OnNousCacheTout... Index du Forum

OnNousCacheTout...
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Chine : le retour de l’ingénierie climatique

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Ciel et espace
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 4 127
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Sam 26 Mai 2018 - 06:49    Sujet du message: Chine : le retour de l’ingénierie climatique Répondre en citant

On croyait l’ingénierie climatique oubliée, passée directement des fantasmes des planificateurs centraux et des militaires aux films de science-fiction sans jamais faire vraiment irruption dans le monde réel ; la voilà qui revient.
L’ingénierie climatique, qui consiste à mettre en oeuvre des pratiques et installations humaines pour modifier globalement ou localement le climat, fait de nouveau parler d’elle.
Oubliez (officiellement) les raisons militaires et hostiles censées être proscrites par les Nations Unies depuis 1977 : en 2018, elle s’attache à rendre la vie des citoyens plus agréable et durable.
La Chine a annoncé il y a quelques semaines être en train d’installer un système capable de déclencher artificiellement des pluies sur le plateau tibétain.
Plusieurs centaines de millions de personnes dépendent aujourd’hui de rivières issues du Tibet pour subvenir à leurs besoins en eau, mais la région est en déficit hydrique chronique.
La fonte des glaciers ne pourra durer éternellement : le régime de Pékin s’inquiète par conséquent de voir nombre de cours d’eau de la région se tarir à moyen terme.
Pas question de faire l’autruche et de laisser ces territoires aller vers des sècheresses chroniques comme en Californie ou en Russie : la Chine a décidé de faire preuve de volontarisme et de plier le climat aux besoins humains.
Avec moi le déluge
Le Tibet fournit aujourd’hui plus d’eau qu’il n’en reçoit du ciel ? Les précipitations annuelles sont trop aléatoires pour faire grossir les glaciers de manière suffisante après leur fonte estivale ? Qu’à cela ne tienne : la région est régulièrement survolée par des masses d’air humide qui ne demandent qu’à se transformer en nuages de pluie.
Pékin prépare la construction de dizaines de milliers de chambres de combustion qui auront pour fonction de produire à la demande des vapeurs d’iodure d’argent.
Ce composé chimique, une fois emporté à haute altitude par le vent et les phénomènes de convection, permettra à l’humidité de l’air de se précipiter en nuages puis en pluie.


L’objectif est ambitieux : une fois le réseau de chambres de combustion installé, les précipitations supplémentaires devraient atteindre 10 milliards de m3 d’eau par an soit l’équivalent de la consommation de l’ensemble des Californiens ou 7% de la consommation totale de l’Empire du Milieu.
Les nouvelles technologies au service de la low-tech
La conception des brûleurs a été confiée à la China Aerospace Science and Technology Corporation. Si ce nom ne vous est pas familier, sachez que la CASC est le bras armé technologique de Pékin. Elle conçoit des vaisseaux spatiaux, des fusées, des équipements médicaux et autres missiles. En bref, tout ce qui nécessite un savoir-faire de pointe sur les matériaux, le spatial et les télécommunications en Chine passe par ses ingénieurs.
Malgré la relative simplicité des chambres de combustion, leur conception a été faite selon un cahier des charges particulièrement strict. Installation en milieu isolé et hostile oblige, chaque chambre de combustion se doit d’être robuste, fiable et relativement autonome.
La CASC a eu pour mission de concevoir des brûleurs capables d’être contrôlés par des signaux satellitaires, embarquant suffisamment de combustible pour pouvoir fonctionner durant plusieurs mois sans maintenance, le tout dans une enveloppe budgétaire inférieure à 10 000 $.
Il semblerait que le défi ait été relevé puisque Pékin annonce que les premiers prototypes sont désormais disponibles pour un coût d’environ 8 000 $ pièce.
Quand la réalité dépasse la (science) fiction
Ne pensez pas que ce projet soit une simple redite des fantasmes de géo-ingénierie des années 1970. Nous ne parlons pas de simples projections de scientifiques ou d’un effet d’annonce politique pour rassurer les populations locales : 500 chambres de combustions ont déjà été installées.
Fidèle à ses habitudes, le régime de Pékin mène ce projet à marche forcée et passe par une phase de test que l’on appellerait, dans nos contrées, un déploiement à grande échelle.
N’oublions pas que la Chine ne rechigne pas à modeler la planète à l’image de ses besoins. Lors de l’ouverture des Jeux Olympiques de 2008, l’ingénierie climatique avait été mise à contribution pour que les nuages de pluie se dispersent avant d’arriver sur les lieux de la cérémonie. S’il est envisageable de faire la pluie et le beau temps pour une simple compétition sportive, nul doute que l’approvisionnement en eau des populations locales justifiera les moyens les plus démesurés.
Reste une épineuse question : si les chambres fonctionnent aussi bien que le prévoient les scientifiques, et qu’elles parviennent effectivement à capturer 10 000 000 000 m3 par an de précipitations, quelles seront les conséquences pour les régions voisines — y compris les autres provinces chinoises ?
Les scientifiques ne disposent aujourd’hui d’aucun modèle pour prévoir l’impact d’un tel prélèvement d’humidité. De nouvelles zones arides pourraient se créer en aval du Tibet si le cheminement des masses de vapeur d’eau était interrompu.
Tout le travail fait pour mettre en adéquation la ressource hydrique avec la consommation pourrait paradoxalement conduire à plus de problèmes d’approvisionnement en eau dans le futur… et il n’existe aucun moyen de le savoir avec certitude avant de mettre en fonctionnement les brûleurs.
Plus compliqué encore, les effets négatifs pourraient être totalement absents lors des phases de test et ne devenir visibles que lors de l’utilisation simultanée des dizaines de milliers de chambres de combustion prévues — voire ne se manifester que des mois ou des années plus tard.
La géo-ingénierie du XXIème siècle, si elle a pu progresser sur les aspects techniques comme sur l’acceptation politique qui entoure son déploiement, reste une discipline jeune sur laquelle aucun recul n’est aujourd’hui possible.
La mise en place d’un dispositif de pluies artificielles à grande échelle ne peut donc que s’accompagner d’une prise de risque majeure pour les populations locales. Si un tel projet devait être envisagé en Europe, nul doute que le principe de précaution l’emporterait et le tuerait dans l’oeuf avant même la phase de test.
Aucun gouvernement occidental ne prendrait le risque de voir ses citoyens scruter avec inquiétude le ciel, les polluants émis par les chambres de combustion dans d’atmosphère et l’évolution des précipitations sur place et dans les zones annexes.
La construction du barrage des Trois-Gorges nous a montré que les projets les plus pharaoniques sont menés à bien lorsqu’ils bénéficient du soutien du régime de Pékin. Dépenser des milliards de yuans ou déplacer des populations n’est pas un problème lorsque l’intérêt général est en jeu. Que l’idée de faire tomber la pluie sur le Tibet soit bonne ou mauvaise, il y a de fortes chances qu’elle soit mise en oeuvre dans un futur proche.
Cinquante ans après l’utilisation militaire des chutes de pluie artificielles par les Américains, nous verrons la géo-ingénierie redevenir une réalité — en espérant que son usage s’avère, cette fois-ci, plus bénéfique à l’humanité.


https://quotidienne-agora.fr/chine-ingenierie-climatique/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 26 Mai 2018 - 06:49    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Ciel et espace
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com