OnNousCacheTout... Index du Forum

OnNousCacheTout...
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Apologie du terrorisme: La justice frappe

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Politique, justice
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Jeu 15 Jan 2015 - 10:38    Sujet du message: Apologie du terrorisme: La justice frappe Répondre en citant

Ils ont tué Charlie, moi, j’ai bien rigolé.» Pour ces propos tenus dimanche soir à des policiers, un homme de 28 ans connu pour «une déficience mentale
légère depuis l’enfance», selon l’AFP, a été condamné mercredi à six mois de prison ferme pour apologie d’acte terroriste, par le tribunal correctionnel
de Bourgoin-Jallieu (Isère). A l’audience, il a dit regretter ses propos, mais il a été placé sous mandat de dépôt, alors que le procureur, Cédric Cabut, avait requis un an de prison ferme. Car l’heure n’est plus à la mansuétude.

Ainsi, à Nantes, une fille de 14 ans pourrait être poursuivie pour apologie du terrorisme après avoir, lundi, selon Ouest-France et Presse Océan, menacé des contrôleurs dans le tramway:«On est les sœurs Kouachi, on va sortir les kalachnikovs.»

Record. Dans le Nord, Kamel Belaidi, 34 ans, a seize condamnations à son actif et il détient depuis lundi un record: le tribunal correctionnel de Valenciennes
lui a collé quatre ans de prison, notamment pour injures faisant l’apologie du terrorisme. Son passé judiciaire explique la sévérité de la sanction, ainsi que les faits poursuivis–un accident de la circulation avec blessures, refus d’alcootest, et en récidive. Christophe Delattre, vice-procureur, a reconnu qu’il voulait «taper fort». Interpellé samedi soir, ivre, il avait, selon la Voix du Nord, affirmé aux policiers : «Les terroristes ont bien fait de vous buter à Paris.» Ou: «Il devrait y en avoir plus, des Kouachi. J’espère que vous serez les prochains […]. Vous êtes du pain bénit pour les terroristes.
» A l’audience, il s’est excusé et a plaidé l’abus d’alcool, en vain.

C’est que la justice a des consignes. Par circulaire datée de lundi, Christiane Taubira a réclamé aux parquets de se montrer «particulièrement réactifs et
fermes» face à des propos de nature «raciste, antisémite ou [tendant] à provoquer des comportements haineux, violents, discriminatoires ou terroristes».

En conséquence, les condamnations se multiplient. Une vidéo sur Facebook se moque du policier abattu sur le trottoir après l’attentat à Charlie Hebdo? Un an
ferme, mardi, à Nanterre. Dimanche, un homme de 31 ans arrive ivre dans un commissariat de Paris et propose aimablement aux policiers de les «fumer à la
kalachnikov»? Dix mois ferme, lundi.

A Toulouse, vendredi, un jeune homme de 21 ans crie dans le tramway: « Les frères Kouachi, c’est que le début, j’aurais dû être avec eux pour tuer plus de monde!» Dix mois ferme, lundi .

A Elbeuf (Seine-Maritime),mardi, un homme refusant de déplacer son véhicule à la demande des policiers leur lance: «Je ne bougerai pas, connards! […]Cela ne vous a pas suffi que l’on tue trois flics ? Nous sommes très nombreux et nous avons des kalachnikovs. » Jugé en comparution immédiate mercredi, cet homme suspecté d’appartenir à une filière jihadiste était, depuis novembre, mis en examen pour «association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes de terrorisme». «Habituellement, ce genre de menaces ne nous aurait guère inquiétés, mais dans le contexte actuel et vu le profil du suspect, nous traitons ce dossier avec attention, même si nous ne voulons pas être alarmistes», a expliqué un enquêteur à Paris-Normandie.

Rappelons aux éventuels candidats que la provocation au terrorisme et son apologie sont punies d’une peine maximale de cinq ans de prison et de sept ans
«lorsque les faits sont commis sur Internet »

Code pénal .Avant la loi du 14 novembre sur la lutte contre le terrorisme, l’apologie était sanctionnée uniquement dans la loi de 1881 sur la presse. Elle fait désormais partie du code pénal, ce qui permet une application élargie et rapide. Outre ces condamnations, les parquets ont ouvert depuis l’attentat à
Charlie une cinquantaine de procédures, dont 37 enquêtes pour « apologie du terrorisme » et 17 pour «menaces d’actions terroristes», selon une comptabilité publiée mercredi midi.

«Je me sens Charlie Coulibaly »: ces quelques mots publiés dimanche soir sur Internet ont valu à Dieudonné d’être placé en garde à vue, mercredi matin, pour «apologie du terrorisme», puis renvoyé devant le tribunal correctionnel, dans la soirée. Le polémiste avait été interpellé à 7 heures à son domicile d’Eure-et-Loir et emmené dans les locaux de la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP), à Paris.

La phrase incriminée concluait un «message officiel» publié sur la page Facebook de l’humoriste controversé, et retiré depuis. Dieudonné y ironisait aussi sur le rassemblement parisien du jour («Instant magique égal au Big Bang»), auquel il aurait pourtant participé. Le propos, ambigu, est bien dans
le style du polémiste –qui s’est fait une spécialité des sous-entendus difficilement attaquables en justice, mais transparents pour son public. Il n’en a
pas moins entraîné l’ouverture d’une enquête pour «apologie du terrorisme». «Récidiviste». Alors que Dieudonné a entamé en décembre une nouvelle tournée
nationale, plusieurs municipalités (Limoges, Metz, Strasbourg, Nice) ont annoncé leur intention de faire interdire les représentations prévues chez
elles. De son côté, Marc Ladreit de Lacharrière, actionnaire de plusieurs Zénith en France, demandait à ses équipes de «ne pas programmer le spectacle
de Dieudonné». Mardi, enfin, nationale, Manuel Valls a attaqué sans le nommer celui qu’il qualifie de «récidiviste de la haine».

Source : Libé du 15 janvier 2015


Dernière édition par Marine le Jeu 15 Jan 2015 - 10:58; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 15 Jan 2015 - 10:38    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Jeu 15 Jan 2015 - 10:52    Sujet du message: Apologie du terrorisme: La justice frappe Répondre en citant

LIBERTÉ D’EXPRESSION ATTENTION FRAGILE


Tous pour un mais pas pour tous





Entre les paroles et les actes, il y a un énorme gouffre,
2 ans et 4 mois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Ven 16 Jan 2015 - 22:32    Sujet du message: Apologie du terrorisme: La justice frappe Répondre en citant

15 mois de prison

le 13 janvier, apparemment blessé, Oussama est conduit à l’Hôtel Dieu. Le transfert se passe bien, mais de l’avis des policiers qui l’accompagnent, unanimes, l’homme devient fou dans la salle d’attente de l’hôpital : « Je suis un terroriste. Allah Akbar. One, two, three, Viva l’Algérie! F**k la police. Hollande fils de pute.
Police fils de pute. » Oussama n’est pas physiquement agressif, mais il hurle. Un policier, présent à l’audience, raconte : « Il me regardait dans les yeux en faisant un bruit de mitraillette avec sa bouche. » Ses cris obligent une médecin urgentiste à venir le chercher.

Dans le box de consultation, un policier assiste à l’examen. Selon l’urgentiste, dont le récit est confirmé par ce policier, Oussama l’insulte lorsqu’elle lui dit qu’il
n’y a pas besoin de faire de radiographie : « Tu es raciste. Les frères Kouachi ont eu raison. Ce sont des gentils. La France c’est de la merde. Tu as les yeux bleus, tu
es juive, c’est ça? Tu es juive?» La médecin dit avoir répondu : « Je suis juive, musulmane, catholique et athée.»

Lui : « Tu es bonne à frapper. Je reconnaitrai ton visage. Tu vas mourir. Hitler n’a pas fini son travail. » Lors de son retour vers le centre de rétention, Oussama aurait chanté les louanges de Ben Laden, crié Allah Akbar. Il aurait par ailleurs assuré vouloir placer une bombe sur les Champs-Elysées...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
patodadibu


Hors ligne

Inscrit le: 16 Sep 2014
Messages: 268
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 狗 Chien
Point(s): 566

MessagePosté le: Mer 21 Jan 2015 - 12:18    Sujet du message: Apologie du terrorisme: La justice frappe Répondre en citant

Qu'attendre d'autre de la gauche bobo bien pensante ?

De l'écoute pour toutes ces pathologies ??

Le temps n'y est pas ..  (Mossad et gris).

Beaucoup d'écoute de la part de nos gouvernants, donc.. Et pour les SDF c'est la même chose: beaucoup d'écoute..

Valls par exemple style genre avec les sdf parce que "merde, enfin, écoutez "
Revenir en haut
Missmarple
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 13 Fév 2015 - 16:11    Sujet du message: Apologie du terrorisme: La justice frappe Répondre en citant

http://www.liberation.fr/societe/2015/01/28/un-enfant-de-8-ans-au-commissariat-pour-apologie-du-terrorisme_1190778


http://www.leparisien.fr/societe/propos-anti-charlie-une-enfant-de-10-ans-convoquee-a-la-gendarmerie-03-02-2015-4502351.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr%2F


Un pays qui commence à envoyer les gosses de moins de 12 ans au commissariat pour qu'ils s'expliquent sur un sujet aussi "délicat" que le terrorisme, moi ça me fout grave les jetons.


Je ne suis pas comme ce directeur d'école, ce Charlie,  qui a traumatisé ce gosse parcequ'il a dit un truc dont il n'a aucune conscience de la portée. 
Je ne suis pas cette france là. 


Déjà la question con du prof: "es tu Charlie toi ?"   t'as envie de lui répondre, "et ta soeur, elle est plutôt dentelle ou plutôt cuir ?"  
Ca manque tellement de recul tout ça, c'est pitoyable, alarmant.


Et pourquoi pas un numéro vert pour appeler et dénoncer tous ceux qui sont pas allés défiler, pas pasqu'ils pouvaient pas, mais pire ! pasqu'ils en avaient pas envie! balancer tous les gens qui ont pas envie de dire qu'ils sont Charlie pasqu'ils trouvent que cette fichue phrase "je suis Charlie" qu'on trouve partout et que tout le monde brandit partout ça fait un peu propagande bourrage de crâne et lobotomie en prime, et que c'est plus que suspect. 
Alors comme ça on repère tous ces gens, dès la maternelle, et on fait une grande rafle et on les envoie dans des camps, comme ça on est débarassé une bonne fois pour toutes. La France sera ainsi nettoyée, purgée de tous ces êtres immondes qui ne sont pas dociles, qui osent rechigner quand on leur dit de dire, faire ou penser un truc.
J'ai envie de dire WTF !!!  c'est quoi cette merde ?!
Les membres suivants remercient Anonymous pour ce message :
aja777 (13/02/15), resurgence (13/02/15), Marine (13/02/15), (27/02/15)
Revenir en haut
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 431
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Ven 13 Fév 2015 - 21:54    Sujet du message: Apologie du terrorisme: La justice frappe Répondre en citant

Rien à voir avec Charlie, c'est qu'avant ça se passait pour de multiples raisons mais les médias n'en parlaient pas.,...


Ces derniers jours ont été agités dans le village de Gespunsart (Ardennes). Cinq garçons, âgés de 6 et 7 ans, ont été convoqués, mercredi 14 mai, à la gendarmerie de Charleville-Mézières, à une quinzaine de kilomètres de chez eux. Ils ont dû s'y expliquer sur leur participation à une bagarre, dans la cour de récréation de leur école, au cours de laquelle une fillette a été frappée au sol.

Le substitut du procureur de la République à Charleville-Mézières, François Fournié, a annoncé vendredi avoir "classé l’affaire, en considérant que le discernement des enfants n’était pas suffisant pour qu’ils soient bien conscients de la portée de leurs agissements". Surprenantes, ces auditions n’ont pourtant "rien d’exceptionnel", selon le magistrat.

Pas d’âge minimum pour être convoqué

Un enfant de 6 ans peut effectivement être convoqué devant la justice. Ici, cette mesure fait suite à une enquête ouverte par la gendarmerie de Charleville-Mézières après la plainte de la mère de la fillette. A L’Ardennais, elle raconte que sa fille "était au sol" quand cinq garçons lui ont donné "des coups de pied". "Ce n’est pas la première fois, ça dure depuis la rentrée", ajoute-t-elle.

"Il n’y a pas d’âge minimum pour être entendu dans le cadre d’une enquête", indique Etienne Lesage, avocat et membre du Conseil de l’ordre. "Mais il ne peut y avoir de poursuites pénales à l'encontre d'un enfant de moins de 10 ans", ajoute-t-il. Pendant leur audition, les enfants sont "mis en condition par les gendarmes, selon Etienne Lesage. On leur pose des questions sur l’école, sur leurs jeux préférés… Puis on passe aux faits."

L’éducatif avant le pénal

Comment un enfant de 6 ans vit-il cette confrontation ? D’après L’Ardennais, l’audition de mercredi "n’a guère impressionné le jeune Lucas", dont les parents témoignent dans le journal. Un autre garçon, en revanche, "n’aurait pas pu être entendu car il s’est mis à pleurer". Pour Michel Jollivet, pédopsychiatre, les pleurs peuvent avoir plusieurs significations : "Ils peuvent être une stratégie pour l’enfant, mais peuvent aussi trahir une inquiétude. Peut-être qu’il se rend compte de ce qu’il a fait ? Peut-être a-t-il honte par rapport à ses parents ?"

L’audition n’est pas en soi une source de traumatisme pour l’enfant. "S’il a agi avec tant de violence, c’est peut-être que le traumatisme est antérieur", affirme le pédopsychiatre. Mais la procédure n’en est pas pour autant une punition efficace.

Le retour aux institutions traditionnelles

"Je ne vois pas bien ce que l’enfant peut comprendre à ce qui se passe", juge Michel Jollivet. "Les gendarmes n’ont rien à faire là-dedans. Ils sont dans la mise en scène, et ne peuvent pas interdire. Ils peuvent seulement dire : 'C’était interdit'", poursuit-il. Comme lui, l’avocate spécialisée en droit des mineurs Migueline Rosset n’y voit pas une solution : "Il n’y a pas de réponse judiciaire à tout, même si les conséquences sont importantes. Cela relève plus de l’éducatif que du pénal."

D’après Michel Jollivet, la réponse se trouve dans les institutions traditionnelles : "C’est auprès des parents, à l’école, et dans le lieu de vie dans lequel l’enfant est en rapport avec d’autres êtres humains que tous les interdits fondamentaux sont intégrés", analyse-t-il. A Gespunsart, un psychologue scolaire a pris les enfants en charge, pour "dédramatiser la situation et expliquer que la réalité était différente des jeux vidéo". La directrice de l’école, elle, a réuni à plusieurs reprises les familles concernées pour leur rappeler "les règles du vivre ensemble".

http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/justice-proces/des-enfants-de-6-ans…





Citation:
Au mois de janvier, une fillette de 10 ans a été entendue à Valbonne (Alpes-Maritimes) pour avoir "soutenu" les terroristes en classe.

"Je suis d'accord avec les terroristes d'avoir tué les journalistes, car ils se sont moqués de notre religion", avait écrit l'élève de CM2 à la fin d'une rédaction. Selon Nice Matin cité par FranceTVinfo, ce sont ces mots qui ont mené la fillette de seulement 10 ans à la gendarmerie de Valbonne dans les Alpes-Maritimes.


Une mauvaise façon d'éduquer leurs parents ! le sont-ils d'ailleurs ?
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Missmarple
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 14 Fév 2015 - 10:14    Sujet du message: Apologie du terrorisme: La justice frappe Répondre en citant

Je pense que le rôle de l’école n’est pas d’éduquer, mais d’instruire. D’ailleurs autrefois, l’école s’appelait "instruction publique", maintenant c’est "l’éducation nationale" ....ce qui veut dire quoi ? Tous éduqués pareils ?
Des enfants mal élevés, il y en a toujours eu, et il y en aura toujours. Dans l’exemple que tu donnes Marine, les enfants ont posé des actes : ils ont frappé à 5 une fillette. La gendarmerie est-elle la réponse appropriée ? J’ai des doutes. Il se trouve que ma nièce qui a aujourd’hui 19 ans a subi la même chose à l’école quand elle avait 6 ou 8 ans. Le jeu, à toutes les recres, c’était de la plaquer contre un mur et la roue de coups. Super drôle ! Les gosses s’en donnaient à coeur joie, il y avait toujours le même garçon qui commençait, et les larbins, les futurs citoyens moutonnisés , qui suivaient et prenaient leur part de rigolade. Ma nièce un jour, on ne sait pas combien après le début des agressions, s’est plaint à sa mère et ne voulait plus aller à l’école. La réponse de ma frangine a été sans appel : elle est allé à la sortie de l’école, elle a chopé le gamin, elle lui a carrément dit que si quelqu’un touche encore à un cheveu de sa gamine, elle lui colle une raclée comme il s’en souviendrais toute sa vie. Elle lui a Vraiment foutu les jetons. Ça s’est arrêté tout net, le lendemain. Pas de gendarmes, l’instit a rien eu à faire.

Pour le cas des enfants entendus par la gendarmerie suite à Charlie pas Charlie.... , il n’y a eu aucun ACTE de poser. Il y a eu une opinion. Une opinion d’un gosse de 8 ou 10 ans. Une parole. Vous imaginez une "parole" d’un gamin de 10 ans. Qui a été lésé ? La republique ? OK. L’école est le chien de garde de la republique. Est-ce bien son rôle ? Ne suffirait-il pas d’attendre que cet enfant pose un ACTE répréhensible pour le punir à hauteur de son geste ? Et d’ailleurs qu’est-ce-qui prouve que ce gamin, arrivé à l’âge adulte, va poser un acte répréhensible parcequ’à l’âge de 10 ans il "était pour les terroristes" ? C’est un délit d’opinion. Moi le dimanche dans mon salon quand j’allume la télé, que je vois nos dirigeants parader la gueule enfarinée , se tenant mains dans la main comme s’ils allaient nous pondre la paix le lendemain, et que je dis " tiens ils sont tous réunis, ces pourris, s’il arrivait quelque chose, on serait débarrassés d’un coup de tous ces salopards." , cela veut-il dire que je vais aller les faire exploser ? Cela veut-il dire que je veux que ça arrive par quelqu’un d’autre ? Non. Les paroles sont un defouloir. Les paroles sont les paroles, les actes sont des actes.

J’ai grandi avec une mère révolutionnaire qui voulait bombarder tout le monde ! Et une bombe sur les corridas! Et une bombe sur l’elysee! Et une autre par là ! Tout ce qui la faisait enrager méritait une bombe ! Et elle n’aurait jamais fait de mal à une mouche ! Moi pareil, comme quoi, les paroles .....ça s’envole. ..ça fait du bien sur le coup, et on oublie deux secondes après tout ce qu’on a dit.

Les pensées et les paroles sont tous ce qui nous reste. Nous n’avons aucune liberté (réelle ) d’échapper au système qui nous écrase des la naissance, ceux qui n’en sont pas conscients, sont encore plus prisonniers que les taulards, au moins le taulard espère sa libération, rêve de s’enfuir, sa liberté est là, toute proche dans sa tête, elle n’attend qu’un temps, ou qu’une occasion. Celui qui ne sait pas qu’il est prisonnier est enfermé à jamais.

Vive la liberté, vive la vérité, et vive les justes !
Les membres suivants remercient Anonymous pour ce message :
Marine (14/02/15)
Revenir en haut
resurgence


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2014
Messages: 299
Masculin
Point(s): 19

MessagePosté le: Sam 14 Fév 2015 - 12:48    Sujet du message: Apologie du terrorisme: La justice frappe Répondre en citant

Missmarple a écrit:
Je pense que le rôle de l’école n’est pas d’éduquer, mais d’instruire. D’ailleurs autrefois, l’école s’appelait "instruction publique", maintenant c’est "l’éducation nationale" ....ce qui veut dire quoi ? Tous éduqués pareils ?




« Si vous trouvez que l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance. »
Abraham Lincoln, 16ème président des Etats-Unis de 1861 à 1865, 1809-1865, assassiné
_____________________________________________________________
«Pour examiner la vérité, il est besoin, une fois dans sa vie, de mettre toutes choses en doute autant qu’il se peut.» (René Descartes)
Je pense donc je suis ... complotiste !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Missmarple
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 15 Fév 2015 - 12:52    Sujet du message: Apologie du terrorisme: La justice frappe Répondre en citant

??? Je ne saisis pas le sens de cette réponse Resurgence, je ne dis pas que l’éducation coûte cher, mais y a sûrement une connection entre mon post et ton message qui m’echappe
merci quand-même pour ton intérêt
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:18    Sujet du message: Apologie du terrorisme: La justice frappe

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Politique, justice
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com