OnNousCacheTout... Index du Forum

OnNousCacheTout...
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Cultures OGM

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> L'Europe
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Joseck


Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2014
Messages: 725
Localisation: Sospel
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
Point(s): 64

MessagePosté le: Mar 13 Jan 2015 - 19:43    Sujet du message: Cultures OGM Répondre en citant

Le Parlement européen a ouvert mardi l'UE à la culture des OGM, en accordant aux États membres le droit de l'interdire sur leur territoire, un compromis critiqué tant par les écologistes que l'industrie.

Les députés européens ont adopté par 480 voix contre 159 un accord trouvé en décembre avec les gouvernements pour débloquer un dossier enlisé depuis quatre ans.

Les nouvelles règles fixant les modalités d'autorisation de culture des organismes génétiquement modifiés permettent aux États membres de l'interdire, même en cas de feu vert de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa).

Les réfractaires pourront invoquer des raisons socio-économiques, environnementales ou liées à l'utilisation des terres agricoles.

Les États membres autorisant les cultures devront aussi prendre des mesures pour prévenir la dissémination des cultures non-OGM, en particulier dans les pays voisins.

"Cela va permettre aux États membres de prendre leurs décisions à partir du printemps 2015", a souligné le commissaire européen à la Santé, Vytenis Andriukaitis.

Les Verts ont voté contre cette nouvelle législation, qui a été soutenue par la droite, les socialistes et les libéraux.

"C'est une mauvaise mesure, l'Europe va devenir un patchwork en matière d'OGM, alors que nous avons besoin d'une approche commune", a dénoncé la co-présidente des Verts, Rebecca Harms. "La puissance publique européenne abdique. Aux multinationales d'ouvrir le bal. La porte est ouverte à Monsanto, Pionner and co", a protesté dans un tweet l'eurodéputé Vert français José Bové.

L'industrie OGM a déploré que le droit ait été laissé aux États de dire non "sur des bases non-scientifiques". "C'est un signal d'arrêt à l'innovation européenne", a affirmé Jeff Rowe, un représentant d'EuropaBio.

Ces nouvelles règles étaient attendues par l'industrie semencière, alors que quatre maïs OGM, dont les emblématiques MON810 de Monsanto et TC1507 du groupe Pioneer, ont déjà reçu un avis favorable de l'Efsa.

Les premières cultures ne devraient concerner que quelques pays. Le MON810, seul OGM actuellement autorisé dans l'UE, est cultivé dans trois États: 110.000 hectares en Espagne, 9.000 au Portugal et 3.000 en République tchèque.

Dix-neuf États se sont opposés à la demande de culture du TC1507.

Selon une source européenne, les premières mises en culture interviendront en 2016, au vu des délais pour la mise en oeuvre de la nouvelle législation.

S'il ne tranche pas le débat entre pro et anti-OGM, qui divise les États membres et les opinions publiques, le nouveau cadre "permet tout de même d'instaurer enfin de la stabilité juridique pour toutes les parties concernées", a jugé pour le Parti populaire européen (PPE, droite) l'élue française Angélique Delahaye. L'enjeu était d'éviter une avalanche de recours des semenciers contre les pays prohibitionnistes, comme la France.

Mais "ce n'est qu'une première étape qui doit permettre de trouver à moyen terme une solution européenne", nécessaire "pour éviter les distorsions de concurrence entre agriculteurs européens", a-t-elle jugé.

Le socialiste belge Marc Tarabella s'est félicité que "les lobbies pro-OGM, menés par plusieurs multinationales et la Grande-Bretagne n'ont finalement pas eu gain de cause". "Une recherche publique et neutre est indispensable" pour faire avancer le débat, a-t-il relevé.

La précédente directive contraignait la Commission européenne à donner son feu vert aux mises en culture si les États ne s'accordaient pas pour les interdire. L'exécutif européen jouait la montre, en retardant ses décisions, mais il avait été condamné par la Cour de justice européenne pour ces tergiversations.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 13 Jan 2015 - 19:43    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Eric...


Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2014
Messages: 80
Localisation: Lyon
Masculin Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 20

MessagePosté le: Mer 14 Jan 2015 - 11:56    Sujet du message: Cultures OGM Répondre en citant

OGM : José Bové dénonce la vision «court-termiste» de l'UE

http://www.liberation.fr/societe/2015/01/14/ogm-jose-bove-denonce-la-vision…

Des militants anti-OGM le 2 mai 2014, dans un champ près de Roquettes.Des militants anti-OGM le 2 mai 2014, dans un champ près de Roquettes. (Photo Pascal Pavani. AFP)
INTERVIEW
Après la décision du Parlement européen de laisser les 28 décider individuellement de cultiver ou non des OGM, l'eurodéputé déplore une mesure qui «détricote la cohésion entre Etat membres».

Les Etats, libres de décider. Le Parlement européen a donné ce mardi, par 480 voix contre 159, l’autorisation aux 28 Etats membres de choisir ou non de cultiver des organismes génétiquement modifiés (OGM), une fois le feu vert donné par la Commission, pour chaque type d’OGM. Les pays acceptant qu’une entreprise cultive ses OGM sur leur territoire devront cependant respecter certaines conditions, notamment la mise en place de mesures contre la pollution des cultures non OGM. Les premières mises en culture devraient intervenir en 2016, le temps que la nouvelle législation soit mise en place.

Green Party European Parliament Deputy Jose Bove attends a protest in Grandschamps-des-Fontaines near land that will become the new airport at Notre-Dame-des-Landes, western France, November 16, 2012. The new airport, some 30kms (19 miles) from Nantes, is scheduled to be constructed for 2017. REUTERS/Stephane Mahe (FRANCE - Tags: ENVIRONMENT CIVIL UNREST POLITICS HEADSHOT) - RTR3AHEYCette dernière a été soutenue aussi bien par la droite et les libéraux que par les socialistes. Les Verts ont voté contre. Entretien avec José Bové, député européen Europe Ecologie-Les Verts (EE-LV) et membre de la commission de l’agriculture et du développement rural (AGRI) au Parlement européen.
Que reprochent les Verts à cette nouvelle législation européenne ?

Il aurait fallu une législation renforcée contre les OGM. A la place, les nouvelles règles dégradent la situation et détricotent la cohésion entre Etats membres, qui se retrouvent seuls face aux firmes qui veulent introduire ces OGM sur leur territoire. C’est un cheval de Troie pour les accords de libre échange en cours de négociation. Car donner le dernier mot aux Etats affaiblit les instances européennes, au lieu de les renforcer. De plus, le mode d’évaluation des conséquences de la culture OGM n’a toujours pas été revue. Depuis 2008, nous réclamons qu’elle soit remise à plat car elle manque de transparence. La documentation autour des organismes génétiquement modifiés est ainsi transmise aux instances européennes et aux Etats membres par les mêmes entreprises qui produisent ces OGM. Il y a donc conflit d’intérêt. Nous souhaitons aussi que l’ensemble des impacts soient pris en compte, aussi bien sanitaires que socioéconomiques. Cette semaine, nous allons réclamer à la Commission une réunion pour tenter de renforcer cette évaluation.
Que risquent les Etats membres, seuls face aux firmes multinationales ?

Isolés, les pays se retrouvent affaiblis car ils auront moins de poids que les instances européennes. Si un Etat membre choisit d’interdire la culture d’OGM sur son territoire, l’entreprise qui en a fait la demande pourra l’attaquer par le biais de l’OMC (l’Organisation mondiale du commerce). Et cette dernière aura pour argument que ce pays fait entrave au commerce de sa marchandise. De plus, les pays qui choisiront d’arrêter de produire des OGM pourront être attaqués par les firmes pour remise en cause de leurs investissements. D’autre part, des distorsions de concurrence pourraient naître. En effet, si un pays membre de l’Union européenne utilise sur son sol un OGM, alors qu’un autre le refuse, les deux Etats ne seront plus sur un pieds d’égalité. Sans parler de la pollution transfrontalière : si un pays choisit d’interdire les OGM sur son territoire, tandis que son voisin non, le premier sera menacé par le pollen issu d’OGM produits sur les terres du second.
Pourtant, la nouvelle législation ne force-t-elle pas les Etats à prévenir la contamination des cultures non-OGM ?

C’est du flan. La coexistence des cultures est illusoire. La législation ne prend en compte qu’une seule variable : la distance entre elles. Le pollen peut s’étendre sur des kilomètres, rendant impossible la protection des champs face à la pollution émise par les OGM. Bref, cette nouvelle législation européenne repose sur une vision court-termiste, car sur le long terme, les OGM grignoteront l’Union, pays par pays.
Julien PRUVOST
Les membres suivants remercient Eric... pour ce message :
aja777 (14/01/15)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
f.didier
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 14 Jan 2015 - 22:25    Sujet du message: Cultures OGM Répondre en citant

Joli texte Eric, je voulais juste reagir sur deux trucs :

 
Citation:
 Si un Etat membre choisit d’interdire la culture d’OGM sur son territoire, l’entreprise qui en a fait la demande pourra l’attaquer par le biais de l’OMC (l’Organisation mondiale du commerce). Et cette dernière aura pour argument que ce pays fait entrave au commerce de sa marchandise. De plus, les pays qui choisiront d’arrêter de produire des OGM pourront être attaqués par les firmes pour remise en cause de leurs investissements.
Si une société décide de porter plainte sur un état, il doit la déposer dans l’état en question. Par exemple : la France refuse les Ogm, la société doit déposer plainte en France. Or le tribunal se réfère aux lois du pays, et si la loi dit : pas d'ogm, le tribunal va renvoyer la société.
Les multinationales sont peu etre puissantes, mais quand la loi d'un pays dit un truc, c'est comme ca.

Apres :

 
Citation:
  La législation ne prend en compte qu’une seule variable : la distance entre elles. Le pollen peut s’étendre sur des kilomètres, rendant impossible la protection des champs face à la pollution émise par les OGM. Bref, cette nouvelle législation européenne repose sur une vision court-termiste, car sur le long terme, les OGM grignoteront l’Union, pays par pays.
Oui, mais non !
Les Ogm sont plantés tous les ans. Si un Ogm contamine quelques pieds d'un autre champ éloignè, le fermier va s'en rendre compte, soit lui, soit l'inspecteur de la qualité et ces grains là (dans le cas du maïs, par exemple) vont être détruit. Car le fermier a ce qu'on appelle un cahier des charges, un critère de qualité. Un Ogm pourra contaminer un bout de champ, peut etre pendant plusieurs années d'affilées mais il ne peut pas s’étendre car on ne le replante pas.
Pour le maïs, je peux en parler un peu, quand le fermier récolte, il garde X kilos (tonnes) pour le replanter, mais cette semence, il passe des jours a la vérifier, il a une reputation a tenir, surtout si il fait du bio.
Revenir en haut
Joseck


Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2014
Messages: 725
Localisation: Sospel
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
Point(s): 64

MessagePosté le: Ven 17 Avr 2015 - 17:36    Sujet du message: Cultures OGM Répondre en citant

L’Union européenne autorise l’importation de nouveaux OGM
L’UE va autoriser la commercialisation de plus d’une douzaine de nouveaux produits agricoles génétiquement modifiés. Individuellement les pays pourront continuer à interdire les OGM sous certaines conditions.
L’UE importe actuellement presque 58 produits génétiquement modifiés, majoritairement des Etats-Unis. Le 22 avril, lors d’une rencontre du Collège des commissaires, elle a décidé d’introduire 13 produits supplémentaires, plus exactement cinq variétés de soja, trois types de maïs, deux variétés de colza et trois types de coton, rapporte Feed Navigator.
Les nouveaux produits ont été soumis aux examens scientifiques de l’UE et au processus de gestion du risque. Leur introduction va mettre fin à une interdiction de 18 mois d'importation.
Le feu vert a été donnée suite aux pressions étrangères sur les officiels européens, a annoncé au Guardian Marco Contiero, le directeur des politiques agricoles à Greenpeace Europe.
«Alors que les négociations commerciales transatlantiques se poursuivent, la pression de l’industrie de la biotechnologie et du gouvernement américain a augmenté pour ouvrir le marché de l’UE aux importations de produits génétiquement modifiés et pour accélérer les procédures d’autorisation», a-t-il dit.
Les journaux déclarent d’ailleurs qu’il s’agirait en réalité de 17 nouveaux produits qui seraient autorisés à être commercialisés en UE, et non 13.
Les nouvelles règles de la Commission européenne indiquent que les futures autorisations allaient automatiquement suivre l’approbation de l'Autorité européenne de sécurité des aliments, accélérant le processus. Mais les pays membres pourront refuser les nouveaux produits de la même façon qu’ils peuvent aujourd’hui choisir des graines génétiquement modifiées à des fins de culture.
«Il incombe à chaque état membre qui veut refuser ces produits d’élaborer sa justification au cas par cas, en prenant en considération l’OGM en question, le type de mesure envisagée et les conditions spécifiques aux niveaux national et régional qui peuvent justifier cette décision», dit le projet de loi.


Mais la justification peut ne pas être basée sur des questions de santé ou d'environnement selon les nouvelles règles, ces inquiétudes auront déjà été réglées en amont par les contrôles de l’UE. La plupart du temps, l’opposition de certains pays «n’est pas basée sur la science, mais plutôt sur d’autres considérations reflétant le débat sociétal existant dans le pays», a expliqué le projet de loi.


L’amendement aurait été fortement soutenu par le président de l’UE Jean-Claude Juncker et s’attend à être adopté. Les groupes européens de l’industrie de la biotechnologie quant à eux s’opposent à cette mesure.
«Nous avons peur que cette approche aille à l’encontre des réalisations de l'Union douanière européenne et du marché unique», a confié au Guardian Gloria Gabellini, la Vice-Secrétaire générale du COCERAL, la fédération des opérateurs du commerce des céréales, du riz, des aliments pour animaux, des oléagineux et de l’agrofourniture en Europe. «Nous avons le marché unique, donc, si on importe un produit, il doit être disponible pour tous».
A son tour, Greenpeace a déclaré que la restriction sur ce qui pouvait justifier les interdictions individuelles compromettait la possibilité du gouvernement national de protéger ses citoyens et son environnement quand les résultats des examens qui ont donné la permission à ces produits ont été contestés.
Les membres suivants remercient Joseck pour ce message :
Marine (18/04/15)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:23    Sujet du message: Cultures OGM

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> L'Europe
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com