avec lui. Et, pis encore, la liberté de commettre ces crimes contre l’humanité au nom de la « justice », de la « vertu », de la « liberté »… L’Empire américain repose sur de sinistres fondations : le massacre de millions d’indigènes, le vol de leurs terres, suivis de l’enlèvement et de la mise en esclavage de millions de Noirs d’Afrique pour travailler ces terres. Dont des milliers trouvèrent la mort sur les bateaux qui les transportaient comme du bétail en cage d’un continent à l’autre… Comment l’Amérique a-t-elle fait pour survivre à un passé aussi terrible et se retrouver les mains apparemment aussi propres ? Certes pas en reconnaissant ses fautes, ni en les réparant, ni en s’excusant auprès des Noirs ou des Indiens, moins encore en amendant ses façons de faire (puisque ses cruautés, maintenant, elle les exporte). Non, comme bon nombre d’autres pays, les Etats-Unis ont réécrit leur histoire. Mais leur spécificité dans ce domaine, qui fait qu’ils devancent de loin leurs concurrents, c’est qu’ils se sont assuré les services de l’entreprise de publicité la plus puissante et la plus prospère au monde – j’ai nommé Hollywood.


 5. DANS LES GRIFFES DES HUMANISTES Stanko Cerovic, Editions Climats, 2001


 Ceux qui ne savent plus regarder le monde autrement qu’avec les yeux du téléspectateur occidental, se demandent certainement comment peut-on, de nos jours, être serbe. Le livre de Stanko Cerovic répond admirablement à cette question en présentant, sur les évènements de l’ex-Yougoslavie, un témoignage d’une rare honnêteté intellectuelle. Mais son intérêt principal est véritablement philosophique en ce qu’il nous retourne le problème : que faut-il que les occidentaux aient accepté de devenir, au plus profond de leur psychologie, pour que les sociétés où ils ont le privilège de vivre, se transforment à une allure accélérée en « meilleur des mondes » et « pays du mensonge déconcertant » ? Opposant résolu à l’ancienne dictature communiste, lecteur attentif d’Orwell et de Huxley, Stanko Cerovic livre avec ce texte – dont le titre est un hommage à Ossip Mandelstam – l’un des essais les plus originaux et les plus dérangeants sur les transformations qui affectent les démocraties occidentales. De ceux qui naissent sans doute de l’idée, curieuse, de scruter leur essence à la lueur des bombes qu’elles aiment à vous larguer pour votre bien. 


6. L’IMPOSTURE DEMOCRATIQUE


Du procès de Socrate à l’élection de G.W. Bush Luciano Canfora, Editions Flammarion, 2003 Socrate condamné à mort par une courte majorité de trente voix ; George W. Bush élu président des Etats-Unis parce que l’on décide d’arrêter le décompte des suffrages qui l’aurait donné perdant : le triomphe absurde de la loi de la majorité dans un cas, sa négation dans l’autre… Que devient la démocratie lorsque le vote se négocie sur le marché politique ? Lorsque le gouvernent des instances supranationales et non électives comme la Banque européenne et le Fonds monétaire international ? A rebours de la pensée unique et du « démocratiquement correct », Luciano Canfora livre une analyse sans concessions des démocraties occidentales et de leurs errements. « Le fait vraiment nouveau de novembre 2000 est au contraire le coup de force. Pour la première fois a prévalu l’interdiction de compter les voix : une opération qui aurait déterminé la défaite du candidat qui devait gagner. Ce coup d’Etat (c’est ainsi qu’en a parlé Al Gore luimême à l’un des moments les plus chauds de ce long bras de fer) est un inédit dans l’histoire des EU. Et, comme il s’agit des patrons de la planète, aucun organe de presse qui compte, dans une Europe stupéfaite, n’a osé proclamer haut et fort la vérité atterrante : une vérité qu’ils auraient hurlée s’il s’était agi d’un autre pays. En fait, les déductions à tirer de ce coup d’Etat de la Cour suprême devaient être nombreuses et toutes contredire la rhétorique envahissante qui préside à la communication et à la formation de l’opinion publique dans les pays qui comptent. Sous-entendu, des forces puissantes exigeaient ce président-là et d’une façon ou d’une autre, devaient l’obtenir. La comédie électorale s’était déroulée tant bien que mal. Le jeu s’était bloqué, mais cela ne devait en aucune façon modifier le résultat attendu. Un résultat attendu non pas pour des raisons de détail, mais afin d’imposer des choix capitaux tels que le refus du protocole de Kyoto et la relance de la « guerre des étoiles ». Le premier signifie casser d’un seul coup tout ce que les mouvements, de portée mondiale, qui se battent pour sauver l’environnement, c’est-à-dire la vie de l’humanité, des effets du capitalisme incontrôlé, avaient conquis au fil de longues années de batailles. La peur d’une victoire du mouvement communiste mondial ayant disparu, il était logique que l’offensive se retourne contre ce mouvement généreux (et naïf), dont la prédication véridique va de pair avec une inclination angélique à revêtir les habits perdants de la non-violence. Il s’agissait de dissiper toute illusion : ainsi en fut-il dans les premiers mois de la présidence de Bush Jr (NB. La liste de toutes les décisions scélérates du gouvernement Bush est extrêmement longue). L’autre priorité était, si possible, plus inquiétante encore : le projet d’écraser la Chine, considérée comme le seul adversaire possible de la domination mondiale des Etats-Unis (militairement, l’Europe n’est qu’un club apprivoisé et inoffensif). Dès le 30 janvier 2001, soit vingt jours à peine après l’entrée en fonction de Bush Jr., le Pentagone simulait la bataille virtuelle entre les Etats-Unis et la Chine à coups de missiles et de « bouclier spatial », en prévision d’un conflit non pas virtuel, mais bien réel, prévu, sous bénéfice d’inventaire, pour 2017 (*). (*) Corriere della Sera, 30 janvier2001, p.14 et 22 octobre 2001, p.2 : « Dans ses jeux de guerre secrets, le Pentagone considère la Chine comme l’ennemi à combattre à partir de 2015, quand son arsenal militaire s’approchera de l’arsenal américain ». En ce qui concerne les élections russes pilotées par les USA pour faire élire Eltsine, voir un autre document. 


7. PRINCIPES ELEMENTAIRES DE PROPAGANDE DE GUERRE. 


Utilisables en cas de guerre froide, chaude ou tiède Anne Morelli, Editions Labor, 2003 « Arthur Ponsonby, hostile à l’entrée en guerre de la Grande-Bretagne en 1914 et représentant pour le Parti travailliste à la Chambre des Communes puis à la Chambre des Lords, a décrit quelques mécanismes essentiels de la propagande de guerre, qu’il est possible de résumer en dix ‘commandements’. J’ai systématisé ces dix ‘commandements’ en dix chapitres, qui forment la trame de cet ouvrage. Pour chacun de ces principes élémentaires de la propagande de guerre, je me suis attachée à démontrer qu’ils n’étaient évidemment pas à l’œuvre dans la seule Première Guerre mondiale et que, depuis, ils ont également été utilisé régulièrement par les parties en présence, lors de conflits, même parmi les plus récents. Je ne tenterai pas de sonder la pureté des intentions des uns ou des autres. Je ne cherche pas à savoir qui ment et qui dit la vérité, qui est de bonne foi et qui ne l’est pas. Mon seul propos est d’illustrer les principes de la propagande, unanimement utilisés, et d’en décrire les mécanismes. Et si la démonstration est plus aisée pour les guerres « chaudes », les guerres « froides » ou « tièdes » ne manquent pas non plus d’appliquer les vieux principes de Ponsonby, si commodes et si efficaces… » Les dix « commandements » en dix chapitres. De Lord Ponsonby à Jamie Shea… 


1. Nous ne voulons pas la guerre 
2. Le camp adverse est seul responsable de la guerre 
3. Le chef du camp adverse a le visage du diable (ou « L’affreux de service ») 
4. C’est une cause noble que nous défendons et non des intérêts particuliers 
5. L’ennemi provoque sciemment des atrocités ; si nous commettons des bavures, c’est involontaire 
6. L’ennemi utilise des armes non autorisées 
7. Nous subissons très peu de pertes, les pertes de l’ennemi sont énormes
 8. Les artistes et intellectuels soutiennent notre cause 
9. Notre cause a un caractère sacré 
10. Ceux qui mettent en doute notre propagande sont des traîtres 


8. BLACK LIST 


Quinze grands journalistes américains brisent la loi du silence Kristina Borjesson, Editions des Arènes, 2003 Ils étaient les enfants du Watergate. Ils travaillaient pour CBS, Newsweek ou CNN et ils en étaient légitimement fiers : ils faisaient le plus beau métier du monde dans la première démocratie du monde. Un jour, ils ont traversé le miroir. Leurs adversaires les ont harcelés. Ils ont refusé de se soumettre. Les intimidations ont redoublé. Sous la pression, leur rédaction les a lâchés. Leur seul crime : avoir enquêté là où il ne fallait pas. Sentant soudain le soufre, ils ont dû quitter le confort des télévisions et des journaux qui « font » l’opinion. Aujourd’hui, ils racontent. Quinze récits en forme de thriller vrai, sur ces vérités de l’autre côté du pouvoir des médias. Avec un souci du mot juste et une passion pour la vérité qui forcent le respect, BLACK LIST est un livre rare. Dans le monde entier, il est devenu un exemple pour tous ceux qui croient encore à la liberté de l’information. « Si le grand public ouvre ce livre, ne serait-ce qu’un chapitre, il en sortira effrayé. Pour le lecteur non initié, le récit des pressions qui s’exercent derrière la scène des grands médias est choquant. L’état des lieux du journalisme que dresse ce livre est terrible. » (Publishers Weekly) 


9. TOUS POUVOIRS CONFONDUS 


Etat, Capital et Médias à l’ère de la mondialisation Geof rey Geuens, Editions EPO, 2003 Bienvenue dans les entrailles du Nouvel Ordre Mondial. Découvrez les membres des plus grands cercles de l’élite et des principaux lobbies agissant en coulisses pour conforter la configuration actuelle de la « mondialisation » : la Commission Trilatérale, le Council on Foreign Relations, le Groupe de Bilderberg, Aspen France,… Vous n’y êtes jamais convié ? Evidemment ! Top secret et réservé aux industriels, financiers, ministres, commissaires européens, journalistes célèbres, magistrats et militaires bardés d’étoiles… Quelles sont les cent plus grandes compagnies dans le monde, les géants sur le plan européen et les plus puissants financiers de la planète ? En dévoilant les noms et les parcours politiques de ceux qui siègent dans leurs conseils d’administration, l’auteur décapite la thèse selon laquelle les gouvernements seraient victimes des multinationales… La presse, les médias, un quatrième pouvoir ? En procédant à une analyse méticuleuse des actionnaires des grands groupes médiatiques, aussi bien aux Etats-Unis qu’en Europe, ce livre dévoile à quel point l’information est sous contrôle. En décortiquant l’entrelacement des directoires politiques, économiques et militaires, l’auteur nous présente également le nouveau complexe militaro-industriel ou, comment la crise et la militarisation de l’économie sont à l’origine des nouvelles « croisades guerrières ». Révéler tous ces réseaux croisés d’intérêts et de collusions, c’est dessiner le véritables organigramme de la ‘mondialisation’ des grandes puissances ». Indispensable pour entre consciemment en résistance. Introduction de Jean Bricmont, auteur avec Sokal du livre Impostures intellectuelles. 


10. GUERRE ET MENSONGE. 


Terrorisme d’Etat américain Giulietto Chiesa, Editions Timéli, 2004 Les Etats-Unis sont en récession. Quelle est l’alternative pour cette Amérique qui, en plus, doit affronter de nouveaux rivaux comme la Chine ou l’Union européenne ? C’est le terrorisme sous forme de guerre. Mais qui est le véritable ennemi dans cette guerre ? Le système d’information fonctionne pour nous fournir une version des faits qui ne correspond pas le moins du monde à la vérité des choses, mais qui arrange bien le pouvoir global en place. Ce petit livre de Giulietto Chiesa, grand intellectuel italien, nous aidera à déchiffrer le mystère. 


11. Communication et démocratie


« Rares sont les gens capables de tracer un tableau d’ensemble de la situation actuelle de la planète. Mais cela ne signifie pas que personne ne voie cette situation. Ceux qui disposent de l’information ont beaucoup plus de chances de voir, le présent mais aussi une partie souvent non négligeable de l’avenir. Il est rare toutefois que l’énorme masse de la population, y compris beaucoup de ceux qui prennent des décisions et qui ont du pouvoir, n’ont pas ces informations. Pourquoi ? Parce que nous vivons dans un système de communication, et non seulement d’information, qui ne rend absolument pas compte du monde dans lequel nous vivons, qui nous en offre même une image complètement faussée et nous empêche de voir ce qui se passe. »


 12. LES INTELLECTUELS FAUSSAIRES


Le triomphe médiatique des experts en mensonge Pascal Boniface, Jean-Claude Gawsewitch Editeur, 2011 La scène médiatique est trop souvent occupée par des « faussaires » qui assènent sans scrupules des contrevérités pour défendre telle ou telle cause et qui restent quasi intouchables. Trop peu de personnes osent dénoncer leurs (petits) arrangements avec la vérité. Pourtant, le triomphe de ces « serials menteurs » représente une véritable menace pour l’information et la démocratie. Les « intellectuels faussaires » dont il est question ici sont bien connus. Ils s’affichent dans les médias et se drapent dans la morale pour mieux nous faire avaler leurs couleuvres. En levant le voile sur leurs pratiques, Pascal Boniface dénonce une nouvelle « trahison des clercs ». Table des matières 


1. DE LA MALHONNÊTETE INTELLECTUELLE EN GENERAL - La France, le pays où les intellectuels sont rois - La faute aux médias ! - La morale en trompe-l’œil - SOS pour le monde occidental - Israël en danger ? - L’islamo-fascisme, un concept creux en vogue - L’islam fait peur


 2. DE QUELQUES « FAUSSAIRES » EN PARTICULIER - Alexandre Adler, les merveilleuses histoires de l’oncle Alexandre - Caroline Fourest, « sérial-menteuse » - Mohamed Sifaoui, pourfendeur utile de l’islamiste - Thérèse Delpech, Madame Tapedur - Frédéric Encel : Un homme d’influence - François Heisbourg : Qui paye la musique choisit la partition - Philippe Val : De Léo Ferré à Torquemada - BHL, le seigneur et maître des « faussaires » NB. A tout seigneur, tout honneur ! Vous trouverez en annexe une partie du chapitre consacré à ce dernier. Et dans un document à venir, extrait de « La marche irrésistible du Nouvel Ordre Mondial », vous constaterez comment il se vante de sa participation très active dans la guerre de Libye. 


13. GENOCIDE ET PROPAGANDE


L’instrumentalisation politique des massacres Edward S. Herman et David Peterson, Lux Editeur, 2012 Avant-propos de Noam Chomsky LE CONSTAT le plus implacable de cette décapante analyse est sans doute que la fin de la guerre froide aura ouvert la voie à une ère littéralement négationniste. Comme le démontrent méthodiquement les auteurs de ce texte, « au cours des dernières décennies, on a utilisé de plus en plus fréquemment le mot « génocide », et si souvent à tort et à travers que le crime du XXe siècle pour lequel ce terme avait initialement été créé s’en trouve vidé de son sens ». Ils font apparaître que l’usage qui en est fait aujourd’hui est véritablement une offense à la mémoire des victimes du nazisme. Pour autant, force est de constater que ces pratiques sont si profondément enracinées dans notre culture intellectuelle qu’il ne sera pas facile de les éradiquer. Il suffit pour s’en rendre compte d’observer les cas les moins ambigus de génocides et les cas où le terme a été minoré, ceux dont les auteurs eux-mêmes reconnaissent leurs crimes et que l’on voit et que l’on voit cependant dédaigneusement tenus pour négligeables, voire ouvertement niés, rétrospectivement, par ceux qui aujourd’hui encore en tirent les profits… Introduction Un remarquable degré de constance caractérise les décennies de corruption, de menaces, de sanctions économiques, de subversion, de terrorisme, d’agression et d’occupation qu’ont imposées au monde les politiques successives des élites américaines. Non moins impressionnante est la constance que l’on observe dans la manière dont ces politiques ont toujours été considérées par ces élites elles-mêmes, par les intellectuels de l’establishment et par les médias d’information qui chaque jour les couvrent et les commentent, et en dénoncent ou dissimulent les conséquences. Avec l’anéantissement de leurs principaux alliés et ennemis en Europe comme en Asie au cours de la Seconde guerre mondiale, les Etats-Unis, qui n’avaient strictement subi aucun dommage direct, émergèrent de la guerre dans une position d’hégémonie politique, économique et militaire absolument exceptionnelle sur le plan international 


– « 50% de la richesse du monde pour seulement 6,3% de sa population » selon les termes du célèbre bilan d’après-guerre publié début 1948 par George Kennan au nom de la direction de la planification politique du département d’Etat. Saisissant parfaitement tout ce que signifiait cet avantage sans précédent, les dirigeants américains s ’empressèrent de mettre au point des politiques susceptibles « de permettre [aux Etats-Unis] de maintenir ce niveau de disparité » en défendant agressivement et par tous les moyens possibles les avantages dont bénéficiait leur pays. 


Le « complexe militaro-industriel – dont parlait déjà Eisenhower en janvier 1961 et qui depuis plus de 70 ans encaisse pratiquement un dollar sur deux sur toutes les sommes consacrées de près ou de loin aux dépenses militaires partout dans le monde


 – et « l’empire des bases » américaines qui circonscrit la plus grande partie du globe –, qu’il s’agisse des bases mobiles que sont une armada de porte-avions ou de tous les sites militaires nucléaires ou conventionnels d’une OTAN qui ne cesse de gagner en puissance – reflètent et servent cette volonté d’enraciner et d’étendre indéfiniment les avantages que les Etats-Unis ont hérité de la guerre… * Les auteurs du livre décryptent et comparent dans cet ouvrage les évènements et les génocides commis en Libye, au Sri Lanka, en Irak, au Darfour, en Bosnie, au Kosovo, à Sabra et Shatila, à Gaza, en Croatie, en Afghanistan, en Turquie, en Indonésie, au Timor oriental, au Salvador, au Guatemala, au Rwanda et au Congo-Kinshasa. C’est de ces deux pays que nous parlerons spécialement dans le prochain document, car c’est là où la propagande et la manipulation furent les plus vicieuses et les plus monstrueuses. Et où la guerre d’agression, commune aux deux pays et présentée comme une guerre civile, a fait le plus de victimes. Ce gigantesque génocide est toujours occulté et nié à ce jour. Liste de nos autres documents sur la propagande et la manipulation : Décervelage à l’américaine, Les confessions d’un assassin financier, L’Axe du Mal, Les élections russes, Irak : Histoire d’un désastre, BHL : le seigneur et maître des faussaires, Le vrai visage de Manuel Valls, Les révélations d’un avocat du TPIR, Rwanda : Un génocide en questions. *




 14. LES REVOLUTIONS DE COULEURS : UNE IMPOSTURE A COMBATTRE


Par Christine Bierre, rédactrice en chef de Nouvelle Solidarité Vidéo-Conférence du 15 janvier 2015 à Clichy Toutes ces révolutions de ‘couleurs’ sont organisées et financées par la NED et G. SOROS, ainsi que par d’autres institutions anglo-américaines pour déstabiliser de nombreux pays et mener à la guerre. 15. LES DIX STRATEGIES DE MANIPULATION DES MASSES (Attribuées au linguiste et intellectuel américain Noam Chomsky)


 1. La stratégie de la distraction : Elément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser ; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de ‘Armes silencieuses pour guerres tranquilles’. 


2. Créer des problèmes puis offrir des solutions : Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple : laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.


 3. La stratégie de la dégradation : pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement. 


4. La stratégie du différé : une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.


 5. S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge : la plupart des publicités destinées au grand- public utilisent un discours, des arguments, des personnages et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-âge ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celle d’une personne de 12 ans ». Extrait de ‘Armes silencieuses pour guerres tranquilles’.


 6. Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion : faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions ou des comportements… 


7. Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise : faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de ‘Armes silencieuses pour guerres tranquilles’. 


8. Encourager le public à se complaire dans la médiocrité : encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire et inculte… 


9. Remplacer la révolte par la culpabilité : faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et se culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution !... 


10. Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes : au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes. Commentaires Ils ont réussi à faire passer à une grande partie de la population, « des vessies pour des lanternes », le mal pour le bien, les agresseurs pour les victimes, les victimes pour des terroristes, l’immoralité pour la morale, la bêtise pour l’intelligence, l’ignorance pour la culture, le consumérisme et le matérialisme pour le bonheur, le porno pour la beauté, la vulgarité pour l’éloquence, la passivité et la neutralité pour l’attitude correcte. Ne faisons aucun compromis, reprenons le contrôle de nos valeurs, de notre esprit, de notre liberté de penser, instruisons-nous (par les livres plus que par le net), remettons la télé à la place qui lui convient : une « boîte » sans importance, ni dans une chambre, ni dans la SAM, et qu’on allume de temps en temps pour prendre la température. Et construisons ensemble une autre société 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:49    Sujet du message: Manipulations émotionnelles...Fakes new

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Conspirations -> CONSPIRATIONS
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com