OnNousCacheTout... Index du Forum

OnNousCacheTout...
"Faits de société, politique, pouvoir, conspirations, mensonges et vérités..."

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Comment les égyptiens ont (de) chiffres le ciel par Leila Haddad

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Histoire Ancienne & Origines de la Vie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marine
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2014
Messages: 3 414
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Point(s): 471

MessagePosté le: Dim 19 Oct 2014 - 13:31    Sujet du message: Comment les égyptiens ont (de) chiffres le ciel par Leila Haddad Répondre en citant

COMMENT LES EGYPTIENS ONT (DE)CHIFFRES LE CIEL


C'EST une croyance, un mythe aussi increvable que celui de l'Atlantide : les Égyptiens savaient tout sur tout
avant tout le monde. Leur dieu Thôt, patron des scribes, gardien du calendrier et de la Lune, leur aurait
confié tous les secrets du monde. Selon une version plus "moderne", ils auraient été initiés à l'astronomie
par des extraterrestres il y a 12 000 ans ! Ils l'auraient élevée à un niveau péniblement atteint par Einstein, et les
Grecs déjà soupçonnaient les pères de l'astronomie moderne, les Pyrhagore, Eudoxe de Cnide et Platon, d'avoir
mis à leur sauce un savoir confié par des prêtres égyptiens. L'abbé Moreux, prolifique vulgarisateur de l'astronomie
fin du XIXe-début XXe siècle, souffrait d'une forme grave de cette égyptomania : la pyramidologie. Ses victimes
deviennent obsédées par la grande pyramide de Khéops. Elles passent leur temps à prendre ses mensurations, à
additionner, multiplier et diviser ces chiffres par pi, jusqu'à ce qu'elles trouvent ce qu'elles cherchent. C'est ainsi que
l'abbé a "découvert" que les Égyptiens connaissaient la distance Terre-Soleil, le diamètre de la Terre et la longueur
du méridien. "Donnez-moi dix chiffres et je vous trouve tous les rapports que vous voulez," fulmine le philosophe et
encyclopédiste Roger Caratini, auteur d’un pamphlet anti-égyptomanique (1). L'astronomie égyptienne n'arrive pas à la
cheville de celle de la Mésopotamie, le seul grand foyer scientifique de l'Antiquité préhellénique."

Dans les années I960, l'historien des sciences antiques Otto Neugebauer et l'égyptologue Richard Parker ont
élaboré une étude de l'astronomie égyptienne qui fait toujours autorité (2). Conclusion : Neugebauer ne lui
reconnaissait qu'une seule bonne trouvaille, l'année de 365 jours. Suite à ce travail, les astronomes se sont
détournés de la science égyptienne des astres, la jugeant, comme Robert Nadal, historien de l'astronomie à
l'observatoire Midi-Pyrénées, "pas très intéressante". Quant aux égyptologues... "La plupart ne connaissent rien à
l'astronomie", estime l'archéologue Aude Gros de Beler. Les astronomes égyptiens n'étaient ni mathématiciens ni
géomètres. Ils n'ont pas cherché à modéliser le monde ni à calculer ses mouvements, et ils n'ont accordé qu'un
intérêt poli aux planètes. Reste que c'étaient des observateurs intelligents et pragmatiques, à qui nous devons nos
24 heures. Pour orienter parfaitement leurs monuments et lire l'heure la nuit, ils utilisaient des étoiles et des
constellations. Malheureusement, ils ne nous ont pas dit lesquelles et nous ont légué un ciel presque aussi
indéchiffrable que le sourire du Sphinx.

1 R. Caratini, L’égvptomanie, une imposture, éditions Albin Michel.
2 0. Neugebauuer et R. A. Parker, Egyptian Ascronomical Texts, 3 vol. Providence, Brown University Press (épuisé).



Les Egyptiens orientaient leurs édifices religieux et funéraires en harmonie avec leurs grands
cycles cosmiques et mythologiques. Mais les étoiles leur ont-elles été vraiment utiles ?


cycles cosmiques et mythologiques. Mais les étoiles leur ont-elles été vraiment utiles ?
es pyramidologues ont eu du mal à admettre que la grande pyramide de Khéops ne soit qu'un tombeau.
Ce vaisseau de pierre, remarquable par sa taille et la perfection toute géométrique de ses formes, devait
cacher autre chose qu'une minuscule momie, fût-elle celle de Pharaon. L'édifice est trop parfait, trop
imposant, trop mathématique pour être honnête. Surtout, il est trop bien orienté. Les axes nord-sud et est-ouest de
la pyramide sont alignés sur les deux axes géographiques de la Terre — ils ne s'en écartent que de quelque 3'.
L'égyptologue Isabelle Franco, professeur à l'Institut Khéops et à l'École du Louvre, a une explication simple et
élégante de sa forme : "Pour les Egyptiens, le ciel et la Terre étaient carrés. Le premier était soutenu par quatre étais, disposés aux
quatre coins de la Terre. Lorsque le Soleil est au zénith, ses rayons, tombant droit sur les quatre côtés de la Terre, dessinaient la forme
d'une pyramide."

La manière dont les Egyptiens s'y sont pris pour l'orienter est toujours un mystère. L'alignement de ses voisines
Khéphren et Mvkérinos, celui de pyramides comme Snefrou, Houni ou Merenrê sont presque aussi remarquables :
l'écart de leurs axes est inférieur à 30'. Une telle précision ne peut avoir été obtenue que par des méthodes
astronomiques. Hélas, les Égyptiens ne nous ont pas dit lesquelles...

Les égyptologues pensent qu'ils cherchaient le nord géographique. Du temps du pharaon Djeser, propriétaire de la
première pyramide d'Egypte, les étoiles circumpolaires faisaient l'objet d'un culte. Baptisées "Impérissables" parce
qu'elles ne disparaissent jamais du ciel, elles étaient censées accueillir la partie lumineuse, immortelle du pharaon
après sa mort. Pour trouver le nord, l'une des méthodes les plus évidentes consiste à repérer l'endroit où se lève
une étoile (ou le Soleil), et celui où elle (il) se couche. La bissectrice, droite qui divise en parties égales l'angle formé
par ces deux directions, donne celle du nord. Pour de meilleures visées, les Egyptiens utilisaient peut-être des
horizons artificiels, des plates-formes qui annulaient les irrégularités de l'horizon naturel.

Les bissectrices auraient dû donner à peu près la même orientation pour toutes les pyramides d’Egypte, ce qui est
loin d’être le cas. À partir de Khéops, toutes s'écartent plus ou moins de la direction nord-sud. À y regarder de plus
près, cet écart semble progressif, comme s'il avait augmenté régulièrement au fil des siècles. Il aurait pu être dû à la
précession des équinoxes, le lent mouvement de l'axe de la Terre. La zone du ciel vers laquelle pointe ce dernier est
le pôle Nord céleste. C'est là qu'il faut regarder pour trouver le nord. Or, il se déplace parmi les étoiles, il parcourt
un grand cercle en 26 000 ans. Aujourd'hui, il est juste à côté de l’Etoile polaire, dans la constellation de la Petite
Ourse. Dans 12000 ans, il sera proche de l'étoile Véga, dans la Lyre. En -2800, c'était Thuban, dans le Dragon, qui
servait de repère. La direction du nord sur la voûte céleste n'est pas constante. Un même astre, visé pendant des
centaines d'années, s'en éloignera doucement.

À l'époque de Khéops, entre -2600 et -2550, Thuban avait perdu le nord. Selon Kate Spence, égyptologue à
l'université de Cambridge, les Egyptiens auraient utilisé deux autres étoiles : Kochab, dans la Petite Ourse, et Mizar,
dans la Grande Ourse. Elle a découvert qu'en l'an -2467, lorsque la ligne imaginaire qui joint ces deux astres était
verticale, elle passait par le pôle Nord céleste. Armés d'un fil à plomb, les bâtisseurs de Khéops ont dû guetter ce
moment. Cette belle coïncidence a été lentement détruite par la précession. Au fil des siècles, le pôle s'est éloigné
de la verticale formée par Mizar et Kochab. Les Égyptiens auraient quand même continué à la viser, ce qui
expliquerait la dérive progressive des axes d'un certain nombre de pyramides. L'hypothèse de Kace Spence, si elle
est admise, rajeunit Khéops d'un bon siècle mais la chronologie égyptienne est loin d'être définitive.

Eric Aubourg, astrophysicien au CEA, passionné par l'Egypte antique (il a créé un logiciel de traduction de
hiéroglyphes) et son ciel, trouve cette hypothèse tirée par les cheveux. D'après Kate Spence, la première pyramide,
celle de Djeser, a été orientée suivant cette technique. Elle est mal alignée, ce qui signifie que les Égyptiens ont utilisé
Mizar et Kochab bien avant qu'elles n'indiquent le nord. En ce cas, le calage quasi parfait de Khéops est purement
fortuit. "Khéops est juste né au bon moment, celui où la Méthode de Kate Spence est la plus valable", ironise Eric Aubourg. Il a
étudié le cas de la pyramide d'Abou Roach, décalée de 48' par rapport au nord. "C'est beaucoup trop par rapport à Khéops
et à Khéphrcn (moins de 6') alors que, chronologiquement, elle se situe entre elles."

Karine Gadré, astrophysicienne, est l'une des rarissimes, sinon unique, spécialiste de l'astronomie égyptienne dans
l'Hexagone. Elle prépare une thèse sur le sujet à l'observatoire Midi-Pyrénées et lui a consacré un beau site Internet
(www.culturediff.org). Elle s'est penchée sur une autre hypothèse, émise il y a quelques années : et si les Egyptiens
avaient utilisé des étoiles équatoriales ? Au lieu d'indiquer le nord, elles donnent pile l'est et l'ouest lors de leur lever
et de leur coucher. Elles aussi sont soumises à la précession et, au fil du temps, leur direction s'écarte de l’axe estouest.
Enfin, elles sont beaucoup plus faciles à viser que Kochab et Mizar, hautes sur l'horizon, et donnent des
résultats plus précis. Trois étoiles correspondent assez bien aux variations d'alignement des pyramides : Alpha du
Bélier, Graffias dans la constellation du Scorpion et Êta d'Ophiuchus. "Les Egyptiens n'étaient pas obligés d'orienter leurs
pyramides en visant un même astre pendant un millénaire, argumente Karine Gadré. Ils ont très bien pu changer. Leur architecture a
évolué, pourquoi pas leur astronomie ?"

Les Egyptiens orientaient aussi soigneusement leurs temples et monuments. Ils décidaient de la direction de leurs
axes le jour de leur fondation, lors de l'importante cérémonie de tension du cordeau. Le Sphinx regarde le Soleil
droit dans les yeux lors de son lever, plein est, les jours de l'équinoxe. L'axe est-ouest du temple d'Hathor à
Dendera pointe vers l'endroit où Sirius est réapparue peu avant le Soleil, le 16 juillet - 54. L'égyptologue Luc
Gabolde, chercheur CNRS au Centre franco-égyptien d'études sur les temples de Karnak, grand amateur d'étoiles,
s'est penché sur le cas du temple d'Amon-Rê à Karnak. Il a été fondé par Sésostris 1er sur l'emplacement d'un
temple plus ancien qui a été rasé. Le pharaon a réuni ses conseillers et leur a annoncé sa décision de bâtir en l'an X
de son règne, le 24e jour du 4e mois de la saison peret. Luc Gabolde a cherché la date de cette réunion. Il avait un
indice : le lever héliaque de Sinus (peu avant le lever du Soleil) qui a eu lieu le 17 juillet -1866 correspond au 16e
jour du 4e mois de la saison peret de l'an VII du règne de Sesostris III. Après une petite gymnastique
chronologique, il en a déduit que Sesostris Ier a réuni ses conseillers le 27 juillet - 1946. La fondation du temple, la
cérémonie de tension du cordeau, a eu lieu plus tard. Le bâtiment est visiblement orienté, et l'égyptologue a
supposé qu'il a été calé sur la direction du lever du Soleil au moment du solstice d'hiver.

 Il a vérifié, en se mettant dans les conditions d'observation qui étaient celles des Égyptiens. Le crime était quasi parfait : le temple d'Amon-
Ré a été fondé le 20 décembre - 1946. « Ce n'est qu'une proposition, tempère Luc Gabolde, qui dépend de mes hypothèses de
départ. Mais il se trouve que la Nouvelle Lune avait lieu le jour suivant. Elle correspond à un début, au commencement d'un nouveau
cycle. C'était un jour favorable pour procéder à la cérémonie de tension du cordeau ». Les Egyptiens orientaient leurs édifices
religieux et funéraires en harmonie avec leurs grands cycles cosmiques et mythologiques. « Ils appelaient le naos,
l'endroit du temple où se trouve la statue du dieu, ‘l’horizon du ciel’, raconte notre égyptologue. C'est le point précis d'où émerge
ou disparaît un astre, le point de contact entre le monde des dieux et celui des hommes. » Leur survie dépendait du Nil. Chaque
année, à la même époque, le fleuve entrait en crue et déposait sur ses rives le limon fertile sans lequel il n'y avait pas
d'agriculture possible. Ce cycle était associé à plusieurs autres. À celui de Sirius, dont le lever héliaque annonçait
l'inondation. À celui du Soleil, qui ordonne la succession des jours et des saisons. À celui de la graine inerte plantée
dans le sol et d'où jaillit la moisson. À celui de la vie et de la mort... Ces cycles sont omniprésents dans la religion et
la mythologie, où ils s'incarnent de façon idéale dans la geste divine de Rê. Dans le monde d'en haut, celui des
dieux, ils s'enchaînent, se superposent et s'interpénètrent sans anicroches. Dans le monde des hommes, il y a des
ratés : famines, sécheresse, guerres... « Trois concepts se chevauchent toujours : le monde des dieux, où règne un ordre parfait ; le
monde réel, où c'est loin d'être le cas ; et un monde intermédiaire, tentative de reconstruction sur terre de la perfection du monde des
dieux. L'orientation participe de cette reconstruction », conclut Isabelle Franco.

Sirius, le Nil et le calendrier annuel


L'année civile égyptienne faisait pile 365 jours. Elle était découpée en trois
saisons, akhet, peret et shemou (l'inondation, les semailles et la moisson).
Chacune comptait quatre mois de trente jours, numérotés de 1 à 12, divisés
en trois décades de dix jours. Les cinq derniers jours de l'année, dits épagomènes,
faisaient bande à part. Pour dater un événement, les Égyptiens donnaient l'année du
règne du pharaon alors sur le trône, la saison, le numéro du mois, celui de la décade
(de 1 à 36) et le rang du jour. Certains auteurs pensent que les Égyptiens ont fixé la
longueur de leur année en se référant au cycle annuel de l'étoile Sirius (Sothis), dans la
constellation du Grand Chien. Son lever héliaque avait lieu aux alentours du 18 juillet,
grosso modo tous les 365 jours. Cette réapparition de l'étoile peu avant le lever du
Soleil, après 70 jours d'absence, annonçait l'inondation, la crue du Nil. Hathor allait
bientôt être de retour... Quand Rê, le dieu Soleil, régnait encore sur terre, les hommes
se sont rebellés contre lui. Rê leur a envoyé sa fille Hathor sous la forme de la lionne
Sekhmet. La terrible déesse a ravagé le pays, tuant autant qu'elle pouvait. Elle incarne
la période où les eaux du Nil sont au plus bas et où il règne une chaleur d'enfer. Rê a
regretté son geste et a déversé dans le désert de la bière teintée en rouge, couleur du
Nil pendant l'inondation. Sekhmet, croyant que c'était du sang, s'est enivrée. Elle s'est
calmée, est redevenue Hathor, la déesse des amours, et le Nil a débordé. C'était un
événement primordial dans l'existence des Égyptiens, qui devaient guetter
anxieusement la réapparition annuelle de Sirius. Elle a coïncidé avec le premier jour de
l'an égyptien en -2781, date à laquelle on pense que le calendrier a été officiellement
adopté. L'année égyptienne est trop courte par rapport au cycle du Soleil, qui fait
365,25 jours, et le lever héliaque de Sirius avait lieu un jour plus tard tous les quatre
ans.

Rê de jour et Rê de nuit

Chaque matin, Rê, le Soleil, est mis au monde à l'est par la déesse du ciel, Nout.
Celle-ci est représentée tantôt comme une vache, tantôt comme une belle femme au
corps arqué au-dessus de celui de son frère Geb, la Terre. Sous sa forme bébé, le
scarabée, Rê monte dans sa barque et entame son périple quotidien dans le ciel. Il
vieillit au fur et à mesure de son voyage et atteint sa pleine puissance à midi. Tapi
dans les eaux du ciel, le serpent Apopis guette Rê et tente de l'avaler. Il est combattu
par les dieux qui accompagnent le Soleil et qui tiennent à l'amener sain et sauf sur la
rive ouest du ciel. Le monde est renouvelé, recréé chaque matin à l'apparition de Rê.
Apopis représente le Chaos qui sans cesse menace l'Univers. « Les Égyptiens étaient des
gens angoissés, explique Isabelle Franco. Leurs conditions de vie étaient difficiles. Ils
devaient lutter contre les bédouins, la désertification, les bêtes sauvages, domestiquer
le Nil... Ils ont eu des moments très durs, avec guerres, famines, et ils vivaient sous la
menace d'une catastrophe imminente. Les dieux combattaient le chaos et les hommes
les aidaient par leurs rituels, leurs constructions. S'il y avait une rupture dans le cycle,
alors c’était la fin. » Au moment de son coucher, Rê devient le vieil Atoum, le premier
démiurge, créateur du monde. Il meurt et pénètre dans l'ailleurs obscur où vont les
défunts et les étoiles pendant 70 jours. Il entame un second voyage à travers les douze
heures de la nuit. Chacune correspond à une étape spatio-temporelle de son parcours
dans l'espace inconnaissable de l'au-delà, aussi semé d'embûches que le monde diurne :
« Les mondes se superposaient sans s'opposer, ils se complétaient, poursuit Isabelle
Franco, le ciel pouvait être un lieu de transit vers l'au-delà, un endroit de mort comme
un lieu de renaissance, de gestation — une femme, une vache... Il y avait plusieurs
explications pour rendre compte d'une même observation. » A l'aube, Rê renaissait et le
monde était reparti pour un cycle.

Sources : Isabelle Franco, Rites et croyances d'éternité, coll. Bibliothèque de l'Egypte ancienne, Pygmalion. Nouveau dictionnaire de mythologie
égyptienne, Pygmalion


Les Egyptiens avaient divisé la durée de la nuit en 12 heures. Le lever de 36 étoiles ou groupes
d'étoiles marquait le début ou la fin de chacune des heures. Un système malin mais peu pratique.


Les Égyptiens connaissaient les cinq planètes visibles à l'oeil nu, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne, mais
ils ne s'en sont pas beaucoup préoccupés. Ils n'avaient d'yeux que pour les étoiles, auxquelles ils ont voué leur âme
et dédié leurs ultimes demeures. Ils s'en servaient comme "marque-temps" et ils avaient mis au point de véritables
horloges stellaires, apparues vers -2200. À l'époque du pharaon Ounas, entre - 2380 et —2350, les Égyptiens
avaient divisé la durée de la nuit en 12 heures. Ils se servaient de 36 étoiles et groupes d'étoiles, les décans, pour les
repérer. Leur lever marquait le début ou la fin — nous n'en savons encore trop rien — de chacune des heures de la nuit.
Prenons douze décans A, B, C,... L. Nous sommes en l'an 2 du règne du grand pharaon Tournevis IV, première
décade du premier mois de l'année. La première heure de nuit, juste après le coucher du Soleil, est indiquée par le
lever de A. La deuxième heure est donnée par celui de B, la troisième par celui de C, etc. La dernière et douzième
heure de la nuit, juste avant l'apparition du Soleil, correspond au lever du décan L. Le mouvement apparent des
étoiles autour de la Terre est plus rapide que celui du Soleil : elles bouclent leur trajectoire en 23 heures et 56
minutes au lieu de 24 heures. Elles se lèvent chaque jour 4 minutes plus tôt que la veille.

À cause de ce phénomène, les Egyptiens devaient changer de repères horaires tous les dix jours. A la deuxième
décade du premier mois de l'an 2 du règne de Tournevis IV, le décan A se lève avant le coucher du Soleil et il n'est
plus visible. B devient le marqueur de la première heure, C celui de la deuxième, etc. L sonne la onzième heure et
un nouvel astre, M, marque la douzième et dernière heure. Et ainsi de suite. Chacune des 36 décades que comptait
l'année égyptienne était associée à une liste de décans, dont l'ordre de succession scandait les douze heures de la
nuit. Les cinq jours épagomènes avaient droit à leurs propres étoiles. Ce système était malin, mais pas très pratique.
D'abord, la durée de ces heures était inégale. En effet, le laps de temps entre le lever et le coucher du Soleil était
toujours divisé en douze portions, quelle que soit la saison. Or, la nuit est plus courte en été qu'en hiver. Ensuite,
l'année égyptienne avance d'un jour tous les quatre ans par rapport à l'année solaire. Les horloges stellaires se
décalaient d'une décade tous les quarante ans : en l'an 42 du règne de Tournevis IV, le lever du décan A indiquera
la première heure de nuit durant la seconde décade du premier mois de l'année, et non la première.

Seuls deux décans ont été identifiés : Sirius et, selon Karine Gadré, les étoiles de la ceinture d'Orion. Les 34 autres
sont encore inconnus. Nous avons quelques indices : « Dans certains de leurs textes, les Egyptiens disent qu'ils ont choisi les
étoiles décanales à l'image de Sirius : chaque année, elles aussi disparaissaient du ciel pendant 70 jours, explique l'astroégyptologue.
Elles réapparaissaient ensuite les unes après les autres. Pour qu'elles puissent servir de repères, leur lever héliaque devait
se produire à intervalle de dix jours. » Ces conditions impliquent que ces astres se situent tous sous l'écliptique, l'orbite
annuelle apparente du Soleil autour de la Terre, qui traverse les douze constellations du zodiaque. Et Karine Gadré
soupçonne les Égyptiens d'avoir utilisé un certain nombre des étoiles composant ces constellations. Les décans
n'étaient pas anonymes : « Ils leur donnaient des noms et les localisaient par rapport à des constellations connues d'eux seuls pour croupe de la Brebis... « Ils n'avaient aucun souci de la précision, et leurs pratiques n'ont pas évolué, analyse Karine Gadré. Ils se
sont focalisés sur des étoiles en relation avec leur mythologie, le reste ne les intéressait pas ».

Le ciel des Égyptiens, bien noir, fourmillait d'étoiles. Ils ne le voyaient pas du tout comme nous et, avec eux, mieux
vaut oublier nos habitudes de pensées : « Seuls les cycles temporels — nocturne, diurne, les saisons, la vie et la mort, la
renaissance et le renouvellement — comptaient pour eux, renchérit Isabelle Franco. Comme le fait que les étoiles meurent et
renaissent d'un milieu indéterminé. L'avenir était dans l'éternel retour des choses. Conserver, c'était exister »

Sources : Marshall Clagett, Ancient Egyptian Science, Vol. II, Calendars, docks and Astronomy, American Philosophical Society. Site Internet
www.citlturediff.org : gros dossier sur tes étoiles décanales, tris complet et illustre.
Remerciements à Laurence Courtine, ancienne élève au Centre de recherche égyptologique de la Sorbonne, Paris 4,
qui a mis à notre disposition son mémoire sur les heures égyptiennes

Ce n'est pas l'avis de l'abbé Moreux (fervent astronome)  qui voyait dans ces merveilleux édifices, la main de géants, ces géants qui auraient  disparus de notre terre ... , d'ailleurs il s'empresse de nous faire remarquer, que des billes de verres très anciennes ont été retrouvées par des archéologues, des billes qui pouvaient servir de loupe pour regarder le ciel.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 19 Oct 2014 - 13:31    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Renata


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2014
Messages: 394
Féminin
Point(s): 40

MessagePosté le: Lun 20 Oct 2014 - 13:14    Sujet du message: Comment les égyptiens ont (de) chiffres le ciel par Leila Haddad Répondre en citant

Les papyri concernant les travaux astronomiques des prêtes astronomes égyptiens nous sont parvenus en grand nombre et prouvent que ces prêtres sont parvenus à des résultats remarquables dans certains domaines. Encore aujourd’hui, à peu de détails près, nous utilisons le calendrier qu’ils ont institué et nous avons adopté la division de l’année en douze mois et celle du jour en vingt-quatre heures.
Que savons-nous de précis sur leurs connaissances astronomiques ? Un prêtre horologue égyptien devait avoir assimilé quatre ouvrages particulièrement savants relatifs à l’ordonnance des étoiles fixes, aux mouvements de la lune et des cinq planètes, aux rencontres et éclairements du soleil et de la lune, et enfin au lever des astres. Ces informations sont en partie confirmées par les listes égyptiennes d’ouvrages sacerdotaux qui comportent la connaissance des retours périodiques du soleil et de la lune, et celle des retours périodiques des astres.
 
Les Egyptiens distinguaient dans le ciel, outre le soleil et la lune, les astres qui ignorent le repos – nos planètes, soit : Mercure, Vénus (l’étoile du soir et du matin), Mars (l’Horus rouge), Jupiter (l’étoile resplendissante) et Saturne (Horus le taureau). Les étoiles mêmes étaient groupées par eux en constellations (différentes des nôtres, dont la répartition nous vient des Babyloniens), qu’il est infiniment malaisé d’identifier. On a pu cependant reconnaître la Grande Ourse (la jambe de bœuf), le Cygne (l’homme aux bras tendus), Orion (homme courant regardant par-dessus son épaule), Cassiopée (personnage aux bras tendus), le Dragon et les Pléiades, le Scorpion et le Bélier. L’étoile Sirius, qu’ils appelaient Sothis, jouait un grand rôle dans les calculs chronologiques, son lever « héliaque » déterminant l’année réelle (et retardant d’un jour tous les quatre ans sur l’année du calendrier qui n’était que de 365 jours). Ces constellations sont figurées sous la forme qui leur était propre, sur des fonds de tombes - où elles remplacent l’habituelle pour ne pas dire banale voûte régulièrement étoilée, - et sur les zodiaques qu’ils adoptèrent des Grecs, aux dernières époques de leur civilisation. Le temple de Dendera par exemple, possède une de ces images du firmament égyptien, sous leur forme traditionnelle, les planètes, les signes – importés et adaptés au style nilotique – des 12 figures zodiacales, enfin les 36 décans.
 
Ces décans, à l’opposé des signes du zodiaque venus de Grèce, étaient connus en Egypte de toute éternité ; la zone du ciel voisine de l’écliptique avait été divisée par eux en 36 secteurs, sur chacun desquels veillait un génie, chacun de ces génies régnant sur 10 jours de l’année égyptienne. Tous les 10 jours en effet, se produisait le lever héliaque d’un nouveau décan, de sorte que la connaissance de leur ordre, comme l’examen du moment de leur apparition au cours de la nuit avaient permis l’élaboration de tables horaires de levers d’étoiles ; grâce à ces tables, valables chacune pour une période de quinze jours, un observateur, assis sur la terrasse d’un temple, pouvait déterminer les heures de la nuit d’après le passage successif dans l’axe de sa visée de telle ou telle étoile. Certaines représentations de tombes royales laisseraient supposer que l’observation se faisait au moyen de deux hommes placés sur un axe nord-sud ; l’un accroupi et immobile, servait de repère à l’astronome qui notait les passages des étoiles à proximité de son collègue. Ainsi, le 16 du mois d’Athyr, les heures se déterminent comme suit :
Quand l’étoile sâr se trouvait au-dessus de l’œil droit (de l’homme repère) il était 5h.
Quand le bras d’Orion se trouvait au-dessus du milieu il était 6h.
Quand l’étoile Orion se trouvait au-dessus de l’œil gauche, il était 7h.
Quand l’étoile qui suit Sothis se trouvait au-dessus de l’œil gauche, il était 8h., etc…


On conçoit aisément qu’une telle technique de détermination de l’heure n’ait pas été sans comporter de graves imprécisions. Mais il était impossible de recourir à une technique mécanique : la difficulté venait en effet de ce que l’heure n’était pas pour les Egyptiens la 24e partie du jour astronomique, mais la 12e partie de la durée réelle du jour et de celle de la nuit. Autrement dit, jour par jour la durée variait et elle variait encore davantage selon la latitude. Aussi cadrans solaires et clepsydres comportaient-ils des systèmes divers de lecture selon les périodes de l’année. On a retrouvé d’autre part, des tables où étaient notées les durées du jour et de la nuit aux différents moments de l’année.
Pour les prêtres, la connaissance du ciel et de sa mécanique servait essentiellement, d’une façon pratique, la détermination de l’heure des cérémonies qui divisaient de façon rigoureuses les divers épisodes du culte. D’une manière moins quotidienne, elle jouait un rôle important dans la détermination des points cardinaux, en fonction desquels étaient disposés le édifices religieux : toute fondation de temple partait d’observations célestes. D’autre part, les rencontres du soleil et de la lune (les éclipses) leur étaient connues. On raconte que lors de l’éclipse qui terrorisa les soldats d’Alexandre combattant les Perses de Darius, on fit appel pour calmer la panique qui gagnait les troupes, aux explications d’un prêtre égyptien (Curtius Rufus, Hist. D’Alex. IV, 10).
Les membres suivants remercient Renata pour ce message :
Marine (20/10/14)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:34    Sujet du message: Comment les égyptiens ont (de) chiffres le ciel par Leila Haddad

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    OnNousCacheTout... Index du Forum ->
Les forums
-> Histoire Ancienne & Origines de la Vie
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com