OnNousCacheTout... Index du Forum

OnNousCacheTout...
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Politique et mondialisation

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Mondialisation
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 414
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Dim 2 Nov 2014 - 23:50    Sujet du message: Politique et mondialisation Répondre en citant

Un des plus fins observateurs sociopolitiques de l’époque, ne cesse de le rappeler, que ce soit dans ses publications ou ses interventions médiatiques : la plupart des dirigeants contemporains ne poursuivent fondamentalement que deux buts, le premier étant de mettre sur pieds un gouvernement mondial ; le deuxième, afin de protéger ce gouvernement mondial de tout renversement par ses ennemis, étant de créer un système technique mondialisé de surveillance généralisée fondé sur la traçabilité totale des objets et des personnes. Ce système global de surveillance est déjà fort avancé grâce à l’informatique, à la téléphonie mobile et aux dispositifs de caméras, statiques ou embarquées dans des drones, en nombre toujours croissant dans nos villes. Un pas supplémentaire sera bientôt franchi avec la technologie RFID (Radiofréquence Identification) et les implants sous la peau de puces électroniques émettrices de signaux qui assureront notre géolocalisation permanente. Ce tatouage numérique, plus qu’indélébile puisque enfoui dans nos chairs, contiendra en outre les informations biographiques et biométriques suffisantes pour autoriser le profilage à distance de son porteur et permettre ainsi d’anticiper sur tout comportement évalué comme potentiellement dangereux de sa part.

Jacques Attali, Une brève histoire de l’avenir, Éditions Fayard, 2006
Les membres suivants remercient Marine pour ce message :
aja777 (03/11/14)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 2 Nov 2014 - 23:50    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Hoheinhem
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 6 Nov 2014 - 02:25    Sujet du message: Politique et mondialisation Répondre en citant

C'est moi ou il fait étrangement calme ? Que ce passe t'il en economie ou en geopolitique
Revenir en haut
Joseck


Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2014
Messages: 723
Localisation: Sospel
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
Point(s): 64

MessagePosté le: Jeu 6 Nov 2014 - 11:26    Sujet du message: Politique et mondialisation Répondre en citant

Tout le monde pompe l'eau tombée ............
Revenir en haut
aja777


Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2014
Messages: 1 539
Masculin
Point(s): 383

MessagePosté le: Dim 19 Avr 2015 - 11:41    Sujet du message: Politique et mondialisation Répondre en citant

samedi 18 avril 2015
Le pape François et l'arrivée d'un gouvernement mondial centralisé
18:33




La conférence du Vatican intitulé "Protéger la terre, dignifier l'humanité" qui aura lieu le 28 Avril, comptera sur la présence du Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon et aura comme objectif d'"élever le débat sur ​​les dimensions morales pour protéger l'environnement " et de construire "un mouvement mondial de toutes les religions, concernant le développement durable et le changement climatique" .

Thomas Horn, co-auteur avec Chris Putnam du livre "Petrus Romanus: le dernier Pape est ici" , signale que la conférence du Vatican anticipe l'encyclique sur le réchauffement climatique et l'environnement écrite par le pape François et qui sera publiée en Juin ou Juillet.
https://elrobotpescador.files.wordpress.com/2015/04/tomhornnew.jpg
Horn considère la tentative du Vatican de s'associer à l'Organisation des Nations Unies en ce qui concerne les problèmes du réchauffement planétaire et du changement climatique comme étant une preuve que le Vatican suit un plan directeur qui vise "à structurer les autorités politiques et économiques dans le monde entier pour créer un gouvernement mondial centralisé".

Il indique que le Cardinal Peter Turkson, président du Conseil pontifical pour la Justice et la Paix, a aidé à écrire le premier projet de l'encyclique du pape et il a également rédigé un document en 2011 au nom du Saint-Siège, appelant à la création d'une autorité visant à éliminer les inégalités économiques mondiales et à redistribuer les richesses.
Sont attendus à la conférence du Vatican l'économiste américain Jeffrey Sachs, directeur du Earth Institute de l'Université de Columbia et conseiller spécial du chef de l'ONU sur les Objectifs de développement pour le millénaire. Sachs est également directeur du Programme d'actions pour le développement durable des Nations Unies.
Thomas Horn dit que les gens devraient envisager cet événement en tenant compte du document publié le 24 Octobre 2011 par le Cardinal Peter Turkson, intitulé: «Vers une réforme des systèmes monétaires et financiers internationaux dans le cadre d'une autorité publique mondiale » .
Horn déclare que le document "parlait d'un appel du Vatican pour la création d'une autorité financière politique, environnementale et mondiale qui s'établirait en vertu de l'Organisation des Nations Unies».
Dans le document, Turkson reconnait que:
«Il y a encore un long chemin à parcourir avant d'atteindre la création d'une autorité publique dotée d'une compétence universelle".

"Il semblerait logique que le processus de réforme ait comme référence l'Organisation des Nations Unies, en raison de la portée mondiale des responsabilités de l'ONU, de sa capacité à rassembler les nations du monde et la diversité de ses fonctions et de ses institutions spécialisées".
https://elrobotpescador.files.wordpress.com/2015/04/2000px-un_emblem_blue-s…
Turkson décrit comment devrait avoir lieu un développement économique mondial que le Vatican considèrerait comme acceptable.
«De toutes les politiques à mettre en œuvre, celles liées à la justice sociale mondiale sont les plus urgentes: l'établissement de politiques financières et monétaires qui ne nuisent pas aux pays les plus faibles; des politiques visant à réaliser des marchés libres et stables et une répartition équitable de la richesse mondiale, qui pourraient conduire à de nouvelles formes de solidarité fiscale mondiale, qui seront discutées plus tard ".


https://elrobotpescador.files.wordpress.com/2015/04/maxresdefault1.jpg
Une autorité publique mondiale
Dans son livre «Petrus Romanus" Horn et Putnam font valoir que la directive du Vatican cherche à obtenir un mandat «moral» pour établir une «autorité publique mondiale" et "une banque centrale mondiale" .
Horn a également attiré l'attention sur la "Caritas in Veritate" , la troisième et dernière encyclique du Pape Benoît XVI avant de démissionner de la papauté, qui a appelé à une "autorité politique mondiale".
https://elrobotpescador.files.wordpress.com/2015/04/benedicto_xvi_dando_la_…
L'un des objectifs de cette autorité mondiale, selon Benoît XVI, devrait être de «gérer l'économie mondiale; relancer les économies touchées par la crise; prévenir toute détérioration de la crise actuelle et de plus grands déséquilibres; réaliser le désarmement intégral, la sécurité alimentaire et la paix; assurer la protection de l'environnement et réglementer la migration " . (Ndt: l'enfer est pavé de bonnes intentions...en tout cas officiellement.)
Benoît XVI a déclaré: «Compte tenu de la croissance irrésistible de l'interdépendance mondiale, il y a un besoin évident, même au milieu d'une récession mondiale, de réformer les Nations Unies et l'architecture économique et financière internationale, de sorte que le concept de famille des nations puisse parvenir à un réel accomplissement".
Selon Horn: "Celui qui est considérée par les catholiques comme le représentant personnel de Jésus-Christ, est devenu un avocat de l'une des organisations les plus corrompus de la face de la terre: l'Organisation des Nations Unies. Ces développements ont des implications prophétiques pour ces chrétiens qui craignent qu'une dictature mondiale prenne le pouvoir sur la terre dans les derniers jours " .


Lien connexe:


Le Nouvel Ordre Mondial du Vatican 
_____________________________________________________________
>>>>La création est une symphonie dont nous sommes les musiciens , mais que signifie elle sans son compositeur source de toute VIE ?
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
aja777


Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2014
Messages: 1 539
Masculin
Point(s): 383

MessagePosté le: Dim 26 Juil 2015 - 20:58    Sujet du message: Politique et mondialisation Répondre en citant

Le transhumanisme est une idéologie athée d'origine américaine née dans les années 1980 qui prône l'usage des sciences et techniques pour l'amélioration de la "race humaine" .
Sous le prétexte fallacieux de lutter contre les maladies et le vieillissement,ce projet s'inscrit dans l'idéologie du surhomme de Nietzsche,une philosophie qui a inspiré l'idée de race supérieure dans le nazisme.
Jacques ATTALI est un économiste pied noir et juif,né à Alger.
Il a été conseiller spécial de François Mitterrand et le fondateur de la banque européenne de reconstruction et de développement pour aider les pays de l'Est.
On le voit régulièrement dans le émissions de télé.Il prône le nouvel ordre mondial et la gouvernance mondiale.
Dans une émission sur Europe N°1,le 12 Novembre 2013,il déclare:
"Le peuple Juif est à l'avant garde de la transgression.
C'est dans la transgression que se situe la flèche du temps,le Progrès.
C'est çà faire de la pensée JUIVE qui va être repris par la pensée protestante,le moteur de l'avenir"
Jacques Attali est aussi l'auteur d'un article:
"Vers l'homme unisexe"
C'est une reprise des thèmes d'Adlous Huxley exposés dans son livre "le meilleur des mondes"
concernant la marchandisation des bébés.
 
==============================
 
 
Voici en illustration un article édifiant sur le transhumanisme de Jean Christophe Féraud et Lucie Morin du 7 Décembre 2014.
 
 
 
"Transhumanisme: un corps pièces et main d'oeuvre
 
ENQUÊTE Google en tête, Les géants du Web partent à l’assaut du business de la santé, sous couvert de lutter contre la maladie et le vieillissement...
«Quand on me demande mon âge, j’ai envie de répondre : mon bras gauche a 10 ans, mon sein droit a 2 ans, mes dents 5 ans…» Cette bonne blague, lancée par la bien nommée Natasha Vita-More («vivre plus») lors du colloque Transvision sur «les implications sociétales du transhumanisme»  en dit long sur le projet de ce courant de pensée en pleine ascension qui prône «l’augmentation» du genre humain par la technologie… Silhouette avantageusement moulée dans sa robe de créateur, l’artiste, auteure et culturiste ne fait pas ses 64 ans. Loin s’en faut. Mais de plus près, on voit en effet que toutes les pièces ne sont pas d’origine… La notion de corps alternatif, c’est justement le business de cette Californienne, à l’origine d’un prototype de corps post-humain, bardé de techno-produits. Egérie de l’organisation internationale Humanity+, qui compterait quelque 6 000 membres, elle défend une «utilisation éthique» des technologies émergentes pour renforcer les capacités humaines.
 
 
Cette nouvelle techno-religion, issue de la cyberculture et particulièrement active en Californie, se répand depuis les années 80, étend son influence jusqu’au cœur de la National Science Foundation et du département du Commerce américain, et grandit en Europe. Le scientifique anglais Aubrey de Grey, dont les recherches contre les affres de la sénescence cellulaire sont en partie financées par Peter Thiel, le magnat américain du service de paiement en ligne Paypal, se définit lui-même comme «techno-progressiste».«Les biotechnologies de notre projet "Sens 1.0" nous donneront probablement trente ans d’espérance de vie, celles qui suivront permettront de rajeunir les gens indéfiniment», prophétise ce gourou à la barbe longue comme celle de Mathusalem. «L’allongement de la durée de la vie est le prochain choc techno-idéologique qui sera déclenché par la convergence de l’idéologie transhumaniste et des NBIC, arrivées à maturité», confirme froidement le chirurgien Laurent Alexandre, patron de la société de séquençage DNA Vision et spécialiste des technologies de santé du futur.
 
 
Le transhumaniste Aubrey de Grey préfère se définir comme "techno-progressiste"Les recherches sur les NBIC, c’est-à-dire les nanotechnologies, les biotechnologies, l’intelligence artificielle - informatique ou robotique - et les sciences cognitives, mobilisent d’éminents spécialistes à travers la planète. Et ces derniers entrevoient désormais des avancées révolutionnaires pour régénérer nos cellules, réparer nos organes, cartographier et modéliser notre cerveau, séquencer, voire modifier, notre ADN, gagner la lutte contre le cancer, prévenir les maladies neurodégénératives et vivre en bonne santé plus longtemps.
 
Seulement voilà, «les NBIC vont créer une énorme disruption dans le domaine de la santé, notamment dans le diagnostic, avec l’explosion du big data. Le risque, c’est un transfert du pouvoir du corps médical vers les Gafa [Google, Apple, Facebook et Amazon, ndlr]», s’alarme le même Dr Alexandre. Dans le sillage des gourous du transhumanisme, les superpuissances du Net partent à l’assaut du marché de la médecine innovante, pardon de la «médecine exponentielle» (c’était le thème d’une récente conférence organisée à San Diego par la Singularity University, principale organisation transhumaniste, financée par Google et la Nasa).
 
 
Google, justement, a investi des millions de dollars dans des sociétés spécialisées en intelligence artificielle, en robotique, biologie moléculaire et séquençage ADN. Les créateurs du tentaculaire moteur de recherche, Larry Page et Sergey Brin, s’entourent chaque jour un peu plus de cerveaux des biotechs, transfuges d’Apple, Microsoft ou eBay pour faire aboutir les recherches vers de nouvelles technologies dans la santé. L’an dernier, Google a lancé Calico, créé au cœur du mystérieux laboratoire «Google X». Objectif : «Relever le défi du vieillissement et des maladies associées», augmenter l’espérance de vie de vingt ans d’ici 2035… pour finalement «tuer la mort» comme a titré un peu vite Time Magazine. La direction du labo a été confiée au docteur en biochimie et génétique Arthur Levinson, membre du conseil d’administration d’Apple, et ex-patron de Genentech, société spécialiste en génétique modifiée.
 
Maître du Web et de la communication, Google révèle ses projets au compte-gouttes : de la cuillère adaptée aux personnes souffrant de tremblements à la pilule de nanoparticules magnétiques qui circulerait dans le sang afin d’identifier une tumeur naissante ou les prémices d’une attaque cardiaque ! En collaboration avec Novartis, Google X va également fabriquer des lentilles intelligentes, capables de mesurer le taux de glucose des diabétiques ou rétablir l’autofocus de l’œil des presbytes.
 
Par ailleurs, selon la firme de Mountain View, en s’adaptant à nos particularités génétiques, la médecine de demain va devenir «prédictive» grâce au diagnostic anticipé établi par ses algorithmes moulinant des milliards de données. De fait, le coût du séquençage ADN a drastiquement chûté (1 000 dollars - 812 euros -au lieu de 10 000 il y a quinze ans) et le stockage des données génomiques des patients commence à se systématiser dans des biobanques hospitalières et privées. Et seules les machines, dont le super-ordinateur Watson d’IBM est l’éclaireur, seront capables d’analyser les milliards de données du big data génomique. «Il y avait 7 millions d’êtres humains séquencés en 2011, il y en aura 25 millions en 2015», rappelle le Dr Alexandre.
 
 
 
Plusieurs géants américains s’affrontent déjà pour prendre les commandes de cette révolution bio-informatique. Amazon stocke les données de milliers de chercheurs. «Google Genomics», lancé en 2013 en partenariat avec un consortium d’instituts de recherche, est une interface qui sera capable de stocker l’ADN de milliers, voire de millions d’individus. L’idée est d’allier la puissance de calcul et les informations des chercheurs, archivées sur ce cloud génomique. Pour compléter son expertise, Google cherche à définir ce qu’est un humain en bonne santé grâce à l’étude comparative «Baseline» annoncée en juillet. L’historique génétique familiale, ainsi que le suivi du métabolisme et du mode de vie de 175 participants anonymes, contrôlés par des appareils médicaux portables, fourniront les biomarqueurs nécessaires. A terme, le panel devrait être étendu à 10 000 cobayes.
 
Représentation de la double hélice de l'ADN.Mais la Food and Drug Administration (FDA)      américaine a mis un terme à la commercialisation d’informations génétiques relatives à la santé et aux caractéristiques physiques, par la société 23andme. Cette filiale de Google, dirigée par l’ex-femme de Sergey Brin, avait déposé le brevet d’une méthode qui aurait permis de fabriquer un «bébé à la carte», grâce à la sélection des gamètes de donneurs d’ovules ou de sperme, ce qui avait provoqué l’indignation des bioéthiciens. La start-up continuera cependant à proposer à ses clients le service d’analyse génétique familiale pour 99 dollars (80 euros), sur la base d’un échantillon de salive. De leur côté, en annonçant la prise en charge des frais de congélation des ovocytes de leurs salariées (environ 10 000 dollars) pour qu’elles puissent s’affranchir de l’horloge biologique et se consacrer à leur carrière, Apple et Facebook participent à l’offensive transhumaniste. Et de toute évidence, il s’agit d’un pas de plus vers la sélection des embryons, amorcée par la fécondation in vitro, en passe de se banaliser. «Nick Bostrom [directeur de l’Institut du futur de l’humanité de l’université d’Oxford, cofondateur de H+ et de l’Institut d’éthique pour les technologies émergentes] estime que par la sélection génétique on peut améliorer le QI d’un pays de 60%. 28% des Américains disent aujourd’hui qu’ils seraient prêts à utiliser les NBIC pour augmenter le QI de leurs embryons. Que croyez-vous que vont faire les 72% restants ? Ils n’auront pas le choix s’ils veulent éviter que leurs enfants ne deviennent les domestiques des premiers», prévient Laurent Alexandre. En Chine, où l’on ne s’embarrasse guère de problèmes d’éthique, Zhao Bowen, de l’Institut de génomique de Pékin, fouille le cerveau de 2 200 surdoués en extirper le gène de l’intelligence et augmenter le QI des Chinois de demain.
 
Poursuivant ses ambitions monopolistiques en bio-informatique, Google a créé avec la Nasa le laboratoire d’intelligence artificielle Quantum, qui doit abriter un ordinateur quantique mis au point par la société canadienne D-Wave(lire EcoFutur du 30 août). Capable de raisonnement, 3 600 fois plus rapide que les supercalculateurs pour analyser les variables d’un problème donné, il pourrait aussi, à terme, faire du moteur de recherche californien la plus performante des intelligences artificielles. Ce moment où la machine dépassera le cerveau de son créateur, appelé «Singularité»…
 
Raymond Kurzweil, directeur de recherche chez Google, l’a prédit pour 2035. Théoricien du transhumanisme, il a cofondé avec la Nasa la fameuse Université de la Singularité, installée sur le campus de l’agence spatiale. Des scientifiques s’y démènent pour «trouver des solutions aux grands défis de l’humanité» et construire une intelligence supérieure à celle de l’humain. «Préparez-vous pour la pensée hybride !» lançait Raymond Kurzweil lors d’une conférence TEDx en mars. Il prédit qu’en 2030, des nanorobots (à avaler en solution buvable) permettront la connexion électro-biochimique entre notre néocortex et le cloud. L’étape suivante, serait carrément l’uploading, c’est-à-dire le téléchargement du cerveau dans un ordinateur ou dans le cloud : notre conscience dématérialisée. Enfin immortel ! Tout cela fait doucement rigoler Laurent Alexandre, comme la plupart des scientifiques sérieux : «Je ne suis pas un bio-conservateur, mais quand je vois Kurzweil en une de Wired avec un énorme "Live forever"… j’éclate de rire», a-t-il lancé aux transhumanistes réunis à Paris.
 
Entouré de neuroscientifiques, le milliardaire russe Dmitry Itskov y croit pourtant dur comme fer : il finance le projet Avatar 2045, où le cerveau, d’abord artificiel, se dématérialiserait progressivement jusqu’à n’être plus qu’un hologramme… Une idée reprise par le réalisateur américain Wally Pfister, dans le film Transcendance. Il y dépeint le drame du post-humain affrontant l’homme, artisan de son autodestruction. «Je crains le jour où la technologie dépassera l’homme…» Albert Einstein avait semble-t-il pressenti l’avènement de ce retournement métaphysique dans l’histoire de l’humanité."
 
=====================================
 
 
Le transhumanisme fait penser au roman de Shelley.
Le docteur Victor Frankenstein décide de créer un être vivant de toutes pièces et il est effrayé ensuite d'avoir crée un monstre.Ce monstre finit par assassiner la famille de Frankenstein puis son son auteur lui-même.
Cela rappelle aussi le mythe Grec de Prométhée qui vola le feu terrestre à Zeus et qui fut terriblement puni.
C'est l'homme qui veut se faire Dieu.C'est l'histoire de Lucifer qui a été finalement plongé dans les abîmes de l'enfer.
C'est cet enfer terrestre que nous promettent ces charlatans, marchands d'orviétan et apprentis sorciers.
      http://lanz-blum.eklablog.com/le-transhumanisme-ou-le-signe-de-la-fin-des-t…
  
_____________________________________________________________
>>>>La création est une symphonie dont nous sommes les musiciens , mais que signifie elle sans son compositeur source de toute VIE ?
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Karine
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 14 Aoû 2015 - 01:10    Sujet du message: Politique et mondialisation Répondre en citant

Rappelons cette tribune du Docteur Laurent Alexandre :

Le transhumanisme est encore quasi inconnu en France. Le terme « transhumanisme » remonte aux années 1950, mais sa popularisation date des années 1990. C’est à cette période que les chercheurs commencent à cerner les promesses de la convergence NBIC. Les nanotechnologies (N), la biologie (B), l’informatique (I) et les sciences cognitives (intelligence artificielle et sciences du cerveau) (C) progressent et convergent, en ce sens que les découvertes dans un domaine servent aux recherches dans un autre. Cette synergie décuple la puissance de la recherche et permet des avancées spectaculaires.

Dans ce contexte, les transhumanistes soutiennent une vision radicale des droits de l’humain. Pour eux, un citoyen est un être autonome qui n’appartient à personne d’autre qu’à lui-même, et qui décide seul des modifications qu’il souhaite apporter à son cerveau, à son ADN ou à son corps au fil des avancées de la science. Ils considèrent que la maladie et le vieillissement ne sont pas une fatalité. La domestication de la vie pour augmenter nos capacités est l’objectif central des transhumanistes. Selon eux, l’humanité ne devrait avoir aucun scrupule à utiliser toutes les possibilités de transformation offertes par la science. Il s’agit de faire de l’homme un terrain d’expérimentation pour les technologies NBIC : un être en perpétuelle évolution, perfectible et modifiable jour après jour par lui-même.



L’homme du futur serait ainsi comme un site Web, à tout jamais une « version béta », c’est-à-dire un organisme-prototype voué à se perfectionner en continu. Cette vision pourrait sembler naïve. En réalité, un lobby transhumaniste est déjà à l’oeuvre, qui prône l’adoption enthousiaste des NBIC pour changer l’humanité. Ce lobby est particulièrement puissant sur les rives du Pacifique, de la Californie à la Chine et à la Corée du Sud, soit – et ce n’est pas un hasard – à proximité des industries NBIC, qui deviennent le coeur de l’économie mondiale. L’entrisme des transhumanistes est impressionnant : la NASA et Arpanet, ancêtre militaire américain d’Internet, ont été aux avant-gardes du combat transhumaniste.

Aujourd’hui, Google est devenu l’un des principaux architectes de la révolution NBIC et soutient activement le transhumanisme, notamment en parrainant la Singularity University qui forme les spécialistes des NBIC. Le terme Singularity désigne le moment où l’esprit humain sera dépassé par l’intelligence artificielle, censée croître exponentiellement dès les années 2045. Ray Kurzweil, le « pape » du transhumanisme, dirige en personne cette université. Ce spécialiste de l’intelligence artificielle est convaincu que les NBIC vont permettre de faire reculer la mort de façon spectaculaire dès le XXIe siècle. Il a été embauché par Google comme ingénieur en chef pour faire du moteur de recherche la première intelligence artificielle de l’histoire.

Google s’intéresse également au séquençage ADN au travers de sa filiale 23andMe, dirigée par la femme de Sergei Brin, le cofondateur de Google. Sergei Brin a appris qu’il avait de très fortes chances de développer la maladie de Parkinson – car il est porteur de la version mutée du gène LRRK2 – en faisant analyser son ADN par sa filiale. De quoi accentuer son intérêt pour les NBIC ! On aura compris que Google nous emmène vers une civilisation transhumaniste.

Laurent Alexandre est Chirurgien urologue, Président de DNAVision

http://www.medias-presse.info/la-franc-maconnerie-planche-sur-le-transhuman…
Les membres suivants remercient Anonymous pour ce message :
aja777 (15/08/15)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:19    Sujet du message: Politique et mondialisation

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Mondialisation
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com