On nous cache tout  " LE FORUM " Forum Index

On nous cache tout " LE FORUM "
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 



  


 
Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?
Goto page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Post new topic   Reply to topic    On nous cache tout " LE FORUM " Forum Index ->
Les forums
-> Philo et métaphysique
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Marine



Joined: 11 Mar 2014
Posts: 5,604

PostPosted: Sat 4 Oct 2014 - 23:44    Post subject: Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Reply with quote

Previous post review:

Kimah wrote:
Aja777 wrote:

en ce sens je ne pense  pas être hors sujet  !

Alors toutes mes excuses.


Ben voyons
Back to top
Visit poster’s website
Publicité






PostPosted: Sat 4 Oct 2014 - 23:44    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Kimah


Offline

Joined: 06 Apr 2014
Posts: 737
Masculin
Point(s): 525
10: 0.00

PostPosted: Fri 10 Oct 2014 - 11:21    Post subject: Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Reply with quote

Kimah wrote:

Celle qui m'est venue à l'esprit la première fois où elle me fût posée est : Parce que nous existons.




J'ai tenu cette réponse le 8 avril de cette année. Depuis j'y ai réfléchi et je souhaite partager mon cheminement en portant un autre regard sur la « chose. » Pourquoi quelque chose plutôt que rien ? Depuis qu'on me l'a posée, j'ai toujours pensé que nous étions la question et la réponse.
Je peux imaginer une réponse simple, la matière réclame toujours des causes, et l'esprit qui est aux antipodes de la matière, n'en réclame donc aucune. Donc l'esprit précède la matière. Le principe premier c'est l'esprit. Et la question de Leibniz serait à rapprocher du « être ou ne pas être » dans Hamlet de William Shakespeare.

Je reprends donc mon point de vue. D'abord nous existons, cela j'en ai acquis la certitude par la méthode et le doute du philosophe René Descartes. Puis dans ce sujet en discutant avec Resurgence, je suis arrivé à une conclusion que l'expérience ne nous enseigne rien. L'expérience est muette et c'est à nous de l'interpréter mentalement avec un cadre, en somme une théorie. L'expérience, nous l'interprétons parfois avec rationalisme, parfois avec empirisme par le biais de notre entendement. Dans tous les cas, la vérité ne nous sera pas donnée, nous devons l'imaginer.

Je remets en question le réalisme naïf, qui est de considérer que nous constatons la réalité telle qu'elle est en elle-même. Que nous aurions accès à la réalité en soi. Dans ce sujet j'ai pris l'exemple de l’ouïe et du son. Ce que nous entendons n'est pas ce qu'il y a en soi dans le monde extérieur. C'est seulement dans notre tête.

Je résume, un son se produit quand des ondes acoustiques se propagent en faisant vibrer l'air qui est un fluide. Elles sont comme des vagues mais tridimensionnelles et non bidimensionnelles comme celles évoluant sur la surface de l'eau. Donc dans l'air se crée des ondulations, des perturbations autour de nous.

Je schématise, l'oreille capte les vibrations qui font vibrer un liquide qui transmet alors des impulsions électriques au cerveau et à ce moment nous disons entendre des sons. Mais à quel moment y a-t-il vraiment un son ou un bruit ? Même si l'air en vibrant en produit un (j'en doute), tout ce que notre cerveau reçoit sont des impulsions électriques, de l'information, donc même s'il y avait vraiment du « bruit », nous ne l'entendons pas directement, pour ne pas dire du tout. Donc ce que nous « entendons » est en nous. A l'extérieur ce sont des vibrations, à l'intérieur c'est par exemple le Requiem de Verdi.

Mon intérêt pour les sciences m'a enseigné ô combien la connaissance scientifique n'est qu'une représentation d'un phénomène. L'onde acoustique est une représentation ou modélisation mentale et mathématique du phénomène. Pour les ondes acoustiques et comme tout autre chose, nous n'avons pas accès à la chose en soi mais à une représentation mentale de celle-ci. Pareil pour l'air constitué d'atomes. Pareil pour les atomes et ses constituants.

Donc notre expérience se résume à la réalité sensible qui est mentale, et à notre compréhension de celle-ci qui est également une représentation mentale. En somme tout est mental. Le son comme le mécanisme ou le principe à l’œuvre sont des concepts et représentations mentales. L'Univers, le corps physique, le cerveau et ses neurones sont des représentations mentales. Tout ce que nous appelons « réalité » ne sont que des représentations de notre esprit.

Je précise que le mot mental n'a pas pour moi une consonance péjorative (mais plutôt le contraire) comme on le rencontre sur internet auprès de mouvement spirituel et ésotérique. Je ne dirais donc à personne de bafouer son mental mais plutôt de le développer.

Je pense ainsi que l'Univers n'est pas un lieu dans lequel nous existons mais l'ensemble de toutes les expériences humaines. L'Univers n'est pas une chose en soi, c'est un objet décrit par la Relativité Générale d'Albert Einstein, l'objet et la théorie sont des représentations mentales.

Étonnamment cela me semble un point de vue très réaliste. Parce que nous constatons le monde toujours à travers « nous », nous ne pouvons le « voir » (si je puis dire) telle qu'il en dehors de nous, à l'extérieur de notre mental. Même si on s'imagine l'univers ayant un milliard d'années, donc sans planète Terre et sans vie, existant comme une chose en soi, nous continuons à l'imaginer et à le faire exister.

Emmanuel Kant sauva le réalisme en faisant l'hypothèse d'une réalité en soi. C'est-à-dire qu'il savait que ce que nous appelons « réalité » n'était qu'une représentation mais il y avait malgré tout selon lui une réalité inaccessible. Nous n'aurions pas accès à cette réalité telle qu'elle est, mais seulement à une représentation mentale de celle-ci. Tout comme Kant, je peux encore concevoir ce réalisme mais plus dans une version naïve comme lorsque j'étais enfant.

Je laisse l'avis de Kant pour les personnes croyant à une réalité indépendante de nous et parce que l'idée est intéressante. Mais du point de vue que j'ai donné n'existe que les sujets pensants. Le temps, l'espace, la matière n'existeraient pas. Ce sont seulement des sensations et des représentations que nous faisons. Et nous prenons ces représentations pour la réalité même.

Ceci est le première partie que je souhaitais partager : Nous n'avons pas accès à la réalité en soi. Je le crois sincèrement mais chacun son avis.






J'aimerais maintenant discuter d'une autre partie auquel je n'ai pas encore beaucoup réfléchi. Je le propose seulement pour le partage.

Ainsi à partir de la question de Leibniz et du doute de Descartes ou même des sciences, je suis parvenu à la pensée que la réalité n'était qu'une représentation. Néanmoins je doutais avoir trouvé quelque chose d'aussi simple, je n'imaginais pas un instant que personne n'y avait songé. J'ai donc hier soir fait quelques recherches et j'ai trouvé les travaux du philosophe Arthur Schopenhauer pour qui le monde est notre représentation et notre volonté. J'avais fait une citation de lui dans mon premier message de ce sujet, mais sans connaître ses travaux car je suis un autodidacte en philosophie. Si j'en parle maintenant c'est parce que j'ai pris confiance en cette idée. Dans mon enfance et durant ma période de jeune adulte et comme la plupart des gens, je ne remettais pas le réalisme en question. Je vois le Soleil, pour moi il existe tel que je le constate. La plupart des personnes pensent que les choses sont ainsi, et je suis plus enclin à me remettre en question que de remettre en question la majorité.

Le philosophie de Schopenhauer date de la fin du XVIIIe et début du XIXe siècle, donc ce n'est pas récent, mais du point de la philosophie, cela reste une pensée plutôt neuve. Pas contemporaine mais moderne.

Pour Schopenhauer, le moteur c'est la volonté. Le « vouloir-vivre. » Nous sommes tous mus par la volonté de vivre. J'ajouterai à cela toute forme de désir, même superficiel ou futile. Ce ne serait pas simplement un vouloir-vivre pour vivre mais aussi un vouloir-quelque chose ou vouloir-être ou devenir.
J'aime l'approche de Schopenhauer mais je l'ai découverte seulement hier soir et je me tournerai vers une idée du XXe siècle et qui n'existait donc pas en son temps. Plutôt qu'une loi ou une condition à laquelle nous serions tous soumis, je verrais plutôt une idée poussant encore davantage à l'introspection.

Je vais essayer d'être clair. Je me représente le sujet pensant comme un iceberg, la partie visible est celle consciente, et celle submergée est l'inconscient. On sait que la plus grande partie d'un iceberg est immerger et invisible. Je vois alors l'inconscient comme contenant notre nature profonde, comme un réservoir à partir duquel les choses existent, allant de l'inconscient vers le conscient. La conscience serait comme une mise en lumière, en évidence, elle serait un peu comme un projecteur cinématographique. Comprendre pourquoi nous sommes, peut être ainsi résolu par une profonde introspection du sujet qui en découvrant son inconscient, se découvre lui-même ou sa raison d'être.

Pour palier à une objectivité, je retiens l'idée de l’inconscient collectif de Karl Gustav Jung. Tous les inconscients forment un réseau, une unité, ils sont tous connectés, si bien que ce que nous appelons de l'objectivité n'est qu'une inter-subjectivité. Donc nous avons tous un inconscient personnel à partir duquel nous avons une représentation et expérience du monde, mais aussi à travers une entité englobant toutes les expériences de l'humanité, un réservoir commun par lequel nous sommes fondamentalement liés.

Tout ce qui émerge à la conscience, toute expérience, est le produit de l'inconscient. Nos choix, nos réactions, et tout ce que nous vivons est produit par l'inconscient. La conscience ne peut pas contrôler le monde mais demeure un agent participatif. Tandis que l'expérience, qu'elle soit scientifique ou celle de tous les jours, n'est pas ultime, elle n'est ni véritable ni fausse.

Je pense ainsi que l'ensemble des possibles de la physique se trouve dans ce réservoir inconscient. La vacuité bouddhiste, le non-manifesté du Tao, c'est l'inconscient, tout comme les concepts de non-être ou de non-existant. Tandis que la conscience est comme l'esprit-témoin du Yoga, le Purusha du Sâmkhya. On peut peut-être explorer l'inconscient et le manifester dans sa totalité, ce serait comme un « éveil spirituel » ou une « plénitude de soi. »

« L'illumination » ou la « délivrance » ne serait pas atteindre la vérité ou la réalité ultime mais faire une expérience profonde et limpide. Dieu, ce n'est pas une réalité en soi mais une manifestation positive et universelle de l'inconscient qu'il soit personnel ou collectif. Dans tous les cas c'est approcher une vision holiste et quasi ultime de l'expérience, mais comme le monde, Dieu demeure une illusion, comme Ishvara de l'Advaïta Védenta. Tout comme l'Univers, c'est une nécessité, pas une réalité en soi.





Pour le moment je suis au bout de mon idée, et tout ceci n'est qu'un point de vue personnel, je ne force personne à être d'accord mais à se poser des questions. Toute la partie concernant l'inconscient est hautement spéculative, mais celle concernant le monde qui ne serait qu'une représentation mentale me semble hautement réaliste et probable, car il est évident selon moi que nous n'avons pas accès à la réalité même (si cette dernière existe.)

Quelque soit l'expérience que nous faisons, qu'elle soit agréable ou désagréable, ce n'est pas ultimement réel. Notre expérience n'est pas parfaite mais si nous cherchions la perfection nous ne serions peut-être pas où nous sommes.

Quelque soit notre pensée, les choses continueront d'être ce qu'elles sont. C'est notre façon d'appréhender la réalité qui peut s'en trouver bouleverser. C'est vivre et penser différemment. C'est prendre un peu de recul par rapport à la notion de réel ou de connaissance, sans aller à des actes démesurés ou insensés. Des personnes qui ont pourtant une expérience dans l'ensemble agréable souffrent parce qu'elles s'y attachent, ont peur d'êtres heureuses car peur de tout perdre, peur de la mort. Aussi d'autres la croient si réelle qu'elles en ont tout simplement peur et en souffriront. L'expérience est parfois sensationnelle, indescriptible, jouissive, et pourtant ce n'est pas très différent d'un tour de manège.

J'ai lu la préface du livre de Schopenhauer hier soir et pour conclure j'y reprends la citation de Jean-Jacques Rousseau : sors de ton enfance, ami, réveille-toi !
Following members like this message:
napo (10/10/14)


Back to top
resurgence


Offline

Joined: 22 Jun 2014
Posts: 302
Masculin
Point(s): 19
10: 3.53

PostPosted: Fri 10 Oct 2014 - 14:27    Post subject: Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Reply with quote

Kimah wrote:
Je remets en question le réalisme naïf, qui est de considérer que nous constatons la réalité telle qu'elle est en elle-même. Que nous aurions accès à l réalité en soi. …

En inversant Descartes : « si je n’existe plus, je ne pense plus », mais le monde continuera d’exister pour mes proches.. Simple déduction de l’observation des drames de la vie. C’est le bon sens de Descartes non altéré par la relativité, appelez-le réalisme naïf.
On peut cependant remettre en cause l’utilité des assurances-vie pour d’autres raisons  Mr. Green
 
Quote:
Donc notre expérience se résume à la réalité sensible qui est mentale, et à notre compréhension de celle-ci qui est également une représentation mentale. En somme tout est mental.

Dans son ontologie, Aristote distingue l’existence et l’essence qui est la conscience de l’existence.   Et il distingue substance et accident. Substance ne signifie pas matière mais une condition sous-jacente à la représentation de ce qui existe. Cette représentation mentale est « accidentelle », elle varie selon les individus et espèces, selon leur développement des sens, de l’expérience et de l’intelligence.
Quote:
Je vais essayer d'être clair. Je me représente le sujet pensant comme un iceberg, la partie visible est celle consciente, et celle submergée est l'inconscient. On sait que la plus grande partie d'un iceberg est immerger et invisible. Je vois alors l'inconscient comme contenant notre nature profonde, comme un réservoir à partir duquel les choses existent, allant de l'inconscient vers le conscient. 

 
schéma selon la psychanalyse de Jung 


 
Quote:
« L'illumination » ou la « délivrance » ne serait pas atteindre la vérité ou la réalité ultime mais faire une expérience profonde et limpide. Dieu, ce n'est pas une réalité en soi mais une manifestation positive et universelle de l'inconscient qu'il soit personnel ou collect


C’est ce que je suppose aussi, mais je ne me considère pas comme compétent et illuminé …
Mais sans réalité sous-jacente ou inconsciente, il n’y aurait pas de représentation  possible de celle-ci.


Mon hypothèse est que la réalité inaccessible  de l’inconscient rejoint la réalité inaccessible de l’univers physique selon le symbole de l’ouroboros et l’adage de la table d’émeraude qui dit que ce qui est en bas est comme ce qui est en haut et inversement
_____________________________________________________________
«Pour examiner la vérité, il est besoin, une fois dans sa vie, de mettre toutes choses en doute autant qu’il se peut.» (René Descartes)
Je pense donc je suis ... complotiste !


Back to top
Visit poster’s website
Kimah


Offline

Joined: 06 Apr 2014
Posts: 737
Masculin
Point(s): 525
10: 0.00

PostPosted: Fri 10 Oct 2014 - 14:53    Post subject: Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Reply with quote

resurgence wrote:

« si je n’existe plus, je ne pense plus »

Vous êtes entrain d'imaginer. Rolling Eyes

Hormis cela merci pour votre avis.


Back to top
René
Modérateurs

Offline

Joined: 13 Mar 2014
Posts: 1,281
Localisation: Belgique
Masculin
Point(s): 243
10: 2.51

PostPosted: Thu 4 Jun 2015 - 00:49    Post subject: Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Reply with quote

Pourquoi quelque chose plutôt que rien : mauvaise question, et en français c'est pire car "rien" ="la chose".
Il faudrait dire : Pourquoi n'y aurait-il rien ? ou plutôt : ... y aurait-il ne pas quelque chose ?
Si en Dieu existent tous les cas de figures possibles, il serait illogique que où que se tourne son regard
il ne voie rien.
Surtout nous posons cette question dans le temps, après que selon nous quelque chose soit issu de rien.
Or je ne sais pas ce que c'est que "rien" qui semble bien proche conceptuelement du vide qui n'est pas vide du tout.
Comme le disait Bergson, on ne peut pas dire d'un évènement si il est possible on non, avant qu'il  se soit produit,
c'est seulement alors que cet évènement est dit possible.
Si rien = 0, alors 0 / 0 = 1 et non pas 0,
http://www.onnouscachetout-la-suite.com/t1343-La-division-par-z-ro.htm?q=
Il faut croire que le néant n'est pas nul puisque Dieu s'en extrait sans cesse pour créer,
l'analogie avec les fluctuations quantiques du vide est tentante.
Donc tant qu'il n'y aura rien, il y aura quelque chose, en Dieu tous les paradoxes se résolvent.
_____________________________________________________________
Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. - E. de La Boétie


Back to top
Visit poster’s website
resurgence


Offline

Joined: 22 Jun 2014
Posts: 302
Masculin
Point(s): 19
10: 3.53

PostPosted: Thu 4 Jun 2015 - 06:50    Post subject: Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Reply with quote

René wrote:
Si en Dieu existent tous les cas de figures possibles, il serait illogique que où que se tourne son regard il ne voie rien.

Quote:
Il faut croire que le néant n'est pas nul puisque Dieu s'en extrait sans cesse pour créer

C’est l’erreur des monothéistes et des déterministes de croire à un gouverneur extérieur au monde
Transcendant et ne signifie ni néant ni extérieur mais « au-delà de la manifestation intelligible »
Le possible n’est ni existant ni non-existant et à la fois existant et non-existant.
Quote:
Si rien = 0, alors 0 / 0 = 1 et non pas 0,

et pouquoi pas 0 ou infini. Le Un n'a pas besoin du zéro.
S’il existe des concepts purement mentaux le zéro et le néant en font bien partie.
 
Giordano Bruno écrivait à propos de la monade dans « le triple minimum et la mesure »
Quote:
De la lumière de vérité d'un seul surgit la lumière de vérité du multiple, de même d'une seule absurdité de nombreuses autres s'ensuivent.
Dans toute série, échelle, analogie, la multitude procède à partir d'un, consiste en un et se réfère à un; ce premier sous-jacent est à considérer comme premier modèle et premier agent.
C'est pourquoi le maximum n'est rien d'autre que le minimum. Enlevez partout le minimum et il n'y aura rien nulle part. Otez partout la monade et il n'y aura de nombre nulle part, rien ne sera dénombrable, il n'y aura plus de numérateur.

L’Eglise de Rome l’a supplicié mais Planck l’a confirmé.
_____________________________________________________________
«Pour examiner la vérité, il est besoin, une fois dans sa vie, de mettre toutes choses en doute autant qu’il se peut.» (René Descartes)
Je pense donc je suis ... complotiste !
Following members like this message:
(04/06/15), Renata (04/06/15)


Back to top
Visit poster’s website
Marine
Administrateur

Offline

Joined: 11 Mar 2014
Posts: 5,604
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471
10: 2.61

PostPosted: Fri 5 Jun 2015 - 11:56    Post subject: Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Reply with quote

Une question qui n'est pas innocente, qui n'appelle pas réellement au dialogue, car elle impose quelque chose d'improbable et d'improuvable.
C'est le rien d'après que l'on veut gommer, parce qu'on ne l'admet pas...


Back to top
Visit poster’s website
may
Guest

Offline




PostPosted: Fri 5 Jun 2015 - 17:51    Post subject: Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Reply with quote

L'on peux malgrés reconnaitre que les instant ou l'ons' installe dans l'avant O est salvateur pour nos gambadage de fouineurs aprés coups? . bien plus qu'un relaxant, il offre la zone inomable incréé,et que de raffraichissement
Si la monable est principe créateur que cela en soi la Tétrade, et égal, lés prinsipe et langage mathématique ou symbolique reste nuable et infini , bien que ce que j'écris m'échappe


Marine ouais  ,  le néant fut'il inventé aprés la création ?  Confused


Back to top
Hoheinhem
Guest

Offline




PostPosted: Fri 5 Jun 2015 - 19:13    Post subject: Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Reply with quote

Pourquoi le rien serait plus naturel que le quelque chose .

Back to top
Yaba
Guest

Offline




PostPosted: Fri 5 Jun 2015 - 20:15    Post subject: Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Reply with quote

Le tout existe grâce à la conscience, rien existe quand il n'y a plus de conscience, pour une personne dans le coma ou en état végétatif l'univers n'existe pas. Seul les choses possédant une conscience peuvent s'opposer au rien.

Pour ce qui est de la création de l'univers que Dieu existe ou pas, combien d'Univers non jamais donner de vies combien de big bang et d'Univers y a t-il eu avant notre apparition.
Following members like this message:
Marine (05/06/15)


Last edited by Yaba on Fri 5 Jun 2015 - 22:41; edited 1 time in total
Back to top
may
Guest

Offline




PostPosted: Fri 5 Jun 2015 - 22:12    Post subject: Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Reply with quote

Je suis partisane que l'incréé n'est pas néant,
me demande si il est exterieur au principes primordiale, le néant
 je doute encore un peu pour ne pas radicaliser


La tecnologie est celon moi un reflet, mise en boite virtue,l de nos capacité naturel dévoyée,,ici dumoins en ces temps sur terre






 
Following members like this message:
Marine (05/06/15), napo (05/06/15)


Back to top
salieri


Offline

Joined: 16 Jan 2016
Posts: 112
Localisation: marseille
Masculin Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 0
10: 1.06

PostPosted: Mon 26 Feb 2018 - 13:22    Post subject: Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Reply with quote

resurgence wrote:
L'intellect procède par distinction et le sens des définitions repose sur l'opposition des contraires.
La question du rien ne peut être posée que par opposition à l'être et le rien n'a pas de sens.
 
La question de Leibniz "pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?" se rapporte à l'être et non pas au rien. L'être a-t-il un sens ?
 
Le bouddhisme refuse l'être et enseigne le Vide. Mais le Vide n'est pas rien.  Le bouddhisme n'enseigne pas que le monde n'existe pas. Il enseigne qu'il est impermanent, qu'il est une "coproduction conditionnée" ou "origine interdépendante". Autrement dit, le monde connu n'existe pas mais il fonctionne.
 
La question qui a un sens est celle des présocratiques Parménide et Héraclite:  
L'univers est-il un être ou un devenir ?  

je ne peux être tout et quelque chose à la fois.en tant que tout, je ne suis rien,et si je veux être quelque chose, alors je renonce à mon infinité.
c'est ce qui nous est arrivé.Le tout ne peut être quelque chose, ce n'est donc rien.l'infini est nul par essence.
mais pourtant, il y a le "je suis", direz vous.et c'est le tout!
ce "je suis" vous ne le percevez que dans l'instant present, et cet instant est sans durée.il est un point nul.essayez donc de faire entrer quelque chose de non-nul
dans un point nul!
il faut se rendre à l'evidence, le tout , quel qu'il soit, est nul.un point , c'est tout!
il ne peut y avoir que le neant car il y a forcement un tout, et ce tout est necessairement infini,donc necessairemeny NUL!
s'il y a une necessité du neant,cela veut dire que si d'aventure , il arrivait qu'il y est quelque chose ""un je suis quelconque"" cela veut dire imperativement deux choses.
1/ que le neant est son but.
2/que cette necessité est sa cause......
........
Frank Hatem "le livre de l'infini"
_____________________________________________________________
la chose n'a d'être que dans sa relation avec le verbe fondateur!


Back to top
René
Modérateurs

Offline

Joined: 13 Mar 2014
Posts: 1,281
Localisation: Belgique
Masculin
Point(s): 243
10: 2.51

PostPosted: Tue 27 Feb 2018 - 00:46    Post subject: Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Reply with quote

"L'être est, le non-être n'est pas." - Parménide
Nous ne pouvons pas ne pas être témoin de notre être,
de notre conscience et de la conscience de notre conscience.
Comme être conscient c'est forcément être conscient de quelque chose,
nous sommes induits à admettre que nous sommes ce quelque chose,
et que sans ce quelque chose, nous ne serions pas,
de même que sans nous ce quelque chose ne serait pas non plus.
Comme ce quelque chose ne peut être autre que l'univers (ou Dieu), nous sommes donc l'univers,
plus exactement sa version mentale.
Parménide ne s'oppose plus à Héraclite car tout a toujours été en mouvement (pas de Big Bang).
Nous sommes à la fois esprit et matière, et c'est en ne voyant l'univers que sous sa forme matérielle
que nous le faisons fuir. Pire : plus nous nous obstinons, plus il (nous) fuit.
Il n'y a pas d'expansion de l'univers, il n'y a que la contraction de la conscience.
Dieu n'a pas la moindre idée de ce pour quoi il crée, et il attend de l'homme qu'il le lui dise.
_____________________________________________________________
Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. - E. de La Boétie


Back to top
Visit poster’s website
salieri


Offline

Joined: 16 Jan 2016
Posts: 112
Localisation: marseille
Masculin Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 0
10: 1.06

PostPosted: Tue 27 Feb 2018 - 10:52    Post subject: Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Reply with quote

René wrote:
"L'être est, le non-être n'est pas." - Parménide
Nous ne pouvons pas ne pas être témoin de notre être,
de notre conscience et de la conscience de notre conscience.
Comme être conscient c'est forcément être conscient de quelque chose,
nous sommes induits à admettre que nous sommes ce quelque chose,
et que sans ce quelque chose, nous ne serions pas,
de même que sans nous ce quelque chose ne serait pas non plus.
Comme ce quelque chose ne peut être autre que l'univers (ou Dieu), nous sommes donc l'univers,
plus exactement sa version mentale.

Parménide ne s'oppose plus à Héraclite car tout a toujours été en mouvement (pas de Big Bang).
Nous sommes à la fois esprit et matière, et c'est en ne voyant l'univers que sous sa forme matérielle
que nous le faisons fuir. Pire : plus nous nous obstinons, plus il (nous) fuit.
Il n'y a pas d'expansion de l'univers, il n'y a que la contraction de la conscience.
Dieu n'a pas la moindre idée de ce pour quoi il crée, et il attend de l'homme qu'il le lui dise.
dieu cherche t'il à se connaitre? Shocked
je ne suis pas moi.je suis la relation moi/autrui,zero/infini,qui seule me donne conscience d'être.je ne pourrais
avoir conscience si j'etais seulement le centre comme j'en ai l'impression.pour être, il me faut contenir l'autre, l'univers.
je suis donc ce phenomene de separation/unification qui me crée en même temps qu'il crée le monde.on appelle cette
relation"mutuellement constitutive"comme disait David Bohm, le saint esprit.
Frank Hatem "le livre de l'infini"

https://www.youtube.com/watch?v=Qp40TlzQ4MU
https://www.youtube.com/watch?v=v1m-v0Rn9_E
_____________________________________________________________
la chose n'a d'être que dans sa relation avec le verbe fondateur!
Following members like this message:
René (27/02/18)


Back to top
Marine
Administrateur

Offline

Joined: 11 Mar 2014
Posts: 5,604
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471
10: 2.61

PostPosted: Tue 1 May 2018 - 10:03    Post subject: Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Reply with quote

Yaba wrote:
Le tout existe grâce à la conscience, rien existe quand il n'y a plus de conscience, pour une personne dans le coma ou en état végétatif l'univers n'existe pas. Seul les choses possédant une conscience peuvent s'opposer au rien.

Pour ce qui est de la création de l'univers que Dieu existe ou pas, combien d'Univers non jamais donner de vies combien de big bang et d'Univers y a t-il eu avant notre apparition.


Dommage que Sherlock Holmes nous ait quitté


Back to top
Visit poster’s website
salieri


Offline

Joined: 16 Jan 2016
Posts: 112
Localisation: marseille
Masculin Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 0
10: 1.06

PostPosted: Tue 1 May 2018 - 20:25    Post subject: Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Reply with quote

à propos de Holmes, un certain Ernest Holmes et non sherlock a dit
" la vie est un miroir refletant au penseur ce qu'il y projette"
_____________________________________________________________
la chose n'a d'être que dans sa relation avec le verbe fondateur!


Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 09:26    Post subject: Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    On nous cache tout " LE FORUM " Forum Index ->
Les forums
-> Philo et métaphysique
All times are GMT + 2 Hours
Goto page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Page 6 of 7

 
Jump to:  

Portal | Index | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group