OnNousCacheTout... Index du Forum

OnNousCacheTout...
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le mythe jésus

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Mythes & Légendes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 410
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Lun 13 Juil 2015 - 10:38    Sujet du message: Le mythe jésus Répondre en citant

Le personnage historique de Jésus est-il un mythe construit de toute pièce?

La plupart des historiens universitaires spécialistes de l’antiquité pensent que le Nouveau Testament (les évangiles) sont «de l’histoire transformée en mythologie religieuse». En d’autres mots, ils estiment qu’autour du début du premier siècle un rabbin controversé nommé Yeshua ben Yosef a gagné un certain nombre d’adeptes et que sa vie et ses enseignements ont fourni les éléments de départ de ce qui est devenu le Christianisme.

Dans le même temps, ces universitaires reconnaissent que de nombreuses histoires bibliques, une vierge qui donne naissance à un enfant, les miracles, la résurrection... sont une reprise de thèmes mythiques courants au Moyen-Orient à la même époque.

Depuis plus de 200 ans, un grand nombre de théologiens et d’historiens a cherché dans les textes anciens inclus dans la bible ou pas, à découvrir l’homme Jésus à travers le mythe. L’hypothèse selon laquelle Jésus n’aurait jamais existé et serait un mythe construit pour donner un socle à une religion naissante est très minoritaire encore aujourd'hui. C’est sans doute lié au fait que pendant des siècles tous les chercheurs sérieux sur les origines du christianisme étaient eux-mêmes chrétiens.

Mais un nombre croissante d’universitaires s’interroge maintenant ouvertement sur la réalité historique de Jésus. Et ils avancent plusieurs arguments pour douter de la réalité de l'existence du personnage. Voilà cinq de leurs arguments.

-1- Aucune preuve matérielle du premier siècle confirme l’existence de Yeshua ben Yosef. Selon les termes de Bart Ehrman, Professeur de l’Université de Caroline du nord: «Qu’est-ce que disent les auteurs païens de l’époque de Jésus sur lui? Rien. Aussi étonnant que cela puisse paraître, il n’existe pas la moindre mention de Jésus par ces contemporains païens. Il n’y a pas de trace de naissance, de transcription de procès, de certificat de décès. Il n’y a pas la moindre expression d’intérêt, pas de calomnies, pas de références passées, rien. Même dans tout le premier siècle, il n’y a quasiment pas de référence à Jésus par une source non juive ou non chrétienne».


-2- Plus frappant encore, les premiers auteurs du Nouveau Testament semblent ignorer la plupart des détails de la vie de Jésus. Paul semble ne pas avoir été informé de sa naissance d’une mère vierge. Aucun mage, aucune étoile à l’est, aucun miracle. Paul ne fait pas référence à l’autorité de Jésus même pour prouver ce qu’il avance. Il ne présente jamais les 12 apôtres comme des disciples et en fait ne dit jamais que Jésus a des disciples, que Jésus fait des miracles et que Jésus donne des enseignements. Pierre et Jean qui sont sensés être des personnages importants des débuts du christianisme sont considérés comme insignifiants par Paul qui s’oppose à eux et ne les considère pas comme de vrais Chrétiens!

-3- Même les évangiles ne se revendiquent pas comme des récits de première main. Nous savons maintenant que les quatre évangiles qui se sont vus donnés les noms des apôtres Mathieu, Marc, Luc et Jean n’ont pas été écrits pas eux. La désignation des noms donnés à ces évangiles s’est faite aux deuxième siècle, environ 100 ans après les débuts supposés du Christianisme.

-4- Les évangiles, les seuls récits «historiques» de la vie de Jésus, se contredisent à de très nombreuses reprises.

-5- Les chercheurs modernes, ils sont nombreux depuis plusieurs décennies, qui affirment avoir finalement découvert des traces du «vrai» Jésus décrivent en fait des personnes très différentes. On trouve pêle-mêle un philosophe cynique, un religieux juif orthodoxe charismatique, un Pharisien libéral, un rabbin conservateur, un zélote révolutionnaire, un pacifiste non violent.

Pour David Fitzgerald, ces cinq arguments mènent à la même conclusion: «la figure du Jésus est une construction du Christianisme et pas sa cause. Paul et la première génération de Chrétiens ont utilisé la version grecque Septuagint enrichie de la bible hébraïque pour créer une nouvelle foi en y ajoutant des rituels païens, des termes gnostiques un Dieu sauveur capable de rivaliser avec ceux des Egyptiens, des Perses, des Grecs et des Romains. Nous ne saurons peut-être jamais ce qui a été le déclencheur de la propagation du christianisme».
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 13 Juil 2015 - 10:38    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Renata


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2014
Messages: 394
Féminin
Point(s): 40

MessagePosté le: Lun 13 Juil 2015 - 20:16    Sujet du message: Le mythe jésus Répondre en citant

Etrange aussi que ni Tite-Live ni Pline l'Ancien pourtant ses contemporains, ne le mentionnent nulle part dans leurs écrits.
Les membres suivants remercient Renata pour ce message :
Marine (24/07/15)
Revenir en haut
may
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 23 Juil 2015 - 16:25    Sujet du message: Le mythe jésus Répondre en citant

La perspective de créer un tel personnage imaginaire pour le donné en pâture équivoque dans l'histoire dite réelle de l'humanité,
 c'est  qu'est chose qué ni bin , Shocked


La cime du personnage est symbole d'altruisme, d'amour et de gratuité,
 dans le but d'amoindrire et de controlé ces qualités, 
Jesus est celui qui porte la croix pour tout le monde  , je pense  , une seul personne supportant tout ca n'est pas vivable
qu'il faut mieux , retirer des épaules de jésus ce lourd fardeau  et ainsi le retirer de la matrice


Nous sommes tous ce personnage avec nos différences individuel et éducative , je trouve que c'est en se retrouvant en soi que ces vrai forces se libère




 


 
Les membres suivants remercient Anonymous pour ce message :
Marine (24/07/15)
Revenir en haut
Hoheinhem
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 23 Juil 2015 - 20:47    Sujet du message: Le mythe jésus Répondre en citant

Actuellement on tente de faire la même chose avec Socrate . Honnêtement cela me paraît etrange qu'un groupe religieux puisse naitre sans chef charismatique.
Revenir en haut
René


Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2014
Messages: 742
Localisation: Belgique
Masculin
Point(s): 243

MessagePosté le: Jeu 23 Juil 2015 - 22:46    Sujet du message: Le mythe jésus Répondre en citant

Que Jésus ait existé ou pas est strictement sans intérêt. Accorder une importance exclusive à ce point
sans lequel la foi ne serait pas possible est l'indice que son message n'est pas compris.
C'est d'ailleurs ce que Paul démontre sans l'avouer, qui est une sorte de consultant ésotérique avec l' intuition géniale
de porter à son plus haut degré les nombreux anciens concepts précédents.
Paul s'est magistralement planté en s'appuyant sur la pseudo parole de Jésus :
"Je ne suis pas venu pour abolir la loi mais pour l'accomplir",
ce qui revient à dire que toutes les élucubrations des dieux de l'ancien testament
sont parfaitement recevables quoique obsolètes.
Le gros hic, c'est le sacrifice, constamment présent dans l'A.T., ad nauseam,
et c'est ce même thème de sacrifice qui est repris, en plus subtil, pour garantir définitivement la validité,
l'efficacité du message.
Que ce système archaïque puisse entraîner une conviction quelconque est pour moi un mystère insondable
puisque la seule réaction à ce spectacle ne se résume jamais à rien d'autre qu'à de la souffrance passive.
Compassion pour une "passion" mot magique à deux acceptions, résumé du mystère humain.

A l'origine, il m'apparaît que la valeur rédemptrice était attachée à la souffrance du Père et non pas à celle du Fils.
C'est le Père qui contracte la nouvelle alliance en consentant au sacrifice de son unique fils.
On retrouve ici les précédents bibliques d'Abraham et Isaac ou de la fille de Jephté
ainsi que les usages sacrificiels sémitiques antiques.
Donc c'est très contradictoire et illogique, normal pour le Logos, direz-vous.


_____________________________________________________________
Heureux celui qui n'a pas de patrie. - Hannah Arendt
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
may
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 24 Juil 2015 - 19:48    Sujet du message: Le mythe jésus Répondre en citant

Yé Hoheinhem 
,la pucelle y a aussi eu droit, je ne sais plus ou j'ai lu il y a 2,3 ans de cela que son personnage était plusieur personne vivant le rôle durant son passage dans l histoire,


 ce n'est plus le plus important a si oui ou non ils ont existé, ou  pourquoi,reste, s'est passionemt a constaté
 l'entré de neptune en poisson,ou belier, 
il y a toujour un décalage offert au collectif, 
chacun avec un degrés de veracité accomplis,


 ha qu'elle est belle cette passion non sacrificiel , 
 je suis p'etre un peu parano ou idéaliste de croire en des choix précieux 


un maitre, un diseur n'est pas exclu si méme certain son remis a la loupe 
, juste a voir si un montage créer a partir de ces maitre plus discrét, pour la forme du choisi 
  sont  plus facilement oublieé en tant que semeur de messages spirituel et pacifique
faut'il vraiment de grande gloire collectif pour étre un messie
Peut êtr que durant un temps oui, mais bon 


Jesus est passé sur terre, il y est peut être encore, mais pas pour moi acec l'image que mon éducation ma légué
 
J'ai  mal a accepté le sacrifice bien qu'il peu étre un passage obligé si portail de délivrance 
mais je ne pense pas qu'il soi obligé si de métamorphoseou restitution, les loi annule les souffrance,  je m'égarrr ?


 le message reste ,au dela de son jeu double,
 la foi délies les montagnes,


 Est ce qu'un athée peu avoir la foi?.
Revenir en haut
L'Ange Gardien


Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2014
Messages: 756
Masculin
Point(s): 160

MessagePosté le: Sam 5 Sep 2015 - 13:46    Sujet du message: Le mythe jésus Répondre en citant

Nazareth, la ville créee par la théologie



La Ville Perdue



Les Evangiles nous disent que la ville natale de Jésus était ‘la Ville de Nazareth’ ('Grec : polis Natzorée'):
Citation:

• Au sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une VILLE de Galilée appelée Nazareth, • Vers une vierge qui était fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph ; et le nom de la vierge était Marie. (Luc 1:26,27)

Et tous allaient se faire recenser, chacun dans sa ville. • Joseph aussi monta de Galilée, de la Ville de Nazareth, en Judée, à la ville de David, qui s’appelle Bethléhem, parce qu’il était de la maison et de la famille de David (Luc 2:3,4)
Mais, apprenant qu’Archélaüs régnait en Judée à la place d’Hérode, son père, il eut peur d’y aller, et, ayant été averti en songe, il gagna la région de la Galilée • et vint habiter dans une Ville nommée Nazareth, afin que s’accomplît ce qu’avaient dit les prophètes : Il sera appelé Nazaréen. (Mathieu 2:22,23)

• Survenant à cette heure, elle se mit à louer Dieu et à parler de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. Lorsqu’ils eurent accompli tout ce qui était selon la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, à
Nazareth, leur Ville. (Luc 2:39,40)

Les Evangiles ne nous disent pas grand chose sur cette “ville” – il y a une synagogue, on peut y rassembler avec difficulté une foule hostile (ce qui a donné lieu à la fameuse phrase «un prophète n’est sans honneur que dans sa patrie», et cette ville est adjacente à un précipice – donc cette ville de Nazareth possède un ‘état-civil’ officiel clairement établi, tout au moins d’après le ramassi d’absurdités dénommé « La Sainte Bible »..

Cependant, quand on essaie de trouver une confirmation historique de l’existence de la ville natale de ce ‘dieu’ – quelle surprise! – absolument aucune autre source ne confirme que cet endroit existait au 1er Siècle.
Citation:
Nazareth n’est pas mentionnée une seule fois dans l’Ancien Testament. Le Livre de Josué (19 :10,16) – qui prétend être la description complète du peuplement de ces parages par la tribu de Zébulon – enregistre bien douze villes et six villages mais omet complètement ‘Nazareth’ de cette liste.
Citation:

• Ni le Talmud, bien qu’énumerant une par une 63 villes de Galilée, pas plus que la plus ancienne littérature rabbinique, ne font aucune référence à une ville dénommée Nazareth.
Citation:

St. Paul ne connait pas de ‘Nazareth’. Les Épitres du Rabin Paul (les vraies tout comme les fausses) mentionnent Jésus 221 fois, mais Nazareth aucune fois.
Citation:

Aucun fameux historien ou géographe de l’Antiquité ne mentionne la ville de Nazareth. La toute première référence écrite à cette ville n’apparaît qu’au début du 4ème siècle de notre ère.

Rien de ces details n’auraient d’importance si, tout comme dans la très proche ville païenne de Sepphoris, on pourrait de nos jours déambuler à travers des ruines et des décombres d’établissements de bains, de villas, de théatres etc. Malheureusement, aucunes ruines de ce genre n’existent à Nazareth.



Non, ce n’est pas Nazareth, ce sont les ruines de Sepphoris (Diocaesarea), éloignée de 45 minutes de marche – et dont aucune mention n’est faite dans aucun des Évangiles !  
 



Tous les apologistes chrétiens s’efforcent vainement à expliquer ces contradictions en disant ‘Naturellement, personne n’avait jamais entendu parler de Nazareth, parce que ce n’était vraiment qu’un tout petit coin perdu’. Donc par un truchement de réduction sémantique, une ville de bonne taille devient une PETITE CITÉ, cette petite cité devient un VILLAGE et ce village finalement devient un ‘HAMEAU OBSCURE’ de taille infime.
Malheureusement, si nous ne parlons plus que d’un hameau tellement obscure et minuscule, l’histoire de ‘Jésus de Nazareth’ ne tient plus debout.


Par exemple, toute l’anecdote écrite sur ‘rejeté dans son pays natal’ exige au minimum l’existence d’une synagogue dans laquelle l’Homme-Dieu puisse ‘blasphémer’. Mais où était-donc la synagogue de ce tout petit hameau bucolique? Pourquoi cet édifice n’a visiblement pas été évident aux premiers pélerins comme Sainte Hélène, la mère de l’empereur Constantin (voir ci-dessous) – cette fameuse synagogue aurait assurément été bien plus pertinente au héro de cette dame bien plus qu’un minable trou d’eau?



En fait, une tellement petite communauté aussi rustique n’aurait jamais pu avoir les moyens de posséder ses propres rouleaux sacrés en parchemin (objets rares et excessivement chers), sans même parler d’un édifice très couteux purement dédié au culte. En plus, ces paysans auraients presque certainement tous été analphabètes, (tout comme la plupart des autres paysans de Galilée)…donc incapables de lire ni de rouleaux sacrés ni aucun autre document.


Si JC avait vraiment grandi et passé trente ans de sa vie dans un village de 25 familles au plus, -un clan consanguin de moins de 300 personnes – la ‘multitude’ qui supposément avait été choquée par son blasphème et qui l’aurait sûrement jeté du haut d’un précipice vers une mort certaine pour un tel crime, n’aurait certainement pas été hostile contre tous les ’étrangers’, mais aurait été composée de membres de sa famille ainsi que de copains avec qui il avait été élevé, ses frères inclus. Vraisemblablement, ils avaient tous, presque sans aucun doute, déjà dû entendre ses objurgations pieuses depuis fort longtemps.


De plus si cette vierge élue avait rééllement reçu d’un ange l’annonce qu’elle enfanterait du Messie tout le clan l’aurait évidement su presque instantanément. Juste pour nous le remémorer, ils auraient assurément aussi assurément aussi connu les détails de ‘L’lncident à Jérusalem’ (Luc 2 :42-49) quand ce garçon de 12 ans aurait soi-disant proclamé son auto-avènement au rôle du Messie tant attendu par les Juifs croyants.



En effet, pourquoi personne n’a mentionné ce qui s’était passé à Bethlehem – l’Étoile, les Rois Mages, les Bergers, le Massacre des Innocents et le reste ? Pourquoi auraient-ils étés outragés par quoique ce soit que l’Homme-Dieu puisse dire ou faire ? Avaient-ils oublié que Dieu grandissait parmi eux ? Et qu’était-il advenu de ce somptueux présent d’or pur des Rois Mages– n’avait-il pas rendu la ‘Sainte Famille’ très très riche par ce cadeau des plus dispendieux?


Et puis, si Nazareth avait vraiment été un tout petit hameau, la plus proche ‘montagne’ convéniente du haut de laquelle l'Homme-Dieu aurait pu avoir été jeté pour le tuer – le bord d’une falaise (d’après Luc 4 :28, 30) - aurait èté au moins à 4 km, nécessitant une montée très rude sur des rochers très escarpés. Aurait le « surhomme » laissé se faire empoigner et entrainer aussi loin, au lieu de ‘filer entre leurs mains’ et s’évader?


Bien entendu, toutes ces incongruités n’existent que parce que « l’incident à Jérusalem » et toute la séquence de la Nativité sont des ajouts tardifs sur le récit de base du Messie-en-résidence.


Quoi qu'il en soit, y avait-il là même un tout petit village?
Les preuves archéologiques?
Le monde entier a été béni par le fait que les travaux d'excavation à Nazareth ont été menés par des archéologues Catholiques très pieux. Dans les temps jadis ils aurent bien pu avoir "trouvé" des sandales parfaitement inscrites avec les mots «appartenant à Jésus-Christ". En fait, ils ont diligement extrait jusqu'à la dernière goutte de sainteté de quelques résultats bien malingres. Pourtant, pour l'ensemble de leurs interprétations créatives, même les Franciscains ne peuvent pas dissimuler le fait que le manque de preuves de l’existence avant Jésus d’un village sur le site de Nazareth est pratiquement total.
Non pas que les Franciscains aient manqué l'occasion de trouver ce qu'ils voulaient trouver, ils étaient en fait, en Palestine depuis plusieurs siècles, étant les gardiens officiels de la «Terre Sainte» état résultant des bulles papales "Gratias agimus» et «Nuper charissimae » issues par Clément VI en 1342.
Pendant les guerres des Croisés, Nazareth avait changé de mains plusieurs fois. A un moment donné (1099) l’aventurier normand-sicilien Tancrède avait mis en place une «principauté de Galilée» avec Nazareth comme sa capitale. Mais les chrétiens en avait été chassés à plusieurs reprises jusqu'à ce que finalement, en 1263, Nazareth aie été complètement dévastée par le sultan Baibars et toute cette zone a été laissée en désolation pendant près de 400 ans.
Les Franciscains sont remonté dans cette zone sous un accord avec Fakhr ad-Din II, émir du Liban, en 1620. Ils ont réoccupé les restes de la forteresse des Croisés, mais ont trouvé des moines grecs toujours en possession du «Puits de Marie '. Avec des fonds venant de quêtes, ils prirent en charge l'administration de la ville et en 1730 construisirent une église sur la Grotte. La démolition de cette structure en 1955 a ouvert la voie à l'archéologie «professionnelle» et à la «découverte» du village biblique de Nazareth sur les lieux mêmes où cette église avait été érigée.



1955-1960 fouilles menées par le Père Bellarmino Bagatti (professeur, Studium Biblicum Franciscanum à la Flagellation, Jérusalem). Sous sa propre église et terrain attenant, Bagatti découvrit de nombreuses grottes et cavités. Certaines de ces grottes ont évidemment été très utilisées pendant de nombreux siècles. La plupart sont des tombes, dont beaucoup de l'âge du Bronze. D'autres ont été adaptés pour être utilisées comme réservoirs d'eau, comme cuves d’huile ou comme «silos» pour céréales. Apparemment, il y avait des indications que Nazareth avait été «refondée» au temps des Hasmonéens après une longue période où la région avait été désertée. Pourtant, une écrasante majorité des preuves archéologiques datant d'avant le deuxième siècle est funéraires. Obligé d'admettre un manque de preuves appropriées d’'habitation continue, Bagatti a pu conclure, pas moins, qu’ à partir du 1er siècle après JC, Nazareth avait été «un petit village agricole contenant quelques dizaines de familles."
Avec un grand acte de foi ces creuseurs partisans déclarérent que ce qu'ils avaient trouvé était «le village de Jésus, Marie et Joseph» - bien que n’ayant pas trouvé de village du tout, et certainement aucunes preuves d'individus en particulier. Les trouvailles n’étaient cohérentes, en fait, qu’avec des activités horticoles isolées, près d'une nécropole utilisée de longue date.
Plutôt pratique pour l'Église catholique, des graffitis forts douteux quant à leur contenu et âge avaient aussi indiqué que ce sanctuaire était dédié à la Vierge Marie, pas moins!
Pourtant, un point restait incontournable: les disposition juives envers «l’impureté» des morts. Les Juifs, selon leurs coutumes, ne bâtissaient jamais de villages dans les environs immédiats de tombes, et vice versa c-à-d les tombes devaient tojours être en dehors de toute ville, village ou lieu de résidence.


"Les tombes, tant celles découvertes par Bagatti et d'autres connues des précédentes explorations, aurait été placées à l'extérieur du village et servent, en fait, pour délimiter sa circonférence pour nous. En regardant leur emplacement sur les plans élaborés par Bagatti (1,28) ou Finegan (27), on s'aperçoit à quel point ce village était petit en réalité ... "
- J.D. Crossan (Le Jésus Historique)

Mais combien infime pouvait être ce hameau avant que l’on soit forcé d'abandonner l’idée fixe de son existence? La présence de nombreuses tombes rupestres près de la "grotte" est la preuve indubitable qu’au 1er siècle EC, que dans cet endroit il n'y avait jamais eu de village. Ce lieu n'était pas habité, même si il avait été utilisé à d’autres fins.




1996 -1997 Dr. Pfann (École de Théologie Franciscaine) creuse à Nazareth. En Novembre 1996, Stephen Pfann du Centre pour l'Étude du Christianisme Primitif a commencé une enquête sur les terrasses agricoles sises sous le « Nazareth Hospital ». Ce que Pfann et son équipe ont decouvert était un pressoir à vin d’âge très vague, mais décrit comme «ancien». Des tessons ont également été trouvés sur la surface des terrasses, datant de différentes périodes "en commençant par le début et la fin des périodes romaine.
Une étude archéologique de la surface du sol adjacent au ‘Nazareth Hospital’ a été réalisée entre Février et Mai 1997 par Pfann et son équipe, tous rattachés à ce même Centre pour l'Étude du Christianisme Primitif. Deux zones distinctes ont été identifiées, définies par le type de terrassements qui s'y trouvent.
Avec un typique zèle chrétien, Pfann a pu conclure que Nazareth était minuscule, avec deux ou trois clans vivant dans 35 logements répartis sur 2,5 hectares. Il était seulement très désolant que toutes les preuves de ces habitations aient été rasées par les envahisseurs sans presque laisser de traces.
En vérité, cette preuve des plus frêles, est compatible avec un site ayant été peut-être utilisé comme ferme familiale pendant quelques siècles - naturellement une seule et unique ferme ne fait ni un hameau ni un village ni une cité et encore moins une ville.




La suite sur le lien



 
 
Les membres suivants remercient L'Ange Gardien pour ce message :
Marine (05/09/15)
Revenir en haut
napo


Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2014
Messages: 741
Féminin
Point(s): 371

MessagePosté le: Dim 6 Sep 2015 - 18:01    Sujet du message: Le mythe jésus Répondre en citant

Personnellement, j'ai le sentiment que l'histoire de Jésus est liée à celle des anges et des nephilim. Les anges ont toujours un prénom qui se termine par "el" comme GabriEL en référence au terme utilisé pour nommer les dieux :  ELohim. Il se peut très bien que ce Jésus soit le fruit de l'union d'une humaine et d'un ange (un employé des dieux)  Rolling Eyes
_____________________________________________________________
La vérité est un pays sans chemin
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:51    Sujet du message: Le mythe jésus

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Mythes & Légendes
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com