OnNousCacheTout... Index du Forum

OnNousCacheTout...
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les services secrets israéliens - Éric Denécé & David Elkaïm

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Livres, revues et citations
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 412
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Lun 2 Fév 2015 - 00:19    Sujet du message: Les services secrets israéliens - Éric Denécé & David Elkaïm Répondre en citant

Mossad - Aman - Sin Beth


Aman (Agaf Hamodiin) : service de renseignement militaire
israélien, également chargé de la censure militaire et de la
sécurité de l’information.

Haganah : armée du mouvement sioniste avant la création
de l’État d’Israël. C’est l’ancêtre de Tsahal.

Hamisrad : « Le bureau », autre nom du Mossad.

Irgoun : organisation armée nationaliste juive fondée en
1931, intégrée dans l’armée israélienne au moment de
l’indépendance.

Katsa : officier traitant. Le Mossad n’en compterait pas
plus d’une centaine.

Keshet : voir Nevioth.



Kidon
(« baïonnette » en hébreu) : c’est la branche du
Mossad chargée des éliminations physiques et des
kidnappings. Le Kidon est rattaché au Metsada.

Heyl Haavir : armée de l’air israélienne.

Heyl Hayam : marine israélienne.

Lamdan (Lahak Modi’in) : division des renseignements
aériens.

Lap (Lohama Psikhologit) : département de la division
Renseignement du Mossad, chargé de la guerre psychologique,
de la propagande et des opérations d’intoxication des
adversaires d’Israël.

Lehi (également connu sous le nom de groupe Stern) :
groupuscule dissident de l’Irgoun, à l’origine d’attentats contre
les Britanniques et les populations arabes pendant la guerre
d’indépendance.

Lekem (Leshkat le-Kishrei Madao : Bureau de liaison
scientifique) : service d’espionnage scientifique mis sur pied en
1957 chargé de l’acquisition des technologies nucléaires et
aéronautiques. Dissout suite à l’affaire Pollard (1987).

Mahman (Mahleket Modi’in)
: département du
renseignement naval.

Malmab : service chargé de la sécurité du ministère de la
Défense et de ses installations de recherche, en particulier de
la protection du réacteur nucléaire réacteur de Dimona.

Mamad (Ha’Mahlka Le’Mehkar Medini)
: département
politique du ministère des Affaires étrangères.

Melukah : service de recrutement du Mossad.

Memuneh (« celui qui a la charge », sous-entendu des
services secrets) : coordinateur de la communauté du
renseignement israélienne. Ce poste est toujours assuré par le
directeur du Mossad en exercice.

Metsada : division des opérations spéciales du Mossad
chargée des actions paramilitaires de sabotage, d’enlèvement
ou d’élimination physique des ennemis d’Israël. Anciennement
connu sous le nom de Cæsarea.

Mossad (Ha-Mossad le-Modiin ule-Tafkidim Meyuhadim :
Institut pour le renseignement et les missions spéciales) :
service de renseignement extérieur de l’État hébreu rattaché
directement au Premier ministre.

Mossad Le’Aliyah Beth (littéralement « Institut pour
l’immigration de type B », c’est-à-dire illégale) : avant
l’indépendance d’Israël, le Mossad Le’Aliyah Beth s’occupait
d’organiser l’immigration juive clandestine, en violation du
Livre blanc britannique publié en 1939.

Midrasha :
officiellement « Résidence d’été du Premier
ministre », c’est en fait le Centre de formation du Mossad. Elle
est située au nord de Tel-Aviv.

Nevioth : division de recherche opérationnelle du Mossad,
chargée des filatures, des contre-filatures, de la surveillance,
des effractions et des écoutes clandestines. Anciennement
dénommée Keshet.

Nili : transcription des initiales de la phrase « le Dieu
d’Israël ne ment pas » ; première structure de renseignement
du Yichouv.

Palmach (Plugot Makahaz : groupe d’assaut) : branche de la
Haganah chargée des opérations spéciales.

Palyam : service de renseignement du Yichouv chargé de
surveiller la loyauté des capitaines de navires payés pour
assurer le transport des cargaisons, qui donnera naissance au
renseignement naval.

Poum (Plugot Peyuchadot :
compagnie spéciale) : créée après
la Seconde Guerre mondiale, cette structure de la Haganah
équivalait à la fois à une organisation de police, à un service de renseignement, de contre-espionnage et à un commandement
des opérations spéciales.

Ramatkal : commandant en chef de Tsahal.

Rekkesh (« acquisitions ») : avant l’indépendance d’Israël,
service chargé d’acheter des armes pour la Haganah et de les
acheminer clandestinement en Palestine.

Sayan (pluriel sayanim) : agent recruté par la division
Tsafririm du Mossad dans la diaspora juive pour fournir des
informations d’environnement et assurer la logistique de
certaines opérations.

Sayeret : unité de reconnaissance et d’action spéciale.

Sayeret Matkal : unité de reconnaissance et d’action
spéciale de l’état-major des armées, elle est considérée comme
la meilleure unité de combat de l’armée israélienne. Connue un
temps sous l’appellation d’Unité 269 ou encore d’Unité 424.

Shai (Sherout Yediot : Service d’information) : premier
service de renseignement juif en Palestine.

Shayetet 13 : unité spéciale de la marine israélienne.
Également connue sous les dénominations de Flotille no 13,
S’13 ou Kommando Yami.

Shin Beth (Sherout Ha-Bitachon Ha-Klali : Service de
sécurité général) : service chargé de la lutte antiterroriste et
du contre-espionnage sur le territoire israélien, ainsi que de la
protection des personnalités, des ambassades et de la
compagnie aérienne El Al. Également dénommé Shabak.

Stern : voir Lehi.

Tevel (« le monde ») : division du Mossad chargée de
l’action politique et des liaisons internationales, Tevel gère les
relations et les opérations communes avec les services amis,
mais aussi les échanges avec les pays qui ne disposent pas de
relations officielles avec Israël et avec les mouvements
d’opposition au sein des pays arabes à qui il fournit instruction,
financement et assistance logistique.

Tsafririm : anciennement dénommée Bitsur, cette division
du Mossad a une double fonction : d’une part, recruter des
agents dans la diaspora juive (voir Sayan) et, d’autre part,
venir en aide aux communautés juives menacées partout dans
le monde.

Tsahal (Tsva Haganah Le Israem : Forces de défense
d’Israël) : armée israélienne.

Tsomet : plus importante division du Mossad, responsable
de la recherche clandestine du renseignement, via ses postes
officiels ou clandestins à l’étranger. C’est elle qui recrute et
utilise les sources à travers le monde, grâce à des officiers
traitants, appelés Katsa.
Unité 8200 : unité militaire spécialisée dans l’interception
des communications adverses, la surveillance d’Internet et la
guerre cybernétique offensive.


Varash (Va’adat Rashei Ha’Sherutim
: Comité des chefs de
services) : comité regroupant les directeurs des différentes
services de renseignement israéliens (Shin Beth, Mossad et
Aman) ainsi que les conseillers spéciaux du Premier ministre
pour les questions de renseignement, de terrorisme et les
affaires militaires. Il se réunit deux fois par mois. C’est le
directeur du Mossad qui préside le Varash car il possède le
titre de Memuneh.

Yichouv : communauté juive de Palestine dont les
institutions administratives, sociales et politiques ont préfiguré
celles de l’État d’Israël.



Mercredi 1er janvier 2014, fin de matinée. Une explosion retentit dans Suchdol, une banlieue huppée de Prague. Un homme d’une cinquantaine d’années, grièvement blessé au thorax et à la tête, est évacué vers l’hôpital de Prague-Stresovice où il est placé dans un coma artificiel. Il ne survivra pas à ses blessures. Sur les lieux de l’incident, la police met immédiatement en place un dipositif de sécurité avant l’arrivée de la presse : en effet, la victime n’est autre que Jamal al-Jamal, l’ambassadeur de l’Autorité palestinienne en République tchèque, en fonction depuis octobre 2013.

Rapidement, le chef de la police tchèque déclare aux médias : « Il n’existe aucun indice sur une éventuelle attaque terroriste. » L’accident tragique aurait été causé par le déclenchement du mécanisme de protection d’un vieux coffre - fort dans lequel le diplomate tentait de récupérer des documents. Selon lui, « rien ne porte à croire que le système explosif placé sur la porte du coffre-fort […] a été placé par une personne dans l’intention de nuire à autrui ». La thèse de l’attentat est donc écartée. C’est aussi la version des faits que donne le chef de la diplomatie de l’Autorité palestinienne, Riyad al-Malki, qui envoie à Prague une équipe spéciale pour
coopérer avec les autorités tchèques.

Mais rapidement le doute s’installe. Il est clairement établi que le coffre-fort en question, récemment installé dans les locaux flambant neufs de la résidence de l’ambassadeur, était utilisé quotidiennement par le personnel diplomatique. Le porte-parole de l’ambassade confirme ensuite qu’il n’était pas équipé d’un système antivol intégré. La femme de l’ambassadeur, elle-même légèrement blessée par l’explosion, déclare à son tour que seul son mari a été atteint et qu’il n’y a pas de dégât dans la pièce. Par ailleurs, quelques jours plus tard, la police tchèque admet avoir trouvé dans la résidence du diplomate une grande quantité d’armes à feu non déclarée aux
autorités.

Rappelons aussi que Jamal al-Jamal avait rejoint le Fatah de Yasser Arafat en 1975. Il avait occupé des postes dans les missions diplomatiques palestiniennes en Bulgarie et en Tchécoslovaquie, États qui, durant la Guerre froide, formaient, équipaient et finançaient – avec la bénédiction du KGB – les combattants palestiniens dans leurs actions armées contre Israël. Avant d’être nommé à Prague, al-Jamal était consul à Alexandrie depuis 2005. Pour toutes ces raisons, Rana, sa fille, ne croit pas à la thèse d’un accident. « Nous pensons que mon père a été tué et que sa mort a été arrangée et n’est pas accidentelle. »

Le diplomate palestinien a-t-il été tué par un hypothétique système de sécurité ? A-t-il manipulé maladroitement une bombe qui se trouvait dans son coffre-fort ? A-t-il été assassiné ? Et si oui par qui ? Le mystère reste entier. Mais plusieurs indices font penser à une opération habilement préparée : le diplomate n’avait que très récemment emmenagé dans sa nouvelle résidence ; la charge explosive semblait parfaitement proportionnée pour une élimination ciblée…

Toutefois, aucun élément ne permet de soupçonner que les services israéliens soient impliqués. Mais c’est paradoxalement ce qui rend possible leur intervention : le
propre d’un assassinat clandestin est de passer aux yeux des enquêteurs pour un accident.

L’ombre du Mossad plane donc sur cet événement, peut-être à tort… peut-être pas. Il ne fait aucun doute qu’il pourrait parfaitement employer ce type de méthode, comme il l’a déjà fait à maintes reprises par le passé pour mettre hors d’état de nuire les ennemis d’Israël. Finalement, qu’ils soient responsables ou non de cette opération, les services israéliens sont victimes de leur réputation. On ne prête qu’aux riches…


Dernière édition par Marine le Lun 2 Fév 2015 - 12:38; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 2 Fév 2015 - 00:19    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 412
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Lun 2 Fév 2015 - 00:32    Sujet du message: Les services secrets israéliens - Éric Denécé & David Elkaïm Répondre en citant

Les deux auteurs se gardent de toute fascination excessive pour les services israéliens. S’ils reconnaissent leur excellence, ils ne jugent pas non plus de la
justesse de leurs opérations. Certes, le présent ouvrage contribuera à mettre en lumière l’efficacité du renseignement israélien, mais l’apologie n’est pas son objectif. Il nous semblait important de le préciser.

Notre but est de permettre au public de comprendre comment ce petit pays peut, avec seulement huit millions d’âmes et quelques alliés solides mais peu nombreux, tenir
tête à des adversaires comptant près de quarante fois plus d’habitants que lui, ce qui ne lasse pas de surprendre. Or les services spéciaux jouent un rôle essentiel dans cette équation.

C’est donc à un voyage, à une visite guidée unique au sein de l’univers ultra secret du renseignement israélien que nous invitons le lecteur.

Fin de citation...

Citation:
Notre but est de permettre au public de comprendre comment ce petit pays peut, avec seulement huit millions d’âmes et quelques alliés solides mais peu nombreux, tenir
tête à des adversaires comptant près de quarante fois plus d’habitants que lui, ce qui ne lasse pas de surprendre. Or les services spéciaux jouent un rôle essentiel dans cette équation.


Enorme c'est vrai ! mais très inquiétant justement !



- Carmel (fruits et légumes) - Jaffa (fruits et légumes) - Kedem (avocats) - Coral (Cerises) - Top (fruits et légumes) - Beigel (biscuits apéritifs) - Hasat (agrumes) - Sabra (repas complets) - Osem (soupes, snacks, biscuits, repas complets préparés) - Dagir (conserves de poissons) - Holyland (miel, herbes) - Amba (conserves) - Green Valley (vin) - Tivall (produits végétariens) - Agrofresh (concombres) - Jordan Valley (dattes) - Dana (tomates cerises) - Epilady (appareils d’épilation) - Ahava (cosmétiques de la Mer morte)

Le code barre sur la plupart des produits israéliens commence par : 729

Les produits des entreprises qui soutiennent l’État d’Israël (américaines ou européennes) :

COCA-COLA - Marques du groupe : Aquarius, Cherry Coke, Fanta, Nestea, Sprite, Minute Maid, Tropical. Cette entreprise soutient l’État d’Israël depuis 1966. Elle vient d'enregistrer moins 5% en bourse ces dernières semaines, suite au boycott accru avec les bombardements contre Gaza en juillet.

DANONE - Marques du groupe : Arvie, Badoit, Belin, Blédina, Phosphatine, Chipster, Evian, Galbani, Gervais, Heudebert, Lu, Taillefine, Volvic. Danone vient d’investir dans le Golan, territoire syrien occupé depuis 1967 par Israël.

NESTLÉ - Marques du groupe : Aquarel, Cheerios, Crunch, Frigor, Friskies, Galak, Golden Grahams, Kit Kat, Maggi, Mousline, Nescafé, Ricoré, Quality Street, Vittel, Perrier, Buitoni. La société suisse possède 50,1 % des capitaux de la chaîne alimentaire israélienne Osem. La firme est accusée depuis les années 50 de détruire l’économie et la santé des peuples du Tiers-Monde, notamment par l’imposition de ses laits en poudre pour bébés en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

INTEL - Cette grosse entreprise produit la plus grande partie des puces électroniques PENTIUM 4 utilisées par les ordinateurs PC dans son usine de Kyriat Gat, installée sur le site de Iraq Al-Manshiya, un village palestinien rasé après son évacuation en 1949 par les soldats égyptiens. 2 000 habitants furent chassés de leur terre, malgré un engagement écrit, supervisé par les Nations unies, des sionistes à ne pas toucher à la population. Une campagne de leurs descendants aux USA en 2003 a amené INTEL à suspendre un projet d’investissements de 2 milliards de dollars pour une extension de l’usine Fab 18 de Kyriat Gat.

L’ORÉAL - Marques du groupe : Biotherm, Cacharel, Giorgio Armani Parfums, Lancôme, Vichy, La Roche-Posay, Garnier, Héléna Rubinstein, Gemey-Maybelline, Jean-Louis David Shampooings, Le Club des créateurs de beauté (vente de produits cosmétiques par correspondance), Redken 5th Avenue, Ralph Lauren parfums, Ushuaïa.

L’Oréal a ainsi investi des millions en créant une unité de production à Migdal Haemeck, à tel point que le Congrès juif américain a exprimé sa satisfaction de voir l’Oréal « devenir un ami chaleureux de l’État d’Israël ».

ESTÉE LAUDER - Marques du groupe : Aramis, Clinique, la Mer, DKNY, Tommy Hilfiger
Outre ses investissements, le directeur est le président d’une des plus puissantes organisations sionistes US, le Fonds National juif.

DELTA GALIL - Cette entreprise israélienne est spécialisée dans la sous-traitance de produits textiles notamment dans celui des sous-vêtements. De nombreux sous-vêtements de marques étrangères proviennent ainsi directement des usines de Delta Galil. C’est le cas pour Marks & Spencers, Carrefour (Tex), Auchan, Gap, Hugo Boss, Playtex, Calvin Klein, Victoria’s Secret, DKNY, Ralph Lauren.

LEVI STRAUSS JEANS et CELIO ( magasins spécialisés dans les vêtements pour hommes)
Ces entreprises fort bien implantées en France financent les nouvelles colonies en Palestine mais également les écoles des religieux extrémistes dans le monde.

TIMBERLAND (Vêtements, chaussures, chaussettes) - Tout comme son homologue Ronald Lauder, le PDG de Timberland Jeffrey Swartz est un membre actif du lobby sioniste US. Il a conseillé ainsi d’encourager la communauté juive US à se rendre en Israël mais également d’envoyer des soldats israéliens pour mener la propagande pro-israélienne aux USA.

DISNEYLAND - L’entreprise Disney n’a rien d’idyllique et contribue par son soutien à Israël à semer la mort en Palestine. Elle approuve ainsi tacitement l’occupation illégale de Jérusalem-Est en faisant de Jérusalem lors d’une exposition au Centre Epcot en Floride la capitale d’Israël, cela en violation des résolutions internationales de l’ONU.

NOKIA - Le géant finlandais de la téléphonie commerce activement avec l’Etat d’Israël. Dans une interview au Jérusalem Post, le manager du groupe déclarait : qu’ Israël faisait partie des priorités de l’entreprise. Un centre de recherche Nokia a ainsi vu le jour en Israël.

MC DONALD’S - Entreprise emblématique de l’impérialisme culturel US, la célèbre chaîne de restaurants fast-food apporte un soutien non négligeable à l’Etat israélien. McDonald’s dispose de 80 restaurants en Israël et y emploie près de 3000 personnes. Elle y interdit à son personnel de parler arabe. Aux USA, l’entreprise figure parmi les heureux partenaires de l’organisation sioniste «Jewish Community » basée à Chicago. Cette organisation travaille en effet pour le maintien de l’aide militaire, économique et diplomatique apportée par les USA à Israël.

CATERPILLAR (Equipement pour bâtiment mais également, vêtements, chaussures) - Une large campagne doit être menée en France pour dénoncer la participation criminelle de Caterpillar aux destructions des maisons en Palestine par ses bulldozers géants. C’est avec un Caterpillar que la pacifiste américaine juive Rachel Corrie a été tuée par un soldat israélien en 2003.

La chaîne hôtelière ACCORHOTEL (Etap, Ibis, Mercure, Novotel, Sofitel) - Cette chaîne a plusieurs hôtels en Israël, et récemment, elle a ouvert une succursale dans les territoires syriens occupés, dans le Golan.

Les chaînes alimentaires présentes dans les colonies israéliennes : Domino Pizza, Pizza Hut, Häagen Daaz, Burger King

Autres produits :

Cigarettes Morris (dont Marlboro), Produits Kimberly - Clarck (Kleenex, Kotex, Huggies), SanDisk (informatique), Toys RUs (jouets)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:21    Sujet du message: Les services secrets israéliens - Éric Denécé & David Elkaïm

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Livres, revues et citations
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com