OnNousCacheTout... Index du Forum

OnNousCacheTout...
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Présidentielle et laïcité: qu’ont dit les candidats au Grand Orient de France?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Politique, justice
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 414
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mar 8 Avr 2014 - 23:58    Sujet du message: Présidentielle et laïcité: qu’ont dit les candidats au Grand Orient de France? Répondre en citant

Présidentielle et laïcité: qu’ont dit les candidats au Grand Orient de France?
C'est lors de son "grand échange" avec les francs-maçons du Grand Orient de France (GODF) que François Hollande avait pour la première fois, en novembre 2011, évoqué son souhait d'inscrire la loi de 1905 dans la Constitution. Depuis, la proposition a été "précisée" par le candidat socialiste à l'élection présidentielle avec l'ajout concernant le concordat d'Alsace et de Moselle, sans vraiment convaincre de l'utilité d'une telle mesure, qui soulève davantage de questions qu'elle ne règle de problèmes. Mais M.Hollande n'a pas dit que cela devant les maçons, et, surtout, il ne fut pas le seul à s'exprimer sur ce sujet devant les "frères" de la première obédience de France.

De François Bayrou, en septembre 2011 à Dominique de Villepin en janvier 2012, les frères du Grand Orient de France ont reçu sept candidats à l'élection présidentielle lors de "tenues blanches fermées". Nicolas Sarkozy qui n'était pas encore candidat de l'UMP lorsqu'il a reçu l'invitation l'a déclinée et les réponses écrites promises par la suite n'ont pas été communiquées au Grand Orient, selon son grand maître, Guy Arcizet. La candidate du Front national, Marine le Pen, elle, n'a pas été conviée, en dépit d'un débat au sein des loges.

Au cours de ces auditions désormais visibles sur le site du GODF, Mme Joly, MMBayrou, Dupont-Aignan, Hollande, Mélenchon, Morin et de Villepin ont, chacun à leur tour, débattu durant deux heures sur sept sujets (démocratie, laïcité, solidarité, citoyenneté, environnement, dignité humaine, droits de l'homme) proposés par les loges. Le GODF souhaitait par ces "grands échanges" renouer avec une tradition de participation au débat politique et social.

Entre propos convenus et convictions personnelles, propositions et déclarations d'intention, panorama de la laïcité, "ADN des francs-maçons", vue par les principaux candidats:

François Hollande, candidat du Parti socialiste, 22 novembre 2011.

Evoquant une multiplication des "jurisprudences concernant les libertés", il estime "nécessaire de réaffirmer le principe de laïcité, y compris en modifiant la Constitution pour que ce soit intégré dans notre dispositif le plus élevé, sur la séparation des Eglise et de l'Etat".

"La loi Carle qui a fait peser des obligations nouvelles sur les communes pour financer l'enseignement privé" sera "remise en cause".

Semblant remettre en question l'instance de dialogue entre l'Eglise catholique et le gouvernement, créée en 2002 par Lionel Jospin, M.Hollande estime: "qu'il y ait des reconnaissances, des dialogues notamment pour les cultes, c'est prévu par la République, [mais] que ce dialogue devienne institutionnel sûrement pas". Concernant les lieux de culte musulman, notamment, il estime "possible" que "des collectivités locales trouvent avec les associations [musulmanes] des sites pour les louer mais pas le financement du culte qui est prohibé par la loi".

Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche, 8 novembre 2011.

Franc-maçon lui même, il estime que "la laïcité est une condition initiale de l'existence républicaine". M.Mélenchon dénonce le "communautarisme" provoqué par les carences de l'Etat. "L'Etat a, de propos délibéré, renvoyé à l'action communautaire ce qui était l'impératif du service public. Bien sur chacun y trouve son compte. Il y a des stratégies communautaires, des finances communautaires. A bas tout ce qui, de près ou de loin, laisse entendre que la religion pourrait être un service public et qu'on autorise des collectes d'argent à déduire des impôts, disposition qu'il faut abroger ou que l'on doit financer la construction d'établissements religieux, à quoi il faudra définitivement renoncer".

Opposé au Concordat, il plaide en revanche pour la généralisation du droit social local d'Alsace et de Moselle, qualifié d'"excellent". Il se prononce pour "l'abrogation de toutes les dipositions qui défigurent la loi de 1905 et notamment ce qui a été introduit dans le régime vichyste [qui permet aux collectivités locales de financer l'entretien des édifices religieux]. "Je ne serai pas chanoine de Latran", dit -il encore.

François Bayrou, candidat du Modem, le 27 septembre 2011.

"Je ne suis pas seulement un défenseur de la laïcité, je suis parmi ceux qui croient que la laïcité est le message le plus précieux et le plus universel que la République française ait apporté au monde". Plus inattendu, il élargit sa conception de la laïcité au domaine économique. "C'est une revendication de la laïcité que les puissances économiques n'aient pas barre sur le pouvoir politique".

Seul catholique pratiquant revendiqué parmi les trois principaux candidats retenus, M.Bayrou reconnaît : "Je me suis mis très mal avec beaucoup de mes amis en défendant les principes de laïcité et vous imaginez que, à ma place, cela n'était pas simple quand j'ai affirmé que les manifestations d'Etat pour la mort de Jean Paul II ne correspondaient pas à la vision qui était la mienne de la laïcité".

"Je ferai attention à ce que la question de la laïcité ne dérive pas uniquement en direction du monde musulman, dit-il encore. Il n'y a pas qu'à l'égard des musulmans que la question de la laïcité se pose".

Sur le concordat: "On ne peut pas ouvrir des guerres de religions sur tous les sujets c'est l'histoire qui a fait cela". Il estime aussi que la jurisprudence et la loi de 1905 sont "suffisantes" pour traiter les contentieux liés à la laïcité.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 8 Avr 2014 - 23:58    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Politique, justice
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com