OnNousCacheTout... Index du Forum

OnNousCacheTout...
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Anarchie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Notre société
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
René


Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2014
Messages: 742
Localisation: Belgique
Masculin
Point(s): 243

MessagePosté le: Mer 10 Juin 2015 - 00:43    Sujet du message: Anarchie Répondre en citant

L'anarchie n'est pas ce foutoir innommable ni ce bordel ingérable, autant de notions subtilement instillée dans les esprits
qui perdent tout repère, à commencer par celui de la langue.
Pas étonnant que le latin et le grec soient balancés aux orties : si le peuple commence à réfléchir,
 on est mal, pensent les élites.
Si l'anarchie est tenue pour une utopie, et des gens comme E. Chouard sont raillés,
c'est parce que la solution se trouve dans l'individu, ce qui semble difficile vu le furieux individualisme en cours.
Dire que sa liberté s'arrête où commence celle d'un autre, c'est juste pour limiter les dégâts,
mais une telle idée sournoisement perverse ne peut être à la racine de rapports sains entre individus multiples et différents.
Une liberté comme un train peut en cacher une autre dont aucun argument ne pourra prétendre à sa supériorité.

On dit souvent que la société des abeilles est le parfait exemple du modèle totalitaire :
ce n'est vrai que si on reste à la surface des faits,
ce qu'on ne dit jamais c'est qu'une abeille peut très bien changer d'emploi si les circonstances l'exigent,
une ouvrière peut même, en cas d'urgence, devenir reine, et ce sans révolution,
ce qui fait penser à la formule magique de Jacques Ellul : "Penser globalement, agir localement".
Quoique  fractales et hologrammes soient deux concepts différents, je ne peux les dissocier
dans la façon dont tout individu devrait voir le monde,
et finalement, le message christique revient intact parce que le seul vivable.
Le communisme a péréclité parce qu'il opposait Marx à Jésus, deux philosophies estropiées, Kropotkine disait :
à chacun selon ses facultés, à chacun selon ses besoins.

http://www.indigne-du-canape.com/anarchie-et-decroissance-reflexion-globale…
_____________________________________________________________
Heureux celui qui n'a pas de patrie. - Hannah Arendt
Les membres suivants remercient René pour ce message :
napo (10/06/15), Joseck (10/06/15)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 10 Juin 2015 - 00:43    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
René


Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2014
Messages: 742
Localisation: Belgique
Masculin
Point(s): 243

MessagePosté le: Mer 20 Avr 2016 - 22:46    Sujet du message: Anarchie Répondre en citant

Les théoriciens du capitalisme ont l'outrecuidance de prétendre que la poursuite
des intérêts individuels finit par profiter au plus grand nombre.
Faut-il éclater de rire ou s'écrouler en sanglots ?
La main invisible est une gifle permanente pour tous ceux qui se reconnaissent par un lien
tout aussi invisible mais mille fois plus puissant.
L'anarchie est plus qu'un système politique, c'est un mode d'être que moult philosophes ont décrit à leur manière,
tandis que les gouvernances traditionnelles s'étiolent dans un verbiage oiseux autocentré,
y compris les classiques comme Machiavel et d'autres.

http://www.indigne-du-canape.com/pour-tout-transformer-lappel-anarchiste-qu…
Par quel phénomène de torsion de neurones le très intelligent Attali arrive-t-il à tenir ce langage
d'une mauvaise foi hallucinante ?

Attali ou Filoche ? l'avoir ou l'être ? Cherchez l'erreur, cherchez l'horreur :


Sublime et incontournable Kropotkine :


Piotr Kropotkine et l'Anarchie
Par emcee le jeudi 16 février 2012, 07:53 - Brèves et hors catégories - Lien permanent


Texte original de David Morris: "Anarchism Is Not What You Think It Is -- And There's a Whole Lot We Can Learn from It", paru le 13 février 2012 dans Alternet .

L'anarchie n'est pas ce que vous pensez qu'elle est – et nous avons beaucoup à apprendre d'elle
Le mot « anarchie » a tellement été vidé de sa substance qu'il a fini par être synonyme de chaos et de nihilisme.
Ce n'est pas ce que cela veut dire.



Photo Piotr Kropotkine par Nadar

Le 8 février 1921, 2000 personnes, bravant des températures si basses que les instruments de musique

avaient gelé, suivaient le cortège funéraire dans la ville de Dimitrov, une ville à l'extérieur de Moscou.

Ils étaient venus rendre hommage à un homme, Piotr Kropotkine, et à sa philosophie, l'anarchie.

Quelque 90 années plus tard, rares sont ceux qui ont entendu parler de Kropotkine. Et le mot "anarchie"
a tellement été vidé de sa substance qu'il a fini par être synonyme de chaos et de nihilisme.
C'est regrettable, car, à la fois l'homme et la philosophie qu'il a tant fait pour expliquer

ont beaucoup à nous apprendre en 2012.
Je suis étonné qu'Hollywood n'ait pas encore découvert Kropotkine.

Car sa vie est de l'étoffe dont on fait les grands films. Né dans un milieu privilégié, il a passé sa vie à lutter contre la pauvreté.

Révolutionnaire toute sa vie, il était également un géographe et un zoologiste connu dans le monde entier.
Et, d'ailleurs, la politique et la science ont toujours été mêlées dans la plus grande partie de sa vie.
Ses luttes contre la tyrannie l'ont conduit à passer des années dans les prisons russes et françaises.

La première fois qu'il a été incarcéré en Russie, un tollé soulevé par de nombreux universitaires les plus connus

dans le monde a permis sa libération. La fois suivante, il organisait une évasion spectaculaire et fuyait le pays.
A la fin de sa vie, de retour dans sa Russie natale, tout en ayant applaudi au renversement du Tsar,
il condamnait fermement les méthodes violentes et de plus en plus autoritaires de Lénine.



Dans les années 1920, Roger N. Baldwin décrivait ainsi Kropotkine:

Citation:



Kropotkine, est considéré par tous ceux qui l'ont connu tout au long de sa vie comme "l'homme le plus noble"
qu'ils aient jamais rencontré. Oscar Wilde avait dit que c'était un des deux hommes véritablement heureux qu'il avait rencontrés … Dans le mouvement anarchiste, des milliers de militants ressentaient tous pour lui une profonde affection – les ouvriers français l'appelaient "notre Pierre". Sans jamais prendre le rôle de leader, il dominait toutefois par la force morale de sa personnalité et son intelligence exceptionnelle. Il alliait de façon extraordinaire une personnalité remarquable, une grande intelligence et une conscience sociale ardente. Sa vie a énormément marqué les gens de tous horizons – toute la sphère scientifique, le mouvement révolutionnaire russe, les mouvements radicaux de toutes tendances, et le monde littéraire qui ne s'intéressait pas, ou très peu, à la science ou à la révolution.
Dans l'optique qui nous intéresse ici, l'héritage le plus durable de Kropotkine est son travail sur l'anarchie, une philosophie dont il était sans doute le défenseur le plus passionné. Il était arrivé à la conclusion que la société allait dans la mauvaise direction et avait trouvé la bonne direction en utilisant la même méthode scientifique qui l'avait conduit à choquer ses collègues géographes en prouvant que les cartes de l'Asie existantes ne reproduisaient pas les montagnes dans le sens voulu.






L'événement marquant qui a conduit Kropotkine à choisir l'anarchie a été la parution de "De l'origine des espèces

(au moyen de la sélection naturelle, ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie)"

de Charles Darwin en 1859.

Si la thèse de Darwin selon laquelle nous descendons du singe était très controversée, sa théorie selon laquelle

la sélection naturelle impliquait "la survie des plus aptes" à la suite d'une lutte acharnée entre et parmi les espèces

avait été reprise avec enthousiasme par les "1%" de l'époque pour justifier que toutes les inégalités sociales

étaient la conséquence inévitable de la lutte pour la survie.

Andrew Carnegie affirmait que la "loi" de la concurrence "est préférable pour la race, car elle assure la survie du plus apte
dans tous les domaines". "Nous acceptons avec plaisir les grandes inégalités et la concentration des affaires entre les

mains de quelques-uns”.
L'homme le plus riche de la planète, John D. Rockefeller, avait affirmé péremptoirement:

"l'essor d'une grande entreprise n'est que le résultat de la loi du plus apte … l'accomplissement d'une loi de la nature".
En réponse à un essai de Thomas Huxley largement diffusé au XIX°s, "la lutte pour la survie dans la société humaine",

Kropotkine avait publié une série d'articles pour le même magazine qui ont plus tard été regroupés dans le livre: "

L’Entraide".

Il expliquait que la théorie des darwinistes sociaux était contredite par ses propres recherches empiriques.
Après avoir passé cinq ans à étudier la faune en Sibérie, Kropotkine écrivait :

Citation:



"je n'ai pas constaté – malgré toute ma bonne volonté - cette lutte féroce pour la survie … qui était considérée par la plupart des darwinistes… comme étant la caractéristique dominante – et le principal facteur d'évolution.”






Kropotkine avait salué le travail de recherche de Darwin sur la sélection naturelle mais pensait

que le principe dominant de la sélection naturelle était la coopération, et non pas la compétition.

Les plus aptes étaient ceux qui coopéraient.

Citation:



“Les espèces animales, où la lutte individuelle a été réduite au strict minimum, et où la pratique de l'entraide est la plus développée, sont invariablement les plus nombreuses, les plus prospères, et les plus réceptives à de nouvelles avancées … les espèces qui ne sont pas organisées en société, sont, au contraire, vouées à l'extinction".






Il a passé le reste de sa vie à défendre ce concept et le système d'organisation sociale connu sous le nom d'anarchie.

Pour les Américains, l'anarchie est synonyme de désordre. Mais pour Kropotkine, dans les sociétés anarchistes,

l'ordre existe, mais l'ordre nait de règles conçues par ceux qui en ressentent l'effet, des règles qui encouragent des

systèmes de production à l'échelle humaine et qui optimisent la liberté individuelle et la cohésion sociale.

Dans son article sur l'anarchie paru dans l'Encyclopedia Britannica de 1910, Kropotkine définit l'anarchisme comme une

société “sans gouvernement – l'harmonie dans une telle société étant réalisée non pas par la soumission à la loi, ou par

l'obéissance à une quelconque autorité, mais par des accords pris en commun entre les divers groupes,

territoriaux et professionnels, constitués librement dans l'intérêt de la production et de la consommation" …
Le livre, "l’Entraide" a été publié en 1902. Avec des chapitres sur les sociétés animales, les tribus,
les villes médiévales et les sociétés modernes, il défend de façon scientifique la thèse de la coopération.

Les lecteurs de 2012 trouveront peut-être que le chapitre sur les villes médiévales est le plus passionnant.

Entre le XII° et le XIV°s, des centaines de villes se sont constituées autour de places de marché nouvellement crées.
Les places de marché étaient si importantes que des lois adoptées par des rois, des évêques et des communes

protégeaient les vendeurs et les clients. Au fur et à mesure que les marchés se développaient,

les villes devenaient autonomes et s'organisaient en structures politique, économique et sociale, ce qui, pour Kropotkine,

représentait un modèle d'anarchie qui fonctionnait intéressant à étudier.

La ville médiévale n’était pas une agglomération centralisée. C’était une confédération, divisée en quatre ou cinq parties,
ou 5 à 7 sections, qui rayonnaient depuis un point central. A certains égards, elle était structurée

comme une double fédération.
Une partie était formée de tous les résidents regroupés dans de petites unités territoriales: la rue, la paroisse, le quartier.



L’autre était composée d’individus liés par le serment, rassemblés en guildes selon leur corps de métier.
C’étaient les guildes qui établissaient les règles économiques. Mais la guilde elle-même regroupait de

nombreux intérêts. “Le fait est que la guilde médiévale …était une association qui regroupait tous les

hommes ayant un lien avec un métier donné: des acheteurs de matières premières, des vendeurs de

produits manufacturés et des artisans – maîtres, 'compagnons' et apprentis”.

Elle était souveraine dans son propre domaine, mais ne pouvait pas établir des règles

qui empiétaient sur le fonctionnement d’autres guildes.

Quatre-cents ans avant Adam Smith, les cités médiévales avaient adopté des règles qui permettaient
que la recherche de l’intérêt individuel soutienne l’intérêt général. Contrairement à la théorie d’Adam Smith,
leur instrument était une main parfaitement visible.

Ce monde miniature de coopération avait abouti à des réussites remarquables.

Dans ces villes de 20.000 à 90.000 habitants ont été réalisées des avancées technologiques et artistiques

qui nous surprennent encore.

La vie dans ces cités n’était pas tout à fait aussi primitive que celles du Haut Moyen Âge où les situent les livres d’histoire.
Les travailleurs de ces cités médiévales gagnaient de quoi vivre. Dans beaucoup de ces cités, la journée de travail était de
huit heures. Florence, en 1336, comptait environ 90.000 habitants.

Quelque 8 à 10.000 garçons et filles (oui, des filles) étaient scolarisé-es dans le primaire et il y avait 600 étudiants

répartis dans 4 universités. La cité était fière de ses 30 hôpitaux avec plus de 1000 lits.

En effet, Kropotkine écrit:

Citation:



Plus nous en apprenons sur la cité médiévale, plus nous sommes convaincus que les ouvriers n’ont jamais connu de telles conditions de prospérité et de respect que quand la vie citadine était en plein essor.






L’Entraide n’est plus guère lu, de nos jours. Tout le monde a oublié Piotr Kropotkine.
Mais son message et ses recherches basées sur les expériences, disant que c’est la coopération,

et non pas la concurrence, qui est le moteur de la sélection naturelle, que la décentralisation est préférable à la

centralisation, que ce soit dans le domaine politique ou économique, et que l’entraide et la cohésion sociale doivent être

encouragées pour éviter les énormes inégalités sociales, et que la question de l’exaltation de l’individu aux dépens de la

collectivité est tout aussi pertinente pour les débats fondamentaux de notre époque qu’elle l’était à son époque.
En cet anniversaire de la mort de Kropotkine, il serait salutaire que le monde redécouvre ses écrits remarquables

(en anglais; en fr), dont tous (en anglais) sont disponibles gratuitement en ligne, et qu’ils redécouvrent sa philosophie.

Traduction emcee ©des bassines et du zèle

David Morris est co-fondateur et vice-président de l'"Institute for Local Self Reliance" (institut pour une autonomie locale)
à Minneapolis, Minn., et directeur de son "New Rules project" (projet sur les "nouvelles règles" de l'Institut)


NB: ce texte, après l'ambiance glauque du billet précédent, apporte une bouffée d'air frais et d'espoir

dans ce monde de prédateurs.
N'ayant pas les éléments nécessaires pour juger de l'influence ou pas (ou de la crédibilité) de Kropotkine

dans les milieux anarchistes, et n'ayant pas la prétention de donner des leçons sur un sujet que je ne possède pas,

j'ai simplement voulu traduire ce passage qui rendait hommage à un homme qui a passé sa vie à combattre les inégalités
et dont l'histoire m'a touchée.

Je demande, donc l'indulgence aux anarchistes qui passeraient par là


Un beau récit …che ... " se non è vero, è ben trovato".

Lien : les corporations d'ouvriers au Moyen-Age. Rappel historique.

Pétition  "Nuit Debout" :
http://nuitdebout.fr/
_____________________________________________________________
Heureux celui qui n'a pas de patrie. - Hannah Arendt
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:26    Sujet du message: Anarchie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Notre société
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com