OnNousCacheTout... Index du Forum

OnNousCacheTout...
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Affaire Liliane Bettencourt

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Politique, justice
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 412
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Mar 27 Jan 2015 - 00:06    Sujet du message: Affaire Liliane Bettencourt Répondre en citant

Le tribunal correctionnel de Bordeaux juge, à partir d’aujourd’hui, dix hommes accusés d’avoir profité des largesses financières et des négligences de lamilliardaire nonagénaire.

C’est parti pour le grand barnum. Le procès Bettencourt, qui s’ouvre ce matin devant le tribunal correctionnel de Bordeaux, est prévu pour durer cinq semaines. Procès de pique assiette soupçonnés d’avoir profité des largesses d’une milliardaire, l’une des plus grosses fortunes de France (et accessoirement
de Suisse), commençant à perdre une partie de ses facultés en août 2006 mais n’ayant été formellement placée sous tutelle qu’en septembre 2011.

GRATIFICATION.Comme de coutume, le premier jour du procès sera consacré aux querelles de procédure, les avocats de la défense rivalisant d’arguties de forme avant même d’aborder le fond de l’affaire. Liturgie proverbiale, agrémentée pour l’occasion d’un sacré embrouillamini. Lors de l’une des nombreuses contre-plaintes pour dénonciation calomnieuse, déposées en parallèle du volet principal, Claire Thibout, comptable de la maison Bettencourt et principal témoin à charge de l’accusation d’abus de faiblesse, a été mise en examen en novembre dernier.

Coup tordu ou légitime défense des avocats du photographe François-Marie Banier et de Patrice de Maistre, grand argentier de Madame? Leur contre-plainte a été déposée à Paris, après que la justice bordelaise eut refusé d’en faire grand cas. Principale répercussion: désormais mise en examen, Claire Thibout n’est plus tenue de jurer de dire la vérité à la barre. Avec trois conséquences possibles : le tribunal de Bordeaux pourra l’entendre sans qu’elle ne prête serment, ou se passer de son témoignage, ou reporter le procès avant que la justice parisienne n’ait tranché sur son cas. De quoi alimenter un peu plus la guérilla procédurale de la première audience bordelaise. Avec ce paradoxe: le témoignage de Claire Thibout avait essentiellement servi à accabler Nicolas Sarkozy et Eric Woerth
qui ne s’en sortent finalement pas si mal.

Sur le fond de l’affaire, quel festin! Liliane Bettencourt, 92 ans aux fraises, fut autant généreuse que négligente. Des experts comptables se sont penchés sur les diverses cagnottes de la maison, à y perdre leur latin: «Un brouillard de caisse [noire? ndlr] tenu au crayon, la nature et le montant des opérations pouvant être modifiés à tout moment.» Au procès, Liliane Bettencourt sera représentée par un tuteur. Du temps de sa raison, elle-même n’aurait jamais envisagé de porter
plainte, assumant ses diverses prodigalités, mais aussi soucieuse d’éviter un peu séant déballage public.

En première ligne, François-Marie Banier, photographe qui fait surtout assaut de mondanités, décrit par l’accusation comme un «flatteur professionnel»: Liliane Bettencourt n’aurait pu «résister à son caractère difficile, fantasque, exigeant et possessif». Banier cocherait volontiers l’une des cases, voire toutes, tant que cela n’entraîne pas de conséquences pénales. Car il est quand même question d’abus de faiblesse (passible de trois ans de prison et 375 000 euros d’amende). En cours de procédure, François- Marie Banier a bien voulu lâcher sa principale gratification: un contrat d’assurance-vie d’une valeur de 262millions d’euros, pour
mieux conserver le reste.

PATAQUÈS.
Dans lamême veine, Stéphane Courbit. Homme d’affaires de l’audiovisuel reconverti dans les jeux en ligne, il a convaincu la milliardaire d’investir 143millions d’euros dans son holding en décembre 2010. Transaction facilité par Pascal Wilhelm, avocat en titre de Stéphane Courbit et parallèlement
désigné «mandataire de protection future » de la vieille dame. Peu étranglé par le conflit d’intérêt, Me Wilhelm lui résumera leur entrevue à trois: «Mme Bettencourt était ravie. Elle aurait bien aimé avoir une bande de tes dernières chansons ,mais je lui ai dit que tu étais parti justement enregistrer.» Courbit, ravalé au rang de chanteur pour (vielles) dames, pour les besoins du fun draising.
Dans la dernière ligne droite avant le procès,l’homme d’affaires a signé un accord avec la milliardaire pour lui restituer les fonds autrefois investis dans son holding. «Il est mort de trouille, en est réduit à proposer son hôtel à Courchevel qui est déjà hypothéqué», ironise un proche du dossier. Mais même en cas de
remboursement, cela n’entravera en rien les poursuites pénales, seuls les dommages et intérêts exigibles par la partie civile (la fille de Liliane Bettencourt, Françoise, et ses petits- enfants Nicolas et Jean-Victor) pouvant être mis de côté.

L’ancien président a bénéficié d’un non-lieu, mais l’ex-trésorier de l’UMP fait partie des prévenus. Woerth, ombre d’un Sarkozy passé entre les gouttes

Il est des non-lieux presque aussi infamants qu’un renvoi en correctionnelle. Clôturant leur enquête, les juges d’instruction bordelais se sont crus autorisés à pointer le «comportement manifestement abusif» de Nicolas Sarkozy, «sa demande d’un soutien financier occulte, nécessairement en espèces, formulée
alors qu’il exerce les fonctions de ministre de l’Intérieur et qu’il est candidat déclaré à l’élection présidentielle ». Ils lui ont toutefois délivré quitus au motif que
demander n’est pas nécessairement obtenir et que sa requête formulée début 2007 aurait pu tout aussi bien être adressée à André Bettencourt, lequel avait toute sa tête, qu’à sa femme Liliane, déjà en perte de repères.

Au cours de l’enquête, Sarkozy aura péché en voulant trop démontrer sa maigre implication, n’admettant qu’un seul rendez-vous au domicile des Bettencourt, le
24 février 2007. Entendu dans un premier temps comme témoin assisté, il sera mis en examen quatre mois plus tard pour avoir dissimulé un autre rendez-
vous, le 10 février. Cela s’est joué à des détails vestimentaires ,des employés de maison l’ont aperçu une fois en cravate, une autre en col roulé– et à la comparaison de carnets de rendez-vous.

Le photographe François-Marie Banier avait bien consigné dans ses carnets cette confidence de Liliane, en avril 2007, dans la dernière ligne droite de la campagne: «On m’a dit que Sarkozy avait encore demandé des sous, j’ai dit oui…»Mais les magistrats n’ont pu que lui délivrer finalement un non-lieu, faute
d’éléments plus probants. Car s’il aurait bien «sollicité un soutien financier illégal», il n'est «pas démontré de mises à disposition d’espèces». L’ombre de Nicolas Sarkozy planera toutefois sur le procès en la personne d’Eric Woerth. Alors trésorier de l’UMP et de sa campagne présidentielle, il est renvoyé en correctionnelle pour avoir encaissé 50 000 euros et autres…«montants indéterminés ».On a connu accusation plus factuelle. D’ailleurs, le parquet de Bordeaux a prudemment
requis un non-lieu en sa faveur. «Un summum d’imprécision», concède un proche de l’enquête.

Encore une histoire de rendez- vous en pleine élection présidentielle. A deux reprises, le 19 janvier puis le 5 février 2007, Eric Woerth reçoit Patrice de Maistre,
chambellan de la milliardaire, dans un café à proximité du QG de campagne. Ils se connaissent peu, de Maistre ayant simplement adhéré à la retraire, bénéficiaire
à ce titre d’une pension de 1 600 euros, décuplant son salaire une fois au service de Liliane Bettencourt, agrémenté d’une donation de 10 millions couchée
sur testament.

Les gagne-moyen, comme Patrice de Maistre, ancien expert-comptable reconverti grand argentier de Liliane Bettencourt: rémunéré à ce titre 800 000 euros par an, puis bénéficiaire d’une donation officielle de 8millions agrémentée de 4 autres en espèce. Enfin, sont poursuivis trois professionnels du droit, un avocat et deux notaires, non pas pour avoir profité personnellement des largesses de la milliardaire, mais pour avoir laissé faire. Présumés complices, donc.

au Premier Cercle (club de donateurs à l’UMP) quelques mois plus tôt. Selon le souvenir de Woerth, il aurait été simplement question d’une collaboration intellectuelle de de Maistre à la campagne, sur le thème du financement des PME. Soit, mais l’intello en herbe avait mentionné sur son agenda un entretien avec
le «trésorier» de Sarkozy.

Pour les juges d’instruction, «leurs déclarations sur l’objet de ces deux rendez-vous sont peu crédibles». Mais de là à conclure que «Woerth a bénéficié de sommes d’argent remises par de Maistre»…Certes, chaque entretien fut précédé de retraits en espèces (50 000 puis 400 000 euros) opérés par l’argentier
de la maison Bettencourt.

Mais à part le témoignage de Claire Thibout (la comptable de la milliardaire), attestant que de Maistre lui avait confié «devoir remettre cette somme à Eric Woerth», rien de plus. Les juges d’instruction insistent sur la «véracité » de son témoignage sur ce point pour accabler Woerth après avoir épargné Sarkozy.

L’accusation est d’autant plus ténue qu’un autre échange de bons procédés entre Woerth et de Maistre, une remise de la Légion d’honneur contre l’embauche de la femme du ministre, a été disjoint. Il sera jugé à part en mars.
Les membres suivants remercient Marine pour ce message :
aja777 (27/01/15)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 27 Jan 2015 - 00:06    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Politique, justice
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com