OnNousCacheTout... Index du Forum

OnNousCacheTout...
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

WikiLeaks

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Conspirations
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 412
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Sam 18 Avr 2015 - 07:12    Sujet du message: WikiLeaks Répondre en citant

https://wikileaks.org/index.fr.html
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 18 Avr 2015 - 07:12    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 412
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mar 5 Mai 2015 - 10:57    Sujet du message: WikiLeaks Répondre en citant

Après quatre années de panne ou de fonctionnement au ralenti, le site Internet de WikiLeaks est de nouveau prêt à recevoir des documents confidentiels envoyés par des lanceurs d’alerte, de façon anonyme, chiffrée et intraçable.

Pour faire face aux progrès constants des appareils de surveillance étatiques, notamment américains, WikiLeaks avait besoin d’un système inédit. Elle n’a pas voulu adopter une solution préexistante, par exemple la suite logicielle européenne GlobaLeaks ou son équivalent américain Secure Drop, qui ne seraient, selon WikiLeaks, pas adaptées aux risques encourus par l’organisation, spécialement ciblée par les Etats-Unis.

Pour réaffirmer ses ambitions et son statut particulier, WikiLeaks rappelle une citation d’Edward Snowden, l’ancien agent secret américain qui a divulgué en juin 2013 des masses de documents secrets de la NSA : « Tous ces médias du monde entier, tous ces éditeurs essayaient d'obtenir un morceau de l'histoire. Mais un seul d’entre eux a réellement dit : “Nous voulons aider la source, nous voulons nous assurer qu’elle va bien, nous voulons faire en sorte que, peu importe ce qui arrive, elle a quelqu'un de son côté. C’était WikiLeaks.” »

Le site ne livre pas de détails sur sa nouvelle configuration, mais il donne un exemple de son niveau de sophistication. Ainsi, le manuel et les clés d’utilisation sont déployés sur toutes les pages du site, elles-mêmes réparties sur de nombreux serveurs. Résultat : « Quand on clique sur le bouton “envoyer”, cela ne génère aucun trafic sur le réseau, car ces détails sont téléchargés à chaque fois que quelqu’un se connecte à n’importe quelle page de WikiLeaks. » Le message du lanceur d’alerte est noyé dans la masse des connexions des simples visiteurs.

Système basé sur le réseau anonyme TOR

Pour le reste, WikiLeaks fait appel, comme les autres sites de lanceurs d’alerte, aux routeurs et aux serveurs de stockage du réseau anonyme et chiffré TOR (The Onion Router – « le routeur oignon »), qui permet d’utiliser Internet sans laisser de traces. Selon WikiLeaks, ce nouveau système a été construit grâce à des dons de sympathisants, que l’organisation peut à nouveau recevoir depuis que les organismes de cartes de crédit ont cessé de la boycotter, à la suite des actions en justice.

Un des artisans du système européen GlobaLeaks (utilisé notamment par Source Sûre, une plate-forme à laquelle collaborent plusieurs médias européens, dont Le Monde) s’est livré à une rapide analyse du nouveau site de WikiLeaks : « Ils ont sans doute leurs propres techniques très performantes de contre-espionnage. Compte tenu de la paranoïa ambiante [post-Snowden], je suppose qu’ils n’ont même pas de base de données en arrière-plan. Le reste est sans doute un ensemble de procédures humaines pour repérer les éventuelles actions d’un adversaire (…) En ce sens, leur système de soumission de documents n’est sans doute qu’une petite partie d’un arsenal de mesures en profondeur. »

En revanche, l’expert constate que contrairement à GlobaLeaks, le nouveau système de WikiLeaks ne possède pas de messagerie pleinement intégrée à son système. Pour communiquer, les militants et les lanceurs d’alerte devront utiliser un canal extérieur, qui n’offrira donc pas les mêmes garanties d’authentification des correspondants – pour vérifier que l’interlocuteur sur la messaegerie est bien l’expéditeur des documents.

Par ailleurs, WikiLeaks réaffirme l’un de ces principes fondateurs les plus controversés : l’organisation publiera « les archives complètes des documents censurés » qu’elle pourra recevoir ; contrairement aux grands médias qui trient et censurent parfois en partie les documents.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/05/05/wikileaks-peut-a-nouveau-re…
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 412
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mer 3 Juin 2015 - 10:35    Sujet du message: WikiLeaks Répondre en citant

Wikileaks offre 100 000 dollars à qui divulguera le traité transpacifique


«Cet accord massif contient 29 chapitres, dont 26 restent encore secrets, explique Wikileaks, qui en a déjà révélé trois. Il couvre 40% du PIB mondial et il s’agit du plus grand accord de son genre dans l’histoire. Le traité vise à créer un nouveau régime juridique international qui permettra aux sociétés transnationales de contourner les tribunaux nationaux, de se soustraire à la protection de l’environnement, contrôler Internet pour le compte des fournisseurs de contenu, de limiter la disponibilité des médicaments génériques abordables, et de réduire considérablement la souveraineté législative de chaque pays».

Les négociations sur ce traité, menées dans la plus grande confidentialité, sont de plus en plus contestées aux États-Unis, notamment par une partie des Démocrates, de nombreux syndicats et associations, qui contestent leur caractère antidémocratique. Ce traité a pour but de libéraliser les échanges entre une douzaine d’États situés sur les deux rives du Pacifique (dont le Japon, les États-Unis et le Mexique). Ses opposants redoutent des conséquences sur l’emploi, les normes sanitaires et l’environnement.

Après seulement quelques heures, Julian Assange avait déjà recueilli un quart de la somme proposée grâce à une opération de financement participatif sur Internet. Reste à savoir si la récompense offerte sera suffisamment attrayante pour inciter un lanceur d’alerte à divulguer ce que Wikileaks appelle «America’s most wanted secret», le secret le plus recherché d’Amérique.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 412
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Lun 22 Juin 2015 - 11:43    Sujet du message: WikiLeaks Répondre en citant

Le site WikiLeaks a publié, vendredi 19 juin, près de 61.000 communications confidentielles de la diplomatie saoudienne. Une opération dénommée "Saudi cables" et qui selon Julian Assange, le fondateur du site, a pour but d'en révéler 500.000 au total. De quoi étaler au grand jour les manigances extérieures des Saouds et la terreur qu'ils font régner chez eux.



Haoues Seniguer : Les documents divulgués par le site WikiLeaks exposent au grand jour la grande duplicité du royaume saoudien et, par ricochets, met à mal un certain nombre d’États occidentaux, en particulier les Etats-Unis, qui ont fait de Riyad, depuis des décennies, un partenaire privilégié de leur politique étrangère dans la région du Moyen-Orient. En effet, comment, d’un côté, dénoncer les violations flagrantes et continues des droits de l’homme des acteurs étatiques et non étatiques de la région, et, de l’autre, prendre langue avec un pays, l’Arabie saoudite en l’espèce, qui elle-même viole les droits de l’Homme les plus élémentaires ? L’alliance Arabie saoudite-Etats-Unis apparaît ainsi de plus en plus comme contre-nature et très largement dictée, pour les seconds, à la fois par des considérations économiques et de pragmatisme politique.





La France est également éclaboussée, il est vrai tout aussi indirectement. En effet, il est difficile de justifier auprès de l’opinion publique française la vente de rafales à un pays dont le moins qu’on puisse dire est qu’il ne brille pas par son attachement scrupuleux aux droits de l’Homme qui s’opposent au contraire à son idéologie.

Selon Julian Assange, "Saudi Cables a mis en lumière une dictature qui devient de plus en plus imprévisible, (qui) est aussi devenue une menace pour ses voisins ainsi que pour elle-même". Que nous apprennent ces documents sur le caractère dictatorial du régime ?

Les documents, dont je n’ai pas pris connaissance de la totalité, ne nous apprennent rien de plus que ce que nous savions déjà au sujet de la monarchie saoudienne, à savoir un État qui applique une vision très littéraliste et, partant, répressive de la religion, et qui n’hésite pas, par ailleurs, à s’appuyer sur la diplomatie de chéquier pour soigner son image à l’étranger. Il faut reconnaître que la diplomatie de chéquier procède d’une relation clientéliste où il y a un patron ou des patrons et un ou plusieurs obligés. En d’autres mots, si clientélisme saoudien il y a, la clientèle en accepte les termes. La responsabilité est par conséquent largement partagée.

WikiLeaks nous renseigne également sur les tentatives des Saoudiens pour influencer leurs voisins, Libanais par exemple, afin de contrecarrer l’influence grandissante de l'ennemi iranien. Le royaume n'hésitant pas à utiliser le clientélisme. Qu'apprend-t-on à ce sujet ?

On y apprend notamment que l’Arabie saoudite financerait (ou serait disposé à financer) des partis politiques libanais pour asseoir sa présence et son influence diplomatique dans un Proche-Orient en crise chronique, en vue de contrebalancer, en effet, "l’influence grandissante de l’Iran" et de ses alliés régionaux que sont notamment les membres du Hezbollah libanais. Riyad craint vraiment de perdre du terrain face à un Iran qui semble s’imposer de plus en plus comme un interlocuteur crédible des puissances occidentales, États-Unis en tête, pour la résolution de crises régionales, à l’image du conflit syrien qui n’en finit pas.





Riyad a d'ores et déjà réagi en affirmant que ces Saudi cables étaient faux. Face à un régime si dur, peut-on imaginer que ces révélations aient une quelconque répercussion sur le royaume saoudien ?

Un régime aussi autoritaire et sûr de lui-même a néanmoins toujours besoin de soigner son image à l’étranger, notamment à l’heure des Nouvelles Technologies des Informations et de la Communication (NTIC), où, ce faisant, il n’est jamais très bon, auprès d’une opinion publique internationale de plus en plus sensible et exigeante sur les violations des droits humains, de véhiculer à grande échelle une image négative de soi. La diffusion de ce genre d’informations est également en mesure de gêner la communication publique des nations démocratiques, à l’instar de la France, qui dénoncent le radicalisme ou le "djihadisme", d’un côté, et, de l’autre, ferment les yeux sur les actions très discutables du régime saoudien qui cultive un paradigme religieux très proche de celui de Daech, à la différence près que l’Arabie Saoudite est un pays reconnu sur le plan international tandis qu’il n’en est rien, et pour cause, s’agissant de l’organisation de l’État islamique.

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/royaume-secrets-genants-que-nouvelles-fu…
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 412
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Dim 8 Mai 2016 - 17:09    Sujet du message: WikiLeaks Répondre en citant

ça date de l'année dernière , mais toujours bon à relire et regarder les vidéos

WASHINGTON – La récente divulgation de documents secrets publiés par Wikileaks offre, aux adversaires des accords commerciaux globaux actuellement rédigés par l’administration Obama, encore plus d’arguments pour démontrer que de tels accords pourraient avoir un impact sur les lois et la législation des États-Unis.

La dernière fuite inclut prétendument 17 documents de négociations sur le Trade in Services Agreement (TISA), un accord commercial mal nommé qui couvrirait les États-Unis, l’Union Européenne et plus de 20 autres pays. Plus de 80% de l’économie américaine se situant dans le secteur des services.

Selon le communiqué de Wikileaks, le TISA, comme on l’appelle familièrement, serait un grand pas vers la déréglementation des industries financières, et pourrait affecter tous les secteurs : des règles du trafic maritime et aérien aux réglementations nationales à partir du moment où cela implique un service de commerce international.
Le TISA serait l’un des trois accords géants pour lesquels le passage au dessus du Congrès pourrait être facilité avec la mise en place du Commerce Promotion Authority, aussi connu comme « fast-track » , la procédure accélérée. Le Sénat a adopté le fast-track, et il pourrait l’être aussi à la Chambre ce mois-ci.

Les autres pactes géants sont le Partenariat Trans-Pacifique, couvrant une douzaine de nations du Pacifique et le Traité Transatlantique ( Transatlantic Trade and Investment Partnership ) ciblant l’Europe.

Parmi les plus fervents opposants de ces accords, il y a les syndicats, dont les membres dénoncent les pertes d’emplois provoquées par les accords de libre-échange précédents ainsi que l’excès de confidentialité entourant les procédures.

« Une fois de plus Wikileaks révèle ce que nous ne pouvons pas apprendre de notre propre gouvernement, un gouvernement qui garde les secrets des accords commerciaux géants qui touchent des générations d’Américains jusqu’à ce qu’ils soient pratiquement adoptés », a déclaré le président du Communications Workers of America, Larry Cohen.

« Le texte TISA qui fuite aujourd’hui révèle une fois de plus à quel point le Fast Track Authority est dangereux en matière de protection des droits des citoyens par rapport aux droits sociaux », a-t-il ajouté. « Ce texte TISA favorise de plus belle la privatisation des services publics, limite l’action gouvernementale sur des questions allant de la sécurité à l’environnement en utilisant le commerce comme un écran de fumée pour limiter les droits des citoyens ».

Le Bureau du Représentant au Commerce des États-Unis et de hauts responsables européens ont niés à plusieurs reprises que les accords TISA et TTIP auraient un impact sur les lois locales, diffusant une déclaration commune à cet effet en mars dernier.

Pourtant, les documents de Wikileaks suggèrent que les compétences des tribunaux du style Organisation Mondiale du Commerce seraient élargies pour le TISA, et que ces tribunaux se réuniront pour régler les différends commerciaux pouvant influer sur les lois locales. Un des ces tribunaux de l’OMC a statué le mois dernier que les États-Unis devaient abroger leurs lois, exigeant que la viande soit étiquetée avec son pays d’origine, ou qu’ils soient confrontés à des tarifs punitifs sur les exportations.

L’USTR a refusé de confirmer, si oui ou non les documents de Wikileaks étaient authentiques, les qualifiant de « fuites présumées d’informations commerciales », mais a insisté sur le fait que l’accord était particulièrement important pour les États-Unis et son secteur de services expansifs.

« Il est important de souligner que les exportations de services américains sont au plus haut point historique, s’élevant à 710,6 milliards de dollars, et que ces exportations engagent 4,6 millions d’emplois bien rémunérés dans tout le pays », a déclaré le porte-parole de l’USTR, Andrew Bates dans un communiqué. « Voilà pourquoi le président Obama a fait de l’ouverture des marchés pour les services exportateurs américains une priorité majeure de son agenda sur l’économie des classes moyennes. La législation sur la TPA (Trade Promotion Economy) qu’a adopté le Sénat la semaine dernière avec le soutien des deux partis, contient des dispositions uniques en leur genre pour renforcer l’initiative du Président en matière d’élargissement de l’accès au marché pour les exportateurs de services américains, y compris par le PTP, le TTIP, et le TISA ».

De même, Brendan Buck, porte-parole de Paul Ryan, le président de la Commission des Voies et Moyens de la Chambre, a présenté le projet de loi dit « fast-track » comme un moyen de s’assurer que les gens puissent voir le contenu des accords avant de les faire passer, en notant qu’en vertu de cette procédure accélérée, le président aurait à dévoiler chaque proposition et à attendre deux mois avant que le Congrès puisse voter.

« Si la confidentialité est une préoccupation, le TPA est la solution », a déclaré Buck. « Pour la première fois, il sera assuré qu’un accord commercial soit public et mis en ligne pendant 60 jours avant d’être envoyé au Congrès ».

Cependant, la procédure accélérée supprime aussi la capacité du Congrès à modifier les accords commerciaux de quelque manière que ce soit en leur interdisant tous les amendements. Elle interdit également l’obstruction ou l’emploi d’obstacles procéduraux que les législateurs en minorité peuvent généralement utiliser pour ralentir la législation, et exige qu’un simple vote pour-ou-contre soit tenu sur les offres.

Les adversaires du fast-track comme Cohen avertissent que pour un Congrès bienveillant – en particulier un Congrès dirigé par le Parti Républicain qui est déjà hostile à des réglementations – il serait extrêmement improbable de bloquer l’un des accords commerciaux qui se profilent, quels que soient les détails publiés mercredi.

« Ceux qui, dans le Congrès américain, prennent en considération le fast-track doivent prendre garde », a déclaré Cohen. « Le TISA est un coup porté à nos droits et à nos libertés aussi grand que le Partenariat Trans-Pacifique, et dans les deux cas, la confidentialité de notre gouvernement sera un facteur clé ».

Wikileaks a également publié plusieurs parties du PTP, et a annoncé mardi qu’il offrait une récompense de 100,000 dollars à tous ceux qui peuvent débusquer les chapitres encore secrets.

Au cours de son exposé de mercredi, l’attaché de presse de la Maison Blanche, Josh Earnest a rejeté l’idée que la révélation de ces documents coûterait beaucoup, disant que l’accord commercial n’avait pas encore été finalisé.

« Notre réaction est tout simplement qu’il n’y a pas d’accord PTP pour le moment. Quand nous en aurons un, il sera rendu public », a déclaré Earnest. « Le président reste confiant car si nous sommes en mesure de parvenir à un accord, il sera compatible avec la législation TPA qui a déjà été adoptée par le Sénat et qui, nous espérons, sera bientôt adoptée par la Chambre. »

Article de Michael McAuliff publié sur le Huffington Post le 3 juin 2015 et traduit par Rochelle Cohen.

http://www.agenceinfolibre.fr/wikileaks-revele-de-nouvelles-informations-ac…

Vidéos dans le bas de la page
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 412
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mer 5 Avr 2017 - 17:18    Sujet du message: WikiLeaks Répondre en citant

Le fondateur du site WikiLeaks Julian Assange a affirmé au journal russe Izvestia que des emails de Hillary Clinton contenaient également des informations sur le candidat à la présidentielle française Emmanuel Macron.

«Assange va jeter de l’huile sur le feu de la campagne présidentielle en France», titre, le 3 février, un des plus anciens journaux russes Izvestia. La publication laisse entendre que WikiLeaks pourrait révéler des zones d'ombre concernant l'un des favoris de l'élection présidentielle de 2017 en France.

«Nous possédons des informations intéressantes concernant l'un des candidats à la présidence française – Emmanuel Macron», a ainsi déclaré Julian Assange à Izvestia. «Ces données proviennent de la correspondance personnelle de l’ex-secrétaire d’Etat américain, Hillary Clinton», a-t-il précisé, en se félicitant que tout le monde ait été enthousiasmé par les dernières publications du site concernant les candidats à la présidentielle française.

Le 1er février, WikiLeaks avait déjà annoncé qu'on pouvait trouver dans ses archives près de 5 000 documents mentionnant Marine Le Pen et François Fillon, rivaux de l’ancien ministre de Finances de François Hollande à l’élection du 23 avril et tous deux actuellement au centre de scandales d'emplois fictifs. Parallèlement, le site publiait quelques extraits des courriels de Hillary Clinton et de son directeur de campagne où était évoqué le leader du mouvement En Marche ! L’un d’eux contenait une description de son profil et un autre une invitation pour un dîner organisé par Emmanuel Macron (alors ministre de l'Economie), en compagnie de Manuel Valls et de plusieurs personnalités politiques européennes.

Si vous avez du courage : https://wikileaks.org/


Un lien sur ce site pour voir les sms

https://francais.rt.com/france/33403-wikileaks-macron-clinton-email-assange
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:16    Sujet du message: WikiLeaks

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Conspirations
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com